Publicaciones

Dorimarie 47
En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

Uebo en effervescence dans le pays, la démission du président demandée

Image
La célèbre plateforme est en effervescence, les demandes de démissions s'accumulant à mesure que des dossiers sont révélés.


Scandale, Scandale ! Des dossiers compromettants fuits sur les réseaux sociaux, au point que l'Intelligencia est débordée et lutte contre une véritable hydre. Le gouvernement ferait actuellement demander répétées à Uebo pour suspendre tout les comptes relayant les informations mensongères, demandes face auxquelles le réseau social aurait répondu "il nous est impossible d'agir, nous sommes apolitiques". Si les tractations sont toujours en cour, les demandes se multiplient sur la plate-forme pour demander la démission du président Vasquez; des demandes qualifiées par les autorités de "manœuvres trollesques comme disent les jeunes". De notre côté, nous avons demandé s'il était possible d'avoir des informations concernant la localisation des principaux comptes demandant (sans révéler les données personnelles) via la question : ces demandes, proviennent-elles du San Marco ?

Avec l'armée qui se déploie en ville, on assiste à une certaine protestation populaire, toujours à domicile pour l'heure, relayée par les réseaux sociaux, des immeubles dont l'ensemble des résidents aux fenêtres huent les forces armées se déployant pour saillir les principaux points stratégiques du pays. Des rumeurs allant en grossissant font état d'une atmosphère très chaude dans la capitale, et d'une séance houleuse au parlement où les divers représentants s'affrontent toujours sur le plan rhétorique, mais où les divisions sont palpables entre "unis derrière le péril" et le "destituons et arrêtons les frais". Deux visions qui semblent avoir attiré l'œil du président puisque des forces se déploient autour de la chambre, officiellement pour assurer la sauvegarde des institutions. Dans les faits, la dernière fois que l'armée s'est présentée autour de la chambre, les heures qui suivirent furent marqué par sa prise par la force et par l'expulsion des représentants. La tension du gouvernement semble gagner la rue, et un blocage pur et simple du réseau internet serait DIT-ON [sources non-fiables] envisagée.

El Despierto, 06 Février 2044


En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

On peut revenir si tu veux Hugo...

Image
Lors d'un discours dans une plantation de l'arrière-pays, le président à fait clin d'œil au président Anmayote


"Selon notre cher Hugo, sa défaite est due à "la couardise du gouvernement san marcan". Dois-je lui rappeler que formellement, la guerre n'est pas finie, il n'y a plus de combats, mais aucun cesser le feu n'a été signé. Et si pendant la guerre, on a pu douter de moi, le résultat à lui été sans appel, car c'est bien parce que le camp d'en face s'est taillé que nous n'avons pas pu savoir ce que nous valions sur un champ de bataille. Toutefois, les causes de ce qui fut un court conflit sont toujours existantes : la drogue. Et seule la fermeture de la frontière et l'anéantissement de tout ce qui pourrait provenir de l'Anmayo a permis de ne pas étendre le bain de sang. J'ai promis de mettre fin aux entrées de drogues sur le territoire san marcan au début de mon mandat, ce postulat n'a pas changé."

Ces déclarations font suites à celles relatées par le journal El Perico. En effet, le président voisin semble en difficultés depuis qu'il a été lâchement abandonné par son allié du sud, le laissant seul face à nos forces armées qui, disons-le, les surclasses en nombre. Toutefois, comme l'a précisé après coup le ministère des Affaires étrangères : "des négociations pour aller vers un rétablissement de la paix complète sont possible, nous y sommes ouvert. Les Anmayans connaissent nos revendications, nos demandes et nos attentes, il ne tiens qu'à eux de collaborer. La négociation serait également à l'ordre du jour.
Néanmoins, il est rappelé que l'armée est toujours dans un relatif niveau d'alerte du fait que la cessation des hostilités ait été non-formelle."


Le président Vasquez, de son côté, jouis d'une popularité renforcée et d'un état de grâce parmi les plus rares du san marco avec la défection de l'allié costa verdin, laissant un goût de victoire au pays, même si aux yeux des militaires, il n'y à guère qu'un travail inachevé sur les rails, que ce soit tant sur le plan militaire, que politique....

