Presse de Kars

Janubo-Marquésie 29-30-40-41-42-109
Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 3 janvier 2043

Image

L’accord entre le Gandhari et le Commonwealth ouvre la porte à l’arme nucléaire

C’est un revirement pour le moins inattendu auquel la diplomatie mondiale a dû faire face il y a quelques jours après l’annonce d’un accord bilatéral entre le Gandhari et le Commonwealth de Britonnie. En effet, les deux pays ont scellé dans le marbre un accord visant à autoriser le développement de l’arme nucléaire, donc une application militaire de cette technologie sensible encore aujourd’hui non maitrisée par un État, alors même que le Gandhari bombardait l’Aleka (membre du Commonwealth) il y a encore quelques mois. Ce revirement du Gandhari, en plus de sa participation active aux discussions des États dits socialistes du tout nouveau Pacte de Cewell pourraient constituer un avertissement lancé à la face du monde sur le début d’une course à l’arme nucléaire. S’il était plutôt acquis par une très large majorité des États que l’arme nucléaire constituait une ligne rouge à ne pas franchir pour éviter de semer le trouble dans le fragile équilibre géopolitique dans lequel nous vivons, force est de constater que cet accord brito-gandharien ouvre une nouvelle page où tout est possible.

Du côté du ministre des Affaires étrangères karsais, Abdallah Al-Nahyan a rappelé la position du Royaume sur cette question du nucléaire militaire : "Le Kars s’oppose au développement de l’arme nucléaire par quelque État que ce soit. C’est une position de principe à laquelle nous nous attachons et à laquelle nous nous efforçons de convaincre le plus d’États de possible de se rallier, pour le bien de l’Humanité à laquelle nous appartenons" a rappelé le chef de la diplomatie karsaise. Interrogé par un confrère journaliste sur la pertinence de cette position dans la perspective de l’annonce de l’accord bilatéral entre le Gandhari et le Commonwealth, le ministre karsais a annoncé qu’un conseil de défense restreint se tiendrait dans les prochains jours afin d’évoquer l’existence de cet accord et les conséquences de cet accord sur l’équilibre géopolitique en Janubie, en Dytolie mais aussi en Marquésie. Selon nos informations, le prince héritier Hussein, actuel ministre de la Défense, aurait largement critiqué le changement de position du Gandhari sur la question du nucléaire militaire briton.

Plusieurs experts militaires consultés par nos confrères ont expliqué que la position humaniste du Kars ne pourrait pas tenir bien longtemps face à la géopolitique et à la réalité du terrain : "Si le Kars devient minoritaire dans la lutte contre l’arme nucléaire, alors il subira tôt ou tard les conséquences de cette position certes humaniste mais terriblement angélique. La doctrine du gouvernement doit évoluer à la lumière des dernières annonces qui ouvrent clairement et sans ambiguïté l’ère de l’arme nucléaire peut être pas dans trois, quatre ou cinq ans, mais dans dix ou quinze ans". Après l’annonce de l’accord entre le Gandhari et le Commonwealth, le ministre des Affaires étrangères Abdallah Al-Nahyan a rappelé l’ambassadeur karsais en poste à Bunagar (Gandhari) pour le consulter sur la situation politique locale, l’accord nucléaire ainsi que la participation du Gandhari au Pacte de Cewell, nouvelle organisation internationale à vocation idéologique regroupant les États socialo-communistes.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 4 janvier 2043

Image

Roi Abdallah : "Le Kars ne participera pas à une OMPC bis, le multilatéralisme, ça suffit"

La dislocation de l’Organisation Mondiale pour la Paix et la Coopération (OMPC) est désormais à l’agonie après une longue mais inévitable phase de déclin à laquelle plusieurs États auront pourtant fait le maximum pour éviter une issue aussi funeste pour une organisation qui portait, à sa fondation, de belles promesses pour l’équilibre et la cohabitation des peuples. Las d’assister à l’impuissance de l’organisation face à des questions concrètes appelant des réponses immédiates et sans fioritures, l’organisation a été lentement mais surement pourrie de l’intérieur par un groupe d’États dont la participation au sein de l’organisation visait plutôt à l’incapacité permanente plutôt qu’à la recherche de solutions réalistes et applicables. L’entêtement de ces États dans le formalisme juridique et, ou, l’inaction aura eu raison de l’ambition portée par les États fondateurs de fonder un droit international clair et accessible, opérationnel et équitable.

