[Média] Presse du Zufrana

Algarbe 72-75-76-77-101
Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
06 Juin 2046

L'Assemblée Constituante du Zufrana officiellement dissoute par le gouvernement


Il aura donc fallu huit longs mois pour avoir la conclusion de l'intense bras de fer qui opposait au Zufrana le gouvernement du Maréchal Markos Iskinder soutenu par le président Alazar Yohannes à l'Assemblée Constituante zufranaise élue en 2045. Ainsi, l'Assemblée Constituante a finalement été officiellement dissoute par ordre direct du président Alazar Yohannes qui a publié un décret dans la mâtiné du 4 juin, un décret formalisant la dissolution de la Constituante. Un décret qui fut toute de suite appliqué par le déploiement d'un contingent de la garde présidentielle aux abords de la Constituante et qui a facilement pu désarmer les quelques miliciens chargés de défendre l'assemblée.

L'issue de la crise institutionnelle du Zufrana n'est cependant pas une surprise, étant donné l'extrême position de faiblesse dans laquelle été plongée Constituante. En effet, la Constituante après avoir occupé un rôle politique majeur d'avril à novembre 2045, en n’hésitant à s'ingérer directement dans la conduite des affaires intérieures du pays en forçant notamment des changements dans la composition du gouvernement d'Emilio Gosa (mai-novembre 2045) en imposant durant le mois de juillet l'entrée de ministres hostiles à la ligne diplomatique et politique du Président Yohannes. Une ingérence qui constituait sans conteste un outrepassement des prérogatives de la Constituante, plongeant à nouveau le gouvernement zufranais dans l'immobilisme le plus total, déchiré entre les partisans de la Constituante et les partisans de Yohannes (sévèrement minoritaire en terme de sièges à la Constituante). La situation étant figée au niveau institutionnel, la seule solution ne pouvait donc venir que d'un énième coup de force militaire. Placée comme arbitre, l'armée zufranaise a au début de la crise feint d'être totalement neutre, tout en marchandant à côté avec les deux groupes.

En juillet, le Président Yohannes cède et accepte de renforcer encore le poids de l'armée dans l’État zufranais; en validant l'extension de leurs dépenses budgétaires et en nommant plusieurs "maréchaux" aux pouvoirs extraordinairement étendus. La Constituante a manifestement aussi tenté d'appâter une partie de l'armée à sa cause en déposant plusieurs projets de loi destiné à faire du Zufrana une junte militaire. Néanmoins l'opération de séduction menée par la Constituante échoua lamentablement et finalement le 15 novembre 2045, l'armée fit un premier coup de force à l'appel du Président pour déposer le gouvernement Gosa immédiatement remplacé par un "Conseil d'Urgence" dirigé par le Maréchal Markos Iskinder.

Dès lors, la Constituante cesse d'être un organe législatif véritablement reconnu, voué au déclin, ne se maintenant que grâce au soutien des miliciens du Front démocratique et socialiste des peuples tégréens (le plus grand groupe paramilitaire du Zufrana), qui souhaitant de maintenir le statu quo refusent dans un premier temps l'arrivée au pouvoir d'Iskinder et la victoire de Yohannes. Soucieux de ne pas replonger le Zufrana dans une simili guerre civile, Markos Iskinder négocia donc pendant plusieurs mois avec le FDSPT qu'il accepte de retirer son soutien à la Constituante. Cette négociation aboutit finalement à la démission, en mars, de tous les députés du FDSPT qui siégeaient à l'Assemblée constituante. Deux mois plus tard, l'armée est envoyée pour dissoudre définitivement les restes de l'Assemblée constituante. Reste la question de la constitution zufranaise, et notamment la question de sa rédaction, Markos Iskinder ayant déclaré lors de son arrivée au pouvoir que ce serait l'une des premières priorités de son gouvernement.

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
14 Juillet 2046

Une Coupe du Monde de football bien amer pour le Zufrana

Image
Assi Adamu le sélectionneur du Zufrana durant cette coupe du Monde 2046

Une mauvaise impression d'occasion manquée, c'est ce qui semblait avoir envahi le staff de l'équipe zufranaise de football lors de la tenue de sa conférence de fin de compétition. Sortie de la coupe du Monde lors des huitièmes face au Khalouat, on ne peut pas réellement dire que le Zufrana ait brillé durant cette coupe du Monde. En effet après s'être fait peur en tout début de compétition en arrachant un match nul face aux kaiyuanais, le Zufrana a ensuite remporté sa seule victoire contre l'Eahastri avant de s’effondrer face à l'ogre westréen pour finalement être battu par le Khalouat deux buts à un.