El Despierto, 06 Octobre 2044


En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

Nous avons tenté la paix... ils n'en ont pas voulu

Image
"Une fois de plus, les faits montrent que les palabres ne valent rien sans action"


La nouvelle n'était que rumeurs, mais il a semblé un temps que des négociations de paix se tenaient aux Montbardo et Marguené entre le San Marco et l'Anmayo. Et pour faire simple, en guise de conclusion, les deux partis se sont gentiment envoyé se faire foutre en on d'un commun accord convenu qu'il n'y avait pas eu assez de mort pour parler de la résolution de leurs litiges.
Avec la fin de l'espoir de paix, c'est toute la CED qui prend un coup terrible. Chaque camp, bien entendu, se rejette la faute de l'échec des négociations, et puisque vos serviteurs ont leurs entrées au Gouvernement de notre cher président, voici en fin d'article les clauses proposées par le San Marco à l'Anmayo après que ces derniers se soient montrés muet lorsqu'on leur a demandé ce qu'ils souhaitaient.

De son côté, le président Vasquez déclare "ne pas être très surpris de la tournure des choses" et rappel "qu'il a promis de mettre au fin au fléau de la drogue, et qu'il le fera".
Contrairement à l'Anmayo, le San Marco n'a pas désarmé après les opérations initiales, son objectif demeure de pouvoir agir avec la latitude nécessaire pour abattre la drogue chez son voisin qui à son sens, a démontré son inefficacité dans cette mission.
"De l'autre côté de la frontière, la corruption gangrène ce pays, il n'est plus temps d'avoir des demi-mesures, nous avons tentés plusieurs fois de laisser les Anmayans régler le problème, à chaque fois ils ont fait des promesses et toujours, TOUJOURS ont ils révélés leur inefficacité !
Ça suffit, nous prenons les choses en main."


Pour finir, le gouvernement rappel que les clauses de ce traité restent en vigueur et son la position officielle du gouvernement San Marquan pour résoudre le conflit et le tracas qui le concerne. La présidence communique également combien elle se désole de la décision du président Carballo qui en plus d'être un opportuniste, se révèle être un piètre négociateur.

El Despierto, 06 Novembre 2044


Traité de Wamita

La République du San Marco si dénommée San Marco et la République d'Anmayo, ci dénommée Anmayo, résolvent la conclusion d'un traité de paix relatif aux effusions de sang suivie de déclarations de guerres qui se sont opérées le 3 mars de l'année 2044.
Reconnaissant leurs implications, les deux partis portent à l'attention de ce traité les griefs suivant :
Le manque d'action concrète pour la lutte contre le trafic de drogue en Anmayo débordant sur le San Marco par ce dernier.
La violation de la frontière par le San Marco de l'Anmayo.

Les deux partis résolvent donc les accords suivants :

1 - Le San Marco cesse les intrusions militaires en territoire Anmayan, que ces dernières soit aériennes, terrestres ou navales.

2 - L'Anmayo permet aux services secrets San Marquien de mener leur guerre contre les cartels basés en Anmayo sous réserve qu'ils n'enfreignent pas l'accord précédent.

3 – Le San Marco soutiens le pouvoir et le gouvernement du président Hugo Carballo par les moyens politiques, logistiques et humains qu'il jugera nécessaire et qui n'enfreigne pas les autres accords du traité.

4 - Le San Marco obtient le remboursement en devises internationales des fonds, biens et avoirs saisis par le Montbardo et le Marguené de Carlos Vasquez dans ses coffres auprès de l'Anmayo.

5 – Les deux partis s'accordent pour ne payer aucun dommage à intérêts liés à la guerre où aux évènements qui les ont précédés. Tout dommage sur le sol de l'un des pays se verra à charge financière et logistique de ce dernier.

6 – L'Anmayo commencera la levée du mandat de la CED porté à l'encontre du président Vasquez.

7 - La ville de Wamita, ses résidents permanents ainsi que l'espace compris dans les 10 km autour de la ville côté Anmayan passent sous souveraineté San Marquianne en guise de garantie du présent traité.