Après avoir assisté à la dernière réunion plénière de l’Assemblée des États, l’organe législatif de l’organisation, la représente du Royaume, Yasmina Al-Mustafa s’est largement étendue sur l’échec du projet porté par les diplomates jernlanders. "Le sort funeste de l’Organisation Mondiale pour la Paix et la Coopération est regrettable et je crois que nous avons toutes et tous beaucoup de regrets de quitter Røros avec un réel sentiment d’inachevé. Les objectifs de l’organisation méritaient sans doute une plus grande maturité de la part de certains États dont l’attitude a été tout simplement anti démocratique puisque le règne de l’inaction s’était emparée des structures décisionnaires de l’organisation. Cet échec peut sonner le glas de toute organisation similaire à l’avenir, en tout cas pas dans une forme aussi ouverte puisque nous avons pu constater que n’importe quel État de mauvaise volonté pouvait faire capoter le projet porté par des États aussi sérieux et raisonnables que le Jernland, le Makengo ou le Kaiyuan" a rappelé Yasmina Al-Mustafa.

Interrogé par nos confrères de la presse régionale lors d’un déplacement à Rafha (Est), le roi Abdallah s’est montré visiblement agacé par les interrogations des journalistes sur le sort de l’OMPC. Soutien du multilatéralisme depuis son accession au pouvoir, le roi Abdallah de Kars vient de subir deux échecs en quelques jours : l’accord sur l’arme nucléaire signé entre le Commonwealth et la Britonnie et donc l’échec de l’OMPC. Tant est si bien que plusieurs membres du premier cercle du souverain ont pris fait et cause pour un éloignement progressif du Royaume envers les projets similaires à l’OMPC, constatant l’inaction qui y règne et la volonté de blocage d’une minorité. Ce pouvoir de nuisance aurait largement refroidi le chef de l’État dans sa quête de multilatéralisme. En réponse à une question, il n’a pas hésité à expliquer que le Kars ne participera pas à une OMPC bis tant qu’il sera à la tête du Royaume, terminant par une décision non moins radicale : "le multilatéralisme, ça suffit".

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 5 janvier 2043

Image

Satellites : KarSat signe le plus gros contrat de son histoire

L’évènement était attendu par les dirigeants de la KarSat depuis plusieurs mois et le début des discussions avec les représentants de l’État. Pendant près de six mois, plus d’une centaine de réunions se sont enchainés à un rythme peu reposant pour aboutir à la consécration d’hier. En présence du roi Abdallah de Kars et du Premier ministre Suhail Al-Mazroui, les dirigeants de la KarSat se sont vus offrir un méga contrat de plus de 13,2 milliards de dollars pour la conception, la fabrication et la mise en orbite opérationnelle de plus de 33 satellites ▮▮▮ de dernières générations. Le Kars pourrait être le premier pays à créer un système GPS avec cette constellation. Ces satellites, de fabrication karsaise, sont désormais aussi puissants et précis que les satellites fabriqués par la co-entreprise byrso-jernlanders. Avec l’annonce de cette nouvelle technologie replaçant KarSat en tête de l’innovation technologique dans l’industrie aérospatiale mondiale, la PDG Azeeza Assaf marque de son empreinte le milieu des affaires karsais grâce au succès de son dernier plan stratégique "Future" (2039-2042).