Un score extrêmement décevant pour le sélectionneur Assi Adamu, qui n'aura en définitive pas réussit à transformer pour cette édition de la coupe du Monde le Zufrana en outsider. Avec un Mengesha extrêmement poussif et un jeu peu développé, l'équipe zufranaise rentre au pays empli de déceptions pour ce qui ressemble désormais à un retour au mondial raté. C'est donc sans trop de surprise que le sélectionneur Assi Adamu a annoncé pendant la conférence de fin de compétition sa retraite.

Une fin de carrière décevante pour Adamu qui se retire après avoir été aux manettes de la sélection nationale zufranaise de 2043 à 2046 pour piloter sa renaissance. Notamment via un retour remarqué sur la scène internationale avec l'accès aux demi-finales de la coupe d'Algarbe-Marquésie 2044 et de plutôt bonnes performances lors des matchs amicaux ou encore l'émergence de l'attaquant phare Amanuel Mengesha. Reste dorénavant la question de savoir qui remplacera Adamu, un choix déterminant pour l'avenir du football au Zufrana et dont plusieurs rumeurs mettent en avant l'hypothèse Andoni Enegoita, le célébrissime sélectionneur westréen qui est maintenant retraite suite à cette Coupe du Monde. Une possibilité qui si elle s'avérait vraie marquerait incontestablement l'influence westréenne sur le football en Algarbe Centrale déjà visible au Makengo avec le compatriote d'Enegoita, Henry Baxter, à la tête de l'équipe nationale makengaise.

Pour finir il faut néanmoins aborder le réconfort notable qu'a représenté pour les zufranais la victoire extraordinaire en demi du Makengo face à l’archi favori westréen. Très suivis au Zufrana, ce match et cette victoire ont été perçue comme la revanche centre-algarbienne sur le Westrait.Ainsi la finale qui se déroulera à la Byrsa et qui verra s'opposer le Makengo au Khalouat, sera regardée avec beaucoup d'intérêt à Yenigutekema, où la majorité des supporters espèrent la victoire du Makengo.

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
18 Juillet 2046

Lancement d'un grand plan d'aménagement du Goniasa

Dévoilé par le Comité National du Recouvrement Industriel (CNRI), un plan d'aménagement et du développement socialiste du sud-est a été présenté à Asrat par le ministre de l'économie, Darge Abesalom. Avec comme objectif principal l'émergence d'un troisième pôle industriel national centré autour du triangle Asrat, Wenkele et Guhaw, ce plan d'aménagement ambitieux entend accompagner le développement de la région du Goniasa sur tous les aspects économiques et sociaux. Sur ce point, une attention particulière sera portée sur le domaine agricole avec notamment la prévision de mettre en place les premières fermes collectives du Zufrana !

Ces fermes seront crées dans des zones qui seront défrichées progressivement dans le cadre du plan d'aménagement. Elles recevront de plus d'importants crédits et se verront doter en priorité pour ce qui concerne le matériel agricole. Et en accord avec la création de ces fermes collectives, le gouvernement lancera la construction dans toute la région de communes rurales afin de mieux loger les paysans et leurs assurer des services publics basiques (eau courante, école, présence d'un médecin...).

Sur un autre sujet, le plan plan d'aménagement et du développement socialiste du sud-est prévoit le renforcement du complexe industriel d'Asrat, avec d'importants investissements dans la filière automobile et des engins motorisés (tracteur, engin de chantier, machine excavatrice...) et dans l'ouverture d'un secteur industriel dédié à l'électronique et le lancement de l'exploitation d'un gisement de coltan. La construction à Asrat d'une Centrale électrique nucléaire ▮▮ est aussi prévue, le chantier de la centrale devant démarrer avant la fin d'année.

Le plan permettra de plus une meilleure rationalisation des ressources utilisées pour développer les infrastructures routières et ferroviaires du Goniasa, avec une coordination renforcée et l’adjonction d'un volet portuaire via l'extension du port de Wenkele, dans le cadre du rapprochement économique zufrano-tarnois. Plusieurs barrages et centrales thermiques seront aussi construits pour accompagner la hausse de la consommation électrique qu'impliquera le plan.

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
08 Septembre 2046

L'Armée Révolutionnaire Populaire du Zufrana renforce sa présence au Tarnasa

Le bureau du chef d’État-major de l'Armée Révolutionnaire Populaire du Zufrana, le maréchal Basliel Asnake, a rendu officiel le renforcement des forces militaires de l'APRZ présentes à Tarnasa. Il a ainsi annoncé le déploiement sur place de la 9e division blindée, de trois escadrons aériens (soit une soixantaine d'aéronefs dont un prototype d'avion de combat multirôle ) et d'une escadre navale (8 patrouilleurs et 2 frégates). Toutes ces forces seront déployées progressivement dans la base navale de l'APRZ située dans le port de Kariba, au sud-ouest du Tarnasa.