8 – A des fins d'entente pour l'avenir, le San Marco et l'Anmayo s'entendront pour porter la transformation de la Cour de Justice Dorimarienne, en Cour des Litiges Dorimariens dont la mission sera de traiter les sujets de désaccords entrent états membres par le biais d'un ou de plusieurs états dorimariens tiers au conflit.

9 – À titre de garantie pour le San Marco, ce dernier et l'Anmayo s'entendront et soutiendront la création d'une Force d'Opération Dorimarienne regroupant des forces internationales de la Dorimarie destinée à agir sur publication de la CLD et avec l'accord de l'état concernés, ou sans ce dernier si la motion dispose d'une unanimité hors pays concerné(s).

9.1 – Le premier déploiement de cette force s'opérera sur la frontière terrestre et navale San Marco-Anmayo pour une durée qui sera déterminée par la nouvelle CLD de sorte à apaiser les esprits et à permettre une retombée durable des tensions.

10 – Le San Marco et l'Anmayo soutiendront le projet Basthilian d'un espace économique englobant la Dorimarie dans le cadre de la CED.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

Propaganda

Image

En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

Vas-y Hugo, vole au secours des "innocents opprimés" t'es bien placé pour ça

Image
Puisque l'Anmayo fait le choix de soutenir les colonialistes, nous ne pourront guère que soutenir les "libérateurs" !


C'est dans un rire audible jusqu'à la dernière rangée, parfois entrecoupée de violentes quintes de tout, que notre Président a annoncé que le San Marco soutiendrais à titre purement politique la manœuvre devant la décision de Anmayanne de se jeter à corps perdu dans la défense de la veuve et de l'orphelin colonialiste.
Vasquez a applaudis à l'évocation : "Cours, vole Hugo, c'est vrai que t'es passé maître dans l'art du secours des "justes" !"
En aparté de cette déclaration quelque peu... fantasque. A été noté que le Président semblait malade, tout du moins à voir la promptitude avec laquelle plusieurs membres de sa suite ont interrompu la conférence de presse une fois les déclarations essentielles effectuées.

Il est connu de certaines sources que le président serait en proie à l'une de ses maladies de l'âge et le conflit avec l'Anmayo n'aurait pas amélioré son état bien au contraire. À l'heure où le "fou" de la seconde guerre de la drogue rit devant les déclarations Anmayannes, le San Marco ne s'engage pas lui dans un nouveau conflit du bout du monde. Il faut bien reconnaitre que contrairement à l'Anmayo et son président, il n'a rien à prouver ou à laver. Mais voir ainsi un état dorimarien voler au secours de colonialistes, fait sérieusement douter des motivations du "pauvre" président.
Affaire à suivre, mais on gardera en tête que l'aide Anmayanne ne pèsera sans doute pas lourde dans le conflit, à porter à son crédit que tenu compte de l'échelle de ses forces, la contribution est déjà importante. La présidence la confirmée "nous ne nous engagerons pas, que ce soit là-bas, ou ici".

Los corones, 27 Février 2045


En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

Nouveau conseiller militaire pour le pays

Image
Le Général Fulgencio devient proche conseiller du Président


El General Andres Fulgencio, un individu qui n'a pas eu de rôle marquant jusqu'à présent, si l'on excepte la planification de plusieurs opérations "sur le papier" qui n'ont, heureusement d'après certains, pas vu le jour.
Responsable jusque-là de l'une des colonnes affectées à la défense de la frontière, le Général à également pendant un temps assumer un poste à responsabilité au sein de la Flotta Fluviale avant d'être promu au commandement de l'ensemble du front ouest pour lequel il a réorganisé la défense.
Mais, que serait un individu sans les rumeurs qui l'accompagnent.

