Médias de Shukténie

Ventélie 8
Avatar de l’utilisateur
will-schinspire
Messages : 325
Inscription : 16 févr. 2020 02:12
NJ : Eashatri
Ancienne NJ : Amblades ; Eashatri

Médias de Shukténie

Message par will-schinspire »

MEDIAS DE LA SHUKTENIE

Image


Dans cette section seront publiés les articles des journaux shuktènes, et aussi les extraits de la programmation télévisée shuktène, sur l'unique chaîne du pays.
  • L'aube d'Ashurdabad, journal shuktène conservateur, en faveur du pouvoir, largement diffusé en Shukténie
    Fiabilité : ¤¤¤¤¤¤¤¤¤Positionnement politique : __________I__Image
  • Kayton's Post, journal local qui est aussi lu à Astapur, de ligne éditoriale assez social-progressiste, qui subit beaucoup de pressions depuis Ashurdabad, et publie même parfois des revues illégales pour échapper à la censure
    Fiabilité : ¤¤¤¤¤¤¤¤¤Positionnement politique : _____I_______Image
  • Le Lac, journal de la minorité taktoune, plutôt à droite, mais opposé au pouvoir, et en théorie interdit de publication
    Fiabilité : ¤¤¤¤¤¤¤¤¤Positionnement politique : _______I_____Image

Avatar de l’utilisateur
will-schinspire
Messages : 325
Inscription : 16 févr. 2020 02:12
NJ : Eashatri
Ancienne NJ : Amblades ; Eashatri

Re: Médias de Shukténie

Message par will-schinspire »

Image, 26 mars 2046 :
Mahar Kovanshi traverse symboliquement la frontière
Image


Mahar Kovanshi, le maire de Kayton et principal visage de l'opposition au régent, a une fois de plus accompli un acte de désobéissance civile. En effet, le maire de Kayton a été photographié tout sourire au volant de sa voiture, traversant le poste de frontière de Kayton juste avant le pont reliant Kayton à Astapur, au dessus du Dar, alors que le régent et son fils ont durci récemment les peines à l'encontre de tous ceux qui traverseraient la frontière. Cette acte de provocation, alors que la Shukténie a fermé sa frontière à l'Eashatri, - mais que celui ci ne l'a pas fait en retour, dans la position classique de l'Empire qui est de nier l'indépendance de la principauté, car cette indépendance a été déclarée, il y a désormais 5 ans, unilatéralement par le Prince, sans vote ni soutien populaire - est un véritable doit d'honneur envoyé à la famille princière, comme pour montrer que l'opposition existe toujours malgré qu'elle soit censurée à qui vaille.

Le geste est bien entendu bien plus symbolique que réel, la voiture du maire ne s'étant aventurée en territoire eashate que sur le fameux pont au trafic nul depuis cinq ans, avant de refaire demi-tour, avec les applaudissements de la presse et des garde-frontière présents. Mais déjà l'image est virale, et alors que les élections auront lieu à la fin de l'année, il s'agit d'un beau coup de pub pour les opposants au régime monarchique tourné autour du régent. Discréditant un peu plus celui-ci, alors que les tensions entre la minorité taktoune et les shuktènes n'ont jamais été aussi élevées depuis la fin du conflit d'Ashurdabad (en 2032 ndlr), il est à prévoir que le maire de Kayton sera sanctionné par la famille royale.

En effet, il avait déjà été un des plus virulents critiques de la création puis de l'effondrement de la roupie shuktène à six mois d'intervalle, il y a trois ans, et depuis lors alors que l'ensemble du pays fonctionne sur l'Uar, il s'est placé comme le porte parole des partisans d'un retour en Eashatri du royaume. Pour ces raisons Tarash d'Ashurdabad, l'actuel régent, n'a de cesse que de mettre des bâtons dans les roues à cet élu non noble, et l'action que le maire de Kayton vient de mener va peut-être lui valoir un séjour en prison, voire peut-être même une peine d'inéligibilité.

Néanmoins cette traversée du pont de l'embouchure du Dar aura le mérite de montrer que la régence souffre d'impopularité chronique, même au sein des forces de l'ordre, et que le régime n'a pas non plus les moyens d'imposer l'autorité à laquelle il prétend. De quoi renforcer les oppositions, nous l'espérons.

