News of United Islands

Dytolie 7-8-9 | Olgarie 14
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Image
Les indépendantistes peuvent être déçu, ils semblent avoir loupé "l'occasion du siècle"

Le Non l'emporte… avec 256 voix d'avance | Le HNP demande un recomptage des voix mais Pickford refuse
16 Septembre 2044

Les urnes ont donc rendu leur verdict, la voix est tombée et c'est le "NO" qui l'emporte. Pourtant, plus de 10 heures après l'annonce du résultat officiel le Higlands National Party demande un recomptage des voix. Avec moins de 300 voix d'avance, l'écart semble si faible qu'il est vrai qu'un second décompte puisse apparaitre comme légitime. Ayla McTominey leader HNP et représentante officielle du YES a d'ailleurs demandé officiellement a plusieurs reprise un recomptage des voix. Face à elle c'est un mur qui se dresse et le Premier Ministre Wyatt Pickford ne semble pas vouloir donné une seconde chance aux Higlands. En déplacement dans une usine chimique à Bentley, le leader du gouvernement a commenté cette victoire en renvoyant dans les cordes son opposante. "Nous leurs avons donné une chance, ils n'ont pas su la saisir, j'ai gagné et ils ont perdu, point final. S'ils ne veulent pas apparaitre comme des loosers je leur conseil de ne pas s'acharner". Direct et humiliant dans son propos, le Premier Ministre n'a pas caché sa joie et c'est une véritable victoire pour lui. Omniprésent sur tout les fronts, catalysant les colères de tous il ravit sa base électorale et tient ses promesses. `Dorénavant son regard se porte sur la prochaine grande réunion des chefs d'entreprises qu'il souhaite organiser. Baptisé "National Meeting for Business and patriotism", ce rendez sera à coup sur suivi par une grande partie de nos concitoyens.

Mais la page semble difficile à tourner et la Première Ministre McTominey a indiqué qu'elle ne souhaitait pas en restez la. Furieuse de ne pas avoir de recomptage elle a décidé de saisir le Conseil Suprême de l'Union pour demander une vérification d'usage. Rappelons que le recomptage est autorisé mais nécessite une autorisation du Premier Ministre et du Parlement. Habituellement, comme le veux l'usage le Premier Ministre accepte le processus se déroule. Dans le cas présent, Pickford a refusé et a indiqué à sa majorité que "rien ne devait être concédé". Baptisés les "Higlands Loosers" par leurs détracteurs, les soutiens de Pickford ont repris ce message sur les réseaux sociaux. Alors, comment la leader HNP va t'elle pouvoir obtenir un recomptage. La voie judiciaire semble difficile, aucune fraude n'a été détectée et le Conseil se prononce rarement sur ce genre de questions dès lors qu'aucune fraude n'existe. Il semble donc que McTominey est perdu.. Dors et déjà, Clyde Barclay principal opposant en interne à Ayla McTominey a indiqué qu'il démissionnait du parti et s'apprêtait dorénavant à engager un processus d'ouverture vers un système "fédéral à la Cambrie". Hérésie pour beaucoup, le HNP connait une défaite d'une force incroyable et la claque des élections semble affirmer les tensions internes. Qu'on le veuille ou non, la prise de risque incroyable de Pickford a fonctionné et dorénavant, à moins d'une surprise de dernière minute, la question de l'indépendance higlanders ne sera plus sur le devant de la scène politique nationale pour un très très long moment.

Au delà de ce référendum, c'est toute le paysage politique des Higlands qui s'en retrouve boulversé. En effet, dans moins de 4 semaines de prochaine élections vont décider du nouveaux parlement national (tout comme le Cymrales, l'Eìres et l'île Kergonan) et McTominey aura bien du mal à redresser la barre d'ici là. Si elle reste populaire la défaite semble difficile à avaler et son entêtement à demander le recomptage puisera dans ses forces pour mener une campagne efficace. De l'autre côté le Populist Party a indiqué vouloir ouvrir des bureaux politiques locaux aux Higlands et en Cymrales. En effet, la politique protectionniste de Pickford concernant les producteurs laitiers et céréaliers notamment lui a permis d'acquérir une certaine notoriété. Si une victoire dans ces bastions de la gauche semblent quasi nulle le simple fait de vouloir rentrer au sein des anciennes forteresses Fritory attestent de la force du Populist Party. Renaissant de ses cendres il y a moins de 6 mois, le PP compte comme la seconde force politique de l'Union, au coude à coude avec le SLP. Ce dernier, peu bavard sur la question de l'indépendance Higlanders a bien fait de ne pas se mêler au débat. Son retrait lui a permis de ne pas perdre de force dans la bataille. L'épisode higlanders terminé place aux élections nationales des nations constitutives.
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Image
Offensif, le gouvernement maintient une pression (inutile ?) sur le Karmalistan

le porte-parole du gouvernement Wallace McMillan a justifié l'attitude dangereuse de Pickford
20 Septembre 2044

Répondant aux questions des journalistes, le porte parole du gouvernement Wallace McMillan a tenté de justifier le récent ultimatum adressé par notre Premier Ministre à l'encontre du Shakanat du Karmalistan concernant la bombe atomique. Assailli de questions, Wallace McMillan a tenu la ligne dure qui semble primer au sein de l'appareil gouvernemental. "Dorénavant, le Karmalistan a les cartes en mains, à lui de jouer si il ne veut pas se retrouver en position délicate". Rien ne change et la pression se maintient.. Pourtant la déclaration du Premier Ministre appuyée et soutenue par le Shiado, le Wakoku, le Khalouat et le Léonora fait grincer des dents de nombreuses nations. Parmi elle figure notamment la Confédération de Janubie du Sud. Omara, furieuse de cet ultimatum a rappelé son soutien au Karmalistan et dénoncé l'ingérence dangereuse de Pickford. Ce dernier est dessiné comme un chien fou, il est vrai que la diplomatie agressive de ce dernier ne plaide pas en notre faveur. "En mettant une telle pression, Pickford constitue un front uni en Janubo-Marquésie. Demain le Kars, Karmalistan et C.J.S vont peut être s'allier et là nous serons bien embêtés" a rappelé un député Démocrate. Car si les réactions étrangères sont critiques, l'opposition dénonce elle aussi une escalade guerrière du chef du gouvernement.

Pourtant, en dépit de réactions vives et d'une escalade guerrière totalement folle, le porte parole du gouvernement Wallace McMillan a rappelé la position du gouvernement. Sans une seule once d'hésitation il a maintenu la pression et même ajouter de l'huile sur un feu déjà bien nourri. A la question d'un journaliste lui demandant ce que ferait les Îles-Unies si rien ne bougeait à la conclusion de la deadline, le porte parole a répondu par un très énigmatique "vous verrez à ce moment là, mais une chose est sure nous agirons et je suis persuadé que d'autres nations autres que les 5 déjà présente vont rejoindre." D'un ton confiant et avec un sourire large, McMillan a développé l'initiative de Pickford et tenu à justifier ce défi lancé au Karmalistan. Ancien collaborateurs direct de Pickford au sein de la Pickford Organization, le language de McMillan ressemblait fortement à celui de son chef.

