Presse de Kars

Janubo-Marquésie 29-30-40-41-42-109
Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 12 mars 2043

Image
Un général à la tête du Gandhari, pour combien de temps ?

Gandhari : Bonnet blanc et blanc bonnet ?

Histoire politique du Gandhari, volume 7, tome 3, épisode 109. Une nouvelle fois, le Gandhari fait la Une de l’actualité internationale avec un énième coup d’État dans un pays abonné à l’instabilité politique depuis près d’une décennie. Si l’arrivée au pouvoir des communistes il y a quelques années constituait une nouvelle importante dans l’équilibre géopolitique du continent janubo-marquésien, le coup d’État entre communistes du même parti constitue une innovation dont seul le Gandhari a le secret. Bien loin d’être un habitué de la stabilité politique et institutionnelle, le Gandhari est désormais en proie à un violent conflit interne opposant les tenants d’une ligne historique et les tenants d’un rapprochement avec Cewell qui symboliserait, pour les plus anciens, l’asservissement du Gandhari aux intérêts du bloc socialo-communiste guidé depuis l’Olgarie.

Le ministère des Affaires étrangères karsais a fait part de son inquiétude quant à la situation actuellement en cours à Bunaghar et dans les grandes villes du pays, considéré comme une fourmilière. L’arrivée au pouvoir du général Darshanbir Panesar pourrait rappeler des mauvais souvenirs au peuple gandharien puisqu’un coup d’État, pas si vieux que ça, s’était déjà produit dans des circonstances similaires. Cette fois ci, c’est au sein même du camp communiste que la discorde se réveille et fait parler la poudre. Les incidents qui ont émaillé la nuit dernière à Bunaghar ont causé des pertes humaines et matérielles significatives. Bon nombre de personnalités politiques influentes dans le pays sont mortes d’après des sources concordantes. On dénombrerait la disparition quasi-totale des membres de la famille Lota qui a durablement marqué le Gandhari ces dernières années, souvent dans des frasques, rarement pour des performances économiques ou technologiques significatives.

Si l’arrivée au pouvoir d’un général de l’armée gandharienne pourrait être perçue comme une bonne nouvelle par certains, il n’en demeure pas moins que c’est un communiste qui remplace un autre communiste. La scission au sein du Parti Communiste Gandharien pourrait aboutir dans les prochaines semaines à une hausse des tensions entre les partisans d’une ligne historique favorable à un dialogue multilatéral avec toutes les Nations et les partisans d’une ligne idéologique proche du Pacte de Cewell, reléguant le Gandhari au rang de faire-valoir des intérêts du Westrait. A peine annoncée, déjà condamnée par le Karmalistan, en proie lui aussi à des tensions internes extrêmement violentes depuis plusieurs semaines. Notons pour point commun (au détriment des peuples) qu’il s’agit ici encore de deux États cibles de Cewell et dont l’actualité fait une nouvelle fois référence à des désastres humains, politiques, sociaux et économiques. Il serait bien hasardeux de se lancer dans un dialogue avec les nouvelles autorités en place au Gandhari en l’état actuel : Mahra attendra très certainement un signe en provenance de Bunaghar...

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 15 avril 2043

Image

Le Kars, principal sponsor des États Algarbiens ?

Initié par le président de la République de Byrsa, Fahd El-Sayeed, aujourd’hui complètement remis de ses ennuis de santé de l’année dernière, le projet d’un approfondissement de la coopération entre les pays qui composent l’Algarbe est remis à l’ordre du jour de l’actualité politique continentale. Vieux serpent de mer de la politique algarbienne, l’union entre les États algarbiens est un désir aussi nécessaire que pieux pour nombre d’observateurs, en particulier à cause des divergences idéologiques qui animent la plupart des Etats du continent : entre des byrsiens farouchement opposés au socialo-communisme et un Makengo en passe de franchir le Rubicon et de rejoindre le Pacte de Cewell en cas de victoire de Felix Kompaoré, le candidat du MSCR, opposant historique au tout puissant Président Youssouf Botamba. Face à ce déchirement idéologique du continent en au moins deux blocs bien distincts, le projet du président byrsien d’une union des États algarbiens pourrait être largement teinté de doutes et de questionnement. Las de ces critiques, le Byrsa se positionne aujourd’hui en leader politique et économique d’un continent aux mille promesses.

Déjà présent dans la plupart des États du continent, le Kars souhaite s’engager pleinement dans une coopération toujours plus étroite avec les Nations de l’Algarbe. Principal bailleur de fonds des programmes de développement au Makengo avec notamment la construction de la centrale photovoltaïque d’Arewa, le Royaume poursuit une politique de proximité avec Lunda quitte à parfois susciter des craintes au sein de la population. Au-delà du Makengo, c’est bien vers l’Algarbe que lorgne les entreprises publiques et privés karsaises en raison du potentiel important du continent, encore largement méprisé par les investisseurs dytoliens. Si les liens religieux qui unissent les musulmans du monde peuvent constituer un atout dans le plan de séduction mis en place par Mahra en Algarbe, il n’en demeure pas moins que c’est la pertinence des projets et des solutions de financement qui seront proposés qui permettront de définir si oui ou non la stratégique karsaise sur le continent porte ses fruits. A la tête d’une manne financière inégalée dans le monde, le fonds souverain Kars Investment Authority semble être le principal bras armé des ambitions karsaises à l’international.