Avatar de l’utilisateur
will-schinspire
Messages : 325
Inscription : 16 févr. 2020 02:12
NJ : Eashatri
Ancienne NJ : Amblades ; Eashatri

Re: Médias de Shukténie

Message par will-schinspire »

Image, 09 janvier 2047 :
Alors que la reine Mamta Shakhan abdique, Tarash d'Ashurdabad resserre les vis de son pouvoir


C'était le coup de tonnerre il y a quelques jours, Mamta Shakhan a abdiqué, laissant le pouvoir au chef de ses services secrets, qui avait passé les dernières années à saper le pouvoir de la monarque. En Shukténie, il faut croire que le régent a vu cet événement comme une aubaine : plus d'arrestations, encore.

La semaine dernière, L'Aube d'Ashurdabad a fait sa une sur le démantèlement d'une cellule terroriste à Shahiri, dans la partie taktoune de la Shukténie, exprimant la grandeur des services de sa Majesté Hemaraj II, mais oubliant le fait que la principale arme à disposition des terroristes était une imprimante. Ainsi l'arrestation du comité éditorial du quotidien clandestin 2040 voix muettes a permis au régent Tarash d'Ashurdabad d'avoir l'occasion de prétendre que son pouvoir était menacé par une puissance extérieure, qui aurait fomenté le renversement de Mamta Shakhan en raison du fait que le Karmalistan était jusqu'alors une monarchie. Aussi sous couvert de défense de la Shukténie, le régent et le raj ont annoncé une série de mesures toujours plus strictes pour limiter l'expression de toute opposition dont en particulier le fait que les réunions non-officielles à plus de 10 personnes sont interdites en dehors du cadre professionnel ou familial, ce dernier type d'événement devant être justifié auprès du maire de la ville concerné (nommé par le Raj) afin qu'il le valide avant le début de l'événement. Cette dernière mesure, tout particulièrement, risque de poser d'énormes problèmes administratifs d'une part, mais aussi du point de vue du soutien accordé par certaines catégories de la population au Raj et au régent. Alors que ceux-ci réussissaient à cumuler un soutien d'environ 28% selon les sondages non officiels, il est à attendre que l'impopularité du règne d'Hemaraj II atteigne les mêmes niveaux que celui de son père qui n'a manifestement pas appris de ces erreurs.

En Shukténie taktoune, ses mesures ont déjà provoqué des heurts, et des soulèvements localisés ont déjà été matés par la milice du Raj à Shahiri, Darua, Chaarem et Tebandi. Plus généralement, nombreuses sont les villes taktounes à signaler des rassemblements massifs, en public ou dans le cadre privé, dont elles sont incapables de mettre fin, ne disposant ni d'assez d'hommes pour les disperser, ni d'assez de places en prison pour arrêter les contrevenants à la mesure.

Néanmoins le choix d'un tel calendrier pour appliquer cette restriction du droit de réunion aura le mérite d'essouffler un peu plus la régence, alors même que cette interdiction venait justement essayer à rétablir l'autorité de Tarash d'Ashurdabad sur le royaume de son fils. Tant et si bien que de part et d'autre de la Principauté, on vint à se demander s'il ne serait pas mieux pour tout le monde de mettre fin à la régence, voire à la monarchie Shuktène.

Avatar de l’utilisateur
will-schinspire
Messages : 325
Inscription : 16 févr. 2020 02:12
NJ : Eashatri
Ancienne NJ : Amblades ; Eashatri

Re: Médias de Shukténie

Message par will-schinspire »

Image, 22 janvier 2047 :
Tarash Ier en visite à Darua


Alors que la partie à majorité taktoune de la Shukténie est en proie à des manifestations illégales, le régent s'est rendu à Darua pour exprimer son soutien à la population.

