Lutte contre la drogue

Dorimarie 26-36
Avatar de l’utilisateur
Babr
Messages : 102
Inscription : 07 mai 2020 14:56

Lutte contre la drogue

Message par Babr »

République unie d'Anmayo
Lutte contre la drogue

Image
Ouest de Wamita, 2040
La drogue, ou plutôt les drogues, en Anmayo remonte aux origines mêmes du pays. Cependant, la drogue n'a pas toujours été un fléau. Les colons saltariens rapportèrent que les populations locales, par exemple les aoruvinas, avaient l'habitude de consommer un large panel de psychotropes extraits depuis des plantes. Deux plantes sont utilisées depuis des siècles, la coca (au sud et à l'est) et la caxanhi (au sud et à l'ouest). De nos jours, la culture de ces plantes est interdite, même s'il elle est officieusement souvent tolérée, afin d'éviter des conflits avec la population. La coca et la caxanhi sont cultivées au pied des collines ou au cœur de la jungle, dans des exploitations de petite ou moyenne tailles. Les fermiers qui en produisent cultivent la plupart du temps du café ou des bananes pour ne pas éveiller les soupçons.

Image
Champ de coca
Avant l'indépendance, en 1962, les champs de coca et de caxanhi n'étaient pas jugés illégaux. Cette politique durera jusqu'aux années 1980, avant que des liens furent établis entre producteurs de drogue et guérilléros, les ennemis principaux des différents gouvernements. Les premières campagnes de destruction de coca furent lancées en 1984, puis celles pour limiter la production de caxan débutèrent en 1987.
  • Caxanhi : plante dont les feuilles et les fleurs sont utilisées pour produire du caxan, une drogue dont la forme couramment exportée est liquide
  • Coca : dont les feuilles et les fleurs sont utilisées pour produire de la cocaïne
Image
Acteurs
Image

Liste des groupes, triée par date de création :
  • Groupe de Saelices : plus ancienne organisation, le Groupe de Saelices a été fondé en 1980 dans le nord du pays. Il a depuis cette date, et sans interruption, été un des alliés les plus fidèles de la guérilla marxiste-léniniste de l'ENC, n'hésitant pas à la financer en échange de la protection fournie par les guérilléros.
  • Réseau du Nord : fondé en 1984, alors comme partenaire du Groupe de Saelices. Il se sépare cependant de celui-ci en 1996 et le combat à partir de 1999.
  • Groupe du Centre : fondé en 1999 par des policiers dans l'objectif de combattre le Groupe de Saelices et le Réseau du Nord. Il devient exportateur de drogues puis est désigné comme groupe criminel par l’État.
  • Cartel Hurtado : branche du Groupe de Saelices créée en 2002 afin de mettre la main sur les territoires de l'ouest d'Anmayo. Il se bat aux côtés de l'ENC contre l'ERRP et l'armée, puis se sépare de sa structure d'origine en 2015, tout en restant partenaire de l'ENC.
  • Réseau de Wamita : fondé par des guérilléros de l'ERRP en 2003, il prend immédiatement le contrôle du trafic de drogue, notamment de cocaïne, vers le San Marco.
  • Cartel de Matubozo : fondé en 2013 par Tomás Matubozo, le Cartel de Matubozo s'allie d'abord avec l'ENC avant de se retourner contre elle et de financer l'ERRP. Il connaît une grande expansion entre 2025 et 2040.
  • Cartel du Sud : fondé en 2020 par d'anciens membres du Réseau de Wamita qui souhaitaient soutenir l'ENC. Il actuellement progresse de plus en plus autour de Wamita.
  • Groupe de Protection du Peuple (RV3) : le RV3, crée en 2030, se revendique comme indépendant, c'est-à-dire allié d'aucune guérilla ni d'aucun autre cartel. Il mène à l'heure actuelle une guerre à Wamita contre le Cartel de Matubozo et le Cartel du Sud.
Leaders :

GroupeLeaderAutres personnalités
Réseau du NordValentín MuñozAlberto Tafalla, Milagros Correa
RV3Dennis Otero LozanoLuis Galán
Groupe du CentreJulian SáezMaciel Gaytan Archuleta
Cartel de MatubozoCristóbal BotínMorris Garay Velázquez, Fabián Manzanedo
Réseau de WamitaGianfranco Baez ContrerasGonzalo Murillo
Groupe de SaelicesRubén ÁguilaRolando Águila, Esaú Briseño Granados, Marco Céspedes
Cartel du SudAbraham CarballoZenobio Manzanares Alaniz
Cartel HurtadoDaniel CorreaAmancio Maldonado Rubio, Jairo Beldad

