Mairie de Balthazard - Réception de missives diplomatiques

Coralésie 104-105
Avatar de l’utilisateur
will-schinspire
Messages : 325
Inscription : 16 févr. 2020 02:12
NJ : Eashatri
Ancienne NJ : Amblades ; Eashatri

Re: Mairie de Balthazard - Réception de missives diplomatiques

Message par will-schinspire »

Image Image Image


Image


Le : 28 janvier 2047
De : Chettur Tavade, Ministre des Affaires Etrangères d'Eashatri
A : Françoise Deschamps, Secrétaire Nationale de la Culture et des Affaires Etrangères
Canal : Diplomatique
Madame la Secrétaire Nationale,

Je prends la plume en vue de normaliser à nouveau les relations entre nos deux pays. En effet, l'Aiglantine est un acteur incontournable de la région, aussi bien sur le plan technologique que sur le plan écologique, et alors que l'Aiglantine et l'Eashatri partagent de nombreuses valeurs communes, il m'a semblé opportun d'approfondir les relations entre nos nations, afin de contribuer à plus d'échanges et à un développement communs de nos pays, que ce soit au niveau commercial, humain ou encore intellectuel.

Je vous invite donc à Eskha à la date qui vous sied, afin de signer des accords qui marqueront je l'espère une collaboration plus poussée entre nos pays, qui partagent une vision du monde somme toute similaire.

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire Nationale, l'expression de mes respects appuyés,


Chettur Tavade, Ministre des Affaires Etrangères d'Eashatri

Avatar de l’utilisateur
Alexandre
Messages : 1840
Inscription : 04 févr. 2020 13:13

Re: Mairie de Balthazard - Réception de missives diplomatiques

Message par Alexandre »

Image
ROYAUME DE FLAVIE
SA MAJESTE LA REINE DOUAIRIERE
COMMUNICATION PRIVEE


À : Mme Adelheid Friedburg, Présidente de la République Fédérale d'Aiglantine.
Date : 31 janvier 2047
Object : lettre privée

Excellence, Mme la Présidente, chère Adelheid,

Voilà quelque temps que je n’ai eu le plaisir de vous écrire. J’ai eu de vos nouvelles par les dépêches officielles de ces derniers temps. Aussi, j’espère que cette lettre vous trouvera en bonne santé. Depuis que nos deux pays ont été, par un coup du destin, rapprochés, et que j’ai eu l’insigne honneur d’être par vous, décorée par la Meznaga Néhadaân, par la force des choses, la divine providence nous aura permis d'entretenir une relation suivie. Je garde un souvenir ému de mon voyage en Aiglantine et pour ce pays une affection particulière.

Il est vrai que les circonstances d’alors étaient d’une certaine gravité. Les évènements qui se sont déroulés à la suite de l’été 2043 sont si exceptionnels. Le Royaume de Flavie n’imaginait pas trouver un allié aussi fidèle à l’autre bout du monde sans doute, et moi une amie. Je me souviens de mon émotion lors de l’annonce de votre retrait politique temporaire.

Aujourd’hui, les relations entre nos deux pays nous sont précieuses. Les réalisations que nous avons pu construire ensemble sont d’une importance capitale. Nous devons être fiers tant de nos échanges scientifiques que de nos fleurons à l'instar de Phoenix. La célébration de ces relations et l’entretien de cette flamme nous tient à cœur.

Le Royaume de Flavie il est vrai, doit beaucoup à l’Aiglantine. Grâce à notre collaboration, un quartier entier a pu voir le jour à Adélis (la municipalité a d’ailleurs honoré votre pays d’une place à son nom) et je suis heureuse que vos entreprises aient obtenu le monopole du marché de la voiture électrique en Flavie, grâce à la qualité et la fiabilité de ce secteur d'avenir, en lequel je fonde beaucoup d'espoir. A titre plus personnel, je n’ai jamais oublié l’honneur que vous m’avez fait de me décorer, moi, une souveraine étrangère, de l’une des distinctions honorifiques les plus illustres de votre pays. C’est à mon tour aujourd’hui de vous rendre la pareille, et pour toutes ces raisons.