Doté de près de 371 milliards de dollars de trésorerie, le fonds souverain karsais pourrait être mis à contribution dès 2043 via l’octroi de financement et de prêts sans intérêts à plusieurs États algarbiens afin d’accompagner leur développement et favoriser la création de valeur au sein des économies locales. Si la situation politique du Makengo pourrait logiquement refroidir les ardeurs des investisseurs karsais, d’autres pays pourraient bénéficier de la manne pétrolière karsaise prête à se déverser en torrent de dollars sur le continent : la Byrsa, l’Al-Aqsa, l’Ubwani, le Khalouat ou encore le Malungwe. Si les liens avec le Makengo seront maintenus même en cas de basculement idéologique significatif du pouvoir à Lunda, les investissements karsais vont nécessairement se tourner vers le reste du continent algarbien qui souffre aujourd’hui d’une absence d’accords de coopération avec Mahra. Selon nos informations, le roi Abdallah envisagerait l’organisation d’une tournée en Algarbe pour rencontrer ses homologues et proposer des investissements massifs de l’État karsais dans les économies locales pour financer des infrastructures de transport, des réseaux de télécommunications, des centrales énergétiques, des projets immobiliers de grande envergure, des dettes publiques à taux zéro, des rachats d’entreprises publiques via des privatisations, etc.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 3 mai 2043

Image

Le roi Abdallah vante le projet de rapprochement avec les États conservateurs

A l’occasion d’un discours public prononcé devant l’ensemble des diplomates karsais réunis à Mahra pour la conférence annuelle des ambassadeurs, le roi Abdallah de Kars s’est exprimé en faveur d’un projet de rapprochement avec les États conservateurs de Marquésie, de Dytolie et d’ailleurs afin de contrebalancer l’émergence de nouveaux blocs idéologiques aux ambitions encore floues et, pour certain, clairement axé sur l’ingérence dans les affaires intérieures des États à l’image de la situation au Makengo ou au Karmalistan. Largement refroidi par le multilatéralisme tel que mis en application dans le cadre de l’Organisation Mondiale pour la Paix et la Coopération (OMPC), le souverain karsais s’était déjà opposé à toute participation du Royaume à une organisation ayant pour mission de réguler le droit international tout en réunissant la quasi-totalité des États de la scène internationale. Cet objectif, aussi louable soit-il, s’est avéré impossible à tenir malgré la bonne volonté des États fondateurs de la défunte OMPC. La création de l’organisation était l’un des derniers espoirs de voir émerger une structure au-dessus des États et fruit d’un consensus international. Face à l’échec de cette mission, le monde s’est réorganisé autour de plusieurs blocs aux ambitions très différentes.

"Le Kars doit continuer de porter une voix différente et singulière au sein de la communauté internationale : nous ne souhaitons pas participer à un affrontement stérile entre blocs idéologiques opposés. L’échec de l’Organisation Mondiale pour la Paix et la Coopération (OMPC) est un aveu terrible pour les tenants du multilatéralisme. Face à cette volonté d’unifier les États autour d’une même table, nous assistons à l’émergence de nouveaux blocs, je pense en particulier à l’OCC et au Pacte de Cewell" a souligné le roi de Kars. "Face à ces blocs, la Ligue Islamique Mondiale (LIM) ne doit pas verser dans la mode de l’idéologie en soutenant tel ou tel camp mais en gardant un œil avisé sur les tumultes qui secouent la géopolitique mondiale. En tant que pays hôte de l’organisation, le Kars continuera de participer aux activités de la Ligue Islamique Mondiale dont l’objectif premier est d’apporter une unité au monde musulman partout dans le monde : nous refuserons avec fermeté toute tentative d’importer des oppositions idéologiques au sein de l’organisation. Nous voulons poursuivre de l’œuvre de la LIM en dehors des clivages naissants" a rappelé le roi Abdallah en réponse aux détracteurs de l’organisation islamique.

