Renseignements - Kars Intelligence Agency

Janubo-Marquésie 29-30-40-41-42-109
Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 19 janvier 2042
Destinataires : Roi | Premier ministre | Armées | Affaires étrangères
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note sur le programme nucléaire militaire du Commonwealth et la prolifération des armes nucléaires

Nous avons appris, grâce à la divulgation publique de documents classifiés de l’État du Commonwealth que ce dernier avait entrepris il y a déjà plusieurs mois voire années un programme nucléaire militaire en vue d’acquérir l’arme nucléaire et ainsi assurer sa souveraineté face aux menaces persistantes à ses alentours. Si cet objectif pouvait être compréhensible au regard du traumatisme que constitue la Guerre des Conteneurs pour le peuple du Commonwealth, il n’en demeure pas moins que la situation géopolitique du monde est radicalement différente en 2042. L’instabilité chronique de la Dytolie est un fait de moins en moins avéré et l’émergence de puissance globale comme l’Etat du Jernland, la République de Valdaquie, la République de Lantanie et les Iles-Unies de Cambrie doit permettre à cette région du monde de retrouver l’ordre et la paix après une décennie de conflits meurtriers pour les civils et pour les armées du continent.

Face à ce constat et aux révélations salutaires des inspecteurs du Kaiyuan et du Liang, l’OMPC a été saisie et doit se prononcer dans les plus brefs délais sur les mesures à prendre afin d’empêcher, ni plus, ni moins, le Commonwealth de posséder l’arme nucléaire à court, moyen ou long terme. Les rapports transmis au roi et au gouvernement par notre représentante à l’Assemblée des États de l’OMPC sont inquiétants quant à l’incapacité récurrente de l’OMPC au blocage et à l’obstruction par la culpabilité de certains États membres, notamment le Northland et l’Ennis. Selon notre représentante, l’OMPC est devenu un amphithéâtre de droit dont la parole est monopolisée par deux États dont l’inconséquence face aux menaces du monde représente aujourd’hui un enjeu pour la sécurité collective. Considérant ces blocages, nous devons absolument anticiper l’absence de réponse ferme de l’OMPC en réfléchissant, avec nos alliés et partenaires stratégiques, à des mesures coercitives en mesure de faire plier le Commonwealth.

S’agissant du caractère stratégique de l’arme nucléaire, nous rappelons la position du gouvernement jusqu’à aujourd’hui : celle-ci n’est pas une priorité pour notre État tant que le reste du monde ne se lance pas dans une course à l’armement nucléaire. Cependant, dès lors qu’un État déclarera l’obtention de l’arme nucléaire ou disposera des éléments nécessaires pour effectuer des essais significatifs, nous inviterons le gouvernement à modifier sa doctrine pour donner au Royaume les outils nécessaires à la protection de sa souveraineté. Nous ne doutons pas que cette doctrine est aujourd’hui celle de bon nombre d’États mais qu’elle pourrait évoluer, défavorablement pour l’équilibre du monde, si un État menait à bien son programme nucléaire militaire dans l'indifférence générale.

Ainsi, si le Commonwealth a été piégé par l’inconséquence de son programme nucléaire militaire, d’autres États pourraient agir avec plus d’intelligence et de discrétion. Cette possibilité nous amène à promouvoir la création d’une Agence Mondiale de l’Énergie Atomique afin de contrôler, régulièrement, l’ensemble des États ayant d’ores et déjà les technologies nécessaires pour le contrôle du nucléaire civil et éviter la poursuite, cachée, d’un programme nucléaire militaire. La mise en place d’une institution supranationale pour contrôler les États nucléaires est un impératif de sécurité collective pour éviter une escalade et une course à l’armement nucléaire dont l’issue serait assurément la destruction de notre équilibre géopolitique actuel.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 29 janvier 2042
Destinataires : Roi | Premier ministre | Armées | Affaires étrangères
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note sur l’acquisition de stocks de platine en grande quantité par l’Ennis

Nous confirmons l’information parue dans les médias du Gandhari le 25 janvier dernier concernant la signature d’un accord commercial majeur dans l’industrie du platine avec l’achat par la République d’Ennis de plus du quart de la production mondiale de platine. Rappelons que le platine est un élément indispensable à la fabrication de l’arme nucléaire et qu’une quantité aussi importante que celle pré réservée par l’Ennis pourrait permettre la conception et la fabrication de plusieurs centaines de têtes nucléaires par an, soit plusieurs milliers en quelques années, offrant ainsi à son initiateur un arsenal nucléaire colossal et terrifiant pour le reste de la communauté internationale. La résolution de l’OMPC évoquait uniquement les importations d’uranium, il pourrait être nécessaire de l’étendre à tout composant direct ou indirect entrant dans le processus de fabrication d’une arme nucléaire en l’état actuel des connaissances scientifiques.

