Presse du Gandhari (2043-...)

Janubo-Marquésie 98-101-102-104-107
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Presse du Gandhari


A la suite du Coup d’État de 2043, les médias sont passés sous le contrôle de la Junte de l'Amiral Panesar. Ganatantr (Trad. "La République"), le grand quotidien historique du Gandhari qui était publié quotidiennement depuis 1969 et l'instauration de la République a été supprimé.
La chute de Panesar le 23 mai 2043 met fin à la censure des médias.



Journaux:


Ganatantr - गणतंत्र
Trad. "La République"

Autrefois le grand quotidien national du Gandhari, Ganatantr était une institution. Si sa disparition des kiosques a été actée et son équipe de rédaction placée en état d'arrestation, des journalistes s'efforcent de le maintenir en vie dans la clandestinité.
Il redevient le grand quotidien national après la chute de Panesar.


Kraanti ka Sammaan - क्रांति का सम्मान
Trad. "L'Honneur de la Révolution"

Journal officiel du régime de Panesar. Les articles sont soumis à un comité de censure étatique et un autre comité de censure rattaché au PCG. Il remplace Ganatantr. Il est supprimé après la chute de Panesar.


Baanaghar kee Aavaaj - बानघर की आवाज
Trad. "La Voix de Bunaghar"

Journal de Bunaghar publié dans tout le pays. Il est fortement soumis à la propagande du PCG et très critique à l'encontre du socialisme de Cewell. Sa ligne éditoriale change après la chute de Panesar.



Logon ka Sangh - लोगों का संघ
Trad. "Union Populaire"

Journal communiste historique du Gandhari. Sa ligne est pro-Cewell est donc hors-la-loi. Néanmoins sa rédaction s'est réfugiée au Westrait et continue de publier depuis là-bas. Sa diffusion est interdite et donc clandestine. Il devient le second grand journal après la chute de Panesar.
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Kraanti ka Sammaan - क्रांति का सम्मान


L'information officielle - 1 £g


12 avril 2043


Varinder Chandar chargé de former un gouvernement


Image
Varinder Chandar a été libéré de prison et désigne Premier Secrétaire Fédéral par l'Amiral Panesar


Au lendemain du sauvetage de la Révolution par les Milices Rouges qui ont contrecarré les plans d'Ikna Omara et du traître Jasbir Kéjar, les rues de Bunaghar ont retrouvé la sérénité.
Si l'ex-Première Secrétaire Fédérale est en fuite vers une destination toujours inconnue et que la famille Lota a péri tragiquement dans l'incendie de son domicile par des Cewellistes, le Généralissime a décidé d'écrire un nouveau chapitre pour le Gandhari. Après sa déclaration télévisée, il a désigné Varinder Chandar pour former un nouveau gouvernement et guider la politique de la nation pour les prochaines années.
Si les condamnations commencent à affluer depuis le monde entier, l'Amiral Panesar n'entend pas se laisser déstabiliser face à ceux qui manquent de respect au peuple gandharien.

"Monsieur Chandar a l'expérience nécessaire pour diriger mon gouvernement. Nous avons de grands projets pour le Gandhari et croyez-moi, les résultats seront très vite là. Je pense au fond que ce pays a besoin d'un peu de recadrage et de discipline. La politique portée par les Cewellistes d'Omara a en quelque sorte amolli la conscience gandharienne. Nous allons remédier à ça et Varinder Chandar sera à mes côtés pour faire ce travail."

Varinder Chandar a accueilli sa nomination avec honneur et a remercié l'Amiral Panesar pour sa confiance. Le nouveau Premier Commissaire Fédéral a assuré s'être mis au travail pour former un gouvernement performant et en phases avec les aspirations des Gandhariens. Si peu de noms circulent, on sait déjà que Panesar va placer des fidèles au gouvernement pour assurer une cohésion totale et une capacité d'action accrue. C'est donc tout naturellement que les Affaires Intérieures et la Défense Nationale seront confiées à des militaires expérimentés.
Sur le plan des Affaires Sociales, il semblerait que Bhavana Amat soit prête à rester, cette dernière ayant pris parti pour le général Panesar face à la traîtresse Omara et au traître Kéjar.
En tant que Chef de l’État du Gandhari, l'Amiral Panesar fera sa première apparition publique en présidant l'oraison funèbre de la famille Lota. Le Généralissime serait en effet décidé à rendre hommage à cette famille qui a fait beaucoup pour le socialisme au Gandhari. Il remerciera notamment Samrath Lota de n'avoir jamais cédé aux Cewellistes malgré la pression qu'il avait sur ses épaules.
Désireux d'envoyer un message d'apaisement au monde entier, l'Amiral devrait annoncer le retour des troupes gandhariennes du Zufrana.

"Les troupes du Zufrana seront prochainement rapatriées. Cela fera l'objet d'une annonce officielle mais sachez désormais que nous rejetons l'internationalisme cewelliste. La guerre civile au Zufrana ne nous regarde pas et ne nous a jamais regardé. En s'ingérant au Zufrana, Ikna Omara a fait preuve d'un véritable impérialisme, chose que les socialistes combattent."

Concernant le sort de Jasbir Kéjar, la junte réclame que son corps soit jeté à la fosse commune. Un sort jugé "approprié" pour le traître à la Révolution.
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Kraanti ka Sammaan - क्रांति का सम्मान


L'information officielle - 1 £g


15 avril 2043


Le Généralissime: "Il n'y a eu aucun changement radical, simplement un ajustement révolutionnaire"


Image
Le Généralisse adresse un message rassurant sur la continuité de l’État


Alors que le monde entier reste stupéfait par les évènements qui se sont déroulés ces derniers jours au Gandhari, le Généralissime a tenu a faire une mise au point directe et claire à l'intention des chancelleries du monde entier. L'inquiétude s'est en effet emparé de nombreuses ambassades étrangères, à commencer par celle du Jernland qui s'est ouvertement interrogé sur la fiabilité des relations gandhariennes avec un tel turn-over à la tête de l’État. Désireux de rassurer et de faire taire cette petite musique préjudiciable à l'installation du nouveau gouvernement, Darshanbir Panesar a été très clair devant la presse internationale:

