Culture - Université islamique de Yefren

Janubo-Marquésie 29-30-40-41-42-109
Répondre

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Culture - Université islamique de Yefren

Message par Siman »

La Mosquée Sacrée de Masirah, premier lieu Saint de l’Islam

Image
Masjid al-Haram

Le Royaume de Kars est connu du reste du monde pour accueillir les trois principales villes saintes : Masirah (1,5 millions d’habitants) et Ammar (2 millions d’habitants) pour les musulmans et Hiérosolyme pour les musulmans, les chrétiens et les juifs. Ce panorama exceptionnel offre au Royaume une tradition séculaire en matière d’accueil des étrangers, des pèlerins et des touristes qui décident, ensemble ou seul, de se rendre dans les villes saintes du Royaume pour y prier leur Dieu. Si l’accès à la ville sainte de Hiérosolyme est ouvert aux croyants de toutes confessions, les deux villes saintes du monde musulman sont quant à elles fermées aux non musulmans. En effet, seuls ceux qui croient à l'islam et qui travaillent à sa défense ont le droit d'y entrer. L’obtention d’un visa spécial est obligatoire pour pénétrer dans les villes de Masirah et Ammar. Le Royaume, via le ministère des Affaires étrangères, propose un site internet dédié à la demande du visa spécial permettant ainsi de fluidifier les demandes et organiser dans les meilleures conditions la venue de plusieurs millions de croyants pendant le pèlerinage du hajj. Sensible à l’importance du pèlerinage dans la vie de tout bon musulman, les autorités du Royaume attribue des quotas à tous les pays du monde afin de permettre aux musulmans du monde entier d’avoir la possibilité de se rendre dans les lieux saints du Royaume.

Aujourd'hui, pour cette première leçon, nous nous concentrerons sur la ville sainte de Masirah qui abrite la plus grande mosquée du monde musulman (al-Masjid al-Ḥarâm) et est considérée comme le premier lieu saint de l’islam. Elle abrite en son centre la Kaaba, petit bâtiment par sa taille, mais plus important sanctuaire de l'islam. La pierre noire y est enchâssée : c'est elle que les musulmans tentent de toucher au cours des circumambulations qu'ils accomplissent durant leur pèlerinage et c'est dans la direction de la Kaaba que les musulmans du monde entier se tournent pour prier. La Kaaba n’est autre que la première maison établie aux gens pour le culte d’un seul Dieu, c’est la maison dont les bases avaient été jetées par le prophète Abraham et son fils Ismaël. C'est dans cette ville sainte que le prophète Mohammad naquît, reçut la révélation et devint prophète et Messager à tous les hommes appelés au culte d'un seul Dieu. Durant longtemps le voyage du pèlerinage fût une aventure périlleuse pleine de dangers. Des tribus nomades se livraient à des actes de pillage et demandaient parfois une rançon au pèlerin. La dynastie des Souverains de Kars fît de la sûreté des routes du hajj et de la protection des pèlerins venant de toutes les parties du monde l'objet de sa première préoccupation.

Si la croyance islamique rappelle que la mosquée sacrée a été construite par des anges selon l’ordre d’Allah, la construction a débutée au VIIème siècle et s’est achevée au XXème siècle pour les structures dominantes. La particularité de l’édifice est de ne pas offrir un style architectural particulier, laissant le soin aux bâtisseurs de chaque siècle d’y apporter des modifications et des structures additionnelles. Depuis son accession au trône, le roi Abdallah IV a entrepris des travaux monumentaux pour porter la capacité d’accueil à près de deux millions de fidèles durant la période du hajj. La mosquée sacrée de Masirah s’étend aujourd’hui sur une superficie de 400 000 m² via deux niveaux, une terrasse, un sous-sol et plusieurs esplanades autour d’elle pour favoriser la circulation des fidèles pendant le pèlerinage. Avec 7 minarets dont certains culminent à plus de 89 mètres, la mosquée sacrée de Masirah est aujourd’hui l’une des merveilles du monde musulman et joyau sacré du Royaume de Kars.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Culture - Université islamique de Yefren

Message par Siman »

Musée National de Kars

Image
Photographie du musée à la fin des travaux

Genre : Art classique de l’Antiquité à l’époque moderne
Ville : Mahra
Architecte : Arcangelo Mazzi (Lébirien)
Budget : 430M$
Gestionnaire : Kars Museums
Visiteurs : 1 255 422 par an