Cette base aéronavale de Kariba est le fruit de l'accord de Wenkele signé par le Zufrana et la Tarnasa au début de l'année 2046. Inaugurée il y a tout juste deux semaines, Kariba constituera la principale base aéronavale du Zufrana à l'étranger. Elle sera destinée à être une importante plateforme logistique pour la flotte aérienne et navale de l'APRZ. Notamment en offrant un point d'accroche dans le sud-ouest de l'Océan Janubien pour les reconnaissances aériennes et patrouilles maritime que l'APRZ effectuera dans la zone. Dernier point clé du plan sécuritaire initié par le Premier ministre et maréchal, Markos Iskinder, Kariba est aussi le résultat frappant de la politique de bon voisinage mise en œuvre par Zufrana à l'égard de ses voisins (Tarnasa, Khalouat, Watuziwa et Makengo), politique qui a largement permis de réduire les tensions qui traversaient alors la région.

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
10 Septembre 2046

Une cellule terroriste tarnoise neutralisée à Yenigutekema par les gardes populaires

Des gardes populaires ont aujourd'hui communiqué l'arrestation de 9 tarnois à Yenigutekema soupçonnés d'appartenir à un groupuscule nommé Parti Communiste du Tarnasa des Exilés. Organisation fondée en 2046, le PCTE énonçait sa fidélité à la République Populaire du Tarnasa et sa volonté de renverser le régime de l'Union Islamique. Heureusement le PCTE s'est retrouvé affiché sur les réseaux par ses propres membres, notamment son fondateur présumé, Jamba Moyo qui a publié en ligne une dizaine de photos le montrant en arme avec plusieurs ses complices. Des photos précieuses qui ont permis aux services informatiques de la garde populaire de les identifier et les localiser.

Après être intervenu tôt dans la matinée dans un bidonville dans la capitale, les gardes populaires ont mis la main sur la majorité de la cellule du PCTE, sur un stock d'armes important et plus grave encore des plans qui prévoyaient des attaques contre l'ambassade de l'Union Islamique. S'il faudra du temps pour tracer l'origine des armes, les neuf suspects ont déjà été identifier comme des émigrés tarnois arrivés sur le territoire de la République Socialiste du Zufrana en 2045. L'enquête est encore en court mais devrait déboucher sur un jugement rapide au vue des preuves accablantes.

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
3 Octobre 2046

Un projet constitutionnel dévoilé par le gouvernement zufranais

Plus de trois ans après le renversement du Conseil Unitaire du Zufrana et un an après la convocation d'une constituante finalement dissoute en juin 2046, le gouvernement du maréchal Markos Iskinder a finalement dévoilé son projet constitutionnel pour le Zufrana en publiant par la presse officielle du régime un texte constitutionnel composé de 128 articles. Dessinant un régime parlementaire en mettant au centre des futures institutions zufranaises une chambre monocamérale nommée le Shengo National aux pouvoirs étendus, cette Constitution souhaite clore définitivement la période de flottement ouverte par la victoire des révolutionnaires sur les partisans de la junte militaire du Conseil Unitaire du Zufrana. Victorieux en 2043, les révolutionnaires se sont rapidement divisés sur la question du contenu à donner aux nouvelles institutions du Zufrana après l'échec manifeste de la Constitution fédérale rédigée en 2014 (Constitution dont le Maréchal Iskinder, le chef du CUZ, s'était fait l'ardent défenseur). Une profonde discorde qui provoqua entre 2043-2046 près de quatre coup d’État et des dizaines d'affrontements armés ou larvés opposant les diverses factions membres de la coalition anti-CUZ.

Par ailleurs, le gouvernement du maréchal Markos Iskinder, en même temps qu'il dévoilait son projet constitutionnel, a publié un décret, signé par le président Alazar Yohannes, structurant l'organisation d'élections législatives et d'un référendum sur le projet constitutionnel du gouvernement pour le 6 novembre (premier tour des élections législatives) et le 20 novembre (second tour des élections législatives et le référendum).

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
11 Octobre 2046

Le Zufrana plongé dans le chaos suite à l'émergence d'une Armée Nationale Reconstituée

Revenue il y maintenant un an dans une certaine paix intérieure et alors qu'un projet constitutionnel avait été trouvé, la situation sécuritaire du Zufrana s'est en moins d'une semaine violemment détériorée. En effet confronté à une réémergence surprenante des mouvements armés antigouvernementaux, le maréchal Markos Iskinder a déclaré l'état urgence pour six mois alors que plusieurs unités de l'Armée Révolutionnaire Populaire du Zufrana ont été déployées dans les grandes villes et zones sensibles pour les protéger.