"Je veux qu'on s'entende sur un point essentiel: le Gandhari reste un État socialiste, les institutions restent inchangées et n'ont aucune vocation à évoluer et surtout, la diplomatie gandharienne ne va connaître aucune inflexion. A la seule exception que le Gandhari va retirer ses troupes du Zufrana car il estime qu'elles n'ont plus rien à faire sur le territoire algarbien.
Je veux ici être clair. A compter de maintenant et du retrait imminent des troupes gandhariennes, le Gandhari cessera ses ingérences injustifiées au Zufrana. La guerre civile au Zufrana ne nous concerne pas et nous n'avons pas vocation à continuer de nous en mêler. L'Algarbe est un continent qui appartient à ses nations souveraines et aussi bien le Gandhari que l'Ennis par exemple doivent cesser d'interférer dans les affaires continentales. Je crois profondément à l'aboutissement d'une Union d'Algarbe qui permettra de garantir la stabilité de ce continent.
L'impérialisme, qu'il soit capitaliste ou communiste, est à bannir. Et dès maintenant le Gandhari va s'appliquer ce principe. Quant aux troupes au Zufrana l'ordre de retrait est imminent et j'accueillerais personnellement les soldats de retour."


Sur les prochains chantiers politiques, le Généralissime a annoncé qu'il allait entreprendre une modernisation sans précédent de l'équipement de l'armée gandharienne. Ce dernier a en effet jugé que les précédents gouvernements, pourtant prompts à montrer les muscles, avaient totalement négligé le développement de nouvelles technologies militaires pour permettre au Gandhari de tenir son rang de puissance.

"Être une puissance mondiale ce n'est pas un projet: c'est une responsabilité. Le Gandhari va accroître sa capacité d'action pour le maintien de la paix."

Le nouveau gouvernement a également pris ses fonctions sur un modèle identique au précédent, preuve supplémentaire que l'intention de Panesar n'est pas de tout renverser et d'assurer au contraire la pérennité des institutions.

"Le Gandhari est parfaitement stable et je vais vous dire pourquoi. Omara a tenté un coup de force avec ses paramilitaires de la Légion Révolutionnaire. Elle prévoyait notamment de faire assassiner tout le comité central du Parti Communiste. Voilà ce que nous avons empêché. Et pour y parvenir nous avons dû intervenir avant qu'il ne soit trop tard et qu'elle commette un Coup d'Etat à son tour. Ce qu'elle n'avait pas calculé, c'est que même si elle avait une puissance politique indéniable, l'appareil d’État n'était pas entre ses mains. Et elle lamentablement échoué. Afin d'éviter une instabilité chronique nous avons du procéder à un simple ajustement révolutionnaire pour éliminer les éléments nocifs au nouvel ordre socialiste gandharien. C'est chose faite et maintenant je vais être très clair: la vie reprend son cours dans la continuité."

Le Généralissime a également annoncé en fin de conférence de presse que la Milice Rouge recevrait dans son intégralité l'Etoile Rouge du Gandhari pour la défense des institutions qui ont pu être sauvegardées.
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Kraanti ka Sammaan - क्रांति का सम्मान


L'information officielle - 1 £g


18 avril 2043


Darshanbir Panesar inaugure la plateforme de lancement d'Arora Pul


Image
Le Généralissime affirme que d'ici 2044, le Gandhari sera l'un des rares pays à avoir une couverture satellite optimale


C'est dans une ambiance joyeuse et feutrée que le Généralissime a inauguré la plateforme de lancement d'Arora Pul, située en Andar Palan. Idéalement située au plus proche de l'équateur, les lancements de fusées depuis le Gandhari seront optimaux pour une mise en orbite autour de la terre. Présent avec l'ensemble du nouveau gouvernement, l'Amiral Panesar a loué le dévouement des travailleurs et leur efficacité pour permettre au Gandhari de se lancer formellement dans la conquête spatiale.
Cette inauguration intervient alors que Space Explorer, l'entreprise nationale d'aérospatial, a annoncé être en mesure de produire des satellites multi-tâche allant de la prévision météorologique, la retransmission télévisée, l'observation du territoire national et au-delà. Un atout indéniable pour le Général Panesar qui a prononcé un discours enthousiaste sur l'exploitation des technologies spatiales.

"Le Gandhari est en mesure de lancer ses propres satellites en orbite et donc de garantir sa propre souveraineté. Sa souveraineté spatiale, sa souveraineté technologique en terme d'élaboration de nouveau satellite, sa souveraineté en terme de sécurité nationale car nous n'aurons à déléguer à personne la mise en place de notre propre couverture satellite.
L'exploration spatiale doit être un grand axe d'investissement pour le Gandhari car il en va de la modernisation de nos télécommunications, de la prévention des risques météorologiques, de la défense de notre territoire national et du développement d'un secteur numérique et électronique aujourd'hui peu développé dans notre pays.
Le Gandhari doit faire sa révolution numérique et se lancer dans la grande quête des nouvelles technologies. Si notre économie a prospéré ces quatre dernières années, elle est désormais mûre pour se transformer et évoluer vers des standards plus adaptés à la puissance mondiale que nous sommes.
Cette année, le Gouvernement procédera à une commande massive de satellites pour offrir dès 2044 une couverture satellite optimale pour le Gandhari. En 2044, le Gandhari s'équipera progressivement pour diffuser la télévision par satellite et abandonner la télévision par analogie. Cela représentera une révolution pour l'ensemble des foyers qui bénéficieront d'une image de meilleure qualité et ce sera là notre premier pas vers la modernisation numérique du pays."


Le Général Panesar, arrivé récemment à la tête du pays mais aussi en quête de légitimité semble vouloir faire du numérique l'un de ses chevaux de bataille. Il a également l'intention de reprendre le programme d'embellissement des villes porté par Ikna Omara qui est selon lui bien ficelé et nécessaire pour convertir les grandes villes au tourisme.
Un pays high-tech et attractif sur le plan touristique, voilà le Gandhari dépeint par le Général Panesar lors de l'inauguration de la plateforme d'Arora Pul. Une vision que sera chargée d'appliquer le gouvernement sous l'autorité de Varinder Chandar.