Descriptif : Attendu comme un futur chef d’œuvre, la proposition du lébirien Arcangelo Mazzi offrira aux visiteurs une expérience unique : bâti pour représenter une rose des sables, le musée sera conçu au cœur du district culturel de Mahra et concentrera plus de 52 000 m² d’espace dédiés à l’art et à l’artisanat. L’enveloppe du musée, constituée de 76 000 panneaux en béton fibré ultra haute performance de couleur sable s’inspirera de la roche de gypse. La prouesse technique promise par l’architecte lébirien est à la hauteur des attentes de la famille royale qui souhaite faire briller le Royaume bien au-delà de sa sphère d’influence actuelle. Le musée coopèrera avec des musées du monde entier pour organiser les collections permanentes et proposer des expositions temporaires. Le musée racontera à la fois l’histoire de l’art mais aussi l’histoire du Royaume de Kars. Le projet prévoit aussi la création d’un parc de 115 000 m² et d’un lagon artificiel, d’un parking souterrain pour 400 véhicules, un auditorium de 220 places, une bibliothèque de l’art, un centre technique de remise en état des œuvres, une boutique dédiée au musée ainsi que des restaurants et des cafés.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Culture - Université islamique de Yefren

Message par Siman »

Musée d'art moderne de Mahra

Image
Photographie du musée à la fin des travaux

Genre : Art moderne et contemporain des XXème et XXIème siècles
Ville : Mahra
Architecte : Jacob E. Lassen (Jernlander)
Budget : 200M$
Gestionnaire : Kars Museums
Visiteurs : 950 784 par an

Descriptif : Décidée par la reine Noor de Kars, le futur musée d’art moderne de Mahra bénéficiera du talent de l’architecte jernlander Jacob E. Lassen connu pour son travail des formes et de l’espace. Il proposera aux visiteurs un lieu calme et complexe, basé autour d’un signe majeur de l’architecture arabe : la coupole. Double coupole de 180 mètres de diamètre, plate, géométrie radiante parfaite, perforée dans une matière tissée plus aléatoire, créant une ombre ponctuée d’éclats de soleil. La coupole luit sous le soleil de Mahra. La nuit, le paysage protégé est une oasis de lumière sous un dôme constellé. Le musée devient ainsi le but d’une promenade urbaine, jardin sur la côte, havre de fraîcheur, abri de lumière le jour et le soir, son esthétique se veut en accord avec sa fonction de sanctuaire des œuvres d’art les plus précieuses. Le projet prévoit plusieurs galeries d’expositions permanentes, espaces d’expositions temporaires, musée des enfants, auditorium, réserves, ateliers de restauration, espaces publics, bâtiment de l’administration, restaurants, cafés et boutiques.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Culture - Université islamique de Yefren

Message par Siman »

Musée d'art islamique de Mahra

Image
Photographie du musée à la fin des travaux

Genre : Musée d’art islamique
Ville : Mahra
Architecte : Philibert Savoy (Santognais)
Budget : 350M$
Gestionnaire : Kars Museums
Visiteurs : 746 588 par an

Descriptif : L’architecte santognais s'est inspiré de la grande mosquée de Masirah pour capter l'essence de l'architecture islamique. D’une superficie de 35 000 m2, répartis sur cinq niveaux, il accueillera 5000 m2 d’expositions, de salles d’enseignement et conservation, d’une bibliothèque, d’un restaurant et d’une boutique. Riche de plusieurs milliers d'œuvres, le musée exposera plus de 800 objets d'art et d'histoire collectés sur trois continents, couvrant une période de 1 300 ans. Outre des manuscrits, des calligraphies islamiques, le musée proposera aux visiteurs d'admirer des objets en céramique, métal, verre, ivoire, textile, bois et des pierres précieuses. La plupart des 800 objets seront issus de la collection privée d’art islamique du roi Abdallah de Kars et de ses aïeuls. Une fois achevé, avec ce lieu culturel, le Royaume de Kars aspirera à mettre en relief les valeurs de la civilisation musulmane et le rôle de cette civilisation dans le rapprochement entre les cultures et les valeurs humaines. Le musée d’art islamique de Mahra rejoindra le cercle des musées nationaux dès son ouverture.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Culture - Université islamique de Yefren

Message par Siman »

Musée du Futur

Image
Photographie du musée à la fin des travaux

Genre : Innovations technologiques et incubateur d’idées
Ville : Mahra
Architecte : Anna Panichwit (Kaiyuanaise)
Budget : 130M$
Gestionnaire : Kars Museums
Visiteurs : 479 677 par an

Descriptif : Une fois achevé, il s’agira du premier et du plus grand musée du monde dédié aux technologies du futur et des innovations internationales. Il constituera une vitrine de choix pour les acteurs de l’innovation. Le Royaume de Kars ambitionne de devenir une destination mondiale pour les inventeurs et les entrepreneurs. Le musée réunira les plus brillants chercheurs, designers, inventeurs et financiers sous un même toit. Ses sept étages accueilleront des laboratoires d'innovation axés sur la santé, l'éducation, les cités intelligentes, l'énergie et le transport. Le musée sera aussi une plate-forme pour exposer et tester les dernières innovations des géants de la technologie et offrira des opportunités de collaboration avec les firmes et les grandes universités ou centres de recherche dans le monde. Le musée bénéficiera de l’excellence académique et scientifique de la ville technologie d’Hedeb qui s’impose au fil des ans comme un pôle d’excellence d’envergure mondiale. Le musée du futur de Mahra rejoindra le cercle des musées nationaux dès son ouverture.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Culture - Université islamique de Yefren