Avec près de 6 000 collaborateurs, dont le tiers a été recruté à l’occasion du dernier plan stratégique, KarSat s’inscrit dans une croissance soutenue depuis plusieurs années comme en témoigne les dernières commandes effectuées par des États étrangers : le Karmalistan en mars 2041 (3,6 milliards de dollars) et le Jernland en juillet 2041 (9 milliards de dollars). Mais le plus gros client de la pépite technologique reste l’État karsais qui a multiplié les commandes ces dernières années : 2,4 milliards de dollars en 2039, 4,2 milliards de dollars en 2040, 1,6 milliards de dollars en 2041 et donc la dernière et plus importante commande de son histoire, 13,2 milliards de dollars à la fin de l’année 2042. L’ensemble des commandes passées auprès de l’industriel doit permettre une utilisation totale de la capacité de production pour au moins les cinq prochaines années. Azeeza Assaf, l’ambitieuse PDG de KarSat, veut poursuivre les investissements massifs entrepris dans la recherche et développement pour continuer à proposer des satellites à la pointe des dernières connaissances de l’humanité.

Présent au siège social de KarSat, situé en plein cœur de la ville technologique d’Hedeb, le roi Abdallah a souligné "l’excellence de la filière industrielle karsaise comme en témoigne les succès récents en matière automobile et désormais aérospatiale. L’achèvement des travaux au futur centre spatial de Melaka (Zabol) vient s’ajouter à la longue liste des réussites scientifiques et technologiques du Royaume, renforçant ainsi notre place au sein du cercle très fermé des grandes puissances spatiales. Notre ambition ne s’arrêtera pas à la mise en orbite d’une constellation complète de satellites civils et militaires, le Royaume poursuivra ses investissements, aux côtés de nos alliés et partenaires stratégiques pour faire de la conquête et de l’exploration spatiale de nouveau un rêve accessible pour les générations futures". Hasard du calendrier, l’achèvement de la plateforme de lancement de Melaka (Zabol) intervient quelques jours avant l’annonce du méga contrat des 33 satellites ▮▮▮ signé entre la KarSat et l’Etat karsais. Pour l’heure, aucun détail n’a été donné sur le contenu des technologies embarquées à bord des satellites, KarSat indique seulement des possibilités de triangulation GPS et d’observation de la terre (~0,5m²), des télécommunications militaires, de la télédétection des ressources terrestres (mesures terrestres précises), des mesures spatiales (observation de l'Espace) et la guidance missiles de croisière et balistique court.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 19 février 2043

Image

Elections au Makengo : Alerte rouge en Algarbe noire

C’est en ami et fin connaisseur de la politique makengaise que le ministre karsais des affaires étrangères s’est rendu à Lunda pour un déplacement de deux jours dans la capitale makengaise. Si l’annonce de ce déplacement a été tenue secrète jusqu’à son arrivée sur le sol makengais, c’est avant tout pour ne pas troubler le déroulement de la campagne pour l’élection présidentielle qui doit avoir lieu très prochainement dans le pays afin d’élire le successeur du président Youssouf Botamba dont l’état de santé s’est considérablement dégradé ces derniers mois.

Cette élection s’annonce cruciale pour l’avenir du pays puisqu’un nouveau leader doit émerger après plusieurs décennies d’un pouvoir fort et sans partage exercé par le clan Botamba à la tête du pays. Mais la quête du successeur n’est jamais simple, surtout quand il s’agit de remplacer un leader charismatique. Les rivalités existaient déjà du temps de la toute puissance du président Botamba mais elles ont explosé au grand jour avec la candidature dissidente de l’ancien chef de la diplomatie makengaise, Dieumerci Aboki, qui s’érige en concurrent direct du candidat officiel de l’UMD, Firmin Botamba.

Crédité de 18 à 22% des intentions de vote dans les sondages les plus récents, la candidature Aboki ne semble pas en mesure de réaliser l’exploit de remporter l’élection, en revanche, elle puise bon nombre de ses électeurs dans le camp de l’UMD et de son candidat Firmin Botamba qui ne peut que s’inquiéter de la pertinence de la candidature de l’ancien ministre des Affaires étrangères dont on connait le carnet d’adresses à travers le monde. Sa candidature est perçue comme dans la plus stricte filiation politique et idéologique du botambisme. Selon nos informations, la candidature de l’éléphant serait la préférée des conseillers du gouvernement et du palais royal, mais il semble impossible de soutenir un autre candidat qu’un membre direct du clan Botamba.