Selon nos informations émanant de la délégation de négociateurs actuellement en charge de discuter avec les représentants du Commonwealth, la probabilité d’un accord sur l’abandon du programme nucléaire militaire du Commonwealth semble extrêmement faible si ce n’est illusoire. Il convient dès lors de prendre la pleine mesure de la fin de non-recevoir de la part du Commonwealth et d’envisager dès à présent les mesures coercitives à la disposition de la communauté internationale pour faire cesser les recherches des scientifiques en Algarbe-du-Sud. Nous réitérons notre avertissement sur la doctrine actuelle du gouvernement : la priorité doit être de préserver le monde de l’émergence d’une puissance doté de l’arme nucléaire, mais si cet objectif venait à être contredit par l’impuissance de l’OMPC à agir directement, alors chaque État devra tirer les conséquences de l’inaction et prendre les décisions nécessaires au maintien de l’équilibre des forces. Nous notons que l’exercice militaire en mer des Crabes aux côtés de l’armée unioniste et prochainement avec l’armée jernlander constitue un signe fort à l’endroit du Commonwealth sur la capacité des grandes puissances d’agir en cas d’entêtement.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 5 février 2042
Destinataires : Roi | Premier ministre | Armées | Affaires étrangères | Ambassadeur au Gandhari
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note sur l’organisation des exercices militaires avec les armées du Gandhari en Algarbe du Sud

L’alignement des positions du Gandhari et du Kars concernant le programme nucléaire militaire du Commonwealth constitue une excellente nouvelle dans le cadre des relations bilatérales entre les deux États de Janubo-Marquésie. En effet, après plusieurs mois d’éloignement compte tenu des troubles survenus au Gandhari après l’épisode du Raja Tika, la diplomatie karsaise s’est tenu à l’écart de Bunaghar pour des raisons pragmatiques en recentrant sa diplomatie et sa politique d’influence sur les Etats membres de la Ligue Islamique Mondiale (LIM). Toutefois, nous constatons que le gouvernement gandharien rejoint régulièrement les positions défendues par le Kars et ce depuis plusieurs mois. Le dernier exemple en date, le programme nucléaire militaire du Commonwealth, est le symbole de ce nouvel axe de coopération qui pourrait se dessiner entre Bunaghar et Mahra.

Suite à l’initiative du Kars visant à l’organisation de deux exercices militaires en mer des Crabes, le premier avec les armées unionistes et le second avec les armées jernlanders, l’hypothèse de frappes préventives évoquée par le prince héritier Hussein a suscité l’intérêt marqué de plusieurs chancelleries à travers le monde. En effet, l’échec des négociations triparties réunissant le Commonwealth, le Liang et l’OMPC semble de plus en plus probable. L’achat en grande quantité de platine et peut être d’uranium par la République d’Ennis pourrait constituer une menace supplémentaire dans le cadre de la lutte contre la prolifération des armes nucléaires. Comme indiqué à de multiples reprises ces dernières semaines, la doctrine du Kars consiste à lutter contre l’émergence d’une puissance nucléaire militaire, mais une fois celle-ci acquise, alors une course à l’armement s’engagera. Il convient de lutter avec les moyens mis à la disposition des États souverains.

Nous avons reçu une marque d’intérêt du ministère des Affaires étrangères gandharien concernant l’idée des frappes préventives. Le Gandhari rejoint nos positions sur la nécessité de tout faire pour inciter le Commonwealth à abandonner son programme nucléaire militaire. Le Gandhari ne croit pas, comme le Kars, la parole du Gandhari s’il venait à finalement signer un accord avec l’OMPC. En effet, le Gandhari n’a pas oublié lui non plus la revendication totalement farfelue du Commonwealth sur les eaux internationales situées entre l’Algarbe du Sud (ou Aleka) et l’Antarctique. Le Gandhari n’a pas oublié non plus la signature par le Commonwealth du traité de non-prolifération des armes nucléaires qu’il a sciemment violé depuis plusieurs années en menant, en secret, un programme nucléaire militaire dans ses dominions.