Commencé le 3 octobre par l'explosion d'un important centre industriel de Yenigutekema, le pays a été victime d'une vague d'attaques coordonnées ayant réussie à endommager à divers degrés plusieurs voies de communication, centres industriels, infrastructures énergétiques et militaires. Au total au moins 49 attaques ont été répertoriées par le gouvernement zufranais. Toutes ces attaques ont été revendiquées l'Armée Nationale Reconstituée, une milice opposée à l'Etat zufranais ayant annoncé dans un communiqué vouloir renverser les "dirigeants sanguinaires et corrompus à la botte de l'étranger".

Jusqu'alors complètement inconnue, l'Armée Nationale Reconstituée a en ce début de mois d'octobre frappée un très grand coup en réussissant à sévèrement affaiblir plusieurs secteurs stratégiques de l'économie zufranaise. Des capacités d'action manifestes qui soulèvent des questions sur les réels moyens à disposition de l'ANR.

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
12 Octobre 2046

Le gouvernement annonce refuser toutes ingérences étrangères dans les affaires nationales

Alors que la scélérate Armée Nationale Reconstituée est sortie du trou dans lequel elle s'était terrée pour lâchement frapper à l'aveugle la population civile, le gouvernement du maréchal Markos Iskinder a annoncé préparer activement la contre-attaque qui l'éradiquera définitivement. Et sur ce point près de 600 000 hommes sont actuellement en train d'être mobilisé dans tout le pays pour pouvoir assurer un rapide retour à l'ordre. De plus le maréchal Markos Iskinder a tenu dans une communication réaffirmé sa volonté de défendre à tout prix l'indépendance national du Zufrana, il a notamment reproché à l'Askazie de vouloir s’ingérer dans les affaires internes du Zufrana en souhaitant vouloir déployer un contingent international de l'OUA au Zufrana.

Ainsi le maréchal Markos Iskinder a rappelé avec beaucoup de justesse que le Zufrana serait largement capable de gérer ce qui s'apparente aujourd'hui à une simple et passagère résurgence des mouvements réactionnaro-cuzistes.Que les traitres, anarchistes et déviants de tous genres tremblent, la juste et furieuse épée du prolétariat en armes s'abattra bientôt sur eux !

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
14 Octobre 2046

L'Armée Nationale Reconstituée annonce avoir formé une vaste alliance antigouvernementale

Image
Le major Mikael Gammada, président du Comité National de l'Armée Nationale Reconstituée

L'Armée Nationale Reconstituée a publiquement annoncé avoir constitué avec plusieurs grosses milices zufranaises un vaste front antigouvernemental. Nommé le Front d'Octobre, cette alliance réunit près d'une vingtaine de milices dont pour les plus importantes le Mouvement Populaire Gamus, le Parti Populaire Démocratique Communiste Révolutionnaire Intégral Hosadiste du Zufrana, le Front de Libération du Peuple Ashal, le Front Armé des Gallinyas, l'Armée du Salut Gerawege, le Comité des Tribus d'Ishaak ou encore l'Armée Kubwanaise du Seigneur. Extrêmement hétéroclites, les différents membres du Front d'Octobre se sont néanmoins donné l'objectif commun de déposer le gouvernement du maréchal Markos Iskinder, de mettre fin au socialisme zufranais pour instaurer au Zufrana un "réel État pluriethnique démocratique respectueux des traditions et des coutumes".

Élément moteur du Front d'Octobre, l'Armée Nationale Reconstituée a, après sa série d'attaques survenue du 3 au 11 octobre, revendiqué avoir mis en déroute plusieurs unités l'Armée Révolutionnaire Populaire du Zufrana dans le sud-est et le nord du pays. Dirigé par un ancien officier gamus de l'Armée Fédérale Zufranaise (2031-2039), le major Mikael Gammada, l'Armée Nationale Reconstituée a semble-t-il prit complétement de court le gouvernement zufranais et son armée en frappant avec force de nombreux points stratégiques du pays avec comme seule notable exception la région du Tegray, terre du tout-puissant Front Démocratique et Socialiste des Peuples Tégréens.

Ainsi l'Armée Nationale Reconstituée se pose dorénavant comme une menace extrêmement sérieuse pour le gouvernement zufranais, qui en conséquence mobilise dans tout le pays son armée et ses alliés afin d'espérer endiguer le plus rapidement l'extension de ce mouvement rebelle.