"Mon gouvernement sera chargé de piloter la modernisation du Gandhari et de lui faire combler son retard technologique. Je serais exigeant et je m'engage à rendre compte des résultats. Une Commission scientifique a d'ores et déjà été mise en place pour rattraper l'inaction des précédents gouvernements dans ce domaine. Le Gandhari doit être plus performant dans l'électronique, l'équipement militaire, l'ingénierie, les domaines de la physique. La science et l'étude donnent du pain et de l'honneur."

Après avoir conclu son allocution en affirmant que le Gandhari était une puissance spatiale en devenir, le Général a assisté à la démonstration d'un lancement d'un satellite. L'essai, programmé depuis des mois a permis de mettre en orbite un module expérimental. Éblouie par la beauté du spectacle, l'assistance a longuement applaudi la réussite du lancement de la fusée, une première sur le sol gandharien.
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Ganatantr - गणतंत्र

Le journal du vrai Gandhari - 1 £g

21 avril 2043


Publié sur internet depuis le Westrait - Disponible dans le monde entier/Censuré au Gandhari


Message du Gouvernement Provisoire en Exil du Gandhari au monde entier


Image


Cher lecteur,
Au moment où vous lirez ces lignes, le Gouvernement Provisoire en Exil du Gandhari aura atterri au Karmalistan, terre d'accueil pour le gouvernement légitime du Gandhari.
Ce qui est arrivé au Gandhari n'est pas admissible et ne devrait arriver dans aucun pays. Le prétendu gouvernement mené par le Général Darshanbir Panesar foule aux pieds la volonté populaire en s'imposant comme une force se revendiquant une légitimité qu'il n'a pas.
Face à l'ignominie de ce gouvernement qui a abattu de sang-froid de nombreux hommes politiques de tous les horizons, nous, le Gouvernement Provisoire en Exil du Gandhari, rejetons le Gouvernement du Général Darshanbir Panesar qui a usurpé le pouvoir.
Darshanbir Panesar est un usurpateur et un assassin. Le meurtre de sang-froid de Jasbir Kéjar, homme tourmenté idéologiquement mais à jamais fidèle au Peuple gandharien, est un choc immense et une meurtrissure infligée au Gandhari. L'assassinat d'Harbir Dilbar, homme dévoué aux valeurs socialistes est une autre blessure indélébile. L'un est mort pour avoir agi dans le sens de l'intérêt général au détriment d'intérêts particuliers tandis que l'autre est mort pour avoir osé résisté mais est resté fidèle à ses principes.
Si le Gandhari peut se prévaloir d'avoir encore un gouvernement légitime, certes en exil, c'est bien grâce au courage indéniable de feue Ikna Omara qui a mené les opérations d'évacuation vers le Westrait.
Sa mort dans un attentat à Cewell de la part de forces néfastes est un autre choc incommensurable pour notre pays.
Aujourd'hui, le Gandhari est décapité et à sa tête se trouve un parasite.
Le Général Darshanbir Panesar n'a aucune légitimité pour la fonction qu'il prétend exercer et en tant que chef de la diplomatie gandharienne depuis plusieurs années, nombre de dignitaires étrangers me connaissent. Au corps diplomatique international j'enjoins de n'accorder aucun crédit diplomatique au gouvernement illégitime de Panesar. Le moment venu, les choses seront rétablies et ces criminels paieront pour les mutilations infligées au pays.
Mais le Gandhari a traversé bien des périodes sombres et a toujours su se relever.
Et nous nous relèverons.

Au nom de l'ensemble des membres du Gouvernement Provisoire en Exil du Gandhari,

Vikam Kawera,
Membre du Gouvernement Provisoire en Exil du Gandhari
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Logon ka Sangh - लोगों का संघ


La voix du socialisme gandharien - Imprimé clandestinement et distribué gratuitement dans tout le pays


25 avril 2043


Formation du Comité Socialiste de la Lutte Intérieure


Image

Camarades !

Alors que le Gandhari est tombé sous le joug d'une nouvelle dictature à peine quatre après que le peuple ait brisé ses chaînes, nous devons soutenir notre seul gouvernement légitime et organiser la résistance.
Jamais le peuple gandharien n'acceptera de déléguer ses pouvoirs et sa représentation à des militaires qui ont par le passé servi de façon zélée auprès du dictateur Sankar Amrish.
Aujourd'hui le Gandhari doit se débarrasser du dictateur Darshanbir Panesar et jamais nous ne devons lui laisser croire que son installation se fera en toute impunité.
La mort d'Ikna Omara au Westrait alors qu'elle est parvenue à sauver l'autorité légitime du pays fut un rude coup. Mais la lutte socialiste ne reposant pas sur une seule personne, cette perte doit nous encourager à nous rebeller, à refuser la main de fer du dictateur Panesar.
La lutte a été pacifique en 2039. Ici elle ne pourra pas l'être.
Chaque camarade doit être conscient des jours sombres qui nous attendent. Agir c'est certes se promettre à une mort certaine, mais ne rien faire c'est acter la mort du socialisme au Gandhari.
Darshanbir Panesar n'est PAS socialiste, Balvan Sanhbal n'est PAS socialiste, Varinder Chandar n'est PAS socialiste.
Tous ces gens qui prétendent nous gouverner n'ont rien en commun avec la révolution de 2039 et que personne ne s'y trompe: les seuls qui la détruise, c'est EUX.
Le peuple gandharien, qui a tant appris des 4 dernière années, doit être capable de se serrer les coudes et de faire mordre la poussière aux ennemis.
Si nous n'avons pas tous la possibilité de résister activement, alors nous pouvons le faire passivement. Refusez de participer aux parodies d'élections du 27 juin car le faire c'est donner un blanc-seing au dictateur.
Détruisez les affiches à la gloire du pseudo-généralissime ! Affichez votre attachement au VRAI socialisme ! Organisez vos propres milices pour vous défendre contre les barbouzes de Sanhbal !
Le Comité Socialiste de Lutte Intérieure coordonnera la rébellion des conseils et le retour à la lutte clandestine pour le socialisme gandharien. Le CSLI ce ne sont pas des individus dont il suffirait de couper la tête pour entraver la résistance: le CSLI c'est chacun de nous, chacun de vous !
Camarades, frères et sœurs, ENSEMBLE allons abattre les traitres, les révisionnistes, les contre-révolutionnaires, les assassins, les barbouzes !