Message par Siman »

Opéra royal de Mahra

Image
Photographie de l'opéra à la fin des travaux

Genre : Opéra
Ville : Mahra
Architecte : Adrianna Baboescu (Valdaque)
Budget : 300M$
Gestionnaire : Kars Museums
Spectateurs : 340 378 entrées payantes par an

Descriptif : Donnant sur l’ensemble du district culturel de Mahra, cette structure s’inspirera d'un boutre d'Arabie et doit sa conception à l'architecte valdaque Adrianna Baboescu. Pouvant accueillir jusqu'à 2 000 personnes assises, son intérieur - une courbe en verre - rappellera les bateaux en bois traditionnels inhérents à l'histoire maritime de la ville. À l'intérieur, le thème nautique se retrouvera, avec la structure en forme de bateau proposant une scène principale, un orchestre, des sièges pour le public, mais aussi un toit-terrasse avec jardin. L'arrière de l'édifice se prolongera telle une coque et accueillera des parkings pour taxis ou voitures. Les intérieurs seront conçus afin de s'adapter facilement à trois sortes de spectacle différents : le théâtre, la danse et les concerts, mais aussi pour pouvoir organiser des banquets ainsi que des conférences et des expositions d'art. Peu populaire dans les pays arabes, l’opéra royal de Mahra vise à développer cet art dans les contrées de Marquésie. L’établissement visera également à encourager des créations locales par des auteurs marquésiens. La famille royale de Kars est une habituée des plus grands opéras de Dytolie, elle souhaite faire de l’opéra royal de Mahra une référence dans le milieu culturel.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Culture - Université islamique de Yefren

Message par Siman »

Site archéologique d’al-Anbar

Image
Photographie du site archéologique

Genre : Site archéologique
Superficie : 1 621 hectares
Ville : Thahab
Gestionnaire : Kars Museums
Visiteurs : 511 710 par an

Descriptif : Il s’agit du plus important site conservé de la civilisation des Thahabéens, il comporte notamment des tombes monumentales aux façades décorées, datant principalement du 1er siècle avant J.C. au 1er siècle après J.C. Le site compte aussi une cinquantaine d’inscriptions de la période pré-thahabéenne et des dessins rupestres. Thahab est un témoignage unique de la civilisation thahabéenne. Avec ses 111 tombes monumentales, dont 94 avec des façades décorées, et ses puits, le site est un exemple exceptionnel de la qualité de l’architecture des Thahabéens et de leur maîtrise des techniques hydrauliques. Il représente un site majeur de la civilisation thahabéenne (originaire du nord-est du Kars), au sud de sa zone d’influence. Il est remarquablement intègre et bien conservé. Il comporte un ensemble important de tombes et de monuments, aux architectures et aux décorations directement taillées dans la roche de grès. Il témoigne de la rencontre d’influences décoratives et architecturales variées, ainsi que de la présence épigraphique de plusieurs langues anciennes. Il témoigne d’un développement des techniques agricoles thahabéennes à partir de nombreux puits artificiels en sol rocheux. Ces puits sont encore utilisés. L’ancienne cité de Thahab témoigne du commerce caravanier international durant l’Antiquité tardive.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Culture - Université islamique de Yefren

Message par Siman »

Forteresse de Balad

Image
Photographie de la forteresse

Genre : Ensemble architectural
Période : XIIe-XVe siècles
Ville : Balad
Gestionnaire : Kars Museums
Visiteurs : 277 854 par an

Descriptif : L'oasis de Balad doit sa prospérité aux communautés sunnites, qui s'imposèrent aux autres communautés entre le XIIe siècle et la fin du XVe. Leur puissance est attestée par les ruines de l'immense fort aux murailles et aux tours de brique crue et au soubassement de pierre, exemple remarquable de ce type de fortification. Les ruines de l'immense fort de Balad, avec ses murailles et ses tours en brique crue sur un soubassement de pierre, et la mosquée du Vendredi adjacente, avec sa niche (mihrab) de prière artistiquement sculptée, dominent l'établissement environnant en brique crue et la palmeraie. L'imposante muraille (sur) avec le chemin de ronde et les tours de guet qui renferment le labyrinthe d'habitations en brique crue et de terres de culture a plusieurs entrées. L'oasis est irriguée par le falaj, système de puits et de canaux souterrains amenant les eaux souterraines de sources distantes, et par la gestion des flux d'eau saisonniers. Balad offre un éminent exemple de place fortifiée oasienne de l'époque médiévale islamique, illustrant le savoir-faire des premiers habitants pour utiliser l'eau à des fins agricoles et domestiques. Le fort dans le style antérieur à la poudre à canon, avec ses tours arrondies et ses parapets crénelés, ainsi que le sur périphérique construit en pierre et en brique crue, démontre le statut et l'influence de l'élite dirigeante.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Culture - Université islamique de Yefren