Face à ces blocs, une nouvelle alliance pourrait voir le jour autour de plusieurs États partageants des valeurs communes notamment en matière de mœurs et de défense des traditions. Si les liens qui unissent le Kars au Jernland sont toujours aussi puissants de l’aveu même des observateurs, de nouvelles relations pourraient voir le jour dans les prochains mois avec des États ventéliens et dytoliens. Pour l’heure, aucune annonce n’a été faite mais les tractations se poursuivent pour aboutir à une annonce officielle dans les prochaines semaines. Selon nos informations, non démenties par le pouvoir royal, l’alliance pourrait s’axer autour des coopérations économiques, technologiques et stratégiques. Si les diplomates karsaises refusent de parler de la création d’un troisième bloc en réponse à l’OCC et au Pacte de Cewell, l’objectif d’un rapprochement entre les États conservateurs souhaitant préserver leur peuple des antagonismes idéologiques est aujourd’hui une réalité au regard du discours tenu par le souverain devant les ambassadeurs karsais.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 4 mai 2043

Image

Défense : Vers la création d’un conglomérat national à l’armement

Le prince héritier Hussein, également ministre des Armées, va proposer aux parlementaires de la Chambre un projet de loi visant à créer un conglomérat national à l’armement afin d’équiper l’armée royale des meilleures technologies disponibles tout en rehaussant la capacité du pays à armer, en toute autonomie, ses soldats sans dépendre de l’extérieur. La proposition du prince héritier s’inscrit dans un contexte mondial remplit d’incertitudes face à l’échec de l’Organisation Mondiale pour la Paix et la Coopération (OMPC), à la négociation de plusieurs accords bilatéraux par le Commonwealth lui conférant le droit de produire la bombe atomique ou encore plus récemment les ingérences communistes au Makengo, au Karmalistan ou la déstabilisation du Gandhari. Face à tant de menaces, le Kars ne peut continuer à dépendre d’États étrangers pour équiper son armée et ainsi garantir sa souveraineté en cas de menaces extérieures, c’est un substance le message envoyé par le prince héritier aux parlementaires karsais à l’approche de l’examen de son projet de loi par la Chambre.

Le projet de loi du gouvernement prévoit notamment de regrouper au sein d’une même structure l’ensemble des sociétés actuellement compétentes dans le secteur de la fabrication d’armements et d’équipements à destination des armées. La mutualisation des moyens de production devrait apporter à l’industrie de l’armement karsaise une plus grande compétence technologique dans un contexte de concurrence exacerbé à l’international. Le gain d’indépendance des acteurs de l’industrie de la défense profitera essentiellement aux forces armées royales. Spécificité de ce conglomérat, il n’englobera pas la pépite technologique KarSat qui fabrique des satellites ultramodernes, le gouvernement considère en effet que l’efficacité technologique et commerciale de la société ne nécessite pas de l’incorporer dans la future structure qui doit voir le jour après sa validation par le parlement. Du côté des futures spécialités de ce conglomérat, il sera polyvalent : armée de terre, marine et armée de l’air. Le projet de loi du prince héritier prévoit également la possibilité pour le futur conglomérat de travailler, via des partenariats, avec des entreprises étrangères afin de partager les savoir-faire et les compétences en vue de développer des équipements et des armements modernes.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 3 mai 2043

Image

Incertitudes au Makengo : Scènes de panique aux abords des supermarchés

Mondialisation : Phénomène d'ouverture des économies nationales sur un marché mondial, entraînant une interdépendance croissante des pays. Telle est la définition que nous pouvons lire de ce phénomène récent mais aux conséquences considérables pour l’économie mondiale. Ces conséquences sont aujourd’hui directement liées à des scènes de panique devant des centaines de supermarchés des grandes villes du Royaume suite à l’incertitude pesant sur le résultat des élections présidentielles au Makengo. Après des attentats, des assassinats, des pillages et des agressions en tout genre, la campagne présidentielle au Makengo a pris fin par la tenue du premier et unique tour de scrutin. Mais voilà, plus de 48 heures après la fermeture des bureaux de vote, la commission électorale makengaise est encore dans l’incapacité de donner le nom du vainqueur de la présidentielle. Qui du candidat soutenu par Cewell ou de celui soutenu par l’Ennis l’emportera ? Il est extrêmement difficile de le dire à l’heure où nous publions ces lignes mais les derniers sondages publiés peu avant le vote plaçaient le candidat du MSCR, Félix Kompaoré, en tête des intentions de votes. Il n’en fallait pas plus pour qu’un vent de panique souffle sur le marché de la grande distribution karsaise qui subit les assauts répétés de plusieurs centaines de milliers si ce n’est de millions de consommateurs karsais depuis deux jours, inquiets de ne plus retrouver les fruits et les légumes dont ils ont besoin.