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
18 Octobre 2046

Au Zufrana, de nombreux généraux gallinyas et geraweges ont fait défection

Image
L'ancien premier ministre zufranais, Émilio Gosa, au côté du général Arnaldo Guddataa à Gidomene

C'est véritable coup de tonnerre qui a frappé Yenigutekema, alors que le gouvernement Iskinder pouvait jusqu'à peu espérer mater rapidement et sans remous l'insurrection armée formée autour de l'Armée Nationale Reconstituée et du Front d'Octobre. De très mauvaies nouvelles en provenance du sud-ouest ont fait voler en éclats cette fragile chimère. En effet dans la région du Goniasa, de très hauts-gradés gallinyas et geraweges de l'Armée Révolutionnaire Populaire du Zufrana ont annoncé dans une tribune commune qu'ils refuseront d'obéir aux ordres de Yenigutekema et ont déclaré rallier le Front d'Octobre.

Prétextant vouloir "défendre les droits politiques et religieux des peuples zufranais face à l'autoritarisme ethnocentré du pouvoir socialio-abmasa", les forces séditieuses représenteraient une part comprise entre 60-80% du total des unités de l'APRZ stationnées au Goniasa. Une situation gravissime pour l'APRZ, qui va se retrouver amputée d'une part considérable de ses effectifs et surtout est confronté à un réel risque de perdre le contrôle du Goniasa (la deuxième plus grande région du Zufrana avec près de 37 000 000 d'habitants). D'autant les militaires rebelles ont accompli un véritable coup de force en arrivant à prendre d'assaut la prison de Gidomene où était détenu l'ancien premier ministre du Zufrana, Émilio Gosa, que le maréchal Markos Iskinder avait déposé à la fin de l'année 2045. Une fois libéré par ses partisans, celui-ci s'est affiché en uniforme militaire aux côtés du général d'armée Arnaldo Guddataa, pour appeler au soulèvement général contre le gouvernement zufranais.

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
30 Octobre 2046

Zufrana : le chef d'état-Major de l'APRZ, le maréchal Basliel Asnake, tué dans un crash aérien près de Yenigutekema

Image
Le maréchal Basliel Asnake le 29/10/2046 à Gedo, assistant à une manifestation gouvernementale

Confirmée aujourd'hui par une annonce du gouvernement zufranais, le chef de l'état-major de l'Armée Révolutionnaire Populaire du Zufrana, le maréchal Basliel Asnake, trois de ses aides de camp, neuf haut-officiers (dont trois généraux) et quatre-vingt-dix soldats ont trouvé la mort ce samedi 30 octobre dans la mâtiné alors qu'ils revenaient de la ville de Gedo, leurs avion ayant été abattu par un missile sol-air à quelques kilomètres à peine de l'aéroport de Yenigutema. L'attaque a été immédiatement revendiquée par l'Armée Nationale Reconstituée, qui a déclarée avoir frappé avec succès le cœur de l'APRZ et que cette action ne ferait qu'inaugurer une offensive plus vaste.

Du côté de Yenigutekema, la mort du maréchal Asnake semble avoir profondément impacté les autorités zufranaises comme en atteste la sortie télévisée du ministre de la Défense du Zufrana, le maréchal Ruphael Teka, qui fait part de son bouleversement de voir disparaitre l'un des plus grands hommes de la nation zufranaise et que sa mort constituait une immense perte pour la cause révolutionnaire nationale et internationale. De plus, cette disparition du maréchal Basliel Asnake risque de renforcer l'affaiblissement de la position du maréchal Markos Iskinder et de son gouvernement.

Confronté depuis plusieurs semaines à une très grave crise interne notamment dans l'armée avec un important soulèvement militaire antigouvernemental dans le Goniasa, le maréchal Markos Iskinder vient de perdre l'un de ses plus proches soutiens et un allié très puissant. En effet, le maréchal Basliel Asnake avait la réputation d'être un fervent partisan du maréchal Markos Iskinder et l'un des piliers de son pouvoir au Zufrana. Il avait sur ce point activement participé au coud de force militaire ayant conduit au limogeage de l'ancien Premier ministre, Émilio Gosa (février-novembre 2045) et son remplacement par le maréchal Markos Iskinder et c'était d'ailleurs suite à cet évènement qu'il avait été nommé chef d'état-Major de l'APRZ. Néanmoins bien que sous le choc, le gouvernement zufranais a déjà fait part que l'APRZ ripostera rapidement.