Avatar de l’utilisateur
Babr
Messages : 102
Inscription : 07 mai 2020 14:56

Re: Lutte contre la drogue

Message par Babr »

Diffusé par: Département pour la Coopération Opérationnelle (DCO)
A: Centre de coopération du Conseil des États Dorimariens
auth (30): JVRZZKAzQEXsBaPRxyiACmFVNuxAPs
date: 31-01-2044 11:20 TU


Rapport d'informations
Explosions de Nueva Suerte

Le DCO confirme l'information parue dans les médias sur le fait que le Bureau de la Sécurité anmayano mène une série d'investigations sur plusieurs groupes criminels anmayanos et sur leur potentielle implication dans les explosions de Nueva Suerte.

Le DCO informe que le Bureau de la Sécurité a reçu des informations et des données des autorités du San Marco.

Le DCO informe que ces investigations sont menées par des enquêteurs affiliés au DTG (Département pour le trafic de drogues), DCO (Département pour la Coopération Opérationnelle) et plusieurs unités de l'ADI (Agence pour le Renseignement), en coopération avec la police (qui est non affiliée au Bureau de la Sécurité).

Le DCO transmet les groupes que nous surveillons et investiguons :
  • Groupe de Protection du Peuple (RV3)
  • Réseau de Wamita


Le DCO transmet les personnes que nous surveillons et investiguons :
  • Adelmo Ruelas Terrazas (RV3), homme, 60 ans
  • Atilano Solorio Cordova (RV3), homme, 38 ans
  • Ayelén Gamboa Avilés (RV3), femme, 41 ans
  • Alessandra Semprún (RV3), femme, 30 ans
  • Bernabé Ros (RV3), homme, 24 ans
  • Joanna Fonseca Atencio (Réseau de Wamita), femme, 46 ans
  • Rabulas Toro Peres (Réseau de Wamita), homme, 43 ans
  • Lorenzo López (Réseau de Wamita), homme, 20 ans


Le DCO informe que, parmi les personnes surveillées, celles-ci chercheraient à fuir au Montbardo et Marguené :
  • Ayelén Gamboa Avilés (RV3), femme, 41 ans
  • Alessandra Semprún (RV3), femme, 30 ans


Le DCO recommande aux autorités du Montbardo et Marguené de renforcer leurs contrôles douaniers, tout indique qu'ils préféraient fuir par avion. L'Anmayo a renforcé ses contrôles.

Le DCO informe que, parmi les personnes surveillées, celles-ci chercheraient à fuir au Costa Verde :
  • Rabulas Toro Peres (Réseau de Wamita), homme, 43 ans
  • Lorenzo López (Réseau de Wamita), homme, 20 ans


Le DCO recommande aux autorités du Costa Verde de renforcer leurs contrôles douaniers, tout indique qu'ils préféraient fuir par avion. L'Anmayo a renforcé ses contrôles.

Le DCO transmet des photos des potentiels fuyards et leurs données biométriques. L'utilisation de faux passeports est extrêmement probable.

Image
Ayelén Gamboa Avilés

Image
Alessandra Semprún

Image
Lorenzo López

Le DCO informe que plusieurs agents de terrain sont impliqués dans ces investigations. Ainsi, toute intervention d'un État contre les groupes mentionnés ci-dessus pourrait mettre leur vie en danger.

auth (30): JVRZZKAzQEXsBaPRxyiACmFVNuxAPs

Avatar de l’utilisateur
Babr
Messages : 102
Inscription : 07 mai 2020 14:56

Re: Lutte contre la drogue

Message par Babr »

Les loups ne se mangent pas entre eux - 1
Image

-
Amemaro, 6 février 2044

Son téléphone n'arrêtait pas de vibrer. 4, 5, 6, 10 fois, 20 fois. Chez lui, entouré de sa femme et de ses deux filles, Jerónimo Hurtado ne préférait pas être dérangé par le travail. Député du PEP, le parti du président au pouvoir Hugo Carballo, depuis plus de 12 ans, ancien militaire, Hurtado a eu une vie bien remplie. Né en 1974, il est le fils d'un petit maire local, qui milita toute sa vie pour chasser le parti communiste de sa région. À 18 ans, il s'engage dans l'armée après qu'une campagne de recrutement se soit tenue dans le village de son père. Ses cinq ans dans l'armée l'emmenèrent dans la région de Soranes chasser les guérilleros marxistes, puis plus au sud à Machajata, où il participe au massacre de Matubozo le 10 janvier 1994 dans lequel 300 guérilléros et fermiers accusés de trahison sont exécutés dans la forêt. Son unité réitère trois ans plus tard, dans la même ville, cette fois-ci l'État-Major décide de dissoudre le régiment entier. Jerónimo Hurtado ne souhaite alors pas continuer là on lui ordonne, un poste de garde-frontière à Wamita, il avait d'autres plans en tête. Durant ses années de soldat il fit route avec Edmundo González, neveu d'un député de Machajata. Il s'initia donc à la politique, occupa plusieurs postes, travailla pour diverses personnes et se fit élu député dans sa circonscription de la région de Zaraleda.