Ainsi, le Gandhari joindra ses forces aux armées du Kars pour l’organisation d’un exercice militaire commun de grande ampleur aux larges de l’Algarbe du Sud et dans les eaux internationales revendiquées par le Commonwealth. Pas plus que nous n’avons accepté l’accaparement des eaux internationales par le Commonwealth nous n’accepterons, avec notre partenaire gandharien, la poursuite du programme nucléaire militaire du Commonwealth. Le Gandhari se joint au Kars pour exiger une transparence totale en cas d’accord ainsi que la formation de plusieurs unités d’inspecteurs dont la mission sera de vérifier, quotidiennement et dans tout le Commonwealth, le respect éventuel d’un accord avec l’OMPC. Si cet accord venait à échouer, le Gandhari a accepté le principe des frappes préventives sur les installations nucléaires du Commonwealth.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 17 avril 2042
Destinataires : Roi | Premier ministre | Affaires étrangères | Ambassadeur au Gandhari
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note sur l'exil potentiel de la famille royale gandharienne au Kars

Les conséquences de la décision du gouvernement du Montbardo et Marguené de publier officiellement la liste des principaux pays d’origine des dépositaires de fonds dans son système bancaire sont nombreuses. La réaction la plus vive concerne sans nul doute possible la Confédération de Janubie du Sud qui a lancé une chasse aux sorcières afin d’identifier dans des délais records les auteurs de ces transferts de fonds depuis le Gandhari vers le Montbardo et Marguené. Ainsi, une législation d’exception a été votée par le parlement confédéral pour lever le secret bancaire et la protection des données personnelles pour l’ensemble des transferts de plus de 2 000 dollars réalisés entre 2037 et 2042. Cette législation rétroactive et particulièrement dangereuse a soulevé l’indignation auprès de nombreuses chancelleries qui, loin de soutenir l’optimisation fiscale, s’étonnent du peu de considération des autorités gandhariennes pour la protection des données de ses propres citoyens.

Cette mesure a permis l’interpellation de plus de cinq cent millionnaires présumés d’évasion fiscale en moins d’une semaine. Selon un dernier rapport publié par les autorités locales, plusieurs milliers d’individus seraient aujourd’hui en détention pour suspicion d’évasion fiscale et dans l’attente d’un procès. Néanmoins, la mise en cause récente d’une personnalité influente et reconnue au Gandhari pourrait à terme aboutir à des conséquences beaucoup plus néfastes, tant pour le gouvernement gandharien que pour un ami du Kars : l’héritier du trône du Gandhari, le prince Kirpan Watarah, petit-fils du dernier raja gandharien Venkata V, chassé du trône en 1969. Si l’influence de la maison royale sur le gouvernement gandharien est aujourd’hui inexistante en matière politique, elle demeure la représentante d’un pan entier de l’histoire du Gandhari que nul gouvernement ne pourra effacer de la mémoire collective.

L’implication de l’héritier du trône du Gandhari dans le scandale de l’évasion fiscale au Montbardo et Marguené constitue un problème majeur, tant pour l’intégrité de la famille royale que pour le gouvernement en place. Malgré la chute de la maison royale en 1969, la famille royale de Kars s’est régulièrement préoccupée de la situation de son homologue gandharienne, proposant à de multiples reprises un appui politique et logistique. L’espoir d’un retour de la monarchie était un élément sur lequel pouvait parier la famille royale karsaise pour justifier d’un soutien permanent auprès la maison royale gandharienne. Mais la publication dans la presse gandharienne de l’évasion fiscale estimée à près de 1,2 milliards de dollars devrait sceller pour de nombreuses années les maigres espoirs d’une restauration de la monarchie au Gandhari. Fort des liens qui unissent les deux familles royales, le roi Abdallah de Kars a mandaté le ministre des Affaires étrangères Abdallah Al-Nahyan pour proposer l’accueil de la maison royale du Gandhari au sein du Royaume de Kars. Ce dernier mènera les tractations avec le gouvernement gandharien.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 21 février 2043
Destinataires : Roi | Premier ministre | Affaires étrangères | Ambassadeur au Makengo
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note sur l’élection présidentielle 2043 au Makengo

La campagne présidentielle pour l’élection du successeur de Youssouf Botamba bat son plein depuis plusieurs semaines. Deux favoris sont à la lutte pour la victoire au premier et unique tour de scrutin : Firmin Botamba (UMD) et Félix Kompaoré (MSCR). Une personnalité connue et respectée en la personne de Dieumerci Aboki s’est placée en situation de dissidence vis-à-vis de son parti politique historique, l’UMD. Dieumerci Aboki est un cacique du pouvoir makengais depuis plusieurs décennies, c’est un compagnon de route historique du président Youssouf Botamba, il a tenu la diplomatie makengaise pendant de longues années, gagnant au passage une forte crédibilité à l’international ainsi qu’une stature de dirigeant politique respecté et respectable. Sa candidature dissidente vis-à-vis de Firmin Botamba, le candidat investi par l’UMD constitue une demi-surprise puisqu’il s’oppose au candidat choisi par son ami et compagnon de lutte, Youssouf Botamba.