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
14 Novembre 2046

Face à la réémergence de l'EID au Dalkishaak, le gouvernement zufranais déploie ses milices

Image

Confronté à l'inquiétante renaissance de l’Émirat Islamique du Dalkishaak et mis sous pression par les mutineries gallinyas, le gouvernement zufranais a validé, afin de soulager l'armée zufranaise, le déploiement sur place de plusieurs milices en tant qu'auxiliaires de son armée. La plupart de ses miliciens sont des miliciens orthodoxes ayant fait partie de groupes "d'autodéfenses" anti-ishaak qui étaient actifs pendant la guerre civile. Ses forces, le Zufrana en avait déjà eu recours en 2043 pour endiguer l'avancée du même Émirat Islamique, qui à l'époque menaçait directement le nord du territoire abmasa. Après des mois de violents affrontements, les autorités zufranaises avaient finalement ordonné le retrait de ses milices de la région du fait que la situation militaire et politique du Dalkishaak s'était largement stabilisé, ne rendant plus nécessaire l'utilisation de forces peu contrôlées et régulièrement accusées de crimes de guerre.

Cependant, le contexte intérieur du Zufrana s'est en cette fin d'année tellement dégradé, que le gouvernement zufranais pour empêcher l'effondrement total de son autorité dans le Dalkishaak, se retrouve obligé de mobiliser à nouveau les milices irrégulières orthodoxes qui vont dorénavant s'afficher comme le fer de lance de la lutte anti-EID, notamment les fils de Salomon, l'organisation paramilitaire orthodoxe ayant revendiqué être capable d'envoyer près de 60 000 volontaires au Dalkishaak. De plus, l'Union Démocratique du Peuple Negedi, le groupe paramilitaire/parti politique qui représente et contrôle le territoire des juifs zufranais, le peuple negedi, a de son côté aussi annoncé être en train de déployer ses propres hommes afin de protéger son territoire, la région du Negedi Midiri, frontalière du Dalkishaak.

La mobilisation de ses forces irrégulières, devra surtout permettre à l'Armée Révolutionnaire Populaire du Zufrana de concentrer ses forces au Goniasa pour couper court à la rébellion militaire, qui selon les dernières informations, s’approcherait dangereusement d’Asrat, la troisième ville du Zufrana, la capitale régionale du Goniasa et qui en cas de chute ouvrirait pour les insurgés une voie sur les hauts plateaux d'Arshewa et donc Yenigutekema.

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
23 Novembre 2046

Réuni à Hizan, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe zufranaise apporte son soutien au gouvernement de Markos Iskinder

Image

Siège multiséculaire de l'orthodoxie zufranaise, la ville d'Hizan a cette semaine accueillie pour trois jours le concile du Saint-Synode, l’institution collégiale au sommet de toute la hiérarchie de l’Église orthodoxe du Zufrana. Convoqué exceptionnellement par le chef de l’Église orthodoxe du Zufrana, le Patriarche Abune Markos, la réunion de cette grande assemblée religieuse est survenue alors que le gouvernement zufranais se retrouvait mis en difficulté dans de nombreuses régions du pays. L’Église orthodoxe a donc sous la direction du Patriarche Markos tenue à réaffirmer sa reconnaissance et son soutien à l’État socialiste zufranais.

Une prise de position qui s'est incarnée dans un message enregistré et télédiffusé le 22 novembre où le Patriarche Abune Markos dénonce violemment les attaques menées par les rebelles du Front d'Octobre dans le pays. Le Front d'Octobre étant selon ses propres mots en train de "détruire méticuleusement la paix intérieure (du Zufrana) pour espérer déclencher à son profit un conflit civil extrêmement meurtrier", déplorant le "massacre d'innocents" et en particulier le "meurtre sauvage de prêtres et de moines" qui auraient été perpétrés par des membres du FO dans le Goniasa. Le Patriarche ayant aussi fait un appel à l'unité des croyants derrière le gouvernement du maréchal Iskinder pour que cette "'épreuve douloureuse soit surmontée grâce à la réconciliation et le réunion de tous" pour que soit mis en échec "le plan délétère des séditieux de l'étranger", le Patriarche ayant en effet évoqué à plusieurs reprises la "possible implication de puissances islamiques dans les affaires internes de notre pays pour encourager la déstabilisation du seul pays orthodoxe et socialiste de la région", une accusation à peine voilée formulée à l'encontre du Khalouat.

L'objectif de l’Église orthodoxe par cet appel était surtout d'empêcher que des "frères partageant ardemment la même foi s'entretuent", le Saint-Synode savant pertinemment qu'une partie des rebelles et de ses commandants sont des orthodoxes convaincus, il espère ainsi que l'autorité du Patriarche suffise à faire rentrer dans le rang une grande partie des insurgés militaires du Goniasa afin d'éviter que l’Église se retrouve divisée en deux camps.