Et pour cause, fort des relations bilatérales historiques entre l’ancien président Youssouf Botamba et le roi Abdallah de Kars, une dépendance de fait s’est nouée entre le Makengo et le Kars : le premier étant devenu le fournisseur quasi exclusif de produits agricoles du second. Pourquoi une telle dépendance ? En grande partie par la politique d’investissements massifs menés par le Kars au Makengo, notamment via le fonds souverain Kars Investment Authority, qui a largement investi dans la co-entreprise créée avec les autorités makengaises, la Soderag, pour exploiter les richesses agricoles du pays. Détenue à 51% par des fonds publics makengais, le sort de la Soderag n’est pas encore connu en cas de victoire de Félix Kompaoré : celui qui a largement mis en avant sa volonté de nationaliser les parts des entreprises étrangères dans les entreprises stratégiques du Makengo pourrait causer de grandes difficultés d’approvisionnement du côté des supermarchés de Mahra, Rafha, Jizan ou encore Hafar. C’est bien cette incertitude qui pousse les consommateurs karsais à se ruer dans les supermarchés pour faire des stocks et s’approvisionner en fruits et légumes face à un avenir pour l’instant incertain. Le prince héritier Hussein, également ministre des Armées, a annoncé le déploiement de l'armée dans les grandes villes du pays afin de venir au soutien des forces de police actuellement débordées par la situation.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 15 mai 2043

Image

Commerce : Le président des supermarchés MAM Market demande une réaction des autorités

Avec près de 32,4 milliards de dollars de chiffre d’affaires et des milliers de supermarchés au Kars et à travers le monde, MAM Market est un mastodonte du secteur de la grande distribution et sa voix pèse très certainement plus que celle d’autres acteurs du milieu. C’est donc avec une attention toute particulière que l’assemblée générale des actionnaires du leader de la grande distribution s’est tenue hier au centre des congrès de Mahra devant de très nombreux actionnaires individuels et une centaine de journalistes accrédités pour cet évènement annuel très attendu par les investisseurs. En effet, les performances de MAM Market sont scrutées par les investisseurs car l’entreprise reflète généralement à la perfection l’état de la consommation dans le Royaume et les grandes tendances qui se dégagent au sein des familles et des consommateurs karsais.

Après la présentation des résultats du groupe présent dans le monde entier par les différents directeurs, c’est le président de MAM Market qui s’est largement exprimé sur le bilan de l’année et les perspectives pour les prochains mois. Selim Mansour, en poste depuis 2038, a souligné la baisse de la fréquentation de ses supermarchés pendant le second semestre 2042, entrainant une baisse du chiffre d’affaires prévisionnel et l’échec du groupe à obtenir la rentabilité proposée aux investisseurs en début d’année. Il a rappelé la sanction immédiate du cours de bourse de MAM Market qui s’est traduit par une chute de l’ordre de 14% par rapport à l’année précédente. Il a largement imputé cet échec au ralentissement de la croissance économique et à la baisse de la consommation des ménages notamment due à une baisse de la confiance dans l’économie nationale et ses développements. "L’année 2042 marque une rupture historique dans la croissance de notre groupe puisque c’est la première fois depuis plus de vingt ans que nous connaissons un recul de notre chiffre d’affaires et l’échec de nos prévisions" a-t-il martelé pendant son discours.

Mais au-delà du bilan d’une année 2042 à oublier pour le leader de la grande distribution dans le Royaume, c’est l’appel franc et direct lancé par le président de MAM Market à l’endroit du gouvernement concernant le ralentissement des accords commerciaux qui frappe les esprits. En fervent défenseur du libre-échange et de la concurrence, Selim Mansour a souligné la "trop grande dépendance des importateurs karsais vis-à-vis des produits agricoles en provenance du Makengo dans un contexte marqué par les incertitudes politiques au sein de la première économique d’Algarbe. Le Makengo est aujourd’hui le premier exportateur de fruits et légumes vers le Royaume parce que nous n’avons pas d’autres fournisseurs avec lesquels nous pouvons bénéficier de prix accessibles. Nous souffrons de taxes, d’impôts et de droits de douanes trop onéreux avec les autres grands producteurs de denrées agricoles" a souligné le président de MAM Market. "Si nous voulons éviter les scènes que nous connaissons depuis plusieurs jours avec des files d’attente interminables devant nos magasins parce que les consommateurs karsais sont inquiets de manquer de fruits et de légumes makengais, alors nous devons demander au gouvernement d’agir pour à la fois sécuriser notre approvisionnement mais aussi développer d’autres accords commerciaux pour que nous puissions continuer à nourrir les 96,5 millions de consommateurs karsais" a-t-il lancé sous les applaudissements des actionnaires en signe de défi au gouvernement.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 21 mai 2043

Image

Makengo : Les promesses du président Félix Kompaoré

Lunda était le centre du monde diplomatique le temps d’une journée historique pour le pays à l’occasion de la cérémonie d’investiture géante organisée par le nouveau président de la République du Makengo, le socialiste Félix Kompaoré, élu il y a une semaine à la tête de la première puissance d’Algarbe et successeur de l’ex-idole du continent, Youssouf Botamba. Devant une foule immense, probablement plus de 100 000 personnes, voir 120 000 selon certaines sources proches du pouvoir, le nouveau chef de l’État s’est exprimé à l’occasion d’une cérémonie sobre et ponctuée d’un discours prônant le rassemblement, la solidarité et l’optimisme dans un avenir meilleur pour tous les makengais.