De toute évidence, la victoire finale devrait se jouer entre Firmin Botamba, Felix Kompaoré et Dieumerci Aboki. D’après les derniers sondages plausibles réalisés par les organes de presse makengais, Firmin Botamba tient la tête de cette élection avec, selon les instituts, 1 à 3 points d’avance sur le candidat socialo-marxiste Félix Kompaoré. Dieumerci Aboki a bénéficié d’une forte vague de soutien à la suite de l’annonce de sa candidature et de la création de son mouvement politique, le RDPM. Aboki est soutenu par une grande partie de l’élite makengaise en raison de sa filiation idéologique avec le président Botamba. Il est également le tenant d’une ligne dure vis-à-vis des forces socialo-marxistes et promeut le nationalisme makengais. Dieumerci Aboki semble être également plus à même de favoriser les intérêts d’autres puissances, à la différence de Firmin Botamba qui semble être à la botte des intérêts ennissois, toujours aussi puissants dans le pays malgré les années et les turpitudes de la vie politique de l’ile nord dytolienne.

Dieumerci Aboki est un proche et un ami du ministre des Affaires étrangères karsais, Abdallah Al-Nahyan. Ce dernier nous recommande d’orienter nos actions de soutien en faveur de Dieumerci Aboki afin d’assurer la pérennité des intérêts karsais au Makengo et dans la région de l’Algarbe noire. Contrairement à Dieumerci Aboki, Firmin Botamba s’inscrit dans une vision plus libérale de l’économie et il ne semble pas en mesure de restreindre l’influence des ennissois sur l’économie. Une victoire de Firmin Botamba confisquerait pendant encore plusieurs années voire plusieurs décennies l’accès à certains secteurs ou à certaines entreprises à des investisseurs étrangers, karsais notamment. Dieumerci Aboki souhaite poursuivre les privatisations des entreprises publiques makengaises et nous pensons pouvoir en tirer profit.

De toute évidence, la victoire de Firmin Botamba ou de Dieumerci Aboki aboutira à une sécurisation des intérêts politiques, économiques et stratégiques du Royaume dans le pays. La volonté du candidat socialo-marxiste du MSCR de nationaliser les mines et les activités agricoles est une menace sérieuse contre les actifs détenus par notre fonds souverain Kars Investment Authority au Makengo. Une telle nationalisation, sans compensation, reviendrait à assumer une perte financière de plusieurs milliards de dollars au regard de la valeur de ces actifs. La confiscation des actifs karsais au Makengo entrainerait de facto une menace grave sur l’approvisionnement en denrées alimentaires, céréales, fruits et légumes notamment, du Royaume. Le Makengo est le premier exportateur de denrées alimentaires du Kars. La préservation des intérêts karsais en la matière nécessitera d’assurer, coûte que coûte, notre approvisionnement et par quelque moyen que ce soit.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 27 février 2043
Destinataires : Roi | Premier ministre | Affaires étrangères | Armées | CEO KarSat
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note sur les exportations de satellites

La KarSat est aujourd’hui l’une des principales sociétés de l’industrie spatiale et l’une des rares à pouvoir concevoir, fabriquer, produire, lancer et exploiter des satellites artificiels à travers le monde. Le savoir-faire de la société est unique au monde et doit être préservé des ingérences étrangères et des tentatives de spoliation technologique émanant des puissances géopolitiques à l’idéologie opposée à celle développée par le gouvernement. Ainsi, il convient d’appliquer en matière d’exportation de satellites des conditions strictes visant à garantir la sûreté de nos équipements et la pérennité de notre avance technologique en la matière. La présente note vise à définir la politique commerciale de la KarSat.

Conformément aux capacités technologiques des satellites proposés dans le catalogue commercial de la KarSat, il convient de distinguer les satellites pouvant déboucher sur des utilisations militaires des satellites dédiés uniquement aux utilisations civiles. Ainsi, les capacités technologiques des satellites ▮ ne nécessitent pas la mise en place de mesures de protection additionnelles afin d’en garantir la préservation du secret industriel. Ces satellites sont aujourd’hui susceptibles d’être fabriqués par un nombre significatif d’États à travers le monde. Ces satellites ont pour mission essentielle les télécommunications civiles notamment à destination des opérateurs de télécommunications fournissant des services de téléphonie et d’internet. La vente de ces satellites devra, en outre, s’accompagner d’un engagement de l’acheteur public ou privé à effectuer son lancement depuis le centre spatial de Melaka au Zabol, ainsi le satellite ne quittera pas le sol karsais ou zabolais de sa fabrication à sa mise en orbite, réduisant ainsi considérablement les risques de pillage technologique ou de spoliation scientifique par une puissance hostile.