De plus, le Patriarche a surtout concentré ses coups sur l'EID, le groupe armé islamique ayant été décrit comme l’ennemi le plus urgent à affronter et à combattre, "Ils travaillent (les membres de l'EID) jour et nuit à détruire le Zufrana. Ils n'ont aucun répit quand il s'agit d'anéantir tout ce qui fait le Zufrana. Ils souhaitent éradiquer l'orthodoxie de l'Algarbe, ces sauvages n'ont plus rien d'humain. J'ai eu le malheur de voir de mes propres yeux des centaines de corps d'innocents que ces fous avaient atrocement mutilés pour le plaisir. Et aujourd'hui au Dalkishaak, des milliers d'orthodoxes sont de nouveau menacés", déplore, le Patriarche Abune Markos. Qui a du même coup justifié l'envoi des fils de Salomon comme étant une "dure mais impérieuse nécessité", pour notamment protéger les monastères et le clergé orthodoxe présent dans la région, le souvenir de la destruction de l'église de Saint-Georges restant très fort.

Pour conclure, ce maintien de l’Église orthodoxe au côté de l’État zufranais et de son gouvernement, constitue un soutien de poids pour le maréchal Markos Iskinder, qui va pouvoir compter sur la très puissante administration ecclésiastique pour maintenir son autorité et couper l'herbe sous le pied aux généraux orthodoxes du Goniasa qui espéraient que l’Église se désolidariserait de l’État socialiste. Néanmoins cela reste à double tranchant, Markos Iskinder courant le risque de s'éloigner encore plus des minorités religieuses zufranaises, notamment les chrétiens protestants et musulmans, face au risque que l’Église profite de sa position dominante vis-à-vis d'un gouvernement affaibli pour renforcer son poids dans le pays et même dans l’État, en exigeant par exemple une extension en sa faveur des accords de Yenigutekema.

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
29 novembre 2046
Au Zufrana, un enlisement du conflit qui inquiète
Image

Déclenché durant le mois d'octobre 2046 par une série d'attaques orchestrée par l'Armée Nationale Reconstituée contre des bases militaires et des installations stratégiques, le 6ème conflit militaro-civil du Zufrana était au début circonscrit à une simple lutte opposant le gouvernement du maréchal Markos Iskinder aux forces rebelles coalisées par l'Armée Nationale Reconstituée dans le Front d'Octobre. Cependant le conflit a entretemps sévèrement empiré avec la rébellion d'une importante partie des forces militaires gouvernementales stationnées dans la région du Goniasa et la réémergence de l’Émirat Islamique du Dalkishaak.

Dans les premiers jours du conflit le Front d'Octobre a largement surpris l'armée zufranaise en arrivant à la mettre en déroute dans plusieurs endroits du pays, ayant même réussi à frapper le 30 octobre 2046 son commandement en abattant un avion militaire qui transportait le chef d'état-major de l'Armée Révolutionnaire Populaire du Zufrana, le maréchal Basliel Asnake. Néanmoins passé ses succès initiaux, le Front d'Octobre a rapidement dû faire face à ses propres limites. Car alors que la propagande produite par les rebelles du FO prédisait l'effondrement imminent du gouvernement zufranais, les forces gouvernementales sont arrivés à rétablir la situation dans une grande partie du territoire, sécurisant les régions stratégiques de l'Arshewa et du Tegray. Transformant de fait l'insurrection en un conflit périphérique, le FO n'ayant pas réussi à mobiliser efficacement les abmassas (36,8% de la population totale zufranaise),les tégréens (14,5%) et quelques autres petites ethnies, qui dans leur globalité sont restés pour les premiers fidèles au gouvernement et pour les seconds à la milice qui tient le Tegray, le Front Démocratique et Socialiste des Peuples Tégréens.

Pris en hauteur, ce conflit représente de fait une continuation de la guerre civile survenue au Zufrana entre 2041 et 2043 qui avait confirmé la chute du modèle fédéral qui prévalait au Zufrana depuis 2014. Cette liquidation du fédéralisme zufranais avait ouvert la voie à une recomposition de l'équilibre des forces au sein des ethnies zufranaises, remettant au second plan des forces politico-ethniques qui profitaient du système de représentation fédérale pour exercer une influence majeure dans le gouvernement central, comme exemple les Ashals (4% de la population), les Gamus (1,6%) ou encore les Sidaminyas (2,4%). Car avec la prise du pouvoir du Front Révolutionnaire des Peuples du Zufrana (FRPZ) en 2043, les postes ministériels du gouvernement central se sont retrouvés distribués et occupés majoritairement par des abmassas, des gallinyas et des tégréens, les ethnies d'appartenance des commandants de la FRPZ.

