Presse de Kars

Janubo-Marquésie 29-30-40-41-42-109
Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 1er janvier 2042

Image
Minerai de titane

La production de titane dans le monde en 2042 (16)


Image
Données au 1er janvier 2042. Source : MJ Économie.

Analyse : La production mondiale de titane est dominée par deux pays qui se partagent ensemble près de la moitié du titane produit sur la planète : le Furumatsu (25%) et la Voijia (25%). Ces deux pays détiennent un gisement de titane chacun mais des technologies d’extraction plus poussées (NT2) que les autres pays producteurs. On peut retrouver ensuite le Gandhari (12,5%), les Iles-Unies (12,5%), le Karmalistan (12,5%) et le Laurence (12,5%) qui utilisent tous des technologies d’extraction moins poussées (NT3). Le titane est la ressource la plus rare dans l’économie mondiale : son niveau de production est le plus faible par rapport aux besoins du monde. Ainsi la flambée du cours du titane devrait se poursuivre et s’aggraver dans les prochains mois. Au total, la production mondiale a été de 2 448,98 tonnes et a générée un chiffre d’affaires de 43,7 millions de dollars grâce à une productivité mondiale moyenne de 100%. Les propriétés de résistance mécanique, de résistance à la corrosion et de légèreté du titane en font un métal très prisé dans les hautes technologies. Très oxydable, il se recouvre cependant d’une fine couche très stable qui le protège de la corrosion notamment en milieu marin d’où son utilisation dans les usines de dessalement de l’eau de mer et dans les réacteurs en pétrochimie. Ses alliages ont une bonne tenue mécanique et un faible poids, d’où leur utilisation en aéronautique et dans les moteurs de propulsion spatiale. Sa biocompatibilité et son module d’élasticité proche de celui des structures osseuses en fait un métal de choix pour les prothèses. Sa légèreté et son ouvrabilité lui font faire également des percées dans les accessoires de sport, la lunetterie et l’horlogerie.

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien spécialisée dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 1er janvier 2042

Image
Minerai de tungstène à la lumière UV

La production de tungstène dans le monde en 2042 (17)


Image
Données au 1er janvier 2042. Source : MJ Économie.

Analyse : La production mondiale de tungstène est dominée par deux pays : le Jernland (42,86%) et la Lantanie (42,86%). Avec un gisement chacun, ils disposent des meilleures techniques d’extraction (NT3) parmi les pays producteurs. Un seul autre pays dans le monde produit du tungstène : la Radanie qui détient 14,29% de part de marché. Fait notable dans l’analyse du marché de la production de tungstène, elle est monopolisée par la Dytolie et par des pays géographiquement proches. En 2041, le monde a produit 1 806,47 tonnes de tungstène pour un chiffre d’affaires total de 86,3 millions de dollars. La productivité moyenne mondiale a été de 100%. Le niveau de production actuel ne répond pas aux besoins du monde : le prix du tungstène devrait poursuivre sa hausse dans les prochains mois. Aujourd’hui, tous les pays ne peuvent pas combler leurs besoins en tungstène. Le carbure de tungstène est présent dans les filaments d'ampoules électriques, les tubes cathodiques et les électrodes, mais pas seulement. La grande résistance du tungstène à haute température en fait également un élément prisé dans le domaine spatial. Très dense, il entre dans la composition d'alliages, notamment d'aciers, utilisés dans l'armement ou pour fabriquer des poids. Les pièces d'usure dans les outils à haute vitesse incorporent souvent du tungstène.

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien spécialisée dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 1er janvier 2042

Image
Minerai d’uranium

La production d’uranium dans le monde en 2042 (18)


Image
Données au 1er janvier 2042. Source : MJ Économie.

Analyse : Le marché de l’uranium est totalement atypique puisque seulement un pays dans le monde produit le minerai : le Liang qui détient donc un monopole sur la production d’uranium et donc son exportation. La position du Liang lui permet de décider de ses exportations et de combler ou de susciter la pénurie dans les pays importateurs d’uranium, souvent pour des infrastructures civiles afin de faire fonctionner des centrales nucléaires pour produire de l’électricité. Avec une productivité de 100%, le Liang a extrait 3 002,24 tonnes en 2041 pour un chiffre d’affaires total de 426,7 millions de dollars. Face à la recrudescence des centrales nucléaires dans le monde et à l’absence de perspectives pour l’augmentation de la capacité mondiale de production d’uranium, le cours de l’uranium devrait poursuivre sa hausse au cours des prochains mois. L’uranium est utilisé comme combustible nucléaire dans les réacteurs nucléaires et dans les armes nucléaires (bombes atomiques ou comme amorce des bombes H).

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien spécialisée dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 1er janvier 2042

Image
Minerai de zinc

La production de zinc dans le monde en 2042 (19)


Image
Données au 1er janvier 2042. Source : MJ Économie.