S’agissant des satellites ▮▮ mis en production par la KarSat depuis le début de l’année 2039, il convient d’évoquer la mise en place d’une première grille de sélection afin de ne pas permettre la livraison de ce type de satellites aux capacités technologiques étendues à des fonctions scientifiques et d’observation de la terre avec une précision suffisante pour acquérir des informations tactiques suffisantes en prévision d’une potentielle action armée. Ces satellites doivent être réservés aux pays partenaires stables du Royaume afin de ne pas tomber dans des mauvaises mains. La KarSat devra, systématiquement, consulter les services du ministère de la Défense et du ministère des Affaires étrangères afin d’obtenir une autorisation de vente pour ces satellites. La vente de ces satellites devra, en outre, s’accompagner d’un engagement de l’acheteur public ou privé à effectuer son lancement depuis le centre spatial de Melaka au Zabol, ainsi le satellite ne quittera pas le sol karsais ou zabolais de sa fabrication à sa mise en orbite, réduisant ainsi considérablement les risques de pillage technologique ou de spoliation scientifique par une puissance hostile.

L’annonce de la mise en production des satellites ▮▮▮ constitue une innovation technologique de premier ordre dans l’industrie spatiale. Par cette annonce, la KarSat rejoint le Byrsa et le Jernland parmi les pays en mesure de produire des satellites de dernière génération aux capacités technologiques actuellement inégalées. Ces satellites constituent aujourd’hui des cibles privilégiées pour les puissances hostiles aux intérêts du Royaume, ainsi il convient d’en limiter la distribution et les usages aux partenaires stables et durables du Royaume. La vente de ces satellites sera interdite aux pays membres ou proches du Pacte de Cewell. Également, la vente de ces satellites sera interdite aux pays dont les gouvernements signent des accords stratégiques avec le Pacte de Cewell ainsi qu’avec des États considérés comme peu fiables sur la scène internationale. Le gouvernement se réserve le droit de poser son veto à la vente de ces satellites en toute circonstance. La vente de ces satellites devra, en outre, s’accompagner d’un engagement de l’acheteur public ou privé à effectuer son lancement depuis le centre spatial de Melaka au Zabol, ainsi le satellite ne quittera pas le sol karsais ou zabolais de sa fabrication à sa mise en orbite, réduisant ainsi considérablement les risques de pillage technologique ou de spoliation scientifique par une puissance hostile.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 11 mars 2043
Destinataires : Roi | Premier ministre | Affaires étrangères | Armées | Ambassade à Karagol
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note sur la situation politique au Karmalistan et les ingérences extérieures

Les informations transmises par notre ambassade à Karagol sont préoccupantes et ne peuvent que susciter l’inquiétudes de la communauté internationale face à la montée des tensions ethniques et religieuses au sein de ce vaste pays. La décision du gouvernement en place d’appliquer la loi martiale pour purger les rebellions encore actives à travers le pays constitue un premier pas dans l’escalade de la violence et d’une perte de contrôle progressive du gouvernement karmali sur son territoire. Nous saluons la prudence du ministère des Affaires étrangères dans sa communication transmise à son homologue karmali visant à souligner le respect des institutions et la protection des intérêts du peuple karmali. Il est encore trop tôt pour exposer une position publique visant à soutenir un camp par rapport à l’autre. L’embrasement du Karmalistan constituera un frein au développement de la Ligue Islamique Mondiale (LIM) et à son nouveau leadership mené par le Kars. Il convient également de prendre note de l’augmentation significative de l’influence des Nations proches du Pacte de Cewell dans le regain de tensions au sein de la société civile karmali.

La reine Mamta est aujourd’hui en proie, une nouvelle fois, à des influences extérieures qui pourraient légitimement lui indiquer d’orienter son choix vers les États membres du Pacte de Cewell. Compte tenu de la diplomatie active menée par le Westrait ou encore le Gandhari, il semble opportun de souligner la présence hautement probable d’agents perturbateurs dans les régions les plus touchées afin d’augmenter la répression du gouvernement actuel à l’encontre des mouvements conservateurs. La répression en cours contre les islamo-conservateurs ne constitue pas une surprise et répond à la logique d’ingérence prônée par le Pacte de Cewell, en témoigne son action au Makengo depuis le début de la campagne présidentielle. La fragilité de la reine Mamta pourrait aboutir, sans peine, à un basculement géopolitique du Karmalistan vers les pays socialo-communistes, niant ainsi complètement son histoire récente et les bienfaits de la politique menée ces dernières années. La probabilité d’un revirement d’alliance du Karmalistan est très élevée.