QUE CHAQUE CAMARADE PRENNE LES ARMES !
QUE PERSONNE N'AIT PEUR D'APPUYER SUR LA GÂCHETTE !
QUE TOUS LES CONSEILS SE REBELLENT ET REJETTENT L'AUTORITE DU DICTATEUR !
QUE LA MORT DU CAMARADE JASBIR KEJAR SOIT VENGÉE AU CENTUPLE !
QUE LE SANG DES TRAITRES COULE A FLOTS !
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Kraanti ka Sammaan - क्रांति का सम्मान


L'information officielle - 1 £g


27 avril 2043


Darshanbir Panesar légalise la drogue récréative pour "mieux maîtriser la consommation de stupéfiants"


Image
La consommation de drogue récréative devient légale au Gandhari mais sera cantonnée à des zones spécifiques pour les plus fortes


Le Généralissime a déclaré qu'à partir du 1er mai, la consommation de drogue récréative sera autorisée. Il ne sera donc plus interdit de consommer du cannabis, des amphétamines ou encore de l'opium sur la voie publique. En revanche, la consommation d'héroïne et de cocaïne restera strictement encadrée et cantonnée à des salles spécifiques qui ouvriront dans le pays dans les tous prochains mois.
De facto, il ne sera donc pas possible de consommer ces deux drogues très puissantes tant que les structures indispensable à leur consommation ne seront pas opérationnelles.
Pour prévenir les dommages sociaux liés à la consommation de drogue, Bhavana Amat, la Commissaire Fédérale aux Affaires Sociales et à la Santé a annoncé que les amendes pour conduite sous l'emprise de stupéfiants seront bien plus élevées que la conduite en état d'ébriété et a prévenu que l’État sera intraitable sur ce plan-là.
Mais c'est probablement l'autorisation de l'opium qui va avoir un fort impact puisque les champs de pavot devraient fleurir dans tout le pays avec la manne économique que va représenter la légalisation de cette drogue. De nombreux réseaux clandestins de distribution de drogues pourraient donc être régularisés, Darshanbir Panesar ayant adjoint à son décret un second décret d'amnistie pour toutes les personnes condamnées pour trafic de drogue entre le 1er janvier 2037 et le 1er mai 2043.
Le Généralissime a également précisé que le secteur ne serait pas soumis à la loi de juillet 2039 sur la limitation des revenus puisque la vente de drogue sera une autorisation accordée par l’État à une structure spécialisée dans ce commerce.
La nouvelle a ravi de nombreux jeunes étudiants qui comptent bien profiter de ce nouveau droit accordé par le Généralissime. Ils étaient en effet nombreux à faire l'éloge de Darshanbir Panesar à l'Université Populaire de Bunaghar.

"Sous Omara on se faisait chier, là le Généralissime il est juste parfait. On le kiffe, il comprend les jeunes ! On va se prendre une murge le 1er pour fêter ça !"
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Kraanti ka Sammaan - क्रांति का सम्मान


L'information officielle - 1 £g


29 avril 2043


Darshanbir Panesar veut taxer les chômeurs: "Pas de travail, pas de pain"


Image
Le Généralissime juge qu'être au chômage aujourd'hui au Gandhari c'est être de mauvaise volonté


Alors que le Gandhari reste sur la voie de la prospérité économique avec une productivité dont le niveau n'avait jamais été atteint auparavant, le Généralissime a dans le viseur ceux qu'il juge comme des "parasites de la société gandharienne". Mettant en avant la disparition de la logique du profit à la faveur de l'intérêt général, le Protecteur de la Révolution a affirmé qu'il n'avait jamais été aussi facile de trouver du travail au Gandhari que maintenant.
Alors que le taux de chômage stagne cette année à 6,6%, le Généralissime compte bien résorber ce chiffre de manière spectaculaire en forçant les récalcitrants à se mettre à chercher un emploi.

"Je veux bien comprendre qu'il y a toujours un chômage résiduel mais quand on a une économie qui est en plein boum, quand la productivité des entreprises explose, je suis désolé mais trouver un emploi est une formalité.
Il y a, je le pense, une partie de la population qui essaie de profiter du système avantageux qui est par nature indulgent envers les inactifs. Cela doit prendre fin et désormais toute personne au chômage qui sera contrôlée et n'aura pas une preuve de recherche d'emploi dans les deux derniers mois sera taxée. Pas de travail, pas de pain. Pas de contribution à l'intérêt général, pas de quartier."


Le décret, qui devrait entrer en vigueur au cours du mois prochain va donc soumettre les chômeurs à un contrôle strict. Si les indemnités chômages au Gandhari n'ont jamais été à la hauteur d'un véritable salaire, Darshanbir Panesar affirme que certains chômeurs préfèrent se complaire dans la fainéantise quitte à vivre chichement. Ces individus, qu'il nomme "parasites", auront la vie dure dès les prochaines semaines.
Soucieux de la poursuite de la dynamique économique du pays, Darshanbir Panesar ne veut aucun gaspillage de la force de travail.

"Tout le monde doit contribuer à la hauteur de ses propres moyens. L'inactivité est indésirable. Le Gandhari ne doit plus tolérer le parasitisme et mettre au travail tous ceux qui sont en âge de travailler. Puisque les gouvernements précédents ne l'ont pas fait, je vais m'acquitter de ce tâche qui sera, au final, un service inestimable rendu au peuple gandharien."

Peu après les annonces du Généralissme, plusieurs agences d'emplois de Bunaghar annonçaient être submergées par les demandes de rendez-vous de personnes en recherche d'emploi.
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Kraanti ka Sammaan - क्रांति का सम्मान


L'information officielle - 1 £g


3 mai 2043


La communauté makengaise au Gandhari retient son souffle


Image
Qui de Félix Kompaoré ou Firmin Botamba va l'emporter ?