"Comme le Premier Ministre l'a rappelé, cela fait plusieurs années que le Karmalistan développe une bombe c'est claire. Toutes les actions tentées pour entamer un processus d'accord ont été avortées. Avec la complaisance de leurs voisins gandharien il avance surement vers la conclusion de leur projet nucléaire. Mais que font les nations du monde ? Que font elles ? Sont elles paralysées par la peur d'une puissance militaire karmali ? Je le pense oui. Et cette peur alimente le statut quo qui arrange le Karmalistan et la C.J.S. Nous disons stop, stop à la complaisance, stop à la complicité. On ne peut plus tourner les yeux, c'est terminé."
Wallace McMillan, Porte-Parole du gouvernement des Îles-Unies

En plaçant un délai et en mettant dos au mur le Karmalistan, Wyatt Pickford risque de voir son entreprise échouée lamentablement. Nation fière et habituée à être isolée, le Karmalistan ne mettra pas le genoux à terre et la crainte d'un affrontement armé est dorénavant dans tout les esprits. {A la différence de dirigeants modérés, le populiste Pickford tient pour le moment ses promesses les plus folles. Et dans un tweet rageur il a tenu à rappeler aux esprits de tous qu'il était prêt à "TOUTES LES POSSIBILITES"... du Pickford dans le texte. Mais, qu'on le veuille ou non, le Premier Ministre est parvenu à rassembler un front bi-partisan, multi-idéologique autour d'une même cause : le nucléaire Karmali. McTavish en aurait rêvé et Pickford y est parvenu. Instable, peut être fou, notre Premier Ministre sature la scène internationale de sa présence et ses partisans jubilent. Plus de 90% des électeurs de la droite dîte "radicale" soutiennent sa politique. Au détriment de nos alliés historique, au détriment d'une stabilité régionale, Pickford est populaire et en lice pour la personnalité de l'année 2044... mais à quel prix...
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

29 septembre 2044

Image

Le Premier Ministre réunit les PDG des principales entreprises des secteurs stratégiques à Port-Fortress
24 Septembre 2044

Extrait du discours de Pickford : "les choses seront simples : où vous rapatriez une partie des usines d'assemblages ici où je taxe chacune des voitures Euston en provenance du Makengo à 75%. Croyez moi je le ferais et je monterai à 80-85-90% s'il le faut. Comprenez moi bien j'aime le business j'en ai fait ma vie et je suis le meilleur la dedans mais j'aime encore plus mon pays"

Il l'avait promis et il l'a fait, notre Premier Ministre Pickford a convié les principaux chefs d'entreprises des secteurs stratégiques (automobiles, sidérurgies, caoutchouc etc..) et leur a dressé les objectifs du gouvernements. Dans un style très direct sous forme de colloques, le chef du gouvernement a rappelé les engagements du gouvernement dans l'action de "réindustrialisation". Confiant et fort d'une popularité toujours plus grande auprès de la classe ouvrière Picky a reçu un applaudissement nourri de l'assistance, en particulier des leaders de la sidérurgie. Renaissant depuis l'arrivée de Picky, ils représentent aujourd'hui les principaux soutiens du Premier Ministre. Dans une grande salle à Port-Fortress, Wyatt Pickford a invité un à un le PDG de l'entreprise la plus influente au sein de chaque secteurs. Les congratulant et dressant des louanges, Pickford a qualifié le PDG de la Marshall Company de "meilleur directeur qu'il est connu, à part moi même" déclenchant le rire de la salle. Un petit mot pour chaque, l'ambiance était détendu. Mais le Premier Ministre n'était pas là que pour dresser les actions gouvernementale en faveur des entreprises et la politique de nationalisme économique, ainsi lorsque le PDG de la Euston Company, principale entreprise automobile des Îles-Unies est monté sur scène, le ton a changé et Picky a déclenché ses coups.

Moins souriant et bien plus dur dans son regard, le Premier Ministre a pris à partie le PDG d'Euston. Sentant que la situation lui échappait totalement le directeur baissa la tête et encaissa un à un les frappes verbales du Premier Ministre. Lui que l'on surnommait l'ami des riches a asséné un propos que l'on avait jamais entendu de la part d'un chef de gouvernement auprès de ses industriels. Prenant à partie le leader du secteur automobile, l'image était marquante,
Image
Paddy Shaughnessy asséné d'attaques verbales par leader politique.

"Depuis mon arrivée à la tête du gouvernement j'ai réalisé un travail fantastique, fantastique... J'ai baissé les impôts sur le business comme jamais auparavant, j'ai diminué de moitié les cotisations patronales, j'ai supprimé 4000 réglementations qui vous empêchait de faire votre job librement et j'ai réinstauré une protection douanière salutaire pour nos travailleurs. Mais, je ne dois pas être le seul à faire le job, vous devez aussi le faire. Vous Monsieur Shaughnessy devez faire votre partie du job. Et ça commence par la fin des délocalisations illimité qui broie nos travailleurs au profits des étrangers qui coutes 3 Livres Cambries ! Je dit non et je vous dit non. Alors les choses seront simples : où vous rapatriez une partie des usines d'assemblages ici où je taxe chacune des voitures Euston en provenance du Makengo à 75%. Croyez moi je le ferais et je monterai à 80-85-90% s'il le faut. Comprenez moi bien j'aime le business j'en ai fait ma vie et je suis le meilleur la dedans mais j'aime encore plus mon pays et je n'accepterai plus que des étrangers à bas coûts volent le travail d'un ouvrier Cambrie. La République de Makengo nous vole nos emplois et je ne veux pas de ça. C'est mal. Ramenez de l'emplois chez nous, relocaliser et nous serons heureux. Ce message s'adresse à vous Monsieur Shaugnessy mais aussi à vous, à vous à vous ! Ramenez des jobs chez nous ! Ou je vous frapperai d'une violence que vous n'avez jamais connu. Faire du business à l'étranger je n'ai rien contre mais le faire au détriment de nos ouvriers je dis non. Enregistrez le message." Wyatt Pickford, Premier Ministre des Îles-Unies

Offensif comme nous ne l'avions jamais vu, Pickford a surpris l'assistance et ce qui devait être un jubilé et un applaudissement massif envers les entreprises Cambrie s'est transformé en épreuve de force pour la relocalisation. Interrogé à la sortie de cet évènement le PDG d'Euston a refusé de répondre à nos questions. D'après nos informations, il rencontrerait le Premier Ministre encore une fois, la menace d'une taxe à 75% à choquer dans l'administration de l'entreprise automobile. Certains crient à l'entrave commerciale mais pour les ouvriers de l'usine du New-Yorkshire d'Euston l'attitude de Pickford est applaudie. Ce dernier se rendra d'ailleurs demain dans une usine désaffectée auprès de 3600 anciens employés de cette même usine. Un accueil plus que favorable est à prévoir.
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Image

Le Président Directeur Général d'Euston Company attaque le Premier Ministre
31 septembre 2044

Extrait du propos du PDG d'Euston : "Je suis un PDG libre [...] le Premier Ministre ne devrait pas faire cela car je ne me laisserai pas dicter ma politique commerciale"

"Les patrons font de la résistance" voilà ce qu'on pouvait entendre à la sortie de la réunion organisée par le Premier Ministre Pickford il y a quelque jours. Offensif voir agressif et menaçant envers les patrons rassemblés, Wyatt Pickford avait fortement menacé un PDG en particulier : Le PDG d'Euston Company. Première entreprise automobile des Îles-Unies, fleuron de la force industrielle Cambrie, elle demeure un acteur important de la prospérité de l'Union. Pourtant le Premier Ministre s'était adonné à une critique véhémente du chef d'entreprise, délocalisant et "volant les emplois Cambrie", le chef du gouvernement avait alors adressé un ultimatum. Où les usines reviennent aux Îles-Unies (en partie) ou il taxera fort à plus de 75% les automobiles Euston en provenance du Makengo. Salué par les plus protectionnistes des économistes et par une classe ouvrière de plus en plus séduite par le Populiste, cela n'avait pas suscité la joie du PDG ciblé. Interrogé à la sortie de la réunion, il n'avait pas souhaité répondre aux questions. Quelques jours plus tard il a reçu des journalistes de la chaine CBC pour faire entendre sa voix et sa réaction. En colère et profondément outré par l'attitude autoritaire voir autoritariste du chef du gouvernement, Paddy Shaughnessy s'est montré et ferme et prêt à s'opposer à la menace du Premier Ministre. Misant sur un coup de bluff du leader populiste, le directeur de l'entreprise a tenu a rappelé son indépendance vis à vis du pouvoir et que sa politique commerciale n'était pas dicter par le pouvoir politique.