Et là, très chers lecteurs, notre cher général n'est pas en reste ! Intime de plusieurs proches de notre président, le bonhomme à souvent été un conseiller de choix pour plusieurs personnes. "Penultimo", "Zantafio", "el azote de los convictos" est pour les uns un homme à solution, pour les autres à excuses, mais pour tous, le personnage efficace par excellence. Et par efficace, prenez au moins quatre dictionnaires, car la définition varie d'un individu à l'autre : l'idée de napalmiser la drogue, c'est lui. Les opérations à la frontière qui ont amené à l'état d'urgence, c'est lui aussi ! Seulement, comme il semblerait que lorsque l'on trébuche, si l'on ne tombe pas, tout va bien ; alors il a non seulement des faveurs, mais aussi et désormais, l'oreille de notre cher président. En même temps, la boulette d'attaquer le Costa Verde à au final amené une popularité sans précédent à notre président... au même titre que les pleins pouvoirs.

Maintenant qu'il va se trouver constamment au côté de notre très cher Vasquez, on peut se dire que certaines "idées" mise au placard par soucis d'apaisement, vont peut-être, voire probablement, ressortir des cartons poussiéreux dans lesquels ils avaient été mis.
Et dans la joyeuse ribambelle de nouveautés qui arriveront sans doute, une note pour son le prédécesseur qu'il remplace, tué par une morsure d'araignée tropicale. "Une perte dramatique pour notre pays" à déclaré le général à son propos avant de se recentrer sur le cœur de l'ordre du jour : "je ne manquerais pas de servir de mon mieux notre grande nation ainsi que nos concitoyens, Viva San Marco ! Viva notre Presidente !".


Algonque, 28 Février 2045


En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

Zantafio place Hugo sous Baby trotteur !

Image
Le Général Fulgencio à aujourd'hui fait un discours sur la situation avec l'Anmayo


Très cher Hugo, cette petite lettre adressée avec tout l'amour du monde pour t'aider à comprendre le dernier discours officiel du nouveau conseiller de notre président.
Il semble que les tournures de phrases élaborées ne soient pas ton fort et que si l'on ne t'explique pas clairement les choses, tu ne comprends pas. Alors, pour éviter que Zantafio n'aille couler tes petits pédalos à nouveau, voici une version traduite de ses déclarations :
Hugo, quand on veut jouer à un jeu, il faut en connaitre les règles, dans ton cas, non seulement tu ne connais pas les règles, mais en plus tu n'as pas beaucoup de jetons. À chaque fois que tu t'assoies à la table des grands, ça ne rate pas, tu te fais plumer et repart avec moins que tu n'en avais en arrivant.

Aussi, bouger tes bateaux quand, et tu aurais du t'en douter, ton pays est un panopticon géant, ce n'était pas une bonne idée. À cela, je dirais que Zantafio à oublier de traduire la question de ton remue-ménage à la frontière : si tu n’arrêtes pas de faire le con vite fait, ta petite réunion risque vite de se transformer en barbecue party sauce napalm. Et en même temps, n'en soit pas surpris : tu dis toi-même de notre président qu'il est un déséquilibré mental, j'applaudis donc ton grand sens de la logique en allant faire mumuse avec ton armée à ses frontières.
Pour ce qui est de cet armisitice, est bien, c'est très simple : comme il est évident qu'en matière de politique internationale, tu essayes de courrir avant de savoir marcher, on te met sous baby trotteur, le but ? "Attention hugo, ça, c'est pas bien, tu comprends ? Paaaas bien. À ne pas faire !" Et si le message n'est pas clair avec l'avertissement, bah... pas besoin de te faire un dessin non ? Tu commences à comprendre la logique.

Pour finir, le petit message final de zantafio est plus une mise en garde pour toi qu'un réel appel à la révolte (quoique...) : ça fait un petit moment que tu es sur la corde raide, mais tu te maintiens au pouvoir en faisant de Vasquez le grand méchant loup. Seulement voilà, le grand méchant loup est jusque-là meilleur berger que toi, alors prend garde à ce que tes électeurs que tu prends visiblement pour des moutons, ne te monte vite fait bien fait à un gibet sous peu, lorsqu'ils réaliseront que tout ce que tu fais, c'est de la merde !
Aller, conseil gratuit : quand on est petit et pas très fort, surtout on évite de sonner du cor, et encore plus de faire le cador !