J’ai usé de mon influence auprès du Roi pour obtenir pour vous, pour le pays que vous représentez et ce que nous lui devons, mais aussi à titre personnel, pour ce que je vous dois, la plus haute distinction honorifique flavienne, en l’Ordre du Lys. Sa Majesté, qui consent à vous l’accorder, me laisse, par la présente, l'insigne privilège de vous en informer. Si vous y consentez à votre tour, alors vous aurez l’honneur d’être reçue comme surnuméraire étranger à la dignité de Chevalier de l’Ordre.

Il est d’ordinaire d’usage, en pareil cas, que le secrétaire de l’Ordre lui-même informe les futurs récipiendaires, de l’intention du Roi de leur accorder la décoration. Cet échange privé a pour convenance de s’enquérir de la réponse du bienheureux, qui peut alors faire choix accepter ou refuser. Mais pour vous écrire, j’ai entrepris de le faire moi-même. Monsieur le Secrétaire ne m’en tiendra pas rigueur, sait-il combien j’ai d’affection pour votre pays. Si dans votre réponse, vous acceptez la décoration, alors celle-ci sera officialisée par lettre patente, et une cérémonie pourra être organisée. Je serai très heureuse de vous recevoir à Adélis, en ce qui pourrait être l’occasion de réaffirmer les liens entre nos pays si votre visite n’était pas seulement d'ordre privée, mais pouvait être officielle. Dans le cas contraire, je ne prendrai pas ombrage d’un refus. Aussi, et dès que je serai relevée des fonctions d’intérim que j’assure pour le compte de notre Ministre de la Diplomatie et des Affaires Extérieures, je serai ravie de faire le voyage jusqu’en Aiglantine à titre privé pour vous revoir et votre pays.

Quelle que soit votre réponse, et loin de moi l’idée de troubler votre quiétude avec pareil dilemme, je suis impatiente de vous lire. Si par bonheur elle était positive, ne souffrez pas de l’inquiétude que l’honneur pourrait vous causer quant au protocole qu’il implique. Je serai votre guide si vous y consentez. Sachez toujours en cela ma porte ouverte pour vous, acquis à toutes les raisons d’en faire la demande.

Que cette lettre vous trouve en grâce et que vous receviez avec elle ma profonde gratitude.

Votre dévouée amie

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
Alexandre
Messages : 1840
Inscription : 04 févr. 2020 13:13

Re: Mairie de Balthazard - Réception de missives diplomatiques

Message par Alexandre »

Image
ROYAUME DE FLAVIE
SA MAJESTE LA REINE DOUAIRIERE
COMMUNICATION PRIVEE


À : Mme Adelheid Friedburg, Présidente de la République Fédérale d'Aiglantine.
Date : 06 février 2047
Object : lettre privée

Mme la Présidente, chère amie,

Vos mots pour moi m’ont beaucoup touchée. C’est une si belle lettre que vous m’avez envoyée. Je n’aurais pas cru moi-même il y a quelques années, que je rencontrerai une amie à l’autre bout du monde, avec laquelle partager un gout exquis de la conversation et une présence réconfortante. Je ne sais pas si je suis devenue une référence mondiale comme vous me l'écrivez si gentiment, mais je n’ai jamais caché ni mes valeurs, ni c’est vrai, mon sale caractère. Peut-être suis-je tombée amoureuse du pouvoir, quand il m’est tombé sur les épaules de devoir le supporter à la place de mon pauvre époux, et que certains m’ont cherché des misères, pour le simple fait d’avoir été moi, et une femme. Mais j’aime, encore à mon âge, surprendre mon monde. Quelle tristesse serait la vie si passé un certain âge l’on n’étonne plus. J’aime trop la vie pour n’être qu’une vieille veuve inutile. Je suis bien heureuse d’étonner encore le monde, c’est ainsi que l’on est vivant. Et croyez-moi, je suis une bonne vivante. J'ai même le sentiment de n'avoir jamais été aussi vivante à mon âge qu'à 25 ans.