Le stade de Lunda était bondé et la sécurité à son niveau maximal compte tenu de la qualité des invités officiels présents à la cérémonie : une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement étaient réunis pour assister à l’investiture de Félix Kompaoré. On notera la présence des plus hauts représentants des Etats du Pacte de Cewell (Westrait, Gandhari) ou affiliés (Karmalistan) quand de l’autre côté, le Kars ou le Jernland ont dépêchés sur place leurs ministres des Affaires étrangères. Si ce détail semble anecdotique compte tenu de la présence du Premier ministre karsais Suhail Al-Mazroui, les milieux diplomatiques ont noté la prise de distance des puissances proches de l’ancien Botamba face à l’arrivée au pouvoir de Félix Kompaoré. Cela est le résultat d’une prudence et d’une méfiance à l’endroit du nouvel homme fort du Makengo : il aura la lourde tâche de retisser un lien de confiance avec le Jernland, le Kars ou encore l’Ennis.

Le roi Abdallah de Kars avait quant à lui fait part de ses plus vives félicitations à l’endroit du président élu en l’invitant, fait rare, pour une visite d’État de deux jours à Mahra afin de poursuivre la coopération stratégique étroite entre le Makengo et le Kars. Le changement de gouvernement ne devait pas nécessairement aboutir à une rupture des relations vieilles de plusieurs décennies. Malgré l’insistance des puissances proches de Cewell, Félix Kompaoré n’était pas naïf au point de se brouiller avec des partenaires économiques et politiques majeurs. La fête s’est terminée par un défilé militaire dans les rues de Lunda sous les hourras des partisans du nouveau président makengais et dans l’indifférence des partisans du candidat déchu Firmin Botamba dont on ignore la localisation à l’heure actuelle. Le temps des tempêtes est probablement arrivé pour les proches du clan Botamba.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 22 mai 2043

Image
Le roi Abdallah et le président Habnar Ibanur à Mefurmeru

Algarbe : Le Kars noue une nouvelle alliance stratégique avec le Khalouat

C’est sur les rives de la mer de Cérulée que le roi Abdallah et le président Habnar Ibanur se sont engagés dans une destinée commune donnant naissance à une nouvelle alliance stratégique entre la puissance nord-algarbienne et le phare de l’Islam. Après deux jours d’une visite d’Etat historique du souverain dans la capitale Mefurmeru, le Khalouat compte désormais parmi les plus proches alliés et partenaires du Royaume avec des accords de coopération ambitieux signés dans la plupart des domaines. Le succès de ce qu’il convient désormais d’appeler le Traité de Mefurmeru repose en grande partie sur les relations humaines développées par les deux leaders au cours de deux journées riches en enseignements et en partage. Si le président Ibanur s’inscrit fort logiquement dans la quête du développement économique, le roi Abdallah s’est quant à lui affiché en partenaire de confiance du Khalouat dans un continent en proie à une instabilité chronique que les derniers évènements au Zufrana, avec un coup d’État militaire, ne sont pas près de démentir. Face à ce désert plein de chaos et d’incertitudes, la République fédérale apparait comme une oasis d’équilibre et de raison.

Lors d’une conférence de presse après la signature publique du traité de coopération et des accords bilatéraux sur plusieurs domaines, le roi Abdallah a rendu un vibrant hommage au président Ibanur qui "conforte la place du Khalouat au rang de futur leader musulman du continent, aux côtés de la Byrsa et de l'Al-Aqsa, en garantissant à son peuple un haut niveau d’investissements publics dans l’économie, dans la santé, dans les transports et dans les infrastructures. Le Khalouat est aujourd’hui un pays attractif en mesure de rappeler aux investisseurs étrangers toutes les possibilités de croissance au sein du pays. Le Kars souhaite devenir le premier partenaire économique du Khalouat via une stratégie concertée et amicale d’investissements dans les grandes entreprises publiques ainsi que des partenariats stratégiques dans les domaines économiques et sécuritaires" a souligné le roi de Kars. La stabilité du pays est nécessaire face à des voisins dont on ne connait ni la stabilité à moyen terme ni les projets futurs dans un continent soumis à de nombreuses turbulences. Ce partenariat stratégique est renforcé par l’arrivée imminente de plusieurs milliers de soldats karsais au Khalouat dans le cadre de l’accord de défense signé entre les deux pays : les soldats karsais assureront la protection de la souveraineté territoriale du Khalouat, en particulier dans le Sud du pays en proie à des revendications ethniques et jouxtant une frontière avec le Zufrana particulièrement poreuse.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 23 mai 2043