Ton cher voisin Marco, Bises
El scorpión ácido , 09 Mars 2045


En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

El Conductor, le symbole d'un combat simple mais salutaire

Image
Benito Galindo, un anonyme qui prend sa part de la plus belle façon qu'il soit



La guerre à laisser sa marque dans le nord du pays, et pas que. Mais si hors des zones d'actions de la coalition, la mémoire se souvient de cette nouvelle mise en péril de la souveraineté de la république, dans le nord, ce sont bien les bombes et les morts qui ont marqué les consciences.
Dans le lot, un nombre incalculable de réfugiés civils, de prisonniers, de morts et de blessés.
Et dans ce paysage désolé, à l'écart des combats, des postes de fortunes, des positions aménagés spécialement. Mais parmi tous les actes humains figure Benito Galindo, un habitant de l'arrière-pays qui à fait le déplacement jusqu'au nord pour aider. Pendant toute la durée des bombardements et des combats, il s'est distingué avec un mot simple : aider.

Il n'a transporté aucune arme, aucune munition non, seulement des blessés, des rescapés et des égarés. Sans distinction, il les amenait tous vers les postes de secours, vers les abris de fortunes. Ayant trainé son camion jusque dans le nord qu'il a doté d'immenses croix rouges sur fond blanc, sans certitude qu'au-dessus on en tiendrait compte, il a fait aller et retour sous le vol des appareils attaquants, passant parfois en plein milieu de zones de combat ou essuyant des bombardements d'artillerie. Mais à chaque fois, il a mené sa mission à bien. Se portant volontaire pour aller aider des hommes dans des zones jugés très dangereuses ou difficile d'accès. Comment a-t-il été remarqué ? Sa bouille de grand-père, et pendant les trajets, une voix de père castor qui inlassablement tenait compagnie aux passagers.

Le vieil homme n'a quasiment pas dormis pendant ce mois infernal, inspirant même quelques autres à faire de même et à le rejoindre, notamment une équipe d'infirmier et de brancardiers.
Un héros parmi d'autres dirons-nous, pourtant, c'est son nom qui reviens souvent quand on parle d'extraordinaire. Ce n'est pas un soldat, ce n'est même pas un médecin, mais à lui seul, par sa détermination, on estime que quelque 300 vies ont pu être sauvés, drapeaux confondus.
Mais quand on l'interroge, une seule déclaration : "Pensé que podría ayudar" ou en gallique "J'ai pensé que je pourrais aider."

La Nueva, 15 Mai 2045


En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

Fin d'occupation étrangère, bilan de trois mois en enfer

Image
"Nueva Suerte était une glorieuse cité, si ça ne tenait qu'à moi, nous en ferions l'el dorado !" Alicia Santa Ana


La guerre n'aura pas durée longtemps, quelque mois. Mais cette période aura suffi pour causer des dommages sévères à la côte nord et dévaster la grande ville de Nueva Suerte. Si la base des négociations ont débutées, permettant d'entrevoir un dédommagement financier pour les ravages subit, les principaux experts sont formels : "il s'agira plus d'un pourboire que d'un véritable dédommagement, la reconstruction et le repeuplement de Nueva Suerte ne se fera pas en un claquement de doigt et l'assistance aux populations déplacées, inactives et en besoin d'aide va consommer une part non négligeable de notre économie dans les temps à venir." Un point de vue qui a poussé plusieurs figures de la république à émettre des doutes quant à la solution choisie, même si leur critique ne s'adressaient semble-t-il pas directement à un président mourant définitivement entrer dans l'histoire du pays comme héros national.

"On nous dit que notre pays est dirigé par le patronat, étant l'un d'eux, je peux vous dire que je n'aurais jamais donné de tels termes de paix. En fait, avant de faire la paix, je n'aurais donné que des flammes et des ruines à nos agresseurs jusqu'à ce que le monde réalise avec horreur ce qu'il arrive lorsque l'on s'en prend à nous !" Luis Ortegon. D'autres ont des préoccupations plus immédiates, à savoir la prise en charge des victimes, réfugiés et la gestion de la crise humanitaire à venir par le fruit du déplacement soudainement forcé d'un quart de la population. La famille Santa Ana, avec pour figure de proue sa Matrone, la Señora Alicia, a été parmi les premières à ouvrir ses fonds. "Il n'est pas plus mal que nous acceptions une sortie de ce conflit assez tôt, nous allons pouvoir nous reconcentrer sur la reconstruction. Nueva suerte était une glorieuse cité, si ça ne tenait qu'à moi, nous en ferions l'el dorado !".