Analyse : La production mondiale de zinc est dominée par la Valdaquie (36,21%) grâce au nombre de gisements sur son territoire (3) et malgré un niveau technologique d’extraction standard (NT3). La première position de la Valdaquie pourrait être remise en cause par le Chikkai (20,69%) s’il accentue son avance dans les technologies d’extraction. Viennent ensuite le Kaiyuan (12,07%), le Makengo (12,07%), le Westrait (12,07%) et la Laurence (6,90%). La productivité moyenne mondiale a atteint un record historique à 530 693,12 tonnes en 2041 dans 6 pays et à partir de 9 gisements en exploitation. L’industrie du zinc a générée plus de 2,3 milliards de dollars de chiffres d’affaires l’année dernière. Comme pour beaucoup d’autres minerais, la demande de zinc est largement supérieure à la production actuelle : certains pays subissent des pénuries en raison de la faible capacité disponible en l’état s’ils ne sécurisent pas leur approvisionnement. En 2041, la répartition mondiale des utilisations du zinc se faisait ainsi : la protection anticorrosion (principalement la galvanisation), les fabrications du laiton, des autres alliages que le laiton, des demi-produits, les usages chimiques et la fabrication de produits divers.

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien spécialisée dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Pour commencer la lecture, rendez-vous ici : viewtopic.php?p=19209#p19209 (19 publications au total).

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 7 janvier 2042

Image

R&D : Le Kars se lance à vive allure dans le Train à Grande Vitesse (TGV)

Depuis le 5 janvier dernier, les chercheurs et ingénieurs karsais sont engagés dans un programme de recherche ambitieux et innovant pour améliorer les mobilités de demain dans le pays : l’acquisition du savoir-faire lié au Train à Grande Vitesse, aussi connu sous l’appellation TGV à travers le reste du monde. Décidée en haut lieu par le gouvernement sur la proposition de la ministre de l’Économie Nemat Shafik, le Premier ministre Suhail Al Mazroui a entériné la suggestion de sa ministre vedette pour permettre au Kars de construire une filière industrielle complète dans les transports. Le pays bénéficiera de l'aide du Chikkai et de la Lantanie qui procèderont à un transfert technologique. Au-delà d’être particulièrement économe en rejet de gaz carbonique dans l’environnement, la circulation ferroviaire est très probablement l’outil de transport à privilégier pour imaginer l’aménagement du territoire karsais dans les décennies à venir. En effet, le réseau de chemin de fer actuel ne répond pas aux normes de sécurité suffisante pour permettre la circulation de trains à grande vitesse, ce qui empêche le secteur ferroviaire de se développer et de concurrencer l’avion ou encore l’automobile.

L’objectif du gouvernement est ambitieux en matière de transport ferroviaire : requalifier la quasi-totalité des lignes de chemin de fer reliant les grandes métropoles du pays en ligne à grande vitesse afin d’optimiser les temps de transport qui permettront une plus grande mobilité aux salariés ainsi qu’aux autres acteurs de la vie économique. En effet, le Kars est aujourd’hui encore très massivement dépendant à l’automobile et les fortes densités urbaines qui entourent nos métropoles génèrent quotidiennement des centaines de kilomètres d’embouteillages, suscitant du stress, de l’énervement ainsi qu’un rejet massif de pollution dans l’environnement. L’une des solutions mise en avant par le gouvernement est de favoriser les connexions ferroviaires entre les grandes métropoles, notamment à l’Ouest, qui concentre une très grande majorité de la population karsaise, afin de permettre à des habitants d’Hafhar de venir travailler à Mahra en train à grande vitesse, sans utiliser leurs véhicules. Cette promesse constitue encore aujourd’hui un remarquable défi en matière d’aménagement du territoire au regard de la place prépondérante de la voiture dans le pays.

Interrogé par nos confrères d’une radio locale, le Premier ministre Suhail Al Mazroui a confié ses "ambitions pour le développement des infrastructures de transport à Mahra et dans toutes les grandes villes du pays". Avec une population dépassant les 95,5 millions d’habitants au 1er janvier 2042, le Royaume est aujourd’hui confronté à une densité parfois insoutenable dans certaines de ses plus grandes villes : Mahra n’en finit plus de grandir et de s’étaler vers le Nord et l’Est avalant chaque année en moyenne une dizaine de villes de sa banlieue proche, Hedeb gagne chaque année plusieurs milliers d’habitants au regard de son formidable essor technologique et de sa nouvelle réputation internationale, Jizan devient un pôle économique mondial à l’origine des principales exportations du pays et notamment des hydrocarbures, Masirah la capitale religieuse et hôte du Premier Lieu Saint de l’Islam n’en finit plus de se transformer et de se moderniser pour accueillir toujours plus de touristes et d’hommes d’affaires en plein cœur du grand désert central. Pour le Premier ministre, "le développement des trains à grande vitesse apportera au Kars de nouvelles opportunités économiques".