Mais face aux dissensions internes à l’UMD, la menace rouge pointe le bout de son nez avec la candidature du socialo-marxiste Félix Kompaoré via son parti, le MSCR. De l’aveu unanime des experts en géopolitique, une victoire du candidat Kompaoré offrirait sur un plateau le Makengo et ses richesses minières et agricoles au Pacte de Cewell. Le fonds souverain karsais aurait d’ores et déjà fait part de ses inquiétudes au gouvernement notamment vis-à-vis de la proposition de Félix Compaoré de nationaliser les mines et les activités agricoles et sylvicoles, en grande partie détenue par une co-entreprise karso-makengaise.

Ainsi, les intérêts économiques du Royaume vont nécessairement le pousser à prendre position pour le candidat le mieux placé en mesure de l’emporter lors de ces élections, et il semble que ce candidat soit Firmin Botamba à l’heure actuelle. Contacté par nos services, le ministre karsais des Affaires étrangères, Abdallah Al-Nahyan n’a pas souhaité commenter sa visite à Lunda ni voulu confirmer l’identité des interlocuteurs avec lesquels il a pu s’entretenir au cours de son déplacement. Selon nos informations, il aurait eu un déjeuner de travail avec Firmin Botamba et un dîner avec Dieumerci Aboki dans l’enceinte de la résidence officielle de l’ambassadeur de Kars au Makengo.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 21 février 2043

Image

Makengo : Félix Kompaoré veut-il affamer le Kars en nationalisant la Soderag ?

La polémique enfle dans le Royaume depuis la publication de plusieurs vidéos de propagande électorale sur les réseaux sociaux vantant la volonté du candidat socialo-marxiste du MSCR Félix Kompaoré de mettre la main sur les ressources minières, agricoles et sylvicoles en les confisquant à leurs propriétaires actuels, généralement des étrangers mais également des institutionnels makengais. En effet, la proposition phare du candidat Kompaoré vise à nationaliser tout un pan de l’économie productive du Makengo en la retirant des mains d’investisseurs étrangers pour en reprendre un soi-disant contrôle qui n’est autre qu’une confiscation en bonne et due forme, reléguant le respect de la propriété privée, ou, pire encore, de la règle de droit, à quantité négligeable. Cette menace très claire contre les intérêts des investisseurs étrangers au Makengo est une source d’inquiétudes pour les investisseurs privés et publics karsais présents dans le pays depuis bon nombre d’années.

Ainsi, la perspective d’une confiscation des actifs détenus par le Kars dans la Soderag au Makengo constitue une menace sérieuse contre l’approvisionnement en denrées agricoles de plus de 93 millions d’hommes, de femmes et d’enfants karsais pour le simple désir d’accomplir une révolution idéologique dans un pays contrôlé d’une main de fer par le clan Botamba depuis plusieurs décennies. Pour certains experts, la proposition du candidat Kompaoré est une provocation visant à satisfaire les attentes d’une frange de l’électorat makengais en proie à la relégation économique et ne bénéficiant pas des fruits de la libéralisation de l’économie makengaise entamée par les gouvernements du président Botamba depuis 2039. Si la proposition de Félix Kompaoré vise en grande partie les intérêts ennissois au Makengo, elle impactera également les intérêts karsais qui, en plus d’être de grandes valeurs, répondent à une exigence quasi vitale pour le Royaume puisque c’est via la Soderag que le Kars importe une très grande majorité de son approvisionnement en denrées agricoles.

De là à considérer que Félix Kompaoré veuille affamer le peuple karsais, il n’y a qu’un pas. S’il venait à l’emporter au cours des élections à venir, la sécurité alimentaire du Royaume serait alors grandement remise en cause malgré des investissements colossaux pour moderniser les méthodes de production et améliorer les rendements. La Soderag est aujourd’hui l’un des premiers employeurs du Makengo et n’a pas connue de mouvement social depuis sa création en 2039. La gestion saine des finances de la société lui permet de financer elle-même ses investissements depuis moins d’un an, symbole de l’excellence de la coopération karso-makengaise dans ce secteur. Du côté du palais royal, personne n’imagine un seul instant le candidat Kompaoré aller au bout de sa proposition de nationalisation, en effet, certains conseillers du roi Abdallah n’hésitent pas à souligner la présence d’une importante garnison de soldats ennissois sur le sol makengais. Garnison qui ne resterait certainement pas immobile en cas de confiscation avérée des actifs ennissois dans le pays.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 22 février 2043

Image

Nucléaire civil : Un tournant dans la politique énergétique karsaise ?