Vous savez, les protocoles sont parfois faits pour être violés, les règles transcrites. La vie est risquée et l’on ne vit pas tant que l’on a pas pris des risques. J’ai toujours agi en accord avec mes valeurs, mêmes lorsqu’il m’a fallu prendre une décision aussi difficile que de détourner votre avion diplomatique. Je ne suis pas femme à vivre avec des regrets, il est vrai et je crois fermement que la vie est faite de petits et de grands moments où l’on révèle qui l’on est vraiment lorsque l’on se trouve face au précipice et que l’on doit agir. L’adrénaline sans doute, le souci des valeurs auxquelles l’on croit. Je suis une femme de devoir et de principes et je n'ai jamais chéri d'autres intentions que de servir mes peuples, fidèlement, loyalement. Mais toute ma vie, à 25 ans lorsque je devais me battre contre un Général, comme à 85 lorsque je devais affronter un dictateur étranger, j’ai été la même, j’ai agi avec la même sincérité et la même détermination, j'ai défendu les mêmes valeurs, la même liberté avec la même fougue et la même rague de vivre. L’âge, c’est avant tout celui que l’on a dans la tête. L’on est vieille lorsqu’on le décide. Je ne l’ai pas encore décidé pour moi. Qui peut croire que 91 ans est un âge de vieille dame ? Certainement pas moi, j’ai encore trop de choses à vivre et un agenda trop chargé pour faire de la place à la vieillesse, à la retraite, ou à la mort. Elles m'attendront, tant pis pour elles.

A mon âge bien sûr, mes médecins me font bien voir qu’il faut parfois penser à réduire la distance de mes voyages. Mais il n’y a bien que pour l’Aiglantine qu’à mon centenaire passé, j’aurais l’envie et la santé de traverser le monde. Je désire vraiment pouvoir revoir votre pays et j’ai été plus qu’heureuse d’apprendre auprès du Roi les réjouissances à venir pour le mois de mai. 100 n'est qu'un chiffre, il ne sera pas celui qui m'arrêtera.

C’est une chance que nos deux pays aient pu développer des relations de confiance et d’amitié si solides. Bien sûr, nos liens historiques et les racines qui nous unissent nous rapprochent, mais l’Aiglantine est une opportunité exceptionnelle d’aider le monde à avancer sur les enjeux de l’écologie et des moyens de production, de consommation et de vie plus éthiques et respectueux. Symboliquement, le vert n’est-il pas la couleur de la Flavie ? Je trouve l'image très belle.

C’est pourquoi chaque instant de rencontre entre nos deux pays est un moment privilégié pour entretenir ces relations. Et vous êtes naturellement chaque année la bienvenue à l’occasion de la réception annuelle des ambassadeurs et diplomates à Adélis. Pour ma part, j’attends toujours votre présence avec la même impatience de vous revoir.

Et d’apprendre qu’en mai se prépare un important festival ainsi qu’un double voyage entre l’Aiglantine et la Flavie me réjouit d’avance. Ce sera l’occasion pour vous, concernant notre affaire, d’y recevoir votre décoration. Car je vous le dis, et vous interdis d’en douter : votre dignité est celle d’une Chevalière de l’Ordre du Lys. Ma décision, et le Roi la partage, est que vous méritez de la recevoir. Et je suis ravie que vous ne l’ayez pas refusée.

En attendant, je me réjouis d’impatience de vous revoir d’ici mai et de préparer ce festival qui s’annonce grandiose. Nous nous y verrons, en Flavie et en Aiglantine, et nous pourrons poursuivre notre découverte des merveilles de nos pays. Et je vous réserve une surprise lorsque vous viendrez en Flavie. Je vous ferai découvrir un véritable trésor qui incarne à lui seul l’accumulation des siècles de l’histoire de mon pays. Mais je ne vous en dis pas plus.

Je vous souhaite une bonne année et je m’impatiente de vous revoir.

Image

Image

Répondre

Revenir à « Aiglantine »