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 10 janvier 2042

Image
Le président byrsien Fahd el-Sayeed

Plateforme de lancement : Les dessous d’un partenariat gagnant-gagnant

Les relations politiques entre la Byrsa et le Kars sont historiquement excellentes au regard de la complicité largement réaffirmée entre le président byrsien Fahd el-Sayeed et le roi Abdallah de Kars. De l’avis même de plusieurs proches des deux dirigeants les plus médiatiques du monde arabo-musulman, cette relation s’inscrit sur le long terme et date de plusieurs décennies, quand les deux hommes ont appris à se connaitre après avoir pris le pouvoir respectivement dans leur pays. Lié par un pacte fraternel d’entraide, jamais l’un des deux dirigeants n’a publiquement remis en cause une décision de politique intérieure ou étrangère de son homologue. Certains proches évoquent même des tensions dignes de l’épaisseur d’un papier à cigarette. Fort de cette relation de confiance, le président byrsien et le roi Abdallah ont mis en place des coopérations bilatérales sur tous les pans possibles et imaginables : coopération diplomatique renforcée, coopération commerciale approfondie, coopération militaire et pacte d’assistance mutuelle, coopération culturelle et universitaire renouvelée. Mais l’aspect le plus marquant de la nouvelle donne des relations byrso-karsaises, c’est sans aucun doute le partenariat technologique tout azimut lancé entre La Marsa et Mahra.

La réussite du partenariat technologique trouve ses origines dans la visite d’Etat de trois jours organisé par le président el-Sayeed en l’honneur de son ami et homologue chef d’État, le roi Abdallah la semaine du 21 au 24 juillet 2041. A cette occasion, les deux dirigeants ont pleinement saisi les opportunités qui s’offraient à eux en matière de coopération technologique pour lancer plusieurs chantiers importants dont le transfert du savoir-faire technologique de la plateforme de lancement spatial par la Byrsa au Kars. Assisté de plusieurs conseillers et spécialistes des hautes technologies, le président byrsien et le roi Abdallah ont engagé leurs pays respectifs dans une course contre la montre dans le domaine spatial. Depuis ce jour, la relation s’est encore approfondie puisque le fonds souverain Kars Investment Authority a investi plus de 6 milliards de dollars pour acquérir 40% du capital de la société byrsienne Byrsatki Satellites. Au-delà du renforcement des relations commerciales et technologies généré par cet investissement, les capitaux apportés par le fonds souverain karsais devront permettre à la Byrsa de disposer des moyens pour engager la construction de plusieurs satellites dotés des dernières technologies et d’en attribuer un certain nombre au Kars en compensation.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 11 janvier 2042

Image

LIM : Le Kars confirme sa contribution financière à la BID

Au cours d’une conférence de presse commune avec le président de la Banque Islamique de Développement (BID), institution financière créée lors du Sommet de Mahra en décembre 2041, le président de la Kars Investment Authority, Ibrahim Al Iraqi, a confirmé le versement de la contribution karsaise pour la mise en place des premières actions de la banque de financement et de développement de la Ligue Islamique Mondiale (LIM). Ibrahim Al Iraqi a annoncé le versement sous trente jours des plus de 24 milliards de dollars promis par le Royaume pour le financement de la reconstruction du gouvernorat d’Al Dranaf. Le plan de reconstruction et de développement a été présenté au Palais d’El Orouba le 8 janvier dernier par le Premier ministre karsais Suhail Al Mazroui et enterriné par le conseil des ministres le lendemain. Avec plus de 24 milliards de dollars d’investissements dans l’économie dranafienne, le Kars honore son engagement pris après la fin de la Guerre de Dranavie. Le roi Abdallah a salué dans un communiqué de presse "le soutien du gouvernement karsais au peuple dranafien et son ambition de reconstruire le pays tout en redressant l’économie dranafienne au moyen d’un plan massif d’investissement comme le monde n’en avait alors jamais vu".

En effet, les 24 milliards de dollars qui seront investis par Mahra dans le gouvernorat représente le plus gros effort d’investissement jamais entrepris par un Etat dans le monde à ce jour. Ce montant va bénéficier exclusivement à des projets de construction et de reconstruction, c’est-à-dire de l’investissement dans les infrastructures dont Al Dranaf a cruellement besoin compte tenu de son stade de sous-développement chronique et des dégâts matériels causés par l’opération militaire ölano-karsaise en mars 2041. Le plan présenté par le Premier ministre Suhail Al Mazroui prévoit notamment la construction de cinq aéroports dans les cinq plus grandes métropoles du pays, la rénovation de l’ensemble du réseau routier et la construction de milliers de kilomètres d’autoroutes. La création d'un futur réseau de train à grande vitesse (TGV) a été évoqué. Un investissement important sera réalisé pour reconstruire le centre historique d’Al Dranaf qui a fait autrefois le succès touristique du pays. Le plan prévoit de faire d’Al Karak une destination touristique majeure pour les croisiéristes avec la reconstruction et l’extension du port de passagers de la plus grande ville du gouvernorat.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 13 janvier 2042