Image
Base militaire karsaise en Algarbe

Armées : Le prince héritier Hussein en déplacement à Mefurmeru

Quelques jours après la visite d’État historique du roi Abdallah au Khalouat et la signature d’un Traité de coopération exceptionnel entre les deux pays, une nouvelle délégation gouvernementale karsaise a pris l’avion hier dans la matinée pour se rendre à Mefurmeru dans le cadre de la transformation des dispositions prises dans l’accord négocié le 15 mai dernier en mesures concrètes. Symbole de l’importance de l’attention portée par les karsais à son allié khalouate, le prince héritier Hussein, également ministre des Armées, était du déplacement aux côtés de la ministre des Affaires économiques, Nemat Shafik. Les deux responsables ont pu s’entretenir pendant plusieurs heures avec les plus hautes autorités politiques du pays afin de coordonner la mise en place des mesures décidées dans le premier traité de coopération entre les deux pays. Du côté du prince héritier Hussein, le principal sujet de discussion visait la construction des deux bases militaires karsaises dans les villes maritimes de Wassa (Centre-Est du pays) et à Duqm (Sud du pays).

Avec l’engagement significatif d’une présence militaire estimée à près de 10 000 soldats en permanence au Khalouat sans compter les soldats pré-positionnés au Byrsa, les forces armées karsais vont devenir, au fil des semaines, un acteur incontournable des affaires algarbiennes dans une période troublée tant au Makengo qu’au Zufrana actuellement en plein coup d’État militaire. Les forces armées karsaises seront plurielles puisqu’il s’agira tant de soldats et d’équipements de l’armée de terre, de l’armée de l’air que de la marine royale. Les forces armées karsaises auront pour mission de participer à la protection de la souveraineté du Khalouat face à ses voisins afin de consolider sa stabilité politique malgré un environnement complexe. Le prince héritier Hussein a tenu à "remercier la confiance du président khalouate dans le Royaume pour l’établissement des deux bases militaires karsaises". Il a rappelé que le Kars était "le ciment de l’unité des puissances musulmanes du nord du continent, à l’image de la Byrsa, d’Al-Aqsa et désormais du Khalouat". Pour le Kars, ces deux nouvelles bases militaires permettront une capacité de projection encore plus massive et rapide en mer de Cérulée mais aussi en Algarbe si la situation venait à l’imposer.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 30 mai 2043

Image

Commerce : MAM Market à la recherche de fournisseurs agricoles

Après l’appel du président de MAM Market, Selim Mansour, les réunions s’enchainent entre les représentants du leader de la grande distribution et les représentants du gouvernement en particulier les services du ministère des Affaires économiques, également en charge du Commerce et de l’Agriculture. L’appel a été entendu par les différentes composantes de la vie économique du pays et la recherche de solutions se poursuit afin de permettre au pays de mettre en place un nouveau système d’approvisionnement en denrées agricoles tels que les fruits et les légumes. L’ultra dépendance du Kars aux agriculteurs du Makengo s’est avérée gênante depuis la montée des troubles dans le pays pendant les élections présidentielles. Plusieurs points du programme économique du candidat du MSCR, Félix Kompaoré, avaient suscité l’inquiétude des entreprises de la grande distribution quant à la mise en place du programme particulièrement nationaliste du candidat socialiste. Selon nos informations, le président makengais Félix Kompaoré s’est entretenu par téléphone avec le roi Abdallah afin de le conforter sur la volonté du Makengo de continuer la relation d’affaires avec le Kars.

Rassurés par le réconfort apporté par les makengais, le gouvernement n’entend pas pour autant maintenir un tel lien de dépendance envers un seul pays, au-delà du seul cas du Makengo. Cette décision de diversifier les fournisseurs va devenir un des piliers de la politique d’indépendance économique menée par le gouvernement. Selim Mansour a rappelé "l’ambition de MAM Market d’augmenter l’offre de produits distribués dans nos magasins pour améliorer la satisfaction de nos consommateurs au quotidien". Selon nos informations, une délégation karsaise devrait rejoindre Al-Aqsa afin de discuter des modalités de coopération entre le pays, grand producteur agricole, et les acteurs de la grande distribution karsaise. Le pays bénéficie d’un climat favorable pour la production agricole et a l’ambition de devenir une puissance agricole majeure en mer de Cérulée. En outre, le pays porte le projet Eden qui vise à la plantation de plusieurs milliers d’arbres fruitiers pour lequel des financements étrangers pourraient être impliqués en particulier par des investisseurs privés comme la Kars Food Company (KFC), le leader karsais de l'agroalimentaire.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 7 juin 2043

Image

Marquésie : L’Ölan et le Kars sifflent la fin de la récréation

Les plus hauts responsables ölanais et karsais se sont rencontrés hier à Métar, dans la République populaire de Métarie, pour renouveler l’amitié des deux pays dans un contexte international très incertain et marqué par une hausse des tensions géopolitiques depuis l’apparition du Pacte de Cewell. Face à ce mécanisme que rien ne semblait pouvoir arrêter, l’amitié ölano-karsaise résiste plus que n’importe quelle autre amitié et entreprend même de s’étendre au-delà de la seule sphère politique entre les deux puissances de l’Est de la Marquésie. C’est dans la capitale de l’ex-enclave juive du défunt État de Dranavie que le roi Abdallah a rencontré Demirhan Aksoy, nouveau président de l’Union des Républiques Populaires d’Ölan, pour formaliser un traité purement diplomatique en négociation depuis quelques semaines au sein des deux gouvernements. Si l’Ölan est aujourd’hui un partenaire politique, économique et culturel du Kars de par son appartenance à la Ligue Islamique Mondiale, les tiraillements qui secouent l’organisation réunissant les principales puissances musulmanes auraient pu porter atteinte à la stabilité des relations ölano-karsaises.