Lessivé, assis sur son lit, il consulte son téléphone. Il constate une avalanche de notifications et d'appels. "Le San Marco a mené les attaques de Wamita", "des soldats san marquans ont participé à l'assaut du 14 juillet 2043 en Anmayo", toutes des unes de la presse anmayana qui sont relayées en masse sur Uebo. Parmi les appels, des collègues députés, des maires et même un ministre. Comprenant la gravité de la situation et de ce qui risquait de lui arriver il alluma la télévision, comme dans un réflexe des plus simples. Pareil, les chaînes d'information reprenaient les confirmations du général des Armées, qui affirmait que ces documents étaient bien des originaux. Alors qu'il jurait à voix basse dans le salon sa femme Sophie Maroto lui demanda ce qui n'allait pas. "Je suis foutu ma chérie, ils vont me tomber dessus". "Qui ça "ils" ?" lui rétorqua sa femme. "Édgar, Juan et tous les autres. Je le sais. Car nous allons sûrement fermer la frontière à cause des actualités. Et ils vont me tomber dessus, tu comprends ?! Ils vont me tomber dessus !" Sophie ne comprenait toujours pas, à vrai dire son mari ne lui parlait pas beaucoup de son travail de politicien en général, elle ne savait pas qui était cet Édgar, ou même ce Juan. "Écoute, calme-toi. Le surmenage ça te réussit pas mon pauvre" sont les seuls mots qu'elle trouva à répondre. Hurtado s'était assis dans un fauteuil, la tête dans ses mains. Il était faible, apeuré. Dans sa tête, des voix lui parlaient, des phrases revenaient "Jerónimo, ne t'inquiète pas. Tout va bien se dérouler, comme d'habitude. Le parti t'écoutera, on t'écoute tout le temps." On se rassure comme on peut...
-
Aquarasco, banlieue d'Amemaro, 6 février 2044

"Où est ce chien d'Eustacio ? Il m'avait dit qu'il montait à Aquarasco aujourd’hui. En 2044 il pourrait me tenir un peu plus au courant".
"Eustacio reste à Valenrojos jusqu'à nouvel ordre, pareil pour les autres. On va pas trop bouger pour l'instant. Une bière ?"
"Eustacio est aussi fainéant que son père, et son père en était un gros. Oui, donne."
"On a chacun nos choses à faire, on va être bien occupé ici je pense. J'attends qu'on m'en dise plus".
"Ok Ok. Toi t'es un bon, Édgar. T'en es un bon."

Avatar de l’utilisateur
Babr
Messages : 102
Inscription : 07 mai 2020 14:56

Re: Lutte contre la drogue

Message par Babr »

Le Cartel du Sud met à prix la tête de Carlos Vasquez
Image
Membres du Cartel du Sud dans la vidéo publiée le 23 février 2044

Dans une vidéo publiée dix heures après l'attaque du San Marco contre l'Anmayo et le Costa Verde, Abraham Carballo, leader du Cartel du Sud, annonce offrir 20 000 000 $ à toute personne réussissant à tuer Carlos Vasquez, le président de la République de San Marco. Aucune explication n'est donnée par le chef des trafiquants dans la vidéo en question, mais, d'après des experts, il pourrait s'agir du fait que la guerre naissante entre l'Anmayo et le San Marco mette en danger les exportations de drogues organisées par le groupe.

Le Cartel du Sud, fondé en 2020, contrôle la production et le trafic de cocaïne et de caxan dans de vastes zones du sud du pays. Il financerait la guérilla marxiste-léniniste de l'ENC en échange d'une protection fournie par les guérilléros aux paysans cultivant la coca et la caxanhi. Il s'agit d'un des groupes criminels les plus présents à la frontière avec le San Marco, combattant le Réseau de Wamita et le RV3 pour dominer Wamita et ainsi contrôler entièrement les exportations de drogue à travers le San Marco.

Répondre

Revenir à « Anmayo »