Registre des personnalités eashates

Janubo-Marquésie 77-79-82-83-84
Avatar de l’utilisateur
will-schinspire
Messages : 264
Inscription : 16 févr. 2020 02:12
NJ : Eashatri
Ancienne NJ : Amblades ; Eashatri

Registre des personnalités eashates

Message par will-schinspire »

REGISTRE DES PERSONALITES EASHATES
AYANT MARQUE LE RP


Dans cette section seront référencées les différentes personnalités utilisées dans le rp, quand les informations de ces dernières ne se trouvent pas dans la catégorie histoire de l'encyclopédie. On raconte leur histoire, en quoi elles sont/ont été importantes, et leurs fonctions.

Personnalités enregistrées : Personnalités à apparaître prochainement :
  • Eredin Tobephki
  • Pashuv Maraahni

Avatar de l’utilisateur
will-schinspire
Messages : 264
Inscription : 16 févr. 2020 02:12
NJ : Eashatri
Ancienne NJ : Amblades ; Eashatri

Re: Registre des personnalités eashates

Message par will-schinspire »

Rajaputri Kiran I d'Eashatri
Kiran Kanvar Etash Isha Vibodh Bravelli-Khôma

(2033) - ¤ - < ¤ > - ¤ - (2044)

Image Image

Date de naissance : 01/03/2013
Famille mentionnée irp:
  • Apurva Bravelli-Khôma, femme, 07/04/2010-15/01/2044 (34 ans)
  • Dhananjay Chitraksh Ednit Chinmay Kiran Bravelli-Khôma, fils, 22/12/2039
  • Medha Prabha Jyoti Ojasvini Apurva Bravelli-Khôma, fille, 02/11/2040
  • Akshan Etash Harshit Chetan Kiran Bravelli-Khôma, fils, 10/12/2041
  • Vibodh Birbal Gaurav Kanvar Adinath Bravelli-Khôma, père, 07/10/1993-17/11/2032 (39 ans)
  • Adinath IV, grand-père, 11/08/1956 - vers 02/2003 (46 ans)
Fonctions importantes : Rajaputri d'Eashatri (12/01/2034 - ...)

Biographie : Né en mars 2013 des amours de Vibodh avec Sakhi, une autre aristocrate eashate qui avait fui le pays, Kiran Ier ne connaîtra pas sa mère : son père, paranoïaque, refuse de revenir en Eashatri en 2014, alors que la Guerre d'Indépendance (1998-2007) semble définitivement terminée.

Alors qu'il avait lui même dû fuir l'Eashatri avec ses trois frères et ses deux soeurs en janvier 2003 par les souterrains du Palais d'Obseli, sur ordre de ses propres parents, Vibodh, alors âgé de 9 ans, avait perdu au cours de cette nuit son grand-frère et son petit-frère, qu'il n'a jamais retrouvés. Témoin des horreurs de la guerre et du mépris des bélligérants alors qu'il cherchait à fuir l'Eashatri, Vibodh était finalement arrivé à quitter le continent, pour tomber aux mains d'un ambassadeur corrompu en Dytolie centrale, qui avait empoisonné sa soeur, quand il avait appris que les trois enfants étaient des nobles eashates en fuite de leur pays. Ainsi, après avoir perdu le contact avec son autre soeur, Vibodh avait vu son frère aîné sombrer dans l'alcoolisme, avec l'influence souvent malheureuse des personnes qui prétendaient les aider.

Aussi, l'enfance de Kiran fut marquée par la méfiance profonde de Vibodh envers toute personne étrangère à sa famille. Durant les vingt premières années de sa vie, Kiran séjourna ainsi dans plus de 15 pays, ce qui lui permet de parler plus ou moins bien 9 langues (skhani (maternelle), britton, kaiyuanais, flavien, janubien... entre autres), mais aussi d'attacher une importance majeure aux voyages, desquels il prend toujours beaucoup de plaisir. A dix-neuf ans, alors que son père succombait lentement d'une sclérose en plaques récurrente-progressive (pas de périodes de rémission, progression continue de la maladie), ce dernier lui explique sur son lit de mort, qu'ils sont tous les deux des Bravelli-Khôma, et probablement les derniers.