Les années se suivent et ne ressemblent pas du côté des politiques publiques en matière d’énergie : alors que le roi Abdallah s’était érigé en fervent défenseur des énergies renouvelables et avait à maintes reprises marqué son opposition à l’arrivée du nucléaire au sein du Royaume, le souverain aurait récemment revu sa position sous l’influence de son fils, le prince héritier Hussein et de son Premier ministre Suhail Al-Mazroui. Point commun des deux influenceurs en chef du pays ? Ils sont jeunes et envisagent la puissance sous toutes ses formes, y compris par l’autonomie énergétique et le développement d’énergies alternatives en mesure de répondre plus favorablement aux besoins immenses de l’industrie nationale mais également aux aspirations écologiques de la population. Si le Kars est l’un des rares pays à ne pas utiliser de charbon pour produire son énergie, ce n’est pas le cas du pétrole qui demeure encore aujourd’hui la première source de production d’électricité du pays.

Face à la dépendance très majoritaire de la production d’électricité aux centrales à pétrole, le gouvernement envisagerait de lancer un chantier de très grande ampleur dès 2043 avec la construction de la première centrale nucléaire du pays. Si aujourd’hui les compétences techniques sont maitrisées par les ingénieurs et scientifiques karsais, la construction d’une telle infrastructure nécessitera de toute évidence des appuis étrangers pour s’assurer de la sécurité des installations tout en bénéficiant des meilleures technologies disponibles, tant pour l’efficacité productive que pour la sûreté des installations nucléaires. Grâce à une intense coopération technologique avec le Karmalistan, le Kars est aujourd’hui en mesure de développer ses propres centrales nucléaires, néanmoins cette option ne serait pas celle retenue par le gouvernement qui souhaite pouvoir compter sur une coopération avec un État tiers afin de construire la première centrale nucléaire du pays.

Selon nos informations, le gouvernement aurait déjà retenu la métropole portuaire de Jizan pour y construire cette future centrale qui devrait couvrir les besoins d’une grande partie de l’industrie nationale mais également répondre aux besoins en électricité d’une population de plus en plus nombreuse mais surtout de plus en plus équipée en matériels électroniques, gourmands en consommation électrique. Face à ce double défi, la solution du nucléaire civil s’apparente à un gain de temps et un gain d’argent pour répondre rapidement à cette nouvelle donne. Le gouvernement envisagerait l’octroi d’une enveloppe de près de 8 milliards de dollars pour la construction de 4 réacteurs de 1 000 MW chacun, soit plus de 4 000 MW au total. Les délais prévisionnels ne sont pas encore connus mais au regard de la maitrise de la technologie, les experts tablent sur 2 à 3 ans pour la mise en service des quatre réacteurs de la future centrale de Jizan. Reste à déterminer quel pays construire cette centrale nucléaire.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 27 février 2043

Image

Le gouvernement souhaite mettre un terme au monopole des pharmaciens

La ministre de la Santé et des Affaires sociales, Lubna Al-Qasimi, a évoqué la possibilité pour le gouvernement de présenter un projet de loi visant à autoriser le leader national de l’industrie pharmaceutique, Al-Kem Laboratories à vendre sur internet ses médicaments. Si cette proposition peut paraitre pleine de bon sens dans un monde en évolution où le numérique a pris une place décisive dans le quotidien des citoyens, cette nouvelle ne fait pas que des heureux, et pour cause, en autorisant un accès direct entre le fabricant de médicaments et le patient, c’est la pharmacie qui perd son rôle d’intermédiaire et qui souffrira le plus de la fin de son monopole dans la distribution de médicaments avec ou sans ordonnance.