Si l'organisation peine encore à tourner rond, l'armée à déjà commencer à rapatrier des troupes du sud et de la capitale pour assister les services de civils débordés de Santa Clara, et Guadajara, inondés des réfugiés de la ville en ruine.
Les actes individuels de distinctions ont déjà eut lieu à l'ordre du jour, mais une visite présidentielle serait à envisager dans les prochains jours, à la fois à titre d'aide morale, mais aussi afin de montrer le président dont l'état de santé est le centre de bien des inquiétudes.
Quoiqu'il en soit, une fois de plus, face à l'adversité et à des chances de succès aussi épaisse qu'un fil de soie, le San Marco a tenu et d'une certaine façon, a vaincu.

El juez, 27 Mai 2045


En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

Saog : "Notre intervention au San Marco visait à protéger le Léonora"

Image
Le Saog n'avait rien dit jusque-là, et maintenant qu'il l'a ouverte, mieux aurait valu qu'il se taise !


Dans une très récente interview, le premier ministre Saogien Youssouf Al-Fahd à annoncé (enfin, pourrait-on dire) les raisons de la participation Saogienne au San Marco. Cette déclaration se veut courte, succincte, nette et précise, pourtant, en deux phrases qui auraient normalement dût être sures, le premier ministre a réussi à démontrer qu'en réalité, le Saog est venu par chez nous parce qu'il avait envie de faire joujou ! La raison ? Je cite : "cette intervention a été décidée pour protéger le Léonora qui est un allié important des Îles-Unies, à une époque ou une intervention pour la libération de St-Compton était sur la table."
Quid de l'Anmayo ? Quid de l'État voyou ? Quid en fait de toutes les autres justifications ? Monsieur le premier ministre du Saog, à l'épreuve "Casus-Belli", vous aurez le commentaire "Hors-sujet !"

Car très cher monsieur, ce n'est pas tout d'envoyer trois portes-avions faire la samba par chez nous si derrière, vous n'avez même pas identifié le bon allié que vous étiez censé défendre. Et pourtant, au regard des erreurs et boulettes de communications monumentales de l'ensemble de vos coreligionnaires, vous étiez bien le seul, et j'insiste, qui avait une chance de répondre juste, de ne pas se trouver sous les rires ou les foudres de la communauté internationales. Mais bon, comme toute cette histoire de guerre, elle a été bâclée, opérer dans un désir de sauver la face qui aura finalement ridiculisé les pays participants, poussant nombre d'entres-eux à passer cette histoire sous le tapis pour aller de l'avant.
Aussi, je pense que la justification c'est déroulée à peu près comme ceci :

"Monsieur le premier ministre, vous passez dans 5 minutes !

- Monsieurs, dernière nouvelle, on va vous demander les raisons de l'intervention au San Marco !

- Ah merde c'est vrai, fallait qu'on ait une bonne excuse.... CHARGE DE COMM. !

- Monsieur ?

- Vous avez cinq minutes pour me trouver une justification."

*Le chargé de comm. disparait et remet 5 minutes plus tard la justification officielle Saogienne*

"Nous recevons aujourd’hui sur nos ondes le Premier Ministre Youssouf Al-Fahd. Issu du parti majoritaire SF!, à la tête du gouvernement depuis l’arrivée de Samia Abderaïm au pouvoir, il répond aujourd’hui à nos questions sur plusieurs sujets d’actualités nationales ou internationales, mais aussi sur les réformes à venir mener par son gouvernement.

"On a vu aussi beaucoup d’interrogations ces derniers jours sur l’intervention Saogienne avec une coalition, au San Marco; que pouvez-vous en dire ?"

*Réponse du premier ministre lut sur une antisèche marquée sur la paume*

*Derrière le rideau, le conseiller du président jette un regard noir a son collègue.*

"Bah quoi ? On y est allé pour défendre le Léonora non ? Ce pays qui se fait bombarder là ? Dans ce continent paumé de Dorilgarie ?"