Le dénouement de l'élection la plus attendue de l'année approche et le suspense est encore intacte. Si des estimations donnent Félix Kompaoré en tête, Firmin Botamba a d'ores et déjà revendiqué la victoire. Difficile donc d'y voir clair et la communauté makengaise de Bunaghar retient son souffle.
Tout au long de la campagne se sont succédé diverses accusations faisant de Félix Kompaoré le candidat du Pacte du Cewell. Un fantasme selon Rajindar Dahalo qui répète que ce gouvernement ou le précédent n'ont jamais apporté quelconque soutien à l'un des candidats. Selon le Commissaire Fédéral aux Affaires Extérieures, le Gandhari a veillé à se tenir à l'écart du processus électoral makengais par respect pour le vote et aussi par volonté de ne pas être accusé d'ingérence.
Difficile aujourd'hui de connaître la position de Darshanbir Panesar sur l'issue du vote. Le Généralissime ne s'est en effet jamais exprimé sur le scrutin et laisse planer le doute sur ses préférences en terme de candidat victorieux. Quoiqu'il en soit, le bureau du Palais du Raj Wahal a annoncé que le candidat victorieux recevrait les félicitations gandhariennes ainsi qu'une visite du Généralissime qui a l'intention de se rendre au Makengo pour tisser des liens avec le nouveau gouvernement.
Mais l'heure est actuellement à la méfiance car les diplomates gandhariens anticipent de graves troubles post-électoraux. Pour les ressortissants gandhariens au Makengo, il sera en effet déconseillé de sortir de chez soi le soir après la proclamation des résultats officiels et jusqu'à tant que dureront d'éventuelles tensions.
A Bunaghar, la communauté makengaise pourra fêter les résultats dans la rue mais sous étroite surveillance pour éviter tout débordement ou bagarre entre pro-Botamba et pro-Kompaoré.
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Kraanti ka Sammaan - क्रांति का सम्मान


L'information officielle - 1 £g


6 mai 2043


Darshanbir Panesar: "Il semblerait que Félix Kompaoré ait gagné"


Image
Le Généralissime, très prudent, affirme que les remontées des résultats sont en faveur de Félix Kompaoré


Selon les informations qui circulent, notamment dans la presse westréenne, il semblerait que le vainqueur des élections présidentielles au Makengo soit Félix Kompaoré. Tandis que la situation reste très confuse au Makengo avec ce qui ressemble à un Coup d’État militaire, Darshanbir Panesar a affirmé que la brume commençait à se dissiper sur le scrutin.
Le dirigeant gandharien, qui n'a pour l'instant reconnu personne comme nouveau dirigeant du Makengo, a indiqué que les remontées d'informations étaient en faveur de Félix Kompaoré.
Déplorant une fin de campagne chaotique, le Généralissime a estimé que le voile commençait à se lever sur la situation rocambolesque de fin d'élection.

"D'après les remontées que nous avons, confirmées par la presse westréenne, il semblerait que Félix Kompaoré soit bel et bien le vainqueur de ces élections. Ce résultat, logique à plus d'un titre vu la ferveur qui animait sa candidature, reste toutefois très flou, ce qui nous empêche de reconnaître officiellement un vainqueur. Le Gandhari, en l'absence de résultats clairs, ne peut donc pas encore savoir qui sera le successeur de Youssouf Botamba reconnu comme tel.
En tant que militaire, je fais confiance au général Anacle M'Boku pour ramener le Makengo sur la voie de la paix intérieure tout en respectant la volonté du peuple Makengais.
Nous espérons pouvoir traiter en toute sérénité avec le nouveau dirigeant makengais. Que les Dieux bénissent le peuple du Makengo pour les épreuves qu'il traverse."


Selon les experts de l'Institut d’Études Géopolitiques de Bunaghar, il semblerait bien que le clan Botamba ait définitivement perdu le pouvoir avec le coup de force du Général M'Boku. Quels que soient les choix de M'Boku, c'est donc une page de l'histoire Makengaise qui a été refermée, 35 ans d'un long chapitre qui s'achèvent et en ouvrent un autre qui reste pour le moins incertain.
Le choix d'annuler les élections présidentielles pour en refaire de nouvelles seraient assurément plus profitables à Félix Kompaoré qui s'est montré respectueux du processus électoral tout au long des dernières semaines alors que les irrégularités le pénalisant directement s'enchaînaient. Il apparaît de plus en plus clair que les résultats véritables ont sciemment été sabotés pour le camp Botamba qui a fait le choix de repousser la publication des résultats, n'admettant pas de perdre le pouvoir.
Le résultat en aura été bien pire: alors qu'il pouvait perdre avec honneur, Firmin Botamba a perdu dans le déshonneur et pris la poudre d'escampette. Destin tragique pour le "Lionceau" qui s'était préparé à gouverner depuis de nombreuses années...
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Logon ka Sangh - लोगों का संघ


La voix du socialisme gandharien - Imprimé clandestinement et distribué gratuitement dans tout le pays