La ministre explique que l’accès aux soins des karsais nécessite une adaptation des circuits de distribution des médicaments et qu’une possibilité directe d’achat des médicaments, via un site internet sécurisé et conservant les données des patients avec un très haut degré de confidentialité, correspond à l’ère du temps et aux attentes des patients. L’achat sur internet serait toujours soumis à la détention d’une ordonnance prescrite par un médecin généraliste ou par un médecin spécialiste mais le patient serait libre de choisir entre le circuit traditionnel en pharmacie ou la commande de son médicament via une plateforme sécurisée sur internet. La ministre a souligné que le remboursement sera identique quel que soit le circuit retenu par le patient pour obtenir son médicament.

Par cette mesure, le gouvernement souhaite améliorer l’accès aux soins et mettre un terme au monopole des pharmaciens dans la distribution des médicaments. Plusieurs rapports parlementaires ont clairement mis en avant les marges souvent déraisonnables appliquées par les pharmaciens sur la vente des médicaments. Les dirigeants d’Al-Kem Laboratories mènent depuis des années le combat contre le monopole des pharmaciens : le projet de loi du gouvernement semble indiquer une victoire de l’industrie pharmaceutique contre les pharmaciens des villes et villages. Quoi qu’il en soit, Al-Kem Laboratories ne pourra certainement pas couvrir l’ensemble du territoire national via sa plateforme sécurisée et son propre système de livraison de médicaments. Il se murmure la possibilité d’un accord avec une entreprise spécialisée dans la distribution de courriers et colis.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 28 février 2043

Image
Minerais d'argent

La production de minerais d’argent dans le monde en 2043 (1)


Image
Données au 1er janvier 2043. Source : MJ Économie.

Analyse : La production d’argent est dominée par la Saltarie (17,21%) et le Khelkadesh (11,48%). Ils constituent les deux principaux producteurs de minerais d’argent malgré des technologies d’extraction (NT2) moins développées que d’autres pays. Les deux pays prennent la tête du classement des producteurs en raison du nombre de gisements de minerais d’argent sur leur sol : 3 gisements en Saltarie et 2 gisements au Khelkadesh. Au rang de producteurs notables, on peut citer la Flavie (9,84%) et l’Ostlandgar (9,84%), deux pays qui détiennent un seul gisement chacun mais une technologie d’extraction plus développées (NT2). Avec 16 pays producteurs d’argent et 21 gisements, il s’agit de l’une des ressources les mieux réparties de la planète. Le monde produit aujourd'hui 1 896,57 tonnes (1 943,21 tonnes en 2042) de minerais d'argent par an avec une productivité moyenne de 100%. Le chiffre d’affaires total généré par la production d’argent dans le monde dépasse le milliard de dollars par an.

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien de référence dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 28 février 2043

Image
Minerais de bauxite

La production de minerais de bauxite dans le monde en 2043 (2)


Image
Données au 1er janvier 2043. Source : MJ Économie.

Analyse : La production de bauxite est toujours dominée par : le Voijia (25%), un nouvel entrant avec l'Arkilia (21%), la Rumagnola (21%). Le San Marco (14%), le Saog (12%) et l'Odensie (3%) complètent la liste. Le Voijia détient sur sol 2 gisements de bauxite contre seulement 1 pour la Rumagnola, l'Arkilia et le Saog. Attention au San Marco qui, avec 4 gisements, dispose du plus fort potentiel de production. La technologie d’extraction la plus avancée est détenue par la Rumagnola et l'Arkilia (NT2). La productivité des sites d’extraction de bauxite a été totale l’année dernière avec 100% d’activité. Actuellement, 10 gisements de bauxite sont en exploitation dans le monde pour une production annuelle de 2,9 millions de tonnes. Le chiffre d’affaires total généré par la production de bauxite dans le monde a atteint près de 1 milliard de dollars l’année dernière. Les pays producteurs de bauxite sont en position de force sur le marché mondial au regard d’un faible nombre de producteurs et d'une demande mondiale en augmentation année après année : en effet, cette roche constitue le principal minerai permettant la production d'aluminium. L'augmentation du cours du bauxite pourrait donc s'accentuer dans les prochains mois.