Alors que son père lui avoue cette nouvelle pour que Kiran se montre aussi prudent que Vibodh l'a été au cours de sa vie, Kiran prend le contre-pied, d'autant plus quand il entend parler d'un certain Raghu Bravelli-Khôma, qui prétend être le deuxième fils d'Adinath IV (alors que Kiran l'avait connu enfant, et forcément, ne reconnaît pas son oncle). Se faisant ainsi connaître en Eashatri, Kiran est finalement couronné Rajaputri le 15 janvier 2034, après qu'un tribunal ait vérifié qu'il était bien l'empereur légitime. Apprenant en quelques mois comment se comporter comme un aristocrate, et plus encore, comme un Rajaputri, Kiran a un début de règne très discret, bien que la presse ne manquait pas d'enthousiasme dès que l'empereur âgé d'une vingtaine d'années faisait une sortie publique. Allant parfois à l'encontre des codes, par ignorance ou par incompréhension de ceux-ci, le Rajaputri reste néanmoins auréolé de tout le prestige de sa famille, et jouit d'une popularité sans égale dans l'Eashatri contemporain.

Sur le plan des affaires intérieures, il se tient à l'écart de la politique durant son règne, bien qu'il ne cache aucunement son amitié ou sa proximité d'opinion avec certains des membres des gouvernements Ravikhan I, II et III. Cependant, lorsqu'en 2039, les fondamentalistes hindous prennent le pouvoir, Kiran I a beaucoup de mal à cacher son désaccord avec la politique menée, ce que la presse eashate ne manque pas de relever, pour se moquer non pas du Rajaputri, mais du Gouvernement en place ! Sur internet, de nombreux mêmes fleurissent, sur lesquels on voit Kiran I lever les yeux au ciel, afficher un visage entre la surprise et la consternation, accompagnés de légendes dépréciant la politique de Pashuv Maraahni.

Sur le plan personnel, le Rajaputri se montre très discret, et si la presse n'a eu connaissance que d'une seule de ses conquêtes lors de son mariage avec celle-ci en avril 2039, il confiera dans une interview en juin de la même année qu'il avait eu cinq petites amies entre son accession au trône et le moment où il a commencer à établir une relation avec celle qui s'appelait Apurva Bohandar à l'époque. Le couple impérial reste très discret, bien que leurs quelques apparitions soient très attendues du pays. De trois ans son aînée, la Maharanii est déjà enceinte lors du marriage et donne nnaissance à Dhananjay à la fin de l'année, puis deux autres enfants durant les deux années qui suivent : Medha et Akshan. Le couple souhaitant préserver leurs enfants de la presse, décide donc de ne pas les présenter à l'Eashatri, et d'attendre qu'ils aient tous douze ans pour les faire apparaître dans la vie publique du pays. L'objectif est que les trois enfants soient traités comme des élèves ordinaires, et qu'ils aient au maximum la possibilité de mener une vie normale durant leur enfance. La presse se montre jusqu'en 2044 coopérative, alors même que Dhananjay est entré en classe pour la première fois en 2044, parmi les autres enfants eskhans de 5 ans.

Après ces réjouissances qui ensoleillent le sommet de l'Empire, malheureusement les nuages ne tardent pas : Malheureusement, pendant sa dernière grossesse, en 2041, l'impératrice se voit diagnostiquer un cancer des os au niveau du bras, qu'elle choisit de ne pas traiter avant de donner naissance à son troisième enfant. Ainsi la Maharanii Apurva ne commence le traitement par chimiothérapie qu'au début de l'année 2042, six mois après le premier diagnostic, et le cancer avait bien progressé. L'épreuve est difficile, on ne voit que très peu le couple impérial jusque novembre 2042, mois durant lequel il est annoncé que l'Impératrice est en rémission. Cependant, cette rémission est de courte durée : en juillet 2043, Apurva Bravelli-Khôma fait une mauvaise chute, à la suite de laquelle il est déclaré que le cancer récidive, mais que cette fois-ci, ce n'est pas un os qui est atteint, mais quatre, au niveau de l'épaule du bras qui avait été touché. Après de multiples traitements, et une fin d'année 2043 compliquée, la Maharanii Apurva décide de mettre fin à ses jours le 17 janvier 2044, une semaine après l'annonce des médecins qu'ils allaient arrêter la chimiothérapie et se concentrer sur les soins palliatifs. Le Rajaputri est comme on s'en doute anéanti, et poursuit son retrait de la vie publique jusque août, bien qu'il avait déjà repris ses correspondances en mars.