"Je suis un PDG libre, j'ai mené les affaires d'Euston pendant plus de 10 ans et j'ai doublé le rendement de l'entreprise. Nous sommes aux quatre coins du monde et nous représentons la fierté Cambrie. J'aime l'Union Cambrie et je suis un patriote mais je suis aussi un businessman le Premier Ministre devrait le savoir. Lorsque l'on mène les affaires nous devons toujours regarder comment font nos concurrents et jusqu'à preuve du contraire nous sommes une démocratie, je suis libre et mon entreprise est libre. Le Premier Ministre ne devrait pas faire cela car je ne me laisserai pas dicter ma politique commerciale. La menace n'est pas un bon moyen pour entamer un dialogue constructif. J'ai toujours eu de bons rapports avec ses prédécesseurs, il devrait faire de même."
Paddy Shaughnessy, PDG d'Euston Company

Propos courageux d'un chef d'entreprise ? Pour beaucoup d'observateurs économiques le Premier Ministre ne mettra pas ses menaces à exécutions. Une taxe à 75% sur les véhicules Euston provenant du Makengo provoquerait du jour au lendemain une hausse des prix des véhicules Euston si forte que le marché serait bouleversé. Pour les concurrents c'est une aubaine le numéro 4 Cambrie "Docker Company" a dors et déjà enregistré une hausse de 5.8% de ses commandes à la suite des menaces du Premier Ministre. Nous entrons dans un chapitre tendu pour le chef du gouvernement qui va devoir montré sa fermeté mais peut être aussi dévoilé les limites d'une politique reposant sur du populisme, de l'agressivité et de la menace. Répondant aux propos de Shaughnessy, Pickford a rappelé que ces menaces prendraient effets si il (le PDG) n'engageait pas un processus de relocalisation. Conscient du fracas que pourrait entrainer la taxe, un véritable bras de fer s'est engagé entre le PDG d'Euston et le
Image
Premier Ministre.

Cette opposition a été dénoncé par le député Stanley Atlee qui a rappelé que le fleuron industriel Cambrie devait être traité avec plus de respect. "Euston emploi plus de 59 000 personnes, comment un chef de gouvernement peut il traité une telle entreprise de la sorte ? Il n'y a là que des visées électoralistes et purement cynique". Chahuté par l'opposition, le Parti-Social Travailliste a pour une fois salué la prise de position du Premier Ministre. Si en interne le SLP demeure divisé sur cette question de la politique commerciale, Baxter leader du parti a lui salué humblement cette politique. Fait rare, il était important de le souligner mais cela ne veut pas dire que les sociaux-travaillistes approuvent la doctrine commerciale Pickford. "Sur ce point, nous rejoignons le Premier Ministre, c'est rare mais quand il faut le souligner nous sommes honnêtes et nous le soulignons" nous a déclaré Percy Gibson. Si l'opposition SLP "soutient" le Premier Ministre sur le dossier la pression se fait sentir aussi auprès du Parti Conservateur. En effet la "nouvelle garde" est bien plus protectionniste que l'ancienne et si le courant New Conservative est aujourd'hui minoritaire ces derniers ne s'empêchent pas de faire pression et leader Ghalib Maan en a d'ailleurs informé le Premier Ministre. "Quelques députés menacent de vous critiquer publiquement. Je vous rappelle que le Conservative Party est un parti très proche du Business politics", ce sont les mots qu'auraient dit Maan à Pickford. Ce dernier va devoir jouer avec toutes ces composantes dans les prochains jours...
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Image

La passe d'arme continue, Pickford lance un ultimatum
2 octobre 2044

Extrait du propos de Pickford : "Shaugnessy ne devrait pas se lancer la dedans, à la fin c'est moi qui gagne, toujours [...] il a jusqu'au 6 octobre pour entamer un processus de relocalisation. Si il ne le fait pas, aucune discussion ne commence… y compris avec le Makengo. Si il faut taxer, je taxe et ça commencera à 80%, le décret est déjà écrit. "

Les jours se suivent et se ressemblent aux Îles-Unies. Habitué aux crises Pickfordienne, notre union en connaît une de plus et non des moindres : la guerre à 2 contre 1 entre Pickford et l'axe Shaugnessy / Makengo. Le PDG qui est devenu la coqueluche de la résistance face à l'autoritaire Premier Ministre Cambrie, s'est forgé une image de "guerrier courageux" salué par Timothy McTavish. L'ancien chef du gouvernement, grand ami de Shaugnessy l'a personnellement appelé pour le féliciter de son attitude. Lui qui était le bad manager est devenu le représentant de la lutte contre l'oppression. Paradoxal sur bien des aspects, cette image reste somme toute assez superficielle mais le symbole est là : un acteur privé fait barrage à une énième provocation Pickfordienne. Ce dernier, invité au sein d'un forum sur l'innovation, a bien sur été interrogé sur le dossier Euston. Dans la salle, des industriels de tout secteurs innovants y compris automobile. Si Euston avait boycotté cet évènement, certains étaient bien présent. C'est le cas Pauline Mengelberg, directrice de ONYX et porte parole des ROGRN Aiglantin qui a été invité à se rendre sur l'estrade pour dialoguer avec le Premier Ministre Pickford quelques instants. Notons que ces deux là se connaissaient dans le milieu du business Cambrie. Si la discussion face caméra était cordiale et vague, de vives tractations ont eu lieu en dehors des caméras de télévision. En effet, un énorme projet d'installation d'usine d'assemblage ONYX et ROGRN aurait été soumis au Premier Ministre Pickford. Ayant eu écho du volontarisme politique du leader populiste, Mengelberg aurait salué cette attitude et souhaiterai faire de la Cambrie "la place tournante de l'assemblage et exportation des véhicules aiglantins en direction du marché nord dytolien". Ravi par cette nouvelle, la compagnie maritime de fret LCC Lineaurait été mis dans la boucle mais pour l'heure tout cela n'a rien de formel.

Bonne nouvelle pour les investissements étrangers mais cela ne résout pas le dossier Euston. La résistance dont faire preuve Shaugnessy a été suivie par des annonces du gouvernement makengais. Ce dernier a mis en garde le Premier Ministre sur une possible "guerre commerciale" si celui-ci s'entêtait à lancer de telles sanctions. Premier producteur d'or au monde, le Makengo a de quoi inquiéter les Îles-Unies dans cette tension commerciale. Mais pour David Valmont une donne a changé pour l'Union : la rente pétrolière. Autrefois dépendant à 100% des importations nous sommes aujourd'hui autonome et très excédentaire, plus de la moitié de notre production est exportée. En tout ce sont plus 25 milliards de dollars qui sont enregistrés chaque année en bénéfice redirigé vers le fonds souverain CDIF. Mobilisé par le gouvernement, Pickford a promis que 7 à 8 milliards de dollars seraient injectés dans l'économie via les recettes pétrolières. La force de cet argument repose dans son aspect extrêmement vague, si d'avis les Îles-Unies se lançaient dans une guerre commerciale, le fond souverain permettrait de soutenir "l'effort de guerre". Sur de ses forces, le Premier Ministre refuse
Image
pour le moment d'entrer en dialogue avec les autorités makengaises "pour le moment c'est entre lui et moi" aurait asséné le chef du gouvernement.