L’image des deux chefs d’État main dans la main devant les photographes, caméramans et journalistes venus en masse de tous les pays de la région, restera comme une image marquante de cette journée historique du 6 juin. Alors que certains idéologues renvoient les États à des considérations uniquement et exclusivement idéologiques, l’Ölan et le Kars démontrent que ce clivage idéologique est sans objet dès lors qu’il s’agit d’œuvrer pour la stabilité politique d’une région et le respect d’une frontière commune. Comme l’a très bien résumé un journaliste byrsien présent sur place, l’Ölan et le Kars ont sifflé la fin de la récréation, en signe de réponse directe et ferme à l’endroit des idéologues de comptoirs qui font l’apologie du clivage et de la lutte armée depuis quelques mois depuis leurs terres olgariennes. Le message de ce sommet n’est rien d’autre qu’une fin de non-recevoir à l’endroit des puissances les plus hostiles qui espéraient, secrètement, on le sait, assister à des tensions voir des escarmouches entre les armées ölanaises et karsaises avec la naissance d’un antagonisme du Pacte de Cewell contre le Kars. "Ce n’est pas une presse étrangère idéologique qui, pour satisfaire son désir de violence et de haine, ordonnera à l’Ölan et au Kars d’oublier les milliers de morts de la Guerre de Libération de la Dranavie" a conclu Abdallah Al-Nahyan, le chef de la diplomatie karsaise.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 30 juin 2043

Image
Vue d'artiste du futur aéroport d'Ayepedet

Près d'un milliard de dollars d'investissements dans le secteur aérien khalouate

Après la visite d’État du roi Abdallah de Kars fin mai, les relations commerciales entre l’économie khalouate et l’économie karsaise continuent de s’intensifier avec la possibilité, selon nos informations, d’un accord entre l’État khalouate et la compagnie aérienne Kars Airlines pour la création d’une compagnie aérienne au Khalouat. Après la signature de nombreux accords commerciaux avec les entreprises khalouates pour plusieurs milliards de dollars, la compagnie aérienne publique karsaise envisage de s’étendre une nouvelle fois hors de ses frontières en investissant massivement dans la création d’une compagnie aérienne khalouate. Kars Airlines renforcera ainsi sa présence en Algarbe grâce au partage de codes qui sera mis en place entre la compagnie karsaise et la future compagnie khalouate. Selon nos informations, le président de Kars Airlines, Khaled Aswad s’est envolé hier pour Mefurmeru afin de négocier en personne avec l’État khalouate les conditions de l’investissement de Kars Airlines dans la future structure. Pour l’heure, rien n’a été tranché sur la répartition de l’actionnariat mais nul doute que les récents investissements karsais au Khalouat pourront réconforter les autorités locales sur l’engagement durable de Mahra dans le pays.

Selon nos informations, des discussions devraient débuter dans les prochaines semaines concernant le méga projet de construction du nouvel aéroport international d’Ayepedet, la station balnéaire toute nouvelle et désignée comme ultra luxueuse par les autorités locales. La construction de ce nouvel aéroport doit répondre à la demande croissante du trafic de passagers et de la saturation de l’aéroport de la capitale en raison de l’escale nécessaire pour rejoindre l’actuel aéroport d’Ayepedet. Le nouvel aéroport international disposera d’au moins deux pistes en mesure d’accueillir des avions de grande taille ainsi que de plusieurs terminaux pour accueillir à la fois le trafic domestique, le trafic international et le trafic de fret. Plusieurs opérateurs privés karsais seraient en négociation avancée avec les autorités khalouate pour construire le nouvel aéroport d’Ayepedet, notamment le géant des travaux publics karsais, Bata Construction Ltd. Le tout puissant patron de ce dernier, Lahab Bata, est attendu dans les prochains jours à Mefurmeru pour finaliser les discussions autour de ce projet estimé à 750 millions de dollars dans lequel le fonds souverain karsais, Kars Investment Authority, pourrait investir plusieurs centaines de millions de dollars.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 1er juillet 2043

ImageImageImageImage

Quel avenir pour les Nouvelles Routes de la Soie ?