Le Kars et le Karmalistan sont aujourd’hui alliés au sein de la Ligue Islamique Mondiale. Il n’en demeure pas moins qu’un basculement géopolitique du Karmalistan vers le Pacte de Cewell fragiliserait sa présence au sein de l’organisation réunissant les États musulmans du monde, dont l’opposition au socialo-communisme est une marque de fabrique. Dès lors, la question des coopérations poussées au sein de la LIM devra se poser afin de permettre au Royaume de ne pas subir, tôt ou tard, les conséquences néfastes de la trahison qui s’annonce. Nous invitons dès aujourd’hui les services du ministère des Armées à revoir les coopérations en place avec les officiers karmalis. Nous recommandons également au ministère des Affaires étrangères de réévaluer la confidentialité des opérations secrètes menées à travers le monde pour le compte de la Ligue Islamique Mondiale. La mise sous surveillance des soldats présents dans le cadre des coopérations militaires de la LIM devra être renforcée. Enfin, nous recommandons au gouvernement de soutenir officieusement, dans la mesure du possible, la lutte contre le pouvoir en place représenté par la reine Mamta afin de conserver un pouvoir islamique et conservateur à Karagol.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 15 mai 2043
Destinataires : Roi | Premier ministre | Affaires étrangères | Armées
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note sur le développement du missile balistique moyenne portée

La décision du gouvernement d’ouvrir officiellement un pôle de recherche spécial dédié à l’acquisition, dans un délai raisonnable, de la technologie du missile balistique moyenne portée, c’est-à-dire jusqu’à 3 000 km résulte d’un consensus commun autour des impératifs stratégiques liés aux récents mouvements idéologiques et politiques en vogue à l’échelle mondiale et susceptibles de causer, à moyen terme, des désordres significatifs. Si la recherche d’un système de défense n’était pas une priorité du gouvernement jusqu’à présent, la signature d’au moins deux accords visant à autoriser le Commonwealth à poursuivre dans la sérénité ses recherches en vue de posséder l’arme atomique d’un côté et la création du Pacte de Cewell réunissant des États à l’idéologie hostile à celle promue par le gouvernement, poussent l’État à réviser sa doctrine de défense stratégique.

La recherche et développement autour du missile balistique moyenne portée doit permettre au Royaume de bénéficier d’une force de frappe suffisante pour dissuader une éventuelle agression de son territoire souverain ou une quelconque violation de son espace aérien ou maritime par une puissance étrangère hostile. En cas d’acquisition rapide de la technologie, grâce aux moyens humains et financiers significatifs qui seront investis, le Royaume pourrait l’une des premières puissances à disposer d’une technologie capable de tirer un missile jusqu’à 3 000 km de portée. Si depuis le sol national les cibles sont rares mais existent en cas d’agression, la technologie apportera à nos armées une capacité de dissuasion très élevée lorsque ces missiles seront couplés à des sous-marins aux capacités de rayonnement quasi illimitée.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 27 mai 2043
Destinataires : Roi | Premier ministre | Affaires étrangères | Armées
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note sur le rapport 2023 des puissances militaires et ses enjeux

La publication du rapport 2043 sur les principales puissances militaires du monde fait apparaitre les points faibles et les points forts de l’organisation nationale des forces armées karsaises tant dans sa modernisation que dans la répartition des forces entre ses différentes composantes (terre, mer, air, espace). Ainsi, malgré une situation politique et économique morose, la Valdaquie maintient sa domination en étant pour une année supplémentaire l’armée la plus puissante du monde, à égalité cette fois-ci avec le Karmalistan qui enregistre une forte progression de score en raison des investissements massifs entrepris dans le réarmement de l’appareil militaire par Karagol. Si les composantes aériennes des deux armées sont équivalentes, ce n’est pas le cas de la composante navale où la Valdaquie écrase le Karmalistan mais ce dernier dispose d’une puissance près de deux fois supérieure à celle de la Valdaquie sur la composante terrestre. Les deux pays demeurent, de très loin, les principales puissances militaires du monde. A cet égard, la morosité de la Valdaquie est source d’inquiétude face à un Karmalistan dont les ambitions en matière de course à l’armement sont sans équivoque.