9 mai 2043


Manifestation spontanée à Bunaghar pour exiger le retour du pouvoir aux civils


Image
Les forces socialistes se réveillent et demandent des comptes à Panesar


Darshanbir Panesar croyait avoir anéanti tout opposition véritablement socialiste. Il en a été pour ses frais lorsque près de 150 000 personnes ont défilé à Bunaghar de façon spontanée après un mot d'ordre ayant circulé sur des messageries cryptées. Si la spontanéité de l'évènement a pris de cours les forces de l'ordre qui n'avaient pas les moyens nécessaire pour réprimer le peuple, le pouvoir semble prendre peur puisque les médias officiels ont complètement passé l'évènement sous silence.
Cet évènement, dans une capitale qu'on disait acquise à Panesar, démontre que personne n'est dupe de son statut d'usurpateur du pouvoir. Les élections annoncées pour le 27 juin sont séduisantes dans la forme mais laissent un tas de points non élucidés au point que la sincérité du scrutin à venir est déjà mise en doute. En effet, comment s'assurer que tout n'est pas fait pour élire un Parlement à la botte du dictateur ? Aucune garantie de liberté de scrutin n'est en effet remonté jusque-là.
Toutefois le peuple a toujours un coup d'avance puisque les candidatures pour devenir députés ne sont pas légions alors que la date limite de candidature, fixée au 15 mai, approche.
Dans de nombreux endroits, seuls des individus soumis intérêts du dictateur et des révisionnistes sont candidats, les vrais socialistes ayant décidé de boycotter ce futur scrutin déjà jugé insincère. Des pressions ont également été notées dans des villes où des socialistes en rupture avec les révisionnistes du PCG ont tenté de présenter.
Face à la vaste farce électorale qui s'annonce et qui vise à fabriquer une fausse légitimité à Panesar, la meilleure réponse est l'ignorance de ce scrutin et d'imposer au "Généralissime" un taux ridiculement bas de participation.
Si la lutte frontale est aujourd'hui dangereuse, la lutte passive est notre meilleure arme et ne pas aller voter le 27 juin est la meilleure réponse possible.
Saluons néanmoins le courage des camarades de Bunaghar qui ont pris un énorme risque en allant manifester et en déjouant la vigilance des tyrans.

Camarades, le 27 juin prochain n'allez pas voter !
Demain, le Gandhari redeviendra socialiste !



Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Ganatantr - गणतंत्र

Le journal du vrai Gandhari - 1 £g

11 mai 2043


Publié sur internet depuis le Westrait - Disponible dans le monde entier/Censuré au Gandhari


Darshanbir Panesar, chantre du fascisme rouge


Image
Panesar a ses propres méthodes, inefficaces, d'application du socialisme


Voilà un mois tout juste que s'est abattu une véritable catastrophe sur le Gandhari. Un mois que le pays est entre les mains de l'armée avec à sa tête un véritable tyran qui compte imposer sa vision très particulière du socialisme à tout le pays.
Commençons déjà par un point important: Oui, Panesar est bien de gauche et jamais il n'a défendu des valeurs conservatrices, l'identité hindoue du Gandhari et fait des traditions ancestrales du pays des totems intouchable.
Pour autant, Darshanbir Panesar n'a jamais défendu ouvertement les thèses marxistes-léninistes-urdhzharistes qu'Ikna Omara était la seule à défendre ouvertement dans le pays.

Le régime du "Généralissime" aux accents sociaux cache aussi un autoritarisme incarné par un pouvoir militaire fort appuyé par un parti unique dont les idées originelles ont été dévoyées. La tentative de reprise en main de l'économie par le pouvoir fédéral est une démonstration de la volonté du nouveau pouvoir d'instaurer un capitalisme d'Etat prôné allégrement par les révisionnistes du PCG qui n'ont jamais cru en l'organisation de la société en conseils d'ouvriers, de paysans, de pêcheurs, de militaires, de cadres administratifs et de toutes les couches socio-professionnelles de la société. Malgré une instabilité politique chronique avec une valse des dirigeants qui ne tiennent guère plus d'un an et demi depuis 2039, les conseils ont été le véritable pilier du Gandhari et même le moteur de l'essor économique du pays.

La Révolution, processus permanent d'évolution vers le stade communiste de la société, n'était finalement porté avec volontarisme que par la regrettée Ikna Omara. Aujourd'hui, il apparaît d'ailleurs clair que le centre de gravité du communisme non révisionniste était à l'Union Écologiste Révolutionnaire. L'UER, longtemps marginale a su s'imposer dans l'esprit des gens comme le porteur de la ligne communiste orthodoxe que le PCG a faussement porté pendant de nombreuses années.
Si Jasbir Kéjar, venu du Parti Travailliste Gandharien, a toujours été sur une ligne révisionniste, Samrath Lota s'est laissé complètement submerger par l'appareil du parti et n'a jamais eu une boussole idéologique à laquelle se raccrocher. Rappelons que l'instauration du système des conseils n'est pas dû à Jasbir Kéjar mais à Harbir Dilbar, ancien Président de la République, qui n'a jamais caché son attachement à la ligne originelle du marxisme.

Quid d'Asha Lota ?
Asha Lota était mue par un communisme démocratique obsédé par l'abattement d'un système conservateur et non par la construction d'une société communiste. Malgré les circonvolutions du socialisme gandharien en lutte permanente contre lui-même, Asha Lota a toutefois eu le mérite de faire triompher les idées marxistes sur le plan électoral et a su incarner un internationalisme téméraire dont elle a été le martyr.
Après ces trois dirigeants, tous décédés, voici que le Gandhari sombre dans une dictature aux accents socialistes mais sans le marxisme. La militarisation du maintien de l'ordre, la propagande et le culte de la personnalité en faveur de Panesar démontre qu'un nouvel ordre essaie de s'imposer sur les cendres d'une révolution orpheline privée de toutes ses figures symboliques qui ont paradoxalement toutes échouées dans la quête de l'idéal communiste.

L'ordre de Panesar n'est pas une simple dictature militaire, c'est le révisionnisme érigé en valeur cardinale et en rempart contre le communisme véritable qui représente une menace pour l'élite embourgeoisée du PCG qui n'a jamais accepté la rupture totale avec l'ordre ancien. Avec quatre années de recul, il apparaît désormais clairement que le PCG a simplement œuvré en tant que nouvelle élite qui en remplaçait une autre. De par ses actions et sa popularité, Ikna Omara menaçait cette hégémonie politique et amenait le Gandhari vers une ligne communiste orthodoxe qui aurait définitivement placé le pays en égal du Westrait.
Toutefois, l'édifice reste précaire. Dépourvu de toute légitimité électorale, Darshanbir Panesar ne doit son pouvoir qu'à la hiérarchie militaire et à une police zélée qui n'avait jamais été vraiment purgée depuis la dictature de Sankar Amrish.
Darshanbir Panesar est toutefois le signe que les véritables socialistes sont proches de la victoire définitive car derrière ce rempart qu'est le fascisme rouge, se trouve la voie tant espérée, celle qui mène au communisme.