El juez, 03 Juin 2045


En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

Les secours s'organisent, les accords de paix en négociation

Image
Les premiers à répondre matériellement restent les membres du Pacte de Cewell en tête desquels figurent les Westréens


Ils sont nombreux à s'être bâtis en un temps records, les camps de réfugiers. Santa-Clara frôlait l'explosion logistique. Mais avec l'atténuation du conflit et le retrait de la coalition, l'Anmayo peut-être géré avec relativement peu de moyens, permettant aux restes des forces d'êtres employés à la gestion des réfugiés. Nombres d'entres-eux ont été déplacés dans les environs de San Marco ou envoyé plus loin en amont des fleuves dans diverses bourgades.
Ce qui ressort particulièrement dans ce temps de crise est l'efficience de la prise en charge, permise par une aide logisitique renforcée de la part de membres du Pacte de Cewell, Westréens en tête : tentes, matelas, bénévoles. Le Montbardo à de son côté opéré de massifs envoient de médicaments, démontrant que la solidarité Dorimarienne, loin d'être morte, n'attend que la première occasion pour rebondir et se reconstruire.

Les dégâts subis à Nueva Suerte sont les plus préoccupants, avec cette ville, c'est l'industrie audiovisuelle du pays qui est hors course pour longtemps. Plus inquiétant, la quantité de maison et de foyers détruits au sens propre comme figurés. Si les familles peuvent commencer à être réunis par un recensement d'urgence, les maisons, elles, sont réduites à de simples tentes, le gouvernement se tâtant pour commander en urgence des containers-houses au Westrait afin de répondre à situation qui s'étalera à moyen et probablement long terme.
Il est en tout cas certains que le Parlement est en session au sujet de la gestion de la crise des réfugiés, votant pour la constitution d'une commission spéciale à pouvoir étendue en vue de coordonner et assurer une capacité d'action large.

La Nueva, 22 Juin 2045


En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

Le casse-tête des familles séparées

Image
L'armée et les Organisations de secours ne savent plus où donner de la tête


Avec l'offensive initiale, fulgurante le long de la N3, les troupes de Wamita ne pouvant faire guère plus que tenir leur partie de la ville, Nueva Suerte a été prise de cour et son évacuation s'est faîte en catastrophe et sans coordination, les troupes s'occupant de défendre la ville. Au passage, des tas d'enfants et adolescents se sont retrouvés pris dans les flots, perdant au passage la vue de leurs proches. Au moment du conflit, l'arrivée à Santa-Clara se faisait surtout grossièrement : blessés, bien portants. Et les enfants se sont retrouvés dans le lot des camps de réfugiés improvisés. Ce n'est qu'une semaine après le premier choc qu'une séparation est effectuée pour regrouper les enfants isolés ensemble. Toutefois, avec la fin de la guerre est venu le problème de regrouper les familles. Hors, la plupart ont abandonnés leurs domiciles en y laissant tout, papiers compris. Et si trouver les parents ou proches d'enfants assez grands pour connaître leurs noms de familles ou des proches, de nombreux autres enfants, notamment en bas âge, restent sans foyer. Avec la surcharge de Santa Clara, une explosion entre divers centres de réfugiés avait été opéré.

Si l'armée et les Organisations tentent maintenant de regrouper tout le monde, certains enfants ne sont pas en âge de parler ou n'en sont tout simplement pas capables. Si les appels restent possibles, il est souvent difficile d'identifier avec certitude un parent, d'autant plus lorsque les enfants sont toujours en état de choc et garde des réactions très retenues. Le problème est donc de parvenir à restituer les enfants perdus à leurs parents... et ceux qui n'en ont plus à recevoir les traitements adéquats à leur situation, à savoir leur trouver de nouveaux foyers et assurer leurs bien être jusque-là. Dans ce qui est encore une certaine pagaille, les adultes entre eux ont déjà du mal à recoller les morceaux, et si la télévision à proposer des diffusions spéciale pour annoncer quels enfants étaient en charge des services de secours, le travail ne fait que commencer avec plus de 10 000 visages à photographier.