"Shaugnessy ne devrait pas se lancer la dedans, à la fin c'est moi qui gagne, toujours, regardez pour la plupart des accords signés ... j'arrive toujours à tirer le meilleur possible. J'ai été élu pour protéger la Cambrie, à tout prix et contre tout ceux qui souhaiteraient nous faire du mal. Le PDG d'Euston a eu tord je vous le redis, au lieu de dire 'okay je vais faire un effort' il reste sur une ligne dure qui n'est pas bonne vraiment. Je l'invite à revoir sa position dans l'intérêt de tous. Si je taxe, le prix de ses voitures va grimper d'une manière complètement folle, complètement folle ! Et si ça s'éternise il se fera doubler par ses concurrents. Je vous rappelle que le gouvernement s'engageait de financer à hauteur de 80% les relocalisations, 80 % ! Et même là il ne change rien ? Il a jusqu'au 6 octobre pour entamer un processus de relocalisation. Si il ne le fait pas, aucune discussion ne commence… y compris avec le Makengo. Si il faut taxer, je taxe et ça commencera à 80%, le décret est déjà écrit." Wyatt Pickford, Premier Ministre des Îles-Unies

Chacun campe sur ses positions et le Premier Ministre refuse pour le moment de dialoguer avec les autorités makengaises. "Il est complètement fou ! Pourquoi il ne demande pas un fameux deal, là c'est une affaire personnelle, il prend en otage l'Union" a déclaré Atlee à la Chambre des Territoires Insulaires. Ce dernier très en vue depuis quelques jours est parvenu à se positionner sur le dossier. Libre-Echangiste convaincu, progressiste et et mondialiste Atlee apparait de plus en plus comme l'antithèse totale de Pickford. Pour l'heure attendons de voir la réponse à l'ultimatum.
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Image
Lawrence Morgan aurait réussi à faire entendre sa voix et celle de son parti dans le dossier CJS/Han'Chou

Le Premier Ministre sous pression, un accord signé avec la C.J.S
6 octobre 2044

La décision se serait prise dans le bureau du Premier Ministre, entouré de son Vice-Premier Ministre, son Secrétaire à la Défense et deux conseillers. Dans une ambiance lourde et grave, Pickford voyait donc la menace C.J.S d'un très mauvais œil. Si le tenant de la prise de décision n'a bien sur pas été communiqué, une nouvelle venant d'une député conservateur proche des conservateurs du gouvernement nous a rapporté que le ton serait beaucoup monté dans le bureau du 10 Hamilton Street. En effet, Lawrence Morgan Vice-Premier Ministre aurait demandé au chef du gouvernement de "céder" à la pression d'Omara. En négociateur borné, Pickford souhaitait poussé un peu plus loin la pression et maintenir sa flotte mais il n'avait pas encore tranché. Dans un gouvernement de coalition le chef du gouvernement n'a pas toujours les mains libres et l'exemple cité atteste de cela. Voyant le conservative party joué de tout son poids pour faire renoncer à la continuation des tensions 'Picky' a décidé de se ranger derrière la ligne des "populistes modérés" et de son Vice Premier Ministre. Lawrence Morgan aurait délimité une ligne rouge à ne pas franchir "la limite c'est la guerre, pas de guerre pour un bout de terre ventelien" aurait il déclaré Morgan auprès d'un de ses collaborateurs. Face à Morgan figurait David D. Cunningham le chien fou comme il est souvent surnommé dans le milieu politique. Un échange houleux aurait eu lieu entre Morgan et Cunningham, le second reprochant au premier son aveux de faiblesse.

Tranchant dans sa décision, Pickford a décidé d'être raisonnable il appela sa flotte a continué la manœuvre pour revenir au port du Saog. Défaite ? Pour Cunningham c'est un aveux dangereux de faiblesse et il ne s'est pas privé de le rappeler un peu plus tard auprès du Premier Ministre. Visiblement de plus en plus à l'écoute de la ligne Morgan/Hammer, le Premier Ministre a surpris son équipe en demandant à appeler Omara en personne. Totalement pris de court par le chef du gouvernement, les membres présent semblent avoir hésité à agir de peur de ne pas avoir compris. Mais non en effet, Pickford souhaitait contacter Omara. Les informations sur l'entretien et la prise décision de la "détente" ne nous a pas été communiqué et pour l'heure nous ne disposons pas d'informations à ce sujet. Le résultat est cependant bel et bien là, un accord aurait été trouvé entre la Confédération de Janubie du Sud et les Îles-Unies sur une désescalade commune. Ce soir nous avons reçu un communiqué nous transmettant les dispositions d'un "accord de Baotou". Revenu du Lianwa dans la soirée, Pickford a déclaré que "c'était un super accord, pas forcément aboutit sur tout les sujets mais qu'avec ça une base de travail était là et c'est le plus important." Déroutant pour beaucoup, celui qui menaçait hier de tout les maux la CJS est finalement revenu sur sa décision en signant un accord inédit avec la future première puissance économique mondiale.

L'accord a provoqué un tollé auprès des McTavistes qui y ont vu une soumission cambrie à l'hégémonisme Gandharien, l'ancien Premier Ministre McTavish furieux de cette nouvelle a tenu des propos très virulents à l'encontre du leader du gouvernement :

"L'accord Baotou est une hérésie, nous nous sommes agenouillés devant Omara et sa flotte de rouge. Le communisme ne peut pas devenir un partenaire crédible dans la région. Pickford s'emploie à détricoter tout ce qui a fait ma politique étrangère... Où se trouve le Groupe de Hoxa qui représentait une véritable force diplomatique, où se trouve l'alliance fondamentale avec le Royaume de Kars ? Il détruit tout ce qu'il touche, son caractère populiste et sa propension à retourner sa veste nous envoie droit dans le mur. J'appelle tout les "vrais démocrates", les vrais conservateurs à dénoncer cet accord de Baotou, le communisme ne doit pas devenir un partenaire. Ne cédons rien aux rouges, rien !"
Timothy McTavish, député indépendant et ancien Premier Ministre

Furieux de l'accord, il semble que la diplomatie surprenante de Pickford soit critiquée pour la première fois par la frange anti-communiste du Populist Party. Minoritaire mais existante cette frange demeure résolument anti-communiste, parmi eux figure bien sur le secrétaire d'Etat à la Défense Cunningham. Lui qui louait la politique de Pickford semble aujourd'hui se faire moins vigoureux dans le soutien. Le Premier Ministre est un radical sur bien des sujets, mais aujourd'hui il a montré à son parti qu'il était le seul décideur et qu'aucune influence ne saurait l'emmener au bout de leurs visions. Les radicaux de Cunningham ont perdu, demain cela sera peut être les "modérés" Morgan et Hammer, mais une chose est sure personne ne parvient à cerner Wyatt Pickford.
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Image
Owain Kavanagh, homme le plus heureux de Cambrie aujourd'hui

48h après l'instauration de la "Euston Tax" le numéro 2 du secteur se frotte les mains
8 octobre 2044

Dès l'annonce de la mise en place de la Euston Tax certaines personnalités ont immédiatement salué l'attitude du Premier Ministre. Peu nombreux mais audible et surmotiver parmi eux figurait le PDG de la Docker Motor Company Owain Kavanagh. Milliardaire excentrique et ami de longues date du Premier Ministre Kavanagh à, par la voie d'un communiqué d'entreprise, salué la prise de décision du chef du gouvernement. "Le gouvernement montre à l'industrie et à nos ouvriers que le patriotisme n'est pas à vendre. Nous soutenons Wyatt Pickford." Affichant un soutien clair à Picky, Kavanagh peut se réjouir d'un coup aussi porté à son concurrent. Second constructeur Cambrie et détenant 18.7% de parts de marchés nationales sur l'automobile, Docker Company est un acteur clé de l'automobile des Îles-Unies. La taxe à 80% infligées sur tout les véhicules Euston en provenance du Makengo à entrainer une hausse préventive des commandes de véhicule Docker. En effet entre l'annonce du 24 septembre et le 6 octobre date du lancement de la taxe, Docker a enregistré une hausse de 19% de ses commandes par rapport à la même période de l'année dernière. "On est littéralement en train d'exploser ! Nos commandes vont doubler !" nous confiait un associé du PDG Kavanagh. Bonne nouvelle pour les acteurs du secteur automobile, à l'exception de Euston tout les concurrents ont enregistré une hausse de leurs commandes.