Derrière ce duo tout-puissant figure trois puissances militaires importantes : le Wakoku, le Kars et le Jernland. Ces trois pays disposent d’armées de tailles comparables et enregistrent un score global élevé. Une coalition de ces trois pays face à l’un des deux membres au sommet du classement entrainerait nécessairement un rapport de force à leurs avantages. Fait notable, les trois armées vont vraissemblablement apprendre à travailler ensemble dans les temps à venir avec la création prochaine de la Ligue de Défense des Nations (LDN) qui regroupera par ailleurs deux autres puissances militaires significatives, la Byrsa et l’Al-Aqsa. Si la logique d’affrontement bloc contre bloc est encore trop prématurée, notons que les États membres du Pacte de Cewell sont encore trop faibles en comparaison des autres blocs. Seul l’Ölan dispose d’une force armée significative mais qui demeure par exemple inférieure de moitié à celle de la Valdaquie. Dans le détail, la marine karsaise est la 4e marine la plus puissante derrière la Valdaquie, l’Ennis et le Wakoku.

La dernière publication du rapport fait état d’une comparaison des puissances spatiales : le Kars ressort premier de ce classement grâce à une politique industrielle active dans ce domaine. Avec plus de 33 satellites militaires N3 et 41 satellites civils N2 ainsi qu’une capacité de construire des lanceurs spatiaux et de les lancer via une base de lancement autonome, le Kars s’est doté d’une filière totalement intégrée en la matière. Derrière le Kars, on retrouve la Byrsa, le Commonwealth, le Kaiyuan et le Jernland. Pour conserver son avantage, le prochain objectif de la société publique KarSat devra être de développer le satellite militaire N4, en coordination avec les recherches sur les polymères afin de doter les forces armées et les services de renseignement du nec plus ultra de la technologie satellite en vigueur. Aux côtés des développements en satellites militaires, le pays va poursuivre le développement d’une capacité autonome de tir de missiles balistiques dont la gestion sera désormais assurée par la Defense Industry Corporation of Kars, récemment créée pour mener à bien ces recherches. En conservant l’assise existante sur les forces conventionnelles tout en développement des recherches dans les satellites militaires ainsi que dans les missiles stratégiques, les forces armées karsais continueront de jouer un rôle dans l’échiquier international.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 29 juin 2043
Destinataires : Roi | Premier ministre | Armées
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note sur l’extension du centre de détention militaire secret d’Afif

Sous l’impulsion du prince héritier Hussein et en accord avec le Premier ministre, les services du ministère des Armées procèdent à l’augmentation de la capacité d’accueil du centre de détention militaire non répertorié d’Afif. Doté d’une capacité d’accueil de 450 détenus hors de tout circuit judiciaire légal, le ministère procède à l’octroi d’une subvention de 20 millions de dollars pour porter la capacité d’accueil à 1 500 détenus. Les fonds serviront à l’extension terrestre du camp, au renforcement du dispositif de sécurité et à la création de cellule individuelle garantissant l’absence totale de contact entre les détenus. Le périmètre d’interdiction autour du centre de détention est porté de 5 à 10 km à la ronde. Tout individu interpellé dans cette zone sans autorisation ni motif valable sera immédiatement placé en détention dans le centre pour investigation et pour une durée minimale de six mois. Des équipements de brouillage radar et satellitaire seront installés afin d’isoler le camp dont la localisation est classifiée et connue du seul État-major des armées.

Selon un dernier rapport classifié Très Secret Défense, le centre d’Afif est actuellement occupé à 70% par des détenus emprisonnés pour des motifs politiques (opposition socialo-communiste) et à 30% par des détenus emprisonnés pour des motifs de sécurité (terrorisme). Face à l’augmentation de l’agitation de Cewell dans les affaires du monde, le gouvernement anticipe une plus grande visibilité des idées socialo-communistes dans le Royaume. Les services de renseignement ont pour mission de détecter les sympathies pour les idées du Pacte de Cewell et déterminer si une interpellation préventive est nécessaire. La mission est également étendue aux individus se livrant à du prosélytisme politique en faveur des idées socialo-communistes. Le gouvernement décide également d’interdire tout contact entre les détenus du centre d’Afif et le reste du pays. L'emprisonnement dans le centre situé en plein milieu du désert est également ouvert aux ressortissants des Etats alliés, à l'initiative exclusive des autorités karsaises.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 26 juillet 2043
Destinataires : Roi | Premier ministre | Armées
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note sur la préparation des forces armées pour une intervention au Shiha

Considérant la prise de position publique du roi Abdallah, nous avons pour mission de préparer les plans tactiques et les différentes hypothèses nécessaires à la mise en place d’une opération militaire sous dix jours dans le cadre du conflit militaire au Shiha. Plusieurs États alliés du Kars sont aujourd’hui engagés dans l’opération militaire et le résultat de celle-ci est encore très incertain. Nous constatons des pertes humaines et matérielles significatives chez les forces armées de la coalition et notamment chez les forces armées alliées d’Al-Aqsa. L’intervention des forces armées karsaises apporterait un soutien décisif et rapide si la situation venait à ne pas évoluer favorablement sur le terrain.