Éloignés du gouvernement central à partir de cette période, cumulé au fait que le nouveau pouvoir zufranais ne souhaitait pas renouveler l'expérience fédérale pour préférer une recentralisation des pouvoirs dans un État unitaire tout en préservant une certaine autonomie locale. Ce sont donc ces incarnations politiques des ethnies périphériques qui constituent le gros des troupes du Front d'Octobre. Soit une composition extrêmement hétéroclite et étroite, voire explosive quand on sait que des membres du Front d'Octobre se sont déjà affrontés dans le passé pour le contrôle de certains territoires, notamment à l'ouest du Zufrana dans la région de l'llyudiri où les tracés ethniques sont extrêmement flous.

De tout ce contexte chargé s'est rajouté en fin d'octobre la mutinerie des troupes gallinyas et geraweges. Un évènement qui est venu brouiller les lignes, les mutins n'étant pas unis entre eux avec une partie pro-FO et une partie qui lui est au contraire hostile. Ce soulèvement militaire étant avant tout une réaction de certains officiers et dirigeants gallinyas et geraweges qui craignaient avec l'arrivée du maréchal Markos Iskinder être durablement écarté du gouvernement central. En effet chez les officiers geraweges et les gallinyas, l'éviction par la force du gerawege Emilio Gosia de son poste de Premier Ministre à la fin de l'année 2045 a été perçu comme une agression abmassa. Ces derniers avaient à l'époque espéré que les tégréens de la FDSPT se rallieraient à leur cause, espoir finalement déçu par la décision de Romedan Nur de se ranger du côté de Markos Iskinder. La frange gallinyo-gerawege de l'armée zufranaise hostile à Markos Iskinder aurait donc pu très bien profiter de l'émergence du FO pour se soulever afin d'exiger le départ de Markos Iskinder.

Néanmoins Markos Iskinder est resté, celui-ci étant dorénavant conforté par l'appui de l’Église orthodoxe et le maintien de son autorité au sein de l'Armée Révolutionnaire Populaire du Zufrana en plus du soutien international du PACAM. En face de lui, les mutins gallinyo-gerawege menés par une junte militaire dirigée par l'ancien Premier ministre zufranais, Emilio Gosa, et le général Arnaldo Guddataa menacent Asrat de manière de plus en plus pressante. Enfin, la réapparition de l'Émirat islamique de Dalkishaak vient donné une nouvelle dimension à la crise du Zufrana, cette guérilla islamique réactivant les logiques de la guerre de religion (orthodoxes contre musulmans) et réveillant les tensions régionales avec une implication accrue du Khalouat, de Tarnasa et des pays PACAM dans la crise zufranaise.


Image
Estimation de la crise zufranaise à la fin novembre 2046

Avatar de l’utilisateur
Leborgne
Messages : 1405
Inscription : 05 févr. 2020 13:35
NJ : Zufrana
NJ V4 : Lantanie
Première date d'inscription : 0- 9-2019

Re: [Média] Presse du Zufrana

Message par Leborgne »

Image
2 Décembre 2046

A Asrat, l'Armée Révolutionnaire Populaire a repoussée les militaires séditieux

Image

Les militaires séditieux du Goniasa qui menaçaient ces derniers jours Asrat ont été mis en déroute par l'Armée Révolutionnaire Populaire avec le concours précieux de nos alliés gandhariens. Cette importante victoire a été annoncé le 2 décembre 2046 par le porte-parole de l'ARPZ, le Colonel Teshale Abdesalom, qui a déclaré que l'offensive rebelle dirigée contre Asrat a été stoppé net par les forces aériennes nationales. En effet comme dévoilé par le Colonel Teshale Abdesalom, durant les journées du 30 novembre, 1 et 2 décembre, plusieurs escadrilles de l'APRZ épaulée par l'aviation gandharienne ont effectué des frappes dans les alentours d'Asrat, avec notamment l'engagement des nouveaux modèles d'Avion de combat multirôle ▮▮▮▮ et Bombardier ▮▮▮▮ des forces aériennes nationales.

Conduites avec succès, ces frappes aériennes ont neutralisé le gros des troupes rebelles déployées près d'Asrat et selon le Colonel Teshale Abdesalom, des brigades mécanisées et blindées entières ont été détruites ou rendues inopérationnelles, impactant drastiquement les forces rebelles, qui ont dorénavant perdu l'initiative. De plus, le Colonel Teshale Abdesalom a aussi annoncé que ces frappes aériennes ouvraient le lancement d'une opération militaire de grande ampleur dans le Goniasa. Nommée "conserver l'espoir", cette opération débutera par le bombardement intensif des forces rebelles pour détruire toutes ses lignes logistiques afin de lourdement le déstabiliser, puis des divisions l'APRZ se chargeront de mener une offensive terrestre pour reprendre peu à peu le contrôle de la région.

Répondre

Revenir à « Zufrana »