Le mouvement de relocalisation lancé par Wyatt Pickford est accompagné du New Patriotic Act, ce dernier a permis de subventionné massivement l'industrie automobile via 11.5 milliards de dollars débloqué par le gouvernement. Dans une interview accordé à un journal économique le Chancelier Suprême Francis Moermann a précisé que le financement à hauteur de 80% de toutes relocalisations de secteur stratégiques étaient dorénavant opérationnel, le fond souverain participerait à ce financement de relocalisation. Boosté par des subventions massives et épargner par la Euston Tax, la Docker Company tourne à plein régime. Cette croissance vertigineuse sous subvention étatique a permis à l'entreprise d'entamer un processus d'exportation inédit. En effet, à la suite d'une prise de contact officielle entre les autorités Vanhoises et Cambries, l'entreprise Docker a entamé un "énorme projet" d'après les dires du PDG. D'après nos informations, 3 usines Docker seraient construites au Van Ho via une zone franche libérale, plus de 14 500 emplois seraient crées et cela ferait du Van Ho la "plaque tournante d'exportation dans la région". Au courant de ce projet le Premier Ministre a salué ce business florissant.

"Je félicite le PDG de la compagnie Docker, c'est un patriote et un ami et je vois qu'il fait très bien tourné son business. A ceux qui disent que je suis contre le commerce regardez par vous même ! L'exemple est parfait, j'ai été un businessman et j'ai toujours fait des affaires, ce que je demande c'est un respect de la patrie, un respect de nos travailleurs. Si vous faites et ça que vous êtes réglos alors pas de problème ! Vous pouvez exportés vous installez à l'étranger faire marché vos boites. La seule condition c'est de ne pas voler les emplois, importer des voitures de l'étranger alors que nous sommes un producteur de plus en plus dans ce domaine c'est pas bien, c'est mal et je frappe fort. Demandez au PDG d'Euston, il m'a appelé hier pour négocier un retour d'usine. Je lui ai dit non, soit tu les ramènes, soit je continue c'est simple !"
Wyatt Pickford, Premier Ministre des Îles-Unies

Redonnant de l'air à un Premier Ministre en perpétuel en perpétuelle tensions avec les biens pensants, la croissance énorme de la Docker Company illustre l'efficacité d'une politique nationale courageuse. Dos au mur, Paddy Shaugnessy va devoir céder, dans son intérêt et celui de sa société, il va devoir céder au bras de fer qu'il a entrepris avec notre Premier Ministre. Si il cède, 5 usines reviennent soit 17 000 emplois. Fait incroyable, rappelons que toutes relocalisations sont financés à hauteur de 80% par l'argent de l'Etat. Même avec cette aide historique Euston a refusé d'adhérer à ce projet, Pickford a décidé de trancher et il a gagné.

En bref : Victor M. Trinh se dit "trahi" par la prise de contact entre le gouvernement Cambrie et le Van Ho
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Image
Page 3 : Enquête au coeur de la Cambrie de Pickford

Lorsqu'il était arrivé au pouvoir, beaucoup ne semblait pas comprendre, surpris par une victoire d'un Homme d'affaire membre mineur d'un grand parti comme le Conservative. Certains ont même pointé un hold up un phénomène illégitime. Pourtant les faits sont là Pickford est premier ministre et il dispose d'une base ultra solide. Plongeons nous donc au cœur de cette Cambrie Pro-Pickford. Nous nous sommes donc rendus dans une campagne située au sud est de Varnand dans le comté de Est-Holland. Territoire rural souvent habitué à une participation électorale faible (l'une des plus faible de Varnand) elle a voté à plus de 60% pour Wyatt Pickford. Touché par les problèmes migratoires et un chômage élevée, ce sont les oubliés de la politique Cambrie. En Pickford, ils ont retrouvé une fierté. Fierté un mot que nous avons entendus à de nombreuses reprises auprès des personnes interrogées. "Nous avons un Homme qui nous représente, il nous écoute et se soucie de nous, alors ça oui les technocrates de Saint-Luton ils n'aiment pas mais il fait du bon boulot". Mary, 57 ans femmes d'agriculteurs est une pro-Pickford convaincue. Mais pourquoi est il parvenu à toucher cet électorat qui s'était désintéressé de la politique ? La réponse se trouve dans la dimension conservatrice du premier ministre. Promettant une politique migratoire stricte, l'un de ses premiers décrets peu commenté d'ailleurs a été de mettre en place un quota migratoire. Promesse de campagne, le Premier Ministre a décidé de s'emparer avec courage de ce sujet. Pour l'heure nous n'avons pas encore les chiffres, mais d'après les analyses rapides d'organisations "humanitaire" il y a une baisse importantes des entrées migratoires sur le territoire. Pour Mary c'est une excellente nouvelle, fervente chrétienne elle ne souhaitait pas voir sa Cambrie perdre son identité. La thématique identitaire est une composante importante de l'électorat de Pickford. [...] Ajouté à cela, le protectionnisme économique engagé par le premier ministre avec notamment le quota laitier, céréalier et des taxes sur le bovin sont soutenus par cet électorat. Qualifiée de nationaliste, ultra conservateur et anti-mondialiste par les biens pensants de gauche comme de droite, ils ne sont que le reflets d'une inquiétude légitime. Pickford a su saisir cette crainte et agit avec un volontarisme qui force à l'admiration. Le courage politique semblait mort, avec Pickford nous le retrouvons.

Page 7 : la Guerre au saog, un retour de nos soldats ?

La guerre contre le terrorisme est une cause fédératrice, le personnel politique "d'avant" semblait s'accorder sur une intervention militaire pour protéger un Etat failli. Mené par Timothy McTavish l'opération "New Desert" a permis de sauver l'Etat saogien, ce dernier serait tombé sous le joug du JTA. Pourtant, après plus de 2 ans et demi de guerre, 31 soldats de tués et plus de 9000 Hommes mobilisés au plus haut du conflit, la guerre n'avance plus. Un enlisement généralisé semble se profiler en particulier dans le désert de soudsa où nos forces ne parviennent plus à progresser efficacement. Pour André Cherkov, géopolitologue d'origine Saratove, les tensions avec la C.J.S ont profondément bouleversé la coopération régionale. "La guerre au Saog était un exemple de coalition efficace, Gandhari, IU, Saog œuvraient ensemble et parvenait à enregistrer de très grande victoire. Le revirement des relations Cambrio-C.J.S à la suite des révélations nucléaire Karmali a ralenti cette coopération. Même pire, depuis janvier 2044, la collaboration est quasi nulle, McTavish semblait persuadé de pouvoir mener la résolution du conflit seul. Cette approche totalement biaisée a enlisé notre armée et le conflit. La population ne soutient plus notre action et nous apparaissons peu à peu comme un envahisseur impérialiste. La Cambrie doit retrouver le dialogue avec la C.J.S et cesser d'agir seul." Cette thèse semble validée par Wyatt Pickford. Interrogé sur la question, il aurait admis qu'un retrait des troupes était possible. Le conflit se larve et nous "n'avons pas vocation à sauver la terre entière alors que les populations locales ne souhaitent pas que l'on vienne."
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

14 octobre 2044



Image
17 500 emplois de retour, Pickford s'attire les foudres du Makengo

Après plus de 3 semaines d'oppositions fortes entre le PDG d'Euston et le Premier Ministre la victoire est accordée "haut la main" pour Pickford. Ayant réussi son parti patriotique, il est parvenu à provoquer la chute de Paddy Shaugnessy et a reçu dans le même temps une demande immédiate de levée de la Euston Tax en échange du rapatriement des 5 usines exportant aux Îles-Unies. Heureux de la nouvelle, le chef du gouvernement a levé ce matin la Euston Tax, promettant dans le même temps que les relocalisations seraient financées à hauteur de 80% du coût total. En tout ce sont 17 500 emplois qui vont être rapatriés aux Îles-Unies. Dans le New-Yorkshire de véritable scène de liesses se sont produites lorsque l'annonce de relocalisation des sites a été publiée. 3 usines seront installés dans le new-yorkhire et 2 dans le Linning. Ces relocalisations au sein de ces 2 comtés ne sont pas anodines, ce sont des terres contestées par Pickford vis à vis du Social-Labour Party. Accusés d'avoir menacé la pérennité des investissements étrangers aux Îles-Unies après ce bras de fer agressif par les Démocrates, Stanley Atlee est allé immédiatement à la rencontre du ministre de l'économie makengais qui a accepté de le recevoir. Désolé pour son Union et dérangé par l'attitude irrespectueuse de Pickford le leader démocrate a fustigé la politique commerciale de son Premier Ministre.