Nous mobilisons d’ores et déjà les forces pré-positionnées dans nos bases militaires extérieures au Khalouat et au Byrsa. Les forces aériennes de ces bases militaires seront immédiatement disponibles pour une intervention au Shiha afin d’intensifier le bombardement des forces armées shihannes. Nous recommandons l’envoi d’officiers de liaison du renseignement afin de coordonner les frappes de l’aviation karsaise avec les renseignements obtenus par le réseau de satellites militaires. La décision de frapper des sites stratégiques est indispensable pour abattre le régime shihan et conférer aux forces de l’OUA un avantage déterminant dans le cadre du conflit.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Renseignements - Kars Intelligence Agency

Message par Siman »

Date : 8 août 2043
Destinataires : Roi | Premier ministre | Armées | Affaires étrangères | Ambassadeur en Askazie
Classification : Très Secret-Défense
Objet : Note d’analyse sur la visite d’Etat du roi Abdallah en Askazie (6-8 août 2043)

La visite d’Etat du roi Abdallah en Askazie s’est soldée par la signature du premier traité de coopération qu’il convient d’appeler Traité de Vysankia en date du 8 août 2043. Ce traité vise à formaliser les relations diplomatiques, économiques, culturelles déjà existantes entre le Kars et l’Askazie. Le Royaume s’est engagé à apporter son soutien à l’initiative askaze visant à organiser un sommet régional regroupant l’Ölan, l’Askazie et le Kars. Si nous ne comprenons pas encore l’intérêt de ce sommet, nous n’avions pas de raison objective de nous opposer à l’expression pure de la diplomatie. Les services du ministère des Affaires étrangères karsaises se rapprocheront de leurs homologues askzaves afin de déterminer l’objet et les objectifs de ce futur sommet.

Le traité fait apparaitre un changement significatif dans les habitudes de la diplomatie karsaise, en effet, pour la première fois depuis le retour du pays sur la scène internationale en 2039, le roi Abdallah a personnellement indiqué son refus de consolider une coopération technologique avec l’Askazie en raison des intentions particulièrement troubles du pays dans un contexte international déjà très incertain. En effet, les rapports des conseillers du roi font apparaitre un questionnement profond et des doutes évidents du souverain sur la fiabilité de l’Askazie en matière de coopération stratégique. L’impossibilité pour le Kars de deviner les intentions réelles de Vysankia rend impossible toute coopération stratégique a minima à court et moyen terme y compris dans le cadre de nos recherches sur le missile balistique de moyenne portée.

Les comptes rendus des conseillers du roi font également mention d’un appétit asymétrique des askazes en matière de coopération technologique. S’il était question d’un accord global sur les technologies dans les discussions préalables entre les sherpas des deux pays avant l’arrivée du roi Abadallah pour sa première visite d’Etat dans le pays, au final, aucun accord de coopération technologique ne sera signé. Les demandes des aszakes étaient largement supérieures aux concessions qu’ils étaient en mesure d’accorder pour respecter un principe fondamental de réciprocité. Ainsi, le Kars devait aider l’Askazie à construire une base de lancement quand l’Askazie refusait au Kars une coopération sur d’autres technologies spatiales. Considérant l’absence de fiabilité de l’Askazie, le roi Abdallah a mis un terme à ces discussions.

Enfin, il ressort de la visite d’État du roi Abdallah un sentiment très prématuré de Vysankia de création d’une Troisième Voie réunissant des Etats non alignés tels que l’Askazie, le Kars ou encore d’autres États de la LIM. Poussant le Kars à s’éloigner d’un Jernland que l’Askazie n’hésite pas à qualifier de menace aux côtés du Karmalistan. Face à cet objectif, proprement irréalisable, le roi a confirmé ses craintes et appelé l’Askazie à la prudence concernant l’expression publique de telles ambitions dès lors que le pays est coincé entre la Valdaquie, l’Ölan, le Karmalistan et le Kars. Comme indiqué par le roi Abdallah, le Kars ne sera certainement pas la première menace que devra affronter l’Askazie dans sa quête de puissance. La prudence commanderait aux askazes d’accepter le principe de coopération et de conserver une modération dans leurs exigences à l’endroit d’États dont les économies, les armées et l’influence sont bien supérieurs. L’essentiel de ce rapport est partagé avec les alliés de la Ligue de Défense des Nations.

Répondre

Revenir à « Kars »