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien de référence dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 28 février 2043

Image
Minerais de charbon

La production de charbon dans le monde en 2043 (3)


Image
Données au 1er janvier 2043

Analyse : La production de charbon est très équitablement répartie à travers le monde mais quelques pays se détachent : le premier producteur mondial est le Westrait (13%), devançant le Kaiyuan (10%), le Karmalistan (10%) et le Neawest (10%). Le plus petit pays producteur de charbon est le Thorval avec seulement 13 tonnes. En première position grâce à son nombre de gisements, le Westrait reste sous la menace de ses poursuivants en cas de progrès technologique significatif sur le niveau d'extraction. Le Zufrana fait une entrée fracassante dans notre classement en cinquième position. Avec 27 pays producteurs et 68 gisements, le charbon est une ressource remarquablement bien répartie à l’échelle du globe. Avec plus de 610,3 millions de tonnes produites en 2042 et un niveau de productivité de plus de 92%, amputé par l’archaïsme technologique du Thorval et du Tarnosia, le charbon a généré un chiffre d’affaires mondial de plus de 80,1 milliards de dollars l’année dernière.

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien de référence dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 28 février 2043

Image
Mine de coltan au Gandhari

La production de coltan dans le monde en 2043 (4)


Image
Données au 1er janvier 2043

Analyse : Avec plus de 72% de la production mondiale en Ventélie, le coltan est aujourd’hui une ressource dont la répartition est la moins assurée à travers le monde. Pire encore, plus de 57% de la production mondiale est assurée par un seul et unique pays : l’Uhmali qui détient un quasi-monopole sur cette ressource. Derrière l’Uhmali, on retrouve le Satake Bakufu (14%), le Khalouat (12%) en Algarbe, l'Arkilia (8%), le Gandhari (4%) et le Kaiyuan (1%). L’Uhmali détient le plus de gisements (8) et une technologie très avancée (NT2) lui garantissant pour encore de très nombreuses années une position de leader sur le marché. Toutefois, l’Uhmali pourrait vraisemblablement réduire sa productivité, aujourd’hui de 100%, pour réduire l’offre de coltan sur le marché mondial en surproduction en 2042 et ainsi favoriser une augmentation du cours de la matière sur les marchés mondiaux. L’industrie du coltan a généré une production de 413 tonnes en 2042 pour un chiffre d’affaires mondial de 45,9 millions de dollars. Le tantale préparé à partir du coltan est indispensable à la fabrication de composants électroniques utilisés en particulier dans les téléphones mobiles. Le secteur de l’électronique utiliserait ainsi 60 % à 80 % du marché du tantale.

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien de référence dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 28 février 2043

Image
Minerais de cuivre

La production de cuivre dans le monde en 2043 (5)


Image
Données au 1er janvier 2043. Source : MJ Économie.

Analyse : La production de cuivre est dominée par le Karmalistan qui produit près du tiers du cuivre mondial (30%) devant la Valdaquie (24%) et, plus loin, un trio Askazie, Kars et Liang (6% chacun). La production actuelle de cuivre est essentiellement concentrée en Dytolie et en Marquésie. Fort de ses 5 gisements de cuivre, le Karmalistan demeure le premier pays producteur grâce aussi à son niveau d’extraction avancé (NT1) qu'il partage avec la Valdaquie. Plus de 18 pays produisent du cuivre à partir de 36 gisements pour une production annuelle de 3,1 millions de tonnes pour un chiffre d’affaires de près de 20,2 milliards de dollars en 2041. Malgré une forte augmentation, le niveau de production actuel ne suffit pas à combler la demande mondiale : le prix du cuivre devrait continuer à progresser. Sa bonne conductivité électrique (la meilleure parmi les métaux non précieux) et thermique en fait un matériau de choix en télécommunications, dans le bâtiment, les transports ou encore le domaine de l'énergie. Les circuits intégrés et les circuits imprimés possèdent de plus en plus de cuivre.