Image

TGV : L’Arab Rail Corp. veut intégrer les équipes de recherche

Dans une entrevue accordée à nos confrères de la Mahra Business Review, le président de l’Arab Rail Corporation, le constructeur national de matériel ferroviaire, a déclaré sa "surprise" quant à la création d’une équipe de recherche à Hedeb "sans même prendre attache avec son entreprise qui dispose pourtant des meilleures connaissances techniques du pays à ce jour". Choukri Al-Amadi a demandé une réunion d’urgence avec la ministre de l’Économie Nemat Shafik afin de comprendre les raisons de cette absence qui pose des questions sur la réalité du programme de recherche menée par le Kars en vue d’acquérir les connaissances technologiques du Train à Grande Vitesse (TGV). Si les partenariats avec la Lantanie et le Chikkai se déroulent bien jusqu’à présent, les chercheurs karsais auraient pourtant beaucoup à gagner à accueillir dans leurs équipes des collaborateurs de l’Arab Rail Corporation qui, à n’en pas douter, sera le fer de lance de l’industrie ferroviaire karsaise en cas de succès des recherches technologiques.

Avec plus de 69 000 collaborateurs dans le pays, l’Arab Rail Corporation est détenue à 100% par le fonds souverain Kars Investment Authority et fait office de champion national dans le secteur de la construction ferroviaire puisque sa création résulte de la fusion de plusieurs entreprises du secteur ferroviaire à la base spécialisées dans des domaines différents : tramway, métro, train classique, etc. La naissance de l’Arab Rail Corporation a été possible suite à une décision du roi Abdallah de créer un champion national en mesure de répondre aux besoins du pays en matière de développement des infrastructures ferroviaires. Avec plus de 16,2 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2041, l’Arab Rail Corporation est à ce jour uniquement active dans le pays et bénéfice de la commande publique karsaise pour l’équipement des réseaux de métro, de tramway ou encore de train de banlieue des grandes métropoles du pays.

Après les déclarations tonitruantes du président de l’Arab Rail Corporation, la ministre de l’Économie Nemat Shafik a déclarée qu’elle était "tout à fait favorable à l’intégration des ingénieurs de l’Arab Rail" dans les équipes de chercheurs qui travaillent sur le projet de Train à Grande Vitesse (TGV) décidé par le gouvernement et qui bénéficie du soutien de la Lantanie et du Chikkai. Selon nos informations, le gouvernement serait encore à la recherche d’un troisième partenaire pour accélérer l’acquisition des savoir-faire nécessaires à la maitrise de la technologie dans les plus brefs délais. Au-delà de doter le catalogue de l’Arab Rail d’une gamme de produits supplémentaires, cette technologie servira les projets du gouvernement en matière d’aménagement du territoire et réduira les temps de transport entre les principales métropoles du pays tout en ouvrant de nouvelles perspectives de développement économique pour les industries et les services.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 15 janvier 2042

Image
La Reine Noor à l'inauguration du lycée karsais de La Marsa

Culture : Le succès des Queen Noor Institute et des lycées karsais à travers le monde

S’il existe bien un endroit où la culture karsaise est aujourd’hui le fer de lance de la politique de séduction culturelle du Royaume, c’est bien dans l’offre éducative et culturelle du pays à l’étranger : avec le succès considérable des centres culturels et des lycées karsais, Mahra conforte sa place de leader dans les initiatives scolaires à l’échelle du monde. Les chiffres sont sans équivoque : depuis 2039, le Kars a construit et financé l’ouverture de 28 lycées karsais dans 14 pays et sur tous les continents, ces établissements accueillent aujourd’hui près de 38 500 élèves. Mieux encore, plus de 50 centres culturels Queen Noor Institute existent partout dans le monde et permettent de diffuser la langue arabe et la culture karsaise dans un contexte international de méconnaissance ou de méfiance envers la civilisation arabo-musulmane. C’est contre cet a priori persistant que la reine Noor s’est engagée il y a maintenant trois ans afin de promouvoir l’image du Royaume et la culture karsaise, si riche et si complexe selon elle. Alors que le dispositif des lycées karsais fête son troisième anniversaire, la reine Noor s’est exprimée lors d’une conférence de presse sur la politique culturelle du Royaume.

"Je suis très fière d’être à la tête de la Kars Foundation dont dépend entièrement les centres culturels qui portent mon nom ainsi que le dispositif des lycées karsais que nous avons conçus en partenariat avec nos meilleures universités et grandes écoles pour proposer aux expatriés karsais mais également aux étrangers la possibilité d’inscrire leurs enfants dans nos établissements. Nous visons l’excellence académique et c’est pour cela que les cours que nous proposons dans nos lycées sont tous validés au préalable par les autorités locales afin d’attester que les programmes correspondent aux exigences locales. Le travail de nos directeurs d’établissements à travers le monde est remarquable, je remercie chacun d’entre eux pour l’enthousiasme qui est le leur à chaque nouveau projet" a souligné la reine Noor. "La coopération entre la Kars Foundation, notre organisme de financement de ces dispositifs culturels et scolaires, et les autorités locales, généralement les ministères de l’enseignement, est la clé du succès pour permettre le développement de nos établissements. Je souhaite me rendre dans chaque lycée karsais à l’étranger pour remercier l’engagement de tous les personnels ainsi que saluer la confiance de nos partenaires étrangers" a annoncé la reine Noor.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 23 janvier 2042