Avatar de l’utilisateur
will-schinspire
Messages : 264
Inscription : 16 févr. 2020 02:12
NJ : Eashatri
Ancienne NJ : Amblades ; Eashatri

Re: Registre des personnalités eashates

Message par will-schinspire »

Emma Ravikhan
Première Ministre (2033 - 2037 ; 2038 - 2039 ; 2045 - ...)

Image

Date de naissance : 04/05/1977
Famille mentionnée irp:
  • Vishal Ravikhan, mari, 23/10/1972-14/01/2021 (34 ans)
  • Sanjeev Ravikhan, fils, 21/10/2001 - 12/02/2019 (17 ans)
  • Amar Ravikhan, fils, 21/03/2004 - 02/09/2023 (19 ans)
Fonctions importantes :
  • Première Ministre d'Eashatri (16/12/2033 - 09/12/2036 ; 09/12/2036; 02/04/2037 ; 04/05/2038 - 30/11/2039)
  • Ministre de la Justice (13/04/2024 - 28/12/2025 ; 02/05/2026 - 08/04/2027 ; 19/10/2032 - 18/06/2033 ; 07/07/2033 - 16/12/2033)
  • Députée (10/02/2019 - 21/01/2021 ; 28/12/2025 - 02/05/2026 ; 08/04/2027 - 19/10/2032 ; 18/06/2033 - 07/07/2033)
Biographie : Née en 1977 dans une famille issue de la petite bourgeoisie eashate, à Lesabad (Centre-Ouest du pays), Emma Ravikhan a été éduquée selon des valeurs assez traditionnelles, mais aussi selon des valeurs indépendantistes assez poussées. N'ayant pas de frère, mais deux soeurs, la jeune Emma Dalvi a la possibilité de suivre des études, chose que tous les eashates ne pouvaient pas faire à l'époque. Enfant prodige, elle s'oriente vers le droit assez tôt, et va étudier à la prestigieuse Université de Droit de Lesabad alors qu'elle n'a que 16 ans. Durant ses études, elle fait la connaissance du fils cadet d'une familles d'aristocrates, Vishal Ravikhan, dont elle s'éprend très vite, et qui contrairement à leurs deux familles, la laisse s'émanciper pleinement.

Cependant, dès leur mariage scellé en 1998, alors que les deux amants sont à peine âgés de 21 et 26 ans, la Guerre d'Indépendance eashate éclate. Emma Ravikhan intègre les rangs des indépendantistes démocratiques, quand ses parents entrent en conflit avec elle et soutiennent les indépendantistes hindous du VSS. En 2001, alors que leur fils Sanjeev est sur le point de naître, et que la guerre commence à montrer les premiers signes d'une guerre civile, le couple décide de quitter l'Eashatri pour l'Ashtra voisin, pays dans lequel ils restèrent jusqu'en 2006. Là-bas, Emma Ravikhan donne naissance à leur deuxième fils, Amar, diagnostiqué autiste dès 2008, et contribue parallèlement à donner des renseignements aux indépendantistes eashates.

Lorsque la Guerre prend fin en décembre 2007, le couple retourne immédiatement en Eashatri, et s'engage dans la reconstruction de l'Empire. Emma Ravikhan usant de ses réseaux en tant qu'avocate pour assurer le respect des droits des nouveaux eashes, Vishal Ravikhan en tant qu'aristocrate et propriétaire terrien pour aider les aménagements et grands travaux de Manas Thakre, premier Premier Ministre de l'histoire de l'Empire. Au fil des ans, voyant les difficultés de son fils autiste, et le fait que rien ne soit fait pour faciliter son quotidien, Emma Ravikhan s'intéresse et s'engage en politique, auprès du FRDS (parti attrape tout, de la gauche au centre-droit) en mars 2013, puis du MCO (scission non travailliste du FRDS) puis de l'EC (scission libérale du MCO), au rythme des scissions politiques qui animent les débuts de l'après-guerre.

Elue en 2019 pour la première fois, Emma Ravikhan est la première femme députée d'Eashatri. Cependant, malgré cet honneur, le premier mandat d'Emma Ravikhan est tumultueux : deux jours après son élection, elle perd son fils aîné, mort d'une réaction allergique à des mûres qu'il goutait pour la première fois ; son propre parti essaye de la faire remplacer pendant des mois ; elle subit des menaces par les plus conservateurs ; son fils autiste vit très mal la célébrité de sa mère ; puis en 2021, Emma Ravikhan perd son mari, décédé dans son sommeil, et décide de se retirer de la vie politique pour s'assurer que son fils Amar ait un quotidien vivable. Elle reprend ainsi son travail d'avocate, et se bat pour qu'il puisse être intégré dans une université avec un programme adapté, puis alors qu'il est admis à l'Université de Kahar, en 2023, la mère et le fils sont heurtés par un camion, alors qu'ils roulaient vers Kahar. Amar mourra de ses blessures deux jours plus tard, laissant sa mère profondément choquée et déprimée, alors qu'elle a perdu tous ces proches en quelques années.