Alors que les régions taktounes sont encore une fois les seules à semer le trouble dans notre royaume, le régent a tenu à libérer son emploi du temps pour aller soutenir la population locale, qui doit subir des nuisances profondes, dûes aux contrevenants au récent décret visant à maintenir l'intégrité et la sécurité de la Shukténie. Ainsi au siège de la Police du Raj de la deuxième plus grande ville de la région, le régent a tenu à rencontrer les sujets de son fils un à un, avant de s'exprimer dans un discours télédiffusé en direct sur la télévision d'Etat. Dans ce discours, Tarash Ier a déploré l'action des fauteurs de troubles qui contribuent à faire de la Shukténie la risée de la Janubie et de la Ventélie, rappelant leur objectif de voire notre glorieuse principauté réduite en cendres. Observant que les contrevenants au décret étaient responsables d'un vacarme monstre jusque tard le soir, empêchant les autorités de faire leur travail pour maintenir à un faible niveau la menace d'un coup d'Etat mené par un Etat tiers, et empêchant les riverains de jouir de la tranquillité de leur ville, Tarash Ier a annoncé que la Police du Raj aurait le droit de rentrer aléatoirement dans les logements des habitants des circonscriptions de Darua et de Chaarem, afin de déceler si une réunion illégale y était organisée.

Applaudi par la foule, le régent a ensuite précisé que tout objet brisé dans le cadre de ces inspections pourra être notifier au siège de la Police du Raj le plus proche, en vue que le dit objet soit au pire remplacé, au mieux remboursé, dans l'unique cas où aucune réunion illégale n'avait lieu dans le logement concerné. Faisant ainsi un geste duquel il n'était pas obligé, le régent se montre encore une fois magnanime envers la région rebelle qui avait pourtant poussé les puissances étrangères à pacifier la Shukténie au début de la décennie précédente.

Avatar de l’utilisateur
will-schinspire
Messages : 325
Inscription : 16 févr. 2020 02:12
NJ : Eashatri
Ancienne NJ : Amblades ; Eashatri

Re: Médias de Shukténie

Message par will-schinspire »

Image, 11 février 2047 :
La Shukténie et les technologies, quand la Principauté prend du retard


Un sujet qui est peu évoqué - car on a bien d'autres choses à penser, entre les privations de libertés et la propagande de Tarash d'Ashurdabad - mais qui reste important, est la progression de l'implantation des nouvelles technologies en Shukténie. Si il y a douze ans, l'Eashatri entamait la couverture de la Principauté en câbles de réseau internet aux standards de l'époque, faisant faire un bond de géant au flux internet de la principauté, aujourd'hui, six ans après avoir à nouveau quitté l'Empire, l réseau internet de notre principauté a à nouveau été laissé à l'abandon. De manière générale, en matière de téléphonie, d'ordinateurs ou mêmes d'objets électriques semi-automatisés, la Shukténie accuse d'un retard préoccupant, et qui s'accroit encore aujourd'hui alors que l'Eashatri est en train de développer des composantes électroniques (▮▮▮) nouvelles génération et des ordinateurs (▮▮▮) toujours plus performants, alors même qu'en Shukténie, seul le téléphone passepour les portables, sans possibilité de connection internet dans la plupart des villes de la principauté, à moins de vivre à moins de 30 kilomètres de l'Eashatri, ou d'habiter très près de la frontière karmale. Le pire est que l'infrastructure est existante par endroits, elle n'est juste pas entretenue, constat que l'on peut expliquer par le fait que la famille d'Ashurdabad cherche probablement à limiter l'accès à l'information, comme tout état autoritaire qui se respecte.

Cependant, le retard technique s'accumule dans plus d'un domaine, et alors que les lignes de train à grande vitesse se sont développées en Eashatri via la société Jhadapi, qui devait également exploiter la ligne Astapur - Shahiri à partir de 2041, comme la Shukténie a quitté l'Empire quelques mois avant la mise en service de cette même ligne, la ligne est terminée mais totalement laissée à l'abandon depuis six ans. Et on peut également citer l'exemple de l'électricité, alors que la Shukténie commence à subir les effets d'un mauvais entretien chronique de ses centrales électriques, qu'on peut encore une fois encore comparer à leur équivalent dans l'Empire que nous avons quitté : l'Eashatri est en train, par exemple de développer et même d'assurer la promotion de ses centrales géothermiques à puits très profonds, qu'il a même présentées à Cewell lors de l'exposition universelle de l'année dernière.

Aussi alors que Tarash d'Ashurdabad et la presse qu'il contrôlent racontent à tout va que la Shukténie "est en train de recouvrir sa grandeur d'antan", il semble plus approprié de dire qu'elle est coincée à antan.

Répondre

Revenir à « Shukténie »