Image
La ministre de l'Economie Nemat Shafik

Budget : Présentation du projet de loi de finances initiale 2042

Après plusieurs dizaines de séances à la Commission des finances de la Chambre des députés, la ministre de l’Économie en charge des finances Nemat Shafik a pu proposer aux parlementaires la version définitive du projet de loi de finances initiale pour 2042 qui sera soumis aux votes des députés du Parlement dans les prochains jours. Ce budget fait l’objet d’un consensus très large au sein de la représentation nationale compte tenu du changement de méthode du gouvernement pour obtenir l’aval d’une très grande partie des députés de bonne volonté. Si l’opposition des députés communistes du Front des Travailleurs (FT) ne constitue pas une surprise puisqu’ils s’opposent à plus de trois textes sur quatre présenté par le gouvernement, le ralliement des députés du Parti Islamiste (PI) était inattendu compte tenu des tensions récurrentes entre les députés islamo conservateurs et le gouvernement depuis la décision du roi Abdallah de forcer la main aux députés de la Chambre en présentant un projet de loi autorisant le port du bikini sur les plages et les piscines publiques karsaises. Le temps n’a pas fait son œuvre puisque le ressentiment est encore aujourd’hui très fort du côté des islamistes pour qui la couleuvre a été très dure à avaler. Toutefois, le projet budgétaire du gouvernement a suscité leur adhésion.

Le budget 2042 prévoit une croissance de l’ordre de 15% du produit intérieur brut karsais qui atteindrait un record historique de 298,3 milliards de dollars à la fin de l’année si les anticipations du gouvernement se réalisent. Fait nouveau cette année, le gouvernement a procédé, sur proposition des députés de la Commission des finances de la Chambre, a une refondation des missions budgétaires. La première conséquence de cette refondation est la scission du budget des armées et des forces de sécurité intérieure qui représentait jusqu’à présent le premier poste de dépenses du budget. Désormais, la mission défense représentera près de 8% du budget et la mission sécurité intérieure un peu plus de 10,30%. Le premier poste de dépense du budget de l’Etat concerne la santé et la sécurité sociale avec 16,50% soit plus de 28,4 milliards de dollars de budget pour faire fonctionner le système de soins et rembourser les frais de santé comme prévu dans la réforme de l’assurance maladie. Le second poste de dépense du budget de l’Etat est l’éducation et la recherche avec 14,5% soit plus de 25 milliards de dollars d’investissements dans l’enseignement des petits karsais ainsi que dans le développement de nouvelles technologies, notamment à Hedeb qui accueille le Hedeb Institute of Technology, véritable poumon technologique du Kars et qui travaille actuellement sur l'acquisition de plusieurs technologies de pointe comme le train à grande vitesse, la plateforme de lancement, la téléphonie mobile ▮▮ (Intelligent), les logiciels ▮▮ (Standard) et le bunker souterrain.

Image

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 24 janvier 2042

Image

Coupe du monde 2042 : KBC obtient les droits TV de la zone Albarge-Janubie-Marquésie

Les résultats des appels d’offres de la FIFA pour la répartition des droits télévisés exclusifs à l’occasion de la prochaine Coupe du monde 2042 en Valdaquie et en Alilée-Arovaquie sont une réussite pour le groupe public Kars Boradcasting Corporation. En effet, l’offre financière et marketing du diffuseur public karsais (750M$) a retenu l’attention des membres de la Commission des appels d’offres de la fédération internationale de football. En compétition face à Makengo Télévision (Makengo), à la Compagnie Basilicale Téléphonique (Al Aqsa), à la Télévision d’État Gandharienne (Gandhari) et à la DiGi 24 (Valdaquie), le groupe public karsais a remporté un appel d’offres dont l’issue était très incertaine au regard du nombre de dossiers déposés et du caractère stratégique du lot mis à la vente par la FIFA. En effet, la zone Algarbe-Janubie-Marquésie regroupe plus de 44% de la population mondiale soit près de la moitié de l’Humanité. Il était dès lors évident pour la Commission des appels d’offres que c’est bel et bien ce lot qui recueillerait les offres financières les plus conséquentes au regard de son périmètre largement étendu. La procédure d’appels d’offres de la FIFA était particulièrement intéressante cette année car elle offre aux titulaires des lots des droits télévisés exclusifs d’une zone de diffusion, la possibilité de revendre les droits aux télévisions et radios nationales. Ainsi, pour qu’un pays de la zone Algarbe-Janubie-Marquésie puisse diffuser la Coupe du monde de football 2042, il devra au préalable négocier un accord avec la Kars Boradcasting Corporation qui détient les droits pour toute la zone.