Cependant, Emma Ravikhan reçut l'aide inespérée d'Arun Dipek, alors Premier Ministre d'Eashatri, en quête d'une femme pouvant porter ses projets d'un Eashatri favorisant la parité et les minorités. Alors qu'il l'avait repérée pour son travail d'avocate quelques semaines avant le drame, Arun Dipek la contactera personnellement, et entamera une amitié avec la "Première Députée du pays" qu'il présentera rapidement à sa femme et à ses enfants, puis au Gouvernement dès 2024. Première femme Ministre de la Justice, elle entreprend alors un projet de défense de l'égalité des droits envers les minorités, qu'elles soient religieuses, ethniques ou qu'il s'agisse de handicaps.

Plus discrète après l'assassinat d'Arun Dipek en 2027, les eashates se souvinrent quand même d'elle alors qu'elle soutient physiquement la veuve d'Arun Dipek le jour de l' "enterrement" du Premier Ministre. Puis en 2033, la figure libérale entraine son parti dans un autre gouvernement gauche/droite sous Sadiq Operkh, puis elle se fait élire Première Ministre. Sous ses mandats, l'Eashatri rejoint l'OCC, s'ouvre au monde, et affiche une croissance moyenne de 20%, et surtout l'Empire sans Empereur retrouve son Empereur sous la personne de Kiran Bravelli-Khôma. La première Première Ministre d'Eashatri met aussi un ensemble de politiques sociales, notamment la généralisation aux classes moyennes des bourses scolaires (2033), ou l'imposition d'un salaire minimal (2036) ; mais aussi des politiques libérales, comme une simplification du droit du travail (2035), la privatisation du réseau ferré keduri (2033), abolition de la peine de mort (2035) ou encore l'adoption pour tous (2034). Extrêmement populaire, Emma Ravikhan est surnommée Ma'i (maman) ou encore "l'Arun Dipek de la droite" grâce à sa longévité au pouvoir, son ouverture d'esprit, et l'absence d'une dure opposition. Cependant l'opposition de droite parvient à la faire tomber en 2037, après des résultats économiques assez mitigés et une crise sanitaire due à une épidémie de choléra dans le Berhavi voisin, puis en 2039, alors qu'un attentat terroriste a défiguré la capitale et choqué les eashates.

En 2040, après la guerre que l'Adaas a emporté contre l'Eashatri, elle est jugée et condamnée à 15 ans de prison ferme, pour trahison et négligence grave à la sécurité du pays, accusée d'avoir divulgué des documents secret-défense sur l'état de l'armée eashate à des personnes non habilitées, qui auraient ensuite fait relayer ces informations à l'Adaas en vue de sa guerre éclair en 2040. Cependant, en janvier 2045, elle est relaxée de toutes les charges "qui tiennent plus de la théorie du complot que de la réalité", selon la juge chargée de l'affaire.

Avatar de l’utilisateur
will-schinspire
Messages : 264
Inscription : 16 févr. 2020 02:12
NJ : Eashatri
Ancienne NJ : Amblades ; Eashatri

Re: Registre des personnalités eashates

Message par will-schinspire »

Anushree Jagatap
Ministre de l'Intérieur (2045 - ...)

Image

Date de naissance : 03/12/1992
Famille mentionnée irp:
  • Nirmala (Chitale) Jagatap, femme, 04/06/1990 -...
Fonctions importantes :
  • Ministre de la l'Intérieur (10/06/2045 - )
  • Députée (16/12/2033 - 09/12/2036 ; 10/12/2036 - 30/11/2039 ; 01/12/2039 - 25/11/2042 ; 26/11/2042 - 10/06/2045)
Biographie : Née en fin 1992 dans une familleissue de la banlieue astapurane, la jeune Anushree a eu une petite-enfance somme toute calme, mais écourtée par la Guerre d'indépendance dès 1998, alors qu'elle n'avait que cinq ans. Contrairement à sa mère et ses deux frères cadets, elle ne parvient pas à fuir le pays, et reste seule avec son père en Eashatri, pendant sept ans, entre 2001 et 2007. Son père et elle se rapprochent alors des milieux ouvriers, et de la guerilla communiste du PRCE, dont elle devient membre officielle dès 2005 alors qu'elle n'a que 12 ans. Parallèlement, ils vivent de plein fouet les exactions commises durant la guerre : meurtres des musulmans commis par le VSS, meurtres des hindous commis par les FAS, humiliations corporelles par les monarchistes, enrôlement forcé des enfants par les républicains...