"Comment peut il traité ses partenaires de la sorte ? Comment veut il fonder un partenariat économique fort en insultant et en manquant de respect à son interlocuteur. Ce que Pickford ne dit pas c'est que cette relocalisation va augmenter le coût de l'automobile Cambrie et ce sont les consommateurs qui vont en payer le prix. Alors pour compenser il va baisser la fiscalité, un cercle vicieux s'installe : casse sociale, déficit." Stanley Atlee, député et leader Democratic Party

Se positionnant en adversaire du Premier Ministre et mondialiste convaincu, Atlee est parvenu à trouver un axe d'opposition efficace face à ce qu'il appel le danger "Baxtero-Pickfordien". Ces critiques concernant l'attitude du Premier Ministre et cette pression commerciale a aussi été reprochée par le Ministre de l'Economie Makengais Tshilenge. Dans un tweet rageur il a qualifié Wyatt Pickford de "Picky le fou", "Monsieur Pickford a choisit la guerre commerciale", "Monsieur Pickford s'attaque à NOS emplois, qu'il s'attende à un retour de bâton !" Preuve d'un refroidissement des relations Cambrio-Makengaise, notre Premier Ministre semble s'acharner à se mettre à dos la totalité des chefs d'Etats du monde. Enfermé dans ses certitudes et conforté par sa victoire face à l'ex PDG d'Euston, le Premier Ministre a tenu à répondre à cette attaque par tweet du ministre de l'économie makengais.

"Les propos du ministre de l'économie sont mauvais, vraiment mauvais. Comment veut il que l'on discute si il insulte ma personne comme cela ? Bon je pense qu'il était énervé et je peux le comprendre alors je ne tiendrai pas compte de son attitude. Il défend les intérêts makengais et je défends les intérêts Cambrie, c'est ça le business et c'est ça le commerce. J'ai entendu dire qu'une entreprise automobile allait investir au makengo, moi je ne l'interdit pas je demande juste un respect pour la patrie et cela passe par une production nationale pour une consommation nationale. Monsieur Tshilenge calmez vous donc, je vais inviter les représentants makengais mais j'invite tout de même Monsieur Tshilenge à se calmer un peu, si il s'entête dans cette attitude il ne sera pas reçu." Wyatt Pickford, premier ministre des Îles-Unies

Furieux d'avoir été attaqué sans concertation par le Premier Ministre Cambrie, les autorités makengaises ont déjà prises des dispositions pour éviter un abandon des sites de production. Pour l'heure la décision n'est pas tranchée mais le président Kompaoré a promis qu'aucun emploi ne serait perdu. En position défensive face à un Pickford toujours plus sur de lui, les dégâts de l'offensive commerciale du Premier Ministre ne sont aps si violent que ça pour la République du Makengo. Connaissant un chômage énorme mais une croissance vigoureuse, le Makengo ne ressentira pas les effets de cette relocalisation. De plus, le numéro automobile Cambrie The Docker Company, après avoir annoncé qu'un vaste investissement aurait lieu au Van'Ho, pourrait compenser la perte des usines Euston au Makengo. En effet, le PDG de la compagnie a déclaré qu'il cherchait à toucher le marché d'algarbe. Une chose est sure, le Premier Ministre s'est encore fait des ennemis, s'ajoutant à la longue liste actuelle.
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

15 octobre 2044




Image

Atlee, le nouveau croisé des droits de l'hommiste

Ne vous méprenez pas, derrière son regard malicieux et son image d'Homme moderne "proche de la jeunesse" Stanley Atlee est bien le plus dangereux des Hommes politiques Cambrie, et ce, même devant les personnalités politiques des socialo-westréophiles du Social-Labour Party. Issus de la formation politique du Fritory Party, Stanley Atlee est le fondateur du cercle Sinclair, rassemblant les plus grands défenseurs des théories néo-exceptionnalistes de la Cambrie. Cette clique d'interventionniste de l'universalisme défend les fameuses valeurs universelles. Vague, voir flou, le leader Démocrate est 'enfin' parvenu à se constituer une ligne politique réellement opposée à celle de Pickford. Cela s'est fait par le biais de sa politique commerciale et étrangère. Menant une courageuse guerre contre le mondialisme économique et replaçant le seul intérêt national au cœur de la politique intérieure comme extérieure, notre Premier Ministre a su éviter les sirènes des universalistes et de l'ingérence perpétuelle. Sous couvert d'un progressisme bien pensant se cache le danger des "guerres sans fins" comme le rappelait Pickford. Hé bien, c'est sur cette ligne que nous retrouvons Stanley Atlee le leader du Democratic Party. Pro mariage pour tous, pro avortement, prodémocratie et droit de l'hommiste, il s'est porté en représentant des valeurs démocratiques de l'Union. Quasiment seul sur cette ligne là dans notre paysage politique actuel, Atlee gagne depuis quelques semaines de plus en plus de crédit auprès d'une élite politique boboïsée nostalgique du néo-exceptionnalisme de Sinclair.

A 12.4% dans les sondages, il a gagné près de 5 % depuis l'affaire Euston et le bras de fer entre le Premier Ministre et l'ex PDG Paddy Shaugnessy. Le "leader des bobos" est parvenu à se constituer, reconnaissons le, une ligne de plus en plus claire sur sa vision de la politique étrangère que l'Union Cambrie devrait menée. Il a précisé sa vision lors du congrès de la Fondation Banerjee - Transnational Open Society. Organisation réunissant les progressistes de tout bord et les universalistes les plus radicaux, le leader du Democratic Party est arrivé en terre conquise. Invité à s'adresser à l'assemblée présente, Stanley Atlee a tout simplement étalé sa vision néo-exceptionnaliste devant ses interlocuteurs mais aussi devant les caméras présentes.

"Pendant combien de temps allons nous encore fermer les yeux sur les atrocités du totalitarisme ? Combien de temps allons nous laisser la fameuse realpolitik guider les actes des pays libres. Non, je dis non. Je porte, et vous portez ici, une voix bien plus difficile à tenir, celle de la morale, celle de l'Etat de droit, celle de la liberté, celle de la défense des opprimés. Ca n'est pas facile, j'en suis bien conscient mais c'est notre devoir d'agir pour ce combat. Ces valeurs sont défendues par de nombreux pays, il est temps de les rassembler, d'œuvrer ensemble pour faire proliférer ce qui constitue le point culminant d'une société épanouie : Liberté, Etat de droit, Démocratie. Pensons à ces peuples qui ne peuvent pas faire entendre leurs voix, pensons à eux. Ils ne peuvent pas parler, ils se sentent seuls, maintenant c'est fini, nous sommes là pour eux et nous devons remettre les valeurs universelles au centre du jeu international. Au centre oui ! Et cela devra être porté devant le très jeune Conférence Mondiale des Etats. Pour la première fois une tribune internationale rassemblera la quasi totalité des nations du monde. L'histoire nous regarde et personnellement, malgré le fait que mon Premier Ministre soit un nationaliste des plus navrants, je vais œuvrer chaque jour en ce sens." Stanley Atlee, Leader du Democratic Party

Ce que Atlee omet de dire c'est qu'il abat tout simplement le concept d'Etat nation et civilisations différentes. Comment peut on prétendre que tout les peuples du monde aspirent à ces valeurs universelles de la démocratie et de la liberté. La réponse est non et notre Premier Ministre l'a bien compris. Occupons nous des problèmes et des enjeux nationaux et laissons les nations tiers mener la politique intérieure qu'elles entendent mener. Interrogé sur la question du Han'CHou Atlee a plaider pour une défense des partis indépendantistes pro-démocratie. Pointant du doigt le pseudo manque d'engagement du Premier Ministre dans le dossier, Pickford s'est contenté de répondre : "pourquoi devrais je m'ingérer au sein du Han'Chou où est l'intérêt Cambrie la dedans ? Ha oui la démocratie, et bien non je ne suis pas un croisé. Je suis Cambrie et c'est déjà suffisant pour moi." A la différence de Atlee, le croisé démocratique...
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Image
Reprénsentant 20% de la population totale, l'école Smith de la Varnand Church est totalement conquise par Picky