Pour la Kars Boradcasting Corporation, c’est un succès considérable au regard de la qualité de la concurrence pour l’acquisition de ce lot. "Nous remercions la Commission des appels d’offres de la FIFA pour sa confiance en sélectionnant notre groupe dont la réputation n’est plus à faire. Nous investirons les sommes nécessaires pour offrir à nos clients les plus belles images et les meilleurs contenus pendant le mois et demi de compétition. Avec l’aide de nos analystes, nous estimons que cette édition 2042 de la Coupe du monde de football devrait réunir en moyenne 15 à 20% d’audience supplémentaire compte tenu de la qualité des équipes inscrites, de son organisation dans un pays à la une permanente de l’actualité internationale et de la possibilité pour les diffuseurs d’être en prime time le plus souvent possible dans la zone Janubie-Marquésie. Seuls les pays de l’Algarbe devront probablement diffuser les matchs tout au long de l’après-midi mais les plus belles affiches seront diffusées à 21h heure d’Albarea, offrant aux diffuseurs algarbais la possibilité de diffuser les matches en access prime time" explique Abbas Azzouzi, le patron de la Kars Boradcasting Corporation, heureux du résultat de cet appel d’offres. Il a en outre indiqué que son groupe entamerait les négociations de gré à gré avec les diffuseurs nationaux dans les prochaines semaines.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 27 janvier 2042

Image

Les Iles-Unies et le Kars effectueront des exercices militaires en mer du Nord

Les derniers bâtiments du groupe aéronaval karsais viennent de quitter les installations du port militaire de Jizan : ils prennent la route des Iles-Unies où ils vont rejoindre les navires de l’armée unioniste pour une série d’exerces militaires communs dans les eaux de la mer du Nord, entre les Iles Unies, le Northland et la Britonnie. La navigation du groupe aéronaval karsais devrait prendre trois jours si la météo et les conditions de navigation sont clémentes. Une fois sur place, les navires de guerre karsais vont effectuer des manœuvres collectives avec les navires unionistes afin de participer à l’apprentissage commun de savoir-faire et de règles d’engagement en cas d’intervention militaire commune des deux armées sur un théâtre d’opération extérieur. Cet exercice militaire a été rendu possible par le Traité de Saint Luton signé entre les Iles Unies et le Kars le 23 octobre dernier. En effet, l’article 23 de l’accord diplomatique prévoit que les deux parties s'engagent à réaliser des exercices militaires communs et d'échanger des tactiques et autres savoir-faire respectifs. C’est dans ce contexte que le ministre des Armées, le prince héritier Hussein, a contacté son homologue unioniste pour lui proposer l’organisation de ces exercices pendant une semaine, du 30 janvier au 6 février 2042. L'exercice karso-unioniste a été appelé "Brume d'acier" par les deux armées.

Le prince héritier a également lui-même fait parvenir des communications officielles aux gouvernements de la région qui auront à connaitre de l’existence de ces exercices militaires dans les eaux d’une région dont la quiétude a été troublée récemment par la découverte du programme nucléaire militaire mené par le Commonwealth à l’abri des regards de la communauté internationale et en violation de ses engagements internationaux en matière de non-prolifération des armes nucléaires. Face à ce contexte tendu, le ministre des Affaires étrangères karsais Abdallah Al-Nahyan a pris langue avec ses homologues dans la région pour les avertir des exercices militaires qui seront menés par les Iles Unies et le Kars dans les eaux de la mer du Nord. Selon nos informations, le Kars envisagerait de faire coup double en proposant aux forces armées du Jernland de participer à un exercice militaire commun la semaine suivant l’exercice avec les Iles Unies. Les discussions seraient toujours en cours entre Roros et Mahra pour convenir des modalités d’organisation de ces exercices et des finalités recherchées. Le groupe aéronaval karsais est composé d'un destroyer, deux sous-marins, cinq frégates et une dizaine de bâtiments de soutien rassemblant au total près de 3 500 marins.

Alors que la communauté internationale est encore sous le choc de la découverte du programme nucléaire militaire briton, l’arrivée aux portes du Commonwealth d’un groupe aéronaval karsais ne représente en rien une garantie de retrouver la sérénité. Selon des proches du pouvoir, le roi Abdallah aurait demandé à son fils, le prince héritier Hussein de faire ressentir une pression maximale sur le Commonwealth sans pour autant aboutir à une attitude agressive. Le roi Abdallah estimerait pour sa part que la solidarité de la communauté internationale ne doit pas se limiter à la publication de résolution forte mais également à l’application concrète de mesures pouvant démontrer l’unité des États de la région face à ce que d’aucuns appellent le problème briton depuis sa révélation. A l’heure où nous parlons, des négociations doivent être ouvertes entre le Liang, l’OMPC et le Commonwealth afin de convaincre ce dernier de renoncer à son programme nucléaire militaire qui placerait le monde dans une rupture d’équilibre et des rapports de force. Le dernier communiqué du Palais royal avait d’ailleurs donné le ton de la réponse du Kars face à cette éventualité.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 27 janvier 2042

Image
Le niveau d'alerte antiterroriste est à son maximum.