La presse nationale étant aux ordre du "Généralissime", elle se garde bien de parler des actes de résistance qui se multiplient, des manifestations pacifiques spontanées qui surprennent le pouvoir par leur ampleur, des incendies de commissariats, de la révolte des ouvriers de Vimaan, la grande entreprise d'aéronautique du pays et son fleuron industriel.
Le socialisme appliqué par la force et par le haut sans le concours des masses ne marche pas et n'a jamais marché. Les conseils sont la force du Gandhari et seront aussi, tôt ou tard, le tombeau du fascisme rouge de Darshanbir Panesar dont personne n'adhère malgré les tentatives grossières à coup de cérémonies militaires somptueuses aux relents nationalistes.
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Kraanti ka Sammaan - क्रांति का सम्मान


L'information officielle - 1 £g


15 mai 2043


Darshanbir Panesar: Le virage


Image
Darshanbir Panesar opère un virage socialiste assumé, démilitarise le pouvoir et se dote d'un nouveau gouvernement


Exit le Généralissime et la junte.
Après plusieurs jours de tourmente à la suite de la révélation d'un trafic d'êtres humains entre le Gandhari et l'Ennis qui a choqué dans le monde entier, Darshanbir Panesar entend reprendre la main et le fait de façon spectaculaire.
En limogeant l'ensemble du gouvernement, le Président du Comité Exécutif Central a également congédié le PCG qu'il jugeait pleinement responsable et impliqué dans l'affaire d'Ennis Incorporated. Pour autant, Darshanbir Panesar n'a pas renoncé au socialisme, bien au contraire, car sa nouvelle équipe est composée de jeunes Commissaires Fédéraux qui ont toujours porté une ligne anti-révisionniste au sein du PCG.
Agya Roth, la nouvelle cheffe du Gouvernement a notamment toujours marqué sa défiance vis-à-vis de la ligne Varinder Chandar qui considérait que la Révolution arrivait à son terme. Avec Keerat Gazzi, Ravi Joshi, Nagini Goyal, Benegal Nayar et Anarkali Ojha ils formaient un groupe d'opposition interne soutenu par le maire de Gollokorunda, Gurmaan Tanor qui se réclame lui-même du marxisme-léninisme-urdhzarisme et a donc toujours été distant vis-à-vis de la ligne portée par le PCG.
Aujourd'hui, c'est cette équipe de jeunes députés, tenant d'une ligne orthodoxe au sein du PCG qui obtient l'intégralité des postes du gouvernement. Ces derniers ont toutefois annoncé vouloir tous quitter le PCG après la révélation du scandale d'Harangabad-la-Neuve et devraient former un mouvement à part qui permettra de porter leurs idées.
En ce qui concerne les membres de l'ancien gouvernement, quelques-uns ont été incarcérés pour atteinte grave à la Révolution gandharienne. Shaman Wahroka a été inculpé pour organisation d'une déportation de masse, Balvan Sanhbal a été arrêté pour sédition après la découverte de documents voulant porter atteinte à la vie de Darshanbir Panesar et Varinder Chandar est emprisonné pour les mêmes chefs d'accusation que Shaman Wahroka.
De nombreux cadres du Parti Communiste ont également était mis aux arrêts à l'occasion du scandale qui secoue le pays.

C'est donc avec une équipe 100% renouvelée et inconnue du grand public que Darshanbir Panesar entend tirer un trait sur son premier mois désastreux et permettre ainsi de calmer les tensions qui ont pu traverser le pays dernièrement.
Dans un geste d'apaisement, le Président du Comité Exécutif Central s'est rendu à Vimaan à Sojatpur pour dialoguer avec les ouvriers et leur apporter des garanties substantielles sur le respect de leurs droit et des garanties sur le maintien de l'autogestion qui est la règle dans les grandes entreprises nationales. Selon les dernières informations que nous avons, les ouvriers pourraient annoncer prochainement la fin de la grève car ils semblent avoir obtenu satisfaction dans leurs demandes.
La loi martiale a par ailleurs été levée et il est de nouveau possible de se rassembler sur la voie publique pour manifester.
Revenu de Sojatpur, Darshanbir Panesar a annoncé une hausse du salaire minimum mensuel de 259,09 livres à 296,57 livres et la création de bons de travail en parallèle qui permettront d'acquérir la nourriture nécessaire pour chaque foyer.

"Désormais le salaire mensuel sera composé de la somme nette et d'un certain nombre de bons de travail qui permettront aux ménages de faire leurs courses alimentaires. Nous sommes convaincus de la nécessité de rediriger une partie substantielle du salaire vers les loisirs et les activités culturelles. Chacun doit pouvoir se cultiver, exercer des passions et s'épanouir dans la créativité car une nation heureuse est une nation qui produit efficacement. Si de nombreux pays mettent l'accent sur la quantité de travail, je veux qu'au Gandhari ce soit la qualité avant tout."

Les annonces représentent un gain de pouvoir d'achat très important pour les ménages gandhariens et ont par ailleurs été très bien accueillies par la population. De même, la métamorphose de Darshanbir Panesar en quelques jours à peine et son raccrochement volontariste au socialisme semble faire oublier la grave bévue du trafic d'êtres humains en direction de l'Ennis.
Le Président du Comité Exécutif Central a également déclaré que l'accent des prochains mois seraient mis sur le progrès technique de la société gandharienne.
Enfin, des regrets ont été formulés par le nouveau Commissaire Fédéral aux Affaires Extérieures Abhinav Parer qui a déclaré que le Westrait a subi des attaques verbales qu'il n'aurait jamais dû subir.
Désireux d'obtenir des résultats et de gagner le cœur des gandhariens, le nouveau gouvernement s'est mis au travail et s'attachera du mieux possible à faire oublier le Mois Désastreux comme il est déjà nommé communément.
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Kraanti ka Sammaan - क्रांति का सम्मान


L'information officielle - 1 £g


18 mai 2043


Le Gouvernement et Telga s'entendent pour déployer la 4G en 2044


Image
Anarkli Ojha, la nouvelle Commissaire Fédérale à la Planification et à la Recherche a annoncé la signature d'un contrat entre Telga et l’État Fédéral


Longtemps très en retard en terme d'équipement des infrastructures de télécommunications, le Gandhari a fait d'énormes progrès ces quatre dernières années en investissant massivement dans un réseau de télécommunication moderne et opérationnel. Le déploiement d'internet et de la téléphonie mobile sur l'ensemble du territoire a été achevé en 2040 avec le comblement des zones blanches. Pour autant, les performances encore limitées des réseaux causent un véritable problème de circulation de l'information.
C'est dans ce cadre que la nouvelle Commissaire Fédérale à la Planification et à la Recherche Anarkali Ojha a signé un contrat avec Telga pour le développement de la 4G dans lequel l’État fédéral va investir 400 millions de Livres Gandhariennes.
Anarkli Ojha affirme que le gain de productivité pour l'économie gandharienne sera significatif.