Les Chrétiens Ultra Conservateurs, base solide de Pickford
17 octobre 2044

Picky le fou, provocateur et insultant ou encore homme de peu de foi et de valeurs, tout cela n'affecte pas la base de l'électorat de Wyatt Pickford. Rassemblée autour de lui, cette base ultra conservatrice et évangéliste a trouvé en notre Premier Ministre le vrai représentant de l'Union Cambrie. Lorsque l'on s'attarde à certaines réunions de paroisse le dimanche matin, tous chantent les louanges d'un "vrai Cambrie". Exit les multiples critiques ici tous sont derrière lui. Orphelin d'un Conservative visiblement aphone depuis plus de 20 ans, les ultra conservateurs Cambries ne sont plus parvenus à trouver un leader capable de défendre leurs idéaux. Anti-mariage pour tous, anti-immigration voir suprématiste, Pickford a su saisir le grande vide politique laissé par le dernier vrai conservateur des Îles-Unies d'après ces Smithien : Oliver Neeson (2008-2012). Coup de génie politique, replaçant le curseur politique sur des thématiques nationalistes et identitaires Pickford est parvenu à siphonner l'électorat de la droite chrétienne classique. Cela comporte cependant une rigueur politique perpétuelle. En effet, le Premier Ministre ne cesse d'envoyer des messages à sa base politique lui promettant de s'attaquer à ces thématiques d'immigration, d'identité, de croyance. Dans des discours enflammés, Pickford flatte cette électorat en leur déclarant littéralement qu'ils sont les meilleurs, qu'il va les protéger de l'extérieure, d'une perte de leur culture chrétienne. Ces thématiques touchent ces Smithien et ils le lui rendent bien.

On estime actuellement à 90% le taux d'évangéliste Varnand (Ecole Smith) votant pour Pickford. Cela représente plus de 7 millions de personnes acquises à la cause du Premier Ministre, soit 65-70% de son électorat. Cette hyperconcentation des deux tiers des pro-Pickford permet à ce dernier d'œuvre de façon précise pour sa base. Mobilisé comme jamais, il représente la frange électorale la plus soudée de l'Union. Se rendant régulièrement à l'Eglise, le Premier Ministre essaye d'aller une fois par mois au sein de sa paroisse de circonscription à Port-Fortress, il y tient un discours tout les dimanches devant une assemblée de fan chrétien. L'affluence a quintuplé depuis son élection et une nouvelle église est dors et déjà en construction. Mobilisant sa foule, Pickford a exhorté ses partisans à défendre cette
Image
Cambrie, sa vision de la Cambrie. A grand coup de nationalisme et de populisme il dresse le rêve parfait de ces ultra-conservateurs. Brandissant la bible lors de chaque discours, le Premier Ministre a indiqué dernièrement son agenda politique.

"Dès mon entrée au 10 Hamilton Street j'ai indiqué mon mantra, mon dogme pour chacune de mes politiques : La Cambrie d'abord. Mais pour que ce slogan soit totalement bon, il faut aussi agir sur ce qu'est la Cambrie. Nous sommes une terre Chrétienne et cela n'est pas négociable, nous sommes une terre croyante, profondément croyante et cela non plus ça n'est pas négociable. Pendant des dizaines d'années nous sommes partis à l'abordage du monde entier en oubliant les gens de chez nous. On vous a oublié en ouvrant nos terre à ce mondialisme de culture universelle, de gouvernement mondial etc etc.. Vous y croyez à ça ? Non bien sur ! Il est temps de revenir à ce que notre Cambrie signifie, à réaffirmer notre identité. Je vais le faire je vous le garanti. Nationalisme économique, immigration, chrétienté vous avez mon tableau de bord mes amis !" Wyatt Pickford, Premier Ministre des Îles-Unies

Assuré d'une solidité de sa base, Pickford peine à convaincre plus largement au sein de l'électorat Cambrie. En effet, si il talonne le SLP concernant l'électorat ouvrier, cela ne dépasse pas les 36% d'intentions de votes. Oscillant entre 35 et 38%, le Premier Ministre est toujours crédit d'une seconde place derrière le SLP. Ce dernier, stable, connaît cependant un arrêt de sa progression. Les politiques protectionnistes de Pickford et son rejet d'une certaine forme de libéralisme commerciale ne peut qu'être applaudit par Jaxter Baxter et sa formation politique. Le soutien d'une formation de gauche vis à vis d'une politique populiste les empêche d'assumer totalement cela. Les réformes d'immigrations permettront au SLP de retrouver un axe politique bien plus confortable. Même si l'électorat SLP est bien moins soudé que celui du PP...
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Image
S&D est né

Fusion des deux premiers producteurs pneumatiques nationaux | naissance de Sharman & Dyce
21 octobre 2044

Annoncé via un communiqué commun la nouvelle a fait l'effet d'une bombe médiatique dans le milieu automobile de l'Union. Fer de lance de la politique commerciale de Wyatt Pickford depuis son arrivée au 10 Hamilton Street, le secteur connait un boom économique conséquent. Ruisselant sur d'autres pans de l'industrie, l'aura positive d'une relance automobile nationale est arrivée jusqu'au fabricants de pneumatiques. Solide mais relativement atone en croissance depuis une dizaine d'année, la manne pétrolière et la hausse de la demande en pneumatiques de la part des entreprises automobiles a engendré une hausse de 22.3% de la production des pneus aux Îles-Unies ! Tablant sur des perspectives de croissances "tout bonnement historique", les deux premières entreprises de pneu Cambrie ont annoncé ce matin un processus de fusion d'entreprises inédit. Sharman Company et Dyce race vont donc fusionner et crée un mastodonte pneumatique Cambrie : Sharman & Dyce. En tout la future entreprise comportera plus de 199 000 employés, portant leurs productions de pneu à un niveau "énorme" comme nous le rappelait Francis Moerman le Chancelier Suprême de l'Union. Présent à l'annonce de cette fusion, le chancelier arborait un grand sourire.


"Mesdames Messieurs, je suis heureux d'être ici, d'assister à une fusion historique entre deux acteurs importants du pneumatique Cambries. Secteur important mais difficile en raison des saturations rapides des nouveaux marchés, constituer un acteur fort permet de faire face avec vigueur à ces défis qui s'annoncent. J'ai discuté avec ces deux grands monsieur là bas (les ex PDG des deux sociétés fusionnées) ils ont de très très grandes ambitions. Cela fera plus d'emplois pour nos travailleurs et une meilleure capacité d'exportations. [...] Je n'ai pas peur de vous le redire Sharman & Dyce a pour ambition de devenir le numéro 1 du pneumatique mondial ! Je suis persuadé que nous allons y arriver et le Premier Ministre a le même sentiment que moi. Il m'a demandé de vous dire que le gouvernement allait donner un coup de pouce à Sharman & Dyce, le secteur du pneumatique sera désormais assujettis aux subventions nationales dans le cadre du New Patriotic Act. [...] La croissance économique qui s'annonce promet à l'entreprise S&D des perspectives réjouissantes, que le monde le sache il faudra compter sur D&C."