"Si l’uranium briton est en possession du JTA, le monde est en danger"

Quelques heures après les révélations stupéfiantes de nos collègues dranafiens sur la découverte d’individus infiltrés du groupe terroriste JTA au contact du programme nucléaire militaire du Commonwealth, un vent de panique s’est emparé des cercles de pouvoir dans le Royaume : le JTA est très fort dans son territoire de naissance, l’Al Dranaf, dont la reconstruction doit débuter dans les prochaines semaines pour un coût colossal de plus de 37 milliards de dollars. Comment faire pour lancer un si vaste projet si la menace terroriste ressurgit au plus mauvais moment ? A cette réponse, le gouvernement karsais n’a pas encore répondu mais on assure que le plan annoncé par le Premier ministre Suhail Al-Mazroui en grande pompe le 8 janvier dernier à Al Karak sera exécuté dans les délais et les financements seront alloués pour entamer les travaux dans les meilleurs délais.

L’article paru aujourd’hui dans la presse dranafienne révèle que plusieurs individus soupçonnés d’appartenance au groupe terroriste islamiste du JTA étaient en contact régulier avec des individus britons dont l’identification a permis de déterminer la localisation et le métier. Pour plusieurs d’entre eux, ils travaillent pour des entreprises privées directement engagées au cœur du programme nucléaire militaire du Commonwealth. La plupart serait des convertis et n’auraient pas de lien direct avec Al Dranaf. On ignore encore l’origine de la radicalisation des britons impliqués dans la surveillance électronique mise en place par les renseignements karsais mais de toute évidence, la haine d’un Occident qui effraie le Commonwealth est sans contestation un facteur plausible. Certains spécialistes de la radicalisation évoqueraient même la tournure des évènements en Al Dranaf et la mise en place du gouvernorat et le refus des élections pour justifier la radicalisation et l’expression d’un soutien politique aux objectifs du groupe islamiste du JTA.

Le général Hussein Tantawi, le directeur central du renseignement, a pris la parole quelques heures après ces révélations. Il a rappelé que "les services étaient pleinement concentrés dans la surveillance des individus dangereux et que les services devaient bénéficier de moyens humains et matériels supplémentaires pour continuer à bien travailler sous peine de laisser des individus passer sous le radar de la lutte antiterroriste". Interrogé sur les inquiétantes disparitions d’uranium au Commonwealth, le général Tantawi n’a pas souhaité se prononcer, indiquant que "toutes les hypothèses étaient possibles en l’état actuel de nos connaissances. Nous travaillons en collaboration avec nos homologues byrsiens qui ont pu interroger un individu appartenant à ce réseau et nous devrions en savoir plus. Si l’uranium qui a disparu des stocks officiels est en possession du JTA ou de n’importe quel autre groupe terroriste, alors le monde est en danger et il nous faudra en tenir compte très rapidement au risque de subir prochainement une attaque terroriste avec une bombe sale" a-t-il déclaré.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 1er février 2042

Image
Une girouette typique du Gandhari avec un éléphant

Programme nucléaire briton : Le Gandhari change d’avis et rejoint les positions du Kars

Il existe de rares moments de détente et de satisfaction dans la vie d’un diplomate : le chef de la diplomatie karsaise Abdallah Al-Nahyan vient de connaitre un de ces rares moments grâce aux interventions du ministre de la Défense, le général Kachela et du ministre des Affaires étrangères gandharien, Samuel Henderson. En effet, en deux jours et deux déclarations, le Gandhari s’est fendu de deux positions radicalement différentes si ce n’est opposées. Si l’heure n’est pas à la polémique, on croit savoir que les diplomates karsais auraient largement commenté en interne les déclarations successives de la diplomatie gandharienne sur la question du programme nucléaire briton révélé au monde en début de semaine et suscitant depuis des débats endiablés au sein de l’Organisation Mondiale pour la Paix et la Coopération (OMPC) entre les tenants d’une ligne dure, menée par le Kars, et les partisans de la souplesse et de la compréhension, menés par le Kaiyuan ou le Liang. Mais face à l’intransigeance des britons, les plus raisonnables des États membres de l’organisation ont dû se rendre à l’évidence : le dialogue avec le Commonwealth était impossible et l’hypothèse d’une issue diplomatique à ces tensions s’éloignait de plus en plus.

Cette hypothèse, c’était celle retenue depuis le début par la diplomatie karsaise qui n’a jamais cru à un revirement de situation du côté du Commonwealth, en effet, comment imaginer qu’un pays qui a consacré plusieurs années de travail dans la mise au point d’un programme nucléaire militaire accepterait, sur simple injonction de la communauté internationale, de l’abandonner et de se soumettre au diktat de la communauté internationale réunie dans sa majorité au sein de l’OMPC ? Certainement pas les diplomates karsais et leur leader, Abdallah Al-Nahyan. Ainsi, ce dernier a initié des exercices militaires en mer des Crabes aux côtés des armées unionistes et jernlanders pour rappeler l’unité de la communauté internationale face à une menace sérieuse pour l’équilibre des forces.