"Notre pays a besoin de développer ses canaux de communications. Le nouveau gouvernement veut prendre à cœur les enjeux du numérique et c'est pourquoi Darshanbir Panesar en fait une priorité absolue pour le pays. Telga sera chargée de mener ce chantier au nom de l'Etat Fédéral. Le contrat a bien évidemment fait l'objet d'une discussion au sein du Conseil Ouvrier de l'entreprise et les membres se sont dis fiers de participer de cette manière à l'édification d'un Gandhari moderne.
Nous voulons tout de suite lever les malentendus: nous n'imposons rien et ne remettons pas en cause l'autonomie des entreprises du pays qui sont autogérées par les salariés.
Le fait qu'un dialogue puisse s'établir entre le Conseil Ouvrier de l'entreprise et le Gouvernement Fédéral démontre que nous pouvons travailler au développement du pays en toute intelligence et pour l'intérêt général."


En parallèle du développement de cette technologie de télécommunication, Telga lancera aussi en 2044 ses premiers smartphones haut-de-gamme. Le but est notamment de casser le monopole qu'exerce Black Lotus au Gandhari.
Anarkli Ojha a bien confirmé que le Gandhari devait se lancer à son tour dans la fabrication de smartphones modernes et compatibles avec la 4G. Cette annonce ne devrait pas renforcer la concurrence sur le marché mondial car Telga compte dans un premier temps se concentrer sur la clientèle gandharienne. Toutefois les smartphones Black Lotus et Ziza Inc. qui sont les plus vendus au Gandhari devraient voir leurs part de marché se réduire. Telga anticipe une part de marché de 33% dès 2044 en comptant sur un élan national visant à privilégier les produits fabriqués au Gandhari.

"La loi gandharienne limitant les marges pour les entreprises nationales à un niveau socialement acceptable et raisonnable, le prix final sera sensiblement inférieur aux smartphones d'origine étrangère. Les smartphones de Telga n'auront pas non plus à être importés ce qui réduira d'autant le coût final pour le consommateur. Nos produits nationaux auront donc une compétitivité très largement supérieure aux produits étrangers."

Il faudra donc être patient pour s'équiper d'un smartphone made in Gandhari avec 4G intégrée: plus qu'un an.
Image

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1988
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse du Gandhari (2043-...)

Message par Plutark »

Kraanti ka Sammaan - क्रांति का सम्मान


L'information officielle - 1 £g


21 mai 2043


Élections générales: Le Gandhari se prépare à un renouvellement sans précédent


Image
L'écrasante majorité des candidats n'ont jamais exercé en politique


Révolution Gandharienne, Phase 2 ?
Après 4 années d'instabilité chronique mais de grands progrès économiques et sociaux, le Gandhari s'apprête à passer à une nouvelle étape de sa révolution lors des élections du 27 juin qui se tiendront 4 ans jour pour jour après la victoire d'Asha Lota.
Cette fois-ci, les Gandhariens sont appelés aux urnes pour élire pas moins de 1162 députés qui représenteront des groupements de communautés, de village et de quartiers pour les grandes villes. Si les partis qui ont structuré les 4 dernières années sont presque tous officiellement dissous, y compris le PCG, les candidats se positionnent selon des sensibilités idéologiques dans lesquelles ils se retrouvent. Néanmoins, un nombre significatifs de candidats ont fait le choix de concourir en tant qu'indépendants et donc sans aucune affiliation politique.
Darshanbir Panesar a promis que les élections seraient libres, un risque énorme pour lui car il n'est pas assuré de s'imposer comme la première force politique du pays. Le Chef de l’État Gandharien s'est exprimé concernant une éventuelle contre-performance de son camp.

"S'il advenait que je sois dans l'impossibilité de gouverner, j'en prendrais acte en me retirant. Lorsque je vois les changements opérés au sein du pays en quelques mois, je suis fier d'avoir débarrassé le pays d'une classe politique qui gardait les réflexes de l'avant-révolution. Je propose aux Gandhariens d'aller plus loin dans le processus entamé en 2039 tout en étant impitoyable vis-à-vis des forces contre-révolutionnaires qui ont tenté de mettre à mal ce qui a été construit par le peuple. Face à l'avenir, je suis confiant."

En face du camp dit des "Panésaristes", les partisans du gouvernement en exil qui exigent le retour de ce dernier à la place de Darshanbir Panesar. N'accordant aucun compliment au Président du Comité Exécutif Central, les socialistes pro-gouvernement en exil veulent que l'Amiral soit traduit en justice pour assassinat et haute trahison.
Les Écosocialistes sont de leur côté déterminés à venger la mort d'Ikna Omara et son renversement alors qu'elle était au sommet de son œuvre politique en tant que Première Secrétaire Fédérale. Eux aussi exigent la mise aux arrêts de Panesar pour les mêmes motifs que les partisans du gouvernement en exil.

C'est donc une énorme hostilité qui va s'abattre sur le Président du Comité Exécutif Central mais ce dernier assume tous ses actes et accepte volontiers de descendre dans l'arène pour démontrer sa ténacité face à l'adversité.
Pour preuve de bonne foi, Darshanbir Panesar a accepté la venue d'observateurs westréens et karmalis pour juger de la sincérité des élections. Sa bonne foi et son ouverture lui profiteront-elles malgré tout ?
Image

Répondre

Revenir à « Gandhari »