Congratulant sa propre politique, le Premier Ministre a évidemment réagit à cette fusion par tweet. Peu avare en modestie, Pickford s'est laissé aller à une remarque sur un sujet bien moins sympathiques. En effet, dans la journée nous apprenions la tentative d'OPA agressive à l'encontre de la Euston Company de la part d'un acteur privé du Daï Kihn. Ferme sur ses positions et martial dans son attitude Pickford a tenu à rappeler que "Euston n'aurait pas été racheté par des actionnaires étrangers. Si elle a fait des bêtises elle n'en reste pas moins Cambrie. Je le rappelle à tous, tentez ce que vous voulez le chéquier Cambrie est énorme et il ne perd jamais." Sur de lui comme à son habitude "Picky" voit maintenant devant lui une perspective réjouissante de croissance économique Cambrie. Serions nous la première croissance mondiale en 2044 ? Pour l'heure nous ne pouvons pas le savoir mais plusieurs observateurs s'accordent à dire que l'Union entrera dans le top 10 mondial et cela permettra au Premier Ministre d'engranger un véritable background économique à sa politique.
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Image

NUMERO SPECIAL
Euston change d'actionnaire majoritaire, Nicolas Jex-Blake entre à 51% du capital de l'entreprise
23 octobre 2044

Habitué aux retournements de situation depuis la crise McTavish et les affaires du Parti Conservateur, celle du 23 octobre 2044 est à marquer d'une pierre blanche. Soudaine, totale et surtout hautement médiatisée, l'acte engagé par un mystérieux inconnu a stupéfait tout les analystes économico-financiers, allant jusqu'au personnel politique. Dans la nuit du 22 au 23 octobre un mystérieux individu à émit une offre d'entrée au capital de la société Euston Company. Fragilisé par l'assaut d'actionnaire privée du Daï Kinh, la première entreprise automobile des Îles-Unies savait qu'elle se trouvait au centre de possibles attaques. Focalisé sur les assauts étrangers, la première offre d'un certain Nicolas Jex-Blake n'a pas relevé l'attention des marchés ni même de l'entreprise. Rachetant 9% des actions cela ne relevait pas d'une OPA hostile. Mais, vers 5h30 du matin une offre tout bonnement faramineuse est émise. En moins d'une heure, la société Euston a vu 51% de ses actions se faire racheter par ce même personnage : Nicolas Jex-Blake. Prenant au dépourvu les actionnaires visés par le rachat de leurs actions, Jex-Blake a surenchérit sur le prix de ces actions, empêchant toute tentative d'obstruction à son assaut financier. À la sortie de cette OPA, Nicolas Jex-Blake est le nouvel actionnaire majoritaire de la société Euston. En affiche de tout les journaux télévisés de l'Union, Jex-Blake a répondu à plusieurs interview sur les raisons de cette OPA hostile auquel le gouvernement n'a pas souhaité s'y mêler.

Mais qui est Nicolas Jex Blake ? Homme heureux des Picky Tax, il a bénéficié de la forte hausse de la demande intérieure en investissements pour satisfaire les besoins en productions des sociétés. En moins de 5 mois il a quintuplé ses bénéfices faisant de cet Homme l'une des 20 personnalités les plus riches de l'Union. Inconnu du grand public et affable au premier abord, nous nous sommes renseignés sur le passé de cet Homme futur actionnaire majoritaire de la première société automobile Cambrie. Diplômé de la prestigieuse université de Saint-Luton, il a été trader pendant plus de 10 ans avant de fonder sa propre boite la Blake Investment Corp. Le voici donc propulsé en numéro un du futur Conseil d'Administration. Ce conseil remanié a toujours en son sein la famille Euston cette dernière a réagit par la voix d'un communiqué, impuissante face à cette force impromptue elle a salué l'arrivée d'un "nouvel actionnaire plus solide". Embarrassé de voir un tel mastodonte entré au capital, la famille Euston peut se réjouir de voir ainsi écarter toute tentative d'OPA hostile. D'après nos informations Jax-Blake et la famille fondatrice vont s'entretenir ce soir sur la situation de la société. Mis en confiance par cet achat massif d'actions Euston, le cours de l'action de la société est remonté (celui sera précisé dans un article ultérieur).
Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 1032
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: News of United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Image
S'étant retiré de lui même du Conservative, McTavish continue de peser auprès de son clan dans le blues Party

Le gouvernement de coalition à l'épreuve du Conservative Party, les McTavistes se font entendre
27 octobre 2044

Lorsque l’on regarde le Premier Ministre rien ne laisse transparaitre une tension où même une contestation de son autorité. Pourtant, au sein de son gouvernement une très importante lutte d’influence est à l’œuvre. Appelé gouvernement des patriotes à l’annonce de sa formation, Wyatt Pickford a « cru » qu’il allait pouvoir gouverner en rassemblant cette droite nationaliste nostalgique d’une époque passée. La réalité est bien plus difficile que la fiction, si le Populist Party ne fait qu’un derrière son chef, le leader ‘Picky’ apprend désormais à composer avec sa coalition. Si l’entente Dylana Bryn est extrêmement bonne, l’entente conservatrice semble bien plus ardue. Ghalib Maan, leader conservative, donne du fil à retordre à son Premier Ministre. Proche de ce dernier sur de nombreux points comme la question de la remise en cause du commerce international, Maan voit une partie de sa base blues lui sommer de faire infléchir le premier ministre sur certains points. Cumulant 30 sièges à la Chambre des Territoires Insulaires, le Conservative Party sait qu’il a la possibilité de faire tomber Wyatt Pickford. Conscient de cela une communication perpétuelle a été établit entre Maan et Pickford.

« Sur chaque dossier, on le voit arriver et je peux vous dire que c’est tendu » nous rapportait un proche du gouvernement. Après avoir mené victorieusement ce que l’on nomme désormais « la purge conservatrice », Ghalib Maan a endossé le rôle de tampon entre le Premier Ministre et sa propre base. En effet sur les 30 députés présents au sein de la Chambre des Territoires Insulaires, près d’une vingtaine appartiennent à la nouvelle garde. Anti-mondialiste, conservateur et ouvert aux propositions d’un fédéralisme « à la Cambrie » cette base des 20 est à ajouter à la minorité McTaviste toujours présente. Enfant du new conservative et proche des milieux d’affaires, ils n’ont de cesses de contester la politique protectionniste de Pickford. Le point haut de cette tension est arrivée lors de la Euston Tax. Néo-Libéraux exacerbés, ces McTavistes ont menacé plus d’une fois de contester le gouvernement en dépit de l’appartenance conservatrice à cette coalition. Cela nous mène à la schizophrénie bleue comme le théorisait un analyste politique du parti…

« Le Conservative a réussi l’exploit de ne pas sombrer après l’affaire McTavish. Il est parvenu en effectuant la purge politique la plus violente politiquement parlant de son histoire à redresser la barre. Au prix de l’ostracisation d’une grande partie de l’idéologie de la vieille garde enfant de Hélène Darrow ils ont placé à leurs têtes Ghalib Maan. Revenant aux préceptes d’un nationalisme anti-mondialiste proche d’un Pickford, le Conservative a clairement mis la barre à droite. Pourtant, en son sein une frange dites mondialiste mais que je qualifierai de McTaviste survit. Elle reste présente et constitue un petit quart du parti. Néo-libéraux, anti-communistes et Unioniste patenté. Comment peuvent-ils suivre un gouvernement qui détricote tout ce que leur leader a construit ? Le Conservative a toujours su faire preuve d’une solidité et d’une loyauté sans faille. Ce principe peut très bien éclater dorénavant, Maan ayant exclu près des trois quarts des anciens cadres du parti appartenant à ce qu’on appelait le feu New Conservative »
Karl McLloyd, spécialiste du Conservative Party

Cette schizophrénie atteint un point étonnant lorsque nous constatons que Timothy McTavish député indépendant continue d'entretenir de fréquentes rencontres informelles avec d'éminents membres du Conservative Party. Sans chef idéologiques les McTavistes du Conservative n'ont de cesse d'appeler à un retour de leur Premier Ministre. Ce dernier, maintenant ces relations ici et là et continue d'avoir une influence certaine auprès du très affaibli New Conservative (en somme dorénavant ils sont appelés les McTavistes).
Image

Répondre

Revenir à « Îles-Unies »