Du fait de la guerre, son éducation a été incomplète, et lorsqu'en décembre 2007 la paix est signée, l'adolescente doit rattraper son retard scolaire, apprendre à composer avec ses camarades, issus de milieux variés, et effectuer des trajets de 45 minutes tous les jours. En effet, elle vit de plein fouet la politique éducative du premier Gouvernement d'Eashatri, le Gouvernement Thakre, qui a imposé l'école obligatoire et payante, et Anushree fait partie des élèves attribués à un lycée éloigné pour homogénéïser la répartition des élèves dans les lycées. Ne faisant même pas partie du même établissement que ses deux frères, avec lesquels elle arrive peu à discuter, la jeune Anushree se retrouve assez esseulée, et repousse ses camarades de classe par choix. Du fait de son retard scolaire dû à la guerre, elle ne sort du système éducatif eashe qu'à 24 ans, et ne poursuit ses études que grâce aux relations que son père entretient avec le PRCE : elle obtient assez d'argent pour suivre une licence en sciences politiques, qu'elle réussit de justesse en 2020.

Dans les années 2020, elle fait partie des militants PRCE qui poussent les communistes à entrer dans les différents gouvernements menés par le très populaire Arun Dipek, et elle grimpe lentement dans les échelons internes du parti communiste. Côté personnel, elle fait la connaissance de Nirmala Chitale, militante SA (un parti socialiste d'Astapur), son contact dans le parti du Premier Ministre Arun Dipek, puis sa colocataire et compagne officieuse dès 2025. Grâce à sa petite amie, les deux jeunes femmes arrivent à se hisser pour figurer derrière le Premier Ministre et les grandes figures de son Gouvernement pour l'annonce du troisième mandat d'Arun Dipek, le 8 avril 2027. Anecdote de l'histoire, Emma Ravikhan est entre Nirmala Chitale et Arun Dipek lors de l'assassinat du Premier Ministre ce jour là.

Anushree Jagatap, interviewée quelques années plus tard sur cette journée, décrira : "Il y a un coup de feu, les gens ont couru, se sont bousculés, c'était le chaos. Dix secondes plus tôt peut-être, on applaudissait Arun Dipek qui venait d'annoncer qu'il serait Premier Ministre pour son quatrième Gouvernement. On aurait jamais su que la journée serait un drame... J'ai très vite perdu de vue Nirmala, alors qu'on se tenait par la main durant tout le discours, mais la foule a été telle... Franchement j'ai pas eu la vie facile, mais ce jour là, j'ai eu peur. Et ça faisait 20 ans que j'avais oublié ce que c'était que la peur"

Plus discrète, Anushree ne réapparaîtra dans les évènements politiques qu'en 2032, pour protester contre la réélection de Rayin Akhesh, Premier Ministre de l'époque. Elle songe alors à se faire élire sous les couleurs du PRCE, qui lui donne alors la très difficile circonscription d'Eskha, et elle parvient miraculeusement à se faire élire en 2033, avec 3,05% des voix (soit 0,02% au dessus du seuil de représentation). Une fois au Parlement, elle questionne les choix politiques de Damil Vahari (chef du PRCE), refuse les votes de groupe, et se fait une voix bien moins autoritaire que celle qui prévaut alors dans le PRCE. Contrairement aux autres députés du PRCE, elle vote en 2035 la législation rendant le mariage homosexuel définitivement légal en Eashatri, et profite de l'institution l'année même pour se marier avec la femme qui partage sa vie depuis alors dix ans, Nirmala Chitale, qui prend son nom de famille.

Ces positions politiques aboutissent à la scission de 2037, où en janvier, elle est exclue du PRCE, suivie par les démissions de nombreux de ses collègues, qui avec elle, fondent l'EL, un parti qui partage l'idéal socialiste, mais refuse de s'opposer systématiquement au Parlementarisme, et veut défendre la lutte des classes avec le soutien de la population, et devant le Parlement.

Répondre

Revenir à « Eashatri »