Message par Siman »

Le café karsais

Image
Photographie de la préparation d'un café karsais

Genre : Patrimoine immatériel
Domaines :
- les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel,
- les arts du spectacle,
- les pratiques sociales, rituels et événements festifs,
- les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers,
- les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

Descriptif : Servir du café karsais est un aspect important de l’hospitalité dans les sociétés marquésiennes qui est considéré comme un symbole de générosité. Traditionnellement, le café est préparé devant les invités. Le rituel de la préparation démarre par la sélection des grains, qui sont placés dans une poêle plate en fer et légèrement grillés au feu de bois. Les grains torréfiés sont ensuite disposés dans un mortier de cuivre et écrasés à l’aide d’un pilon de cuivre. Le café moulu est placé dans une grande cafetière en cuivre, dans laquelle on verse de l’eau et que l’on met sur le feu. Une fois le café prêt, il est versé dans une plus petite cafetière, puis servi aux invités dans de petites tasses. L’invité le plus important, ou le plus âgé, est servi le premier. La tasse de l’invité n’est remplie qu’au quart, qui peut ainsi être remplie plusieurs fois. L’usage veut que chaque invité boive au moins une tasse mais jamais plus de trois. Il est préparé et apprécié par les hommes et les femmes de toutes les couches de la société, notamment dans le cadre du foyer. Les cheikhs et les chefs de tribu qui servent du café karsais dans leurs lieux de rencontre, ainsi que les aînés de la communauté bédouine, et les propriétaires de négoce de café, sont considérés comme les principaux détenteurs. La transmission des connaissances et des traditions liées au café karsais se fait en famille à travers l’observation et la pratique. Les jeunes accompagnent également les anciens au marché pour apprendre à sélectionner les meilleurs grains. C'est une figure incontournable de la culture karsaise depuis des siècles. Le Kars est l'un des principaux consommateurs de café dans le monde. En signe de bienvenue, un café est toujours le première boisson proposée à un invité étranger à son arrivée dans le Royaume.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Culture - Université islamique de Yefren

Message par Siman »

Le Majlis

Image
Photographie d'un Majlis bédouin karsais :
des hommes de la tribu assis autour du feu préparent du café karsais.

Genre : Patrimoine immatériel
Domaines :
- les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel,
- les pratiques sociales, rituels et événements festifs,
- les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers.

Descriptif : Les Majlis, littéralement "endroits pour s’asseoir", sont des lieux où les membres de la communauté se réunissent pour discuter des événements et des enjeux locaux, échanger des nouvelles, recevoir des invités, rencontrer des gens et se divertir. Le Majlis est l’endroit où la communauté se réunit pour résoudre les problèmes, pour présenter ses condoléances et organiser des réceptions de mariage. Il correspond généralement à un grand espace recouvert de tapis au sol et de coussins placés contre le mur. Il comporte habituellement une cuisinière ou un feu pour préparer du café et d’autres boissons chaudes. L’espace du Majlis est ouvert à tout le monde et peut être fréquenté par les membres de la famille, les tribus et les habitants du même quartier et d’autres quartiers éloignés. Les aînés de la communauté sont considérés comme ses véritables détenteurs, notamment ceux qui possèdent de vastes connaissances au sujet de la nature, de la généalogie et de l’histoire tribale. Les juges et les cheikhs religieux revêtent une importance particulière dans le Majlis, étant donné qu’ils arbitrent les conflits et clarifient les droits et les responsabilités d’ordre politique, social et religieux. Les femmes possèdent leurs propres Majlis, même si certaines femmes importantes fréquentent d’autres Majlis, notamment ceux à caractère intellectuel et littéraire. Ces espaces jouent également un rôle prépondérant dans le transfert du patrimoine oral, comme les contes, les chansons populaires et la poésie. Du fait que les espaces du Majlis sont ouverts à toutes les classes d’âge, les connaissances sont essentiellement transmises informellement quand les enfants accompagnent les membres de la communauté dans leurs visites. En observant les anciens dans les Majlis, les jeunes apprennent les mœurs et l’éthique de leur communauté ainsi qu’à dialoguer, à écouter et à respecter l’avis d’autrui. C'est un emblème de la culture karsaise depuis des siècles.

Répondre

Revenir à « Kars »