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien de référence dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 28 février 2043

Image
Diamant brut

La production de diamants dans le monde en 2043 (6)


Image
Données au 1er janvier 2043

Analyse : La production de diamants est équitablement répartie entre le Kars, la Laurence, le Makengo, le Saog et la Valdaquie qui se partagent chacun près de 19% de la production mondiale. Citons enfin en Ventélie le Juggong qui produit une part très minoritaire des diamants chaque année (5%). Le groupe de cinq pays bénéficient de la meilleure technologie connue à ce jour (NT3) dans l’industrie du diamant. La production mondiale de diamants est en baisse à 18,1 millions de carats en 2042 pour un chiffre d’affaires total de plus de 8,5 milliards de dollars. La demande est largement supérieure à la production actuelle et les échanges sur les marchés historiques de ce métal précieux devraient continuer à pousser le cours du carat à la hausse dans les années à venir en l’état actuel de la productivité. Le chaos en Atransahr avec l'arrêt des mines de diamants a contribué à la baisse significative de la production et à l'augmentation du cours.

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien de référence dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 28 février 2043

Image
Minerais de fer

La production de fer dans le monde en 2043 (7)


Image
Données au 1er janvier 2043. Source : MJ Économie.

Analyse : La production mondiale de fer est dominée très largement par le Karmalistan (62%) qui accueille également un peu moins de la moitié des gisements existants sur le globe (16 sur 44). Le Karmalistan dispose également de la technologie d’extraction la plus avancée dans l’industrie du fer (NT1). Il est de loin le premier producteur mondial et ne devrait pas perdre cette position. Derrière, on retrouve le Jernland (7%) et la Laurence (6%). Viennent ensuite l’Al Aqsa (4%) et l’Uhmali (4%). La production de fer couvre une assez large superficie de la planète. Grace a une productivité mondiale de 100%, le monde a produit plus de 322 millions de tonnes de fer en 2042 pour un chiffre d’affaires total de près de 89,6 milliards de dollars. L'offre de fer est aujourd’hui inférieure à la demande mondiale, expliquant la hausse du cours du fer sur les marchés mondiaux : le besoin en fer est de plus en plus fort au regard des fortes croissances enregistrées par les économies développées et industrialisées.

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien de référence dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 28 février 2043

Image
Usine de gaz naturel au Saog

La production de gaz naturel dans le monde en 2043 (8)


Image
Données au 1er janvier 2043. Source : MJ Économie.

Analyse : Le Saog conforte sa place de premier producteur mondial de gaz naturel (21%) devant le Zabol (18%) dont les gisements sont exploités grâce à un partenariat industriel avec les Madelines. Derrière le Saog et le Zabol, on retrouve le Rapsah (11%), les Madelines (7%), le Costa Verde (6%), le Kaiyuan (6%) et le Liang (6%). La production est équitablement répartie sur la surface du globe avec 21 pays producteurs et 51 gisements en exploitation. On dénombre de plus de pays producteurs et plus de gisements en exploitation. La productivité du Saog a chuté à 80% en raison des troubles terroristes qui ont secoué les principaux sites d'extraction du gaz naturel en 2042. La production de gaz naturel est en forte augmentation par rapport à 2042 avec 255,3 milliards de m3 pour un chiffre d’affaires total de 995 milliards de dollars. L’industrie gazière est la plus rentable du secteur des mines et des hydrocarbures. Avec une demande supérieure à l’offre, le cours du gaz naturel devrait poursuivre dans un rythme de croissance soutenu.

Note de la rédaction : Comme chaque année, la rédaction de votre quotidien de référence dans l’actualité économique et financière vous propose un tour d’horizon de l’état des lieux de la production de minerais et d’hydrocarbures à travers le monde. Calculé à partir des données publiées par les différentes organismes (ministères, agences, entreprises) appartenant aux États membres de la communauté internationale, nos tableaux ont vocation à illustrer des réalités économiques et des points d’attention géopolitiques. Le travail immense de collecte des données effectué par nos journalistes et enquêteurs peut être erroné à la marge, si nos lecteurs reconnaissent des erreurs dans nos tableaux, nous les prions de bien vouloir nous communiquer par email les erreurs supposées pour une correction rapide et la mise à jour de nos statistiques (via discord ou par MP).

Répondre

Revenir à « Kars »