Cependant, hier, le ministre de la Défense gandharien expliquait qu'il "ne souhaitait pas donner de leçons mais je dis juste attention, cette attitude visant à humilier la Britonnie déjà accablée par un embargo sévère ne donnera rien de bon. Il faut faire la différence entre les exercices militaires de routine et les exercices militaires qui visent à intimider une cible spécifique. Ceux qui vont se dérouler en Mer des Crabes font partie de la seconde catégorie et me semblent tout à fait superflus". Malheureusement, ce dernier n’aura pas l’occasion de s’inquiéter plus encore pour la Britonnie puisque celle-ci a mis un terme aux négociations avant les exercices militaires. La cerise sur le gâteau étant apportée par le ministre gandharien des Affaires étrangères qui a déclaré aujourd’hui même que "le Gandhari soutiendra sans réserve toute mesure permise dans le cadre de l'article 12 de la charte de l'OMPC". Nous rappelons à nos aimables lecteurs que l’article 12 n’est ni plus ni moins que celui permettant l’utilisation de la force armée… Ainsi, le Gandhari s’est aligné sur la position défendue par la diplomatie karsaise visant à la plus grande fermeté face au Commonwealth, une forme de satisfaction pour Abdallah Al-Nahyan et ses conseillers.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 3 février 2042

Image
Rudolph von Mähringen, Grand Hopman d'Asdriche

Société : L’Asdriche, dernier bastion de l’islamophobie en Dytolie ?

C’est avec une colère noire que le roi Abdallah a réagi à l’annonce du camouflet que lui a infligé le parlement de la République d’Asdriche au lendemain d’une visite qualifiée d’historique par la plupart des médias locaux. En effet, le pays dytolien n’était plus guère habitué à recevoir des hôtes de marque et des personnalités aussi charismatiques que le roi de Kars, Commandeur de plusieurs centaines de millions de fidèles musulmans à travers tous les continents. Alors que la visite auprès de son homologue, le Grand Hopman, s’est très bien déroulée, avec un respect mutuel entre les deux dirigeants dont la curiosité réciproque était perceptible, l’attitude des parlementaires a largement semé le doute quant aux réelles ambitions de l’Asdriche dans ses relations avec le Royaume de Kars. Côté karsais, on en vient à regretter cette initiative diplomatique qui s’est littéralement retournée contre eux.

Ainsi, le rejet de la Diète, le parlement d’Asdriche, s’est focalisé sur les aspects culturels et religieux des discussions entre les deux délégations. En effet, comme à son habitude, le Kars propose la création des centres culturels Queen Noor Institute et des lycées karsais à l’étranger. Alors que ces deux dispositifs qui font partie intégrante de la politique de promotion culturelle du Royaume sont très majoritairement accueillis avec bienveillance dans l’ensemble des États partenaires du Kars, cette fois-ci, l’Asdriche s’est opposée à l’installation de ces dispositifs dont l’unique but est de promouvoir la culture karsaise, donc arabo-musulmane, ainsi que d’offrir un parcours secondaire à des lycées de toutes les nationalités, avec un focus sur la culture karsaise et la langue arabe. Comme dans tous les pays partenaires, la Kars Foundation, qui gère les lycées et les centres culturels karsais à l’étranger, s’engage à signer une convention avec les autorités locales pour convenir de la validité des programmes scolaires ainsi que des initiatives qui pourraient être mises en place pour favoriser la connaissance réciproque. Jamais ce dispositif n’a suscité un tel débat ni même les contours d’un refus.

Pire encore, la couleuvre la plus dure à avaler pour la délégation karsaise et pour le roi Abdallah en particulier, demeure le camouflet infligé au projet de construction de Grande Mosquée de Winden qu’il s’était engagé à financer sur ses propres deniers comme il lui arrive de le faire dès lors que la communauté musulmane d’un État est sous doté en matière de lieux de culte, c’est le cas de l’Asdriche dont on peut considérer que l’appétit pour l’Islam est largement perfectible. Alors que le traité prévoyait dans une disposition spéciale la construction de cette Grande Mosquée, le parlement local a refusé de ratifier le traité pour cette seule et unique raison, sous la pression de l’extrême droite.

"Le Kars peut sans doute impressionner des pays algarbiens ou des pays sans ressources grâce à ses pétrodollars, mais l'Asdriche reste une nation fière à la souveraineté retrouvée. D'une part l'Asdriche, qui possède ses propres ressources pétrolières et a entamé sa mue écologique, ne peut être appâtée par les promesses d'une abondance d'or noir. D'autre part, le Royaume de Kars reste un régime autocratique obscurantiste qui se part d'une bienveillante aura de Crésus. Que ferons-nous lorsque les mosquées financées par le roi développeront une image rigoriste peu soluble dans notre pays et ses valeurs ?" résumait ainsi le député d'extrême-droite Johannes von Hibach-Streulin, chef du Renouveau Impérial. Une belle conclusion à ce que l’on appelle désormais l’affront de Winden du côté des diplomates karsais.

Répondre

Revenir à « Kars »