En attendant, ils sont sous protection particulière et reçoivent les secours en priorités. À des fins d'aides, les psychologues de San Marco et Espéranza ont été largement amputés de leurs effectifs pour les ramener sur les zones de sinistrés. Une liste des enfants capable de donner leurs noms de famille à pu être établie et les autorités des services demeurent débordés en même temps que l'éducation nationale qui part le biais des professeurs de Nueva Suerte, tente de compléter l'identification d'autant d'enfants que possible. Après tout, c'est presque un tiers de la population du pays qui est concernée. Une crise d'ampleur qu'aucun système de réponse aux crises, quelle que soit sa préparation, ne peut gérer efficacement.

La Nueva, 25 Juin 2045


En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

La popularité de l'armée à un plus haut historique

Image
Grâce à un encadrement professionnel et des soldats issus de la conscription, l'armée et son comportement sont des mieux perçus par les civils


Résistance magnifique, blocage de l'avancée adverse à Nueva Suerte puis reconduction à la frontière, l'armée n'a pas déçue sur le champ de bataille. Maintenant que vient la reconstruction, elle est engagée sur un tout autre front : l'humanitaire, les relations humaines et l'aide aux populations.
Là aussi, jusque-là, elle remplie sa mission à merveille.
Même si parfois elle se trouve débordée, les incidents civils/militaires sont très peu nombreux et la popularité des troupes n'a jamais été aussi forte. Si bien que l'armée obtient sans peine la collaboration des citoyens qu'elle a défendus quand ces derniers n'hésitent pas à recourir à elle lorsqu'ils sont dans l'embarras.

En cause, une armée de conscription encadrée par des professionnels. Si le mélange s'est révélé payant au combat, il se montre aussi plutôt concluant dans cette situation exceptionnelle : les cadres maintiennent la discipline militaire quand les conscrits ont naturellement plus de liens avec des proches qu'ils retrouvent parfois par hasard.
L'un des conscrits nous confient même que : "Si se battre est normalement ma première mission, j'admets qu'aider ma patrie d'une autre façon, et de cette façon me va très bien aussi.". Et à ceux qui douterait de son engagement, celui-ci est basé à Santa-Clara, autant souligner qu'il à très probablement servit à Nueva Suerte.

Du côté des civils, les réponses sont parfois nationalistes, parfois simplement chaleureuses : "Vive la patrie, sans eux, on aurait eu un retour de la era blanca ! Viva l'infanteria !".
"C'est bon de voir que notre armée ne sert pas qu'à trucider ou tuer des gens. Je me suis plus d'une fois demandé à quoi elle servait, pour une fois, je suis fière d'elle."

Algonque, 27 Juin 2045


En ligne
Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 900
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Publicaciones convencionales

Message par mark »

Les premiers conteneurs-home déployés dans la région de Santa Clara

Image


À mesure que le temps avance et que les secours se renforcent, la gestion de la crise passe de mieux en mieux. Après l'établissement de site pour les réfugiés, voilà que les premiers habitats en durs arrivent pour améliorer l'ordinaire. Ceux-ci, venus du Westrait, devraient permettre de réduire petit à petit les camps de tentes et octroyer aux habitants un confort rudimentaire, mais salutaire, le temps que les choses se tassent et que le gouvernement puisse répondre à la soudaine demande de logements. Néanmoins, l'essentiel à été pourvu et une chaine logistique a été mise en place, tenue par l'armée qui y consacre des effectifs notables.

En tête des priorités désormais remplies : l'accès à l'eau potable. On l'oublie trop souvent, mais l'eau charriée par les grands fleuves du pays à besoin d'un traitement avant d'être consommée, traitement que font d'ordinaire les centrales des villes. Toutefois, celle de Santa-Clara n'a pas été prévue pour répondre à une telle demande et c'est depuis San Marco que l'on fait venir de l'eau en bouteille alors que le gouvernement à fait main basse sur les stocks et achète toute la production du pays jusqu'à "amélioration de la situation". Amenée de là par camions spéciaux, elle est distribuée aux réfugiés.
Le second point d'inquiétude est la répartition des médicaments, là aussi une fois de plus à charge de l'armée.


Algonque, 05 Septembre 2045


Répondre

Revenir à « San Marco »