C’était un projet novateur et ambitieux : celui de réunir au sein d’une même organisation supranationale des États aux conceptions idéologiques plurielles mais animés par une appartenance presque passionnelle pour ce que l’on appelle encore aujourd’hui la Trans-Touranie. Espace géographique et culturel de premier ordre pendant plusieurs siècles, la Trans-Touranie constitue un lien entre l’Occident et l’Orient, entre l’Ouest et l’Est. C’est à Jizan, deuxième ville du Royaume, que s’est tenu le sommet fondateur des Nouvelles Routes de la Soie des 12 et 13 janvier 2039. Autour du roi Abdallah de Kars, le Basileus de l’Empire Estolien aujourd’hui en plein chaos, la reine Mamta du Karmalistan, aujourd’hui inquiétée par sa propre population, le haut représentant Wang Xiang pour le Liang, épicentre de l’uranium mondial et le président Petru Ursachi, en difficulté en Valdaquie. Si la plupart des États fondateurs de l’Entente Trans-Touranienne sont encore présent et en bonne santé économique, la coopération s’est largement distendue au fil des années pour laisser la place à des oppositions idéologiques néfastes pour le développement du commerce dans cet espace géographique immense.

Fondé sur une triple coopération : politique, économique et culturelle, l’ETT est aujourd’hui une organisation à l’arrêt. Si l’organisation avait aussi vu le jour pour lutter contre l’influence du Lébira, ancienne première puissance économique du monde, elle ne retient plus l’attention de ses membres depuis la chute vertigineuse de Cartagina et son entrée fracassante dans le panthéon des cités disparues. Pour la Ventélie, c’est la création de l’organisation régionale de l’OCC qui a achevé de convaincre le Liang de se recentrer sur la Ventélie plutôt que de poursuivre un développement économique vers l’Ouest. Pour la Dytolie, c’est le manque de renouveau dans la politique valdaque qui semble être à l’origine de la désaffection d’Albarea pour l’organisation dans un contexte de rapprochement stratégique avec les puissances de l’Ouest dytolien comme le Jernland ou les Iles-Unies. Enfin, en Marquésie, l’opposition entre Mahra et Karagol semble être de plus en plus forte dans un contexte international marqué par l’émergence de nouveaux blocs idéologiques. Preuve de la sensibilité de ce nouveau contexte, la Ligue Islamique Mondiale, dont on disait le plus grand bien à travers le reste du monde, vacille depuis quelques mois en raison des choix de politique intérieur par la reine Mamta. "L’agitation de Cewell finira d’achever toute forme de coopération autre que culturelle ou cultuelle entre les deux capitales" selon le professeur Ibrahim Chalgoumi de l’université de Jizan qui ne cache pas son scepticisme sur l'avenir de l'organisation.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 20 juillet 2043

Image

Programme militaire secret : Mahra fustige le double jeu de Karagol

Ils n’étaient plus très nombreux à soutenir la possibilité d’un rapprochement avec le Karmalistan de la reine Mamta depuis quelques mois, mais depuis les révélations sur l’existence d’un programme militaire secret mené depuis plusieurs années par Karagol dans des complexes souterrains ou extrêmement bien dissimulés dans des complexes civils, les partisans d’une réconciliation géopolitique avec le Karmalistan sont désormais réduits à la portion congrue. En effet, si à l’image du reste du monde, le Kars a appris avec stupéfaction l’existence de ce programme militaire secret le 11 juillet dernier, les diplomates et les services de renseignement karsais n’étaient pas complètement naïfs sur les intentions des autorités karmales en matière de réarmement depuis quelques mois. La concentration des efforts du complexe scientifique karmal dans les technologies militaires avait déjà attiré l’attention des observateurs internationaux et des spécialistes de ces questions.

Jusqu’à présent particulièrement silencieux sur les troubles internes au Karmalistan, le ministre des Affaires étrangères Abdallah Al-Nahyan s’est entretenu pendant près de deux heures au Palais royal avec le souverain dans le cadre d’une réunion d’urgence qui n’était pas prévue à l’agenda. Ainsi, un dîner avec l’ambassadeur des Iles-Unies de Cambrie a été reporté au dernier moment pour permettre au chef de la diplomatie karsaise de faire état des dernières informations sur le dossier du nucléaire militaire karmal. Selon nos informations, le prince héritier Hussein était également présent dans l’enceinte du Palais royal pour appréhender l’attitude des forces armées karsaises face à l’émergence, dans les prochaines années, d’une puissance nucléaire militaire à quelques milliers de kilomètres de la frontière karsaise. Enfin, le tout puissant Hamad Al-Faleh, le ministre des Affaires intérieures, était là pour rapporter les dernières informations émanant des services de renseignement.

Beaucoup d’incompréhensions subsistent au sein des plus hautes sphères du pouvoir karsais, en effet, c’est le sentiment d’un double jeu de Karagol qui est mis en avant dans les discussions officielles. Alliés extrêmement proches pendant plusieurs années, Karagol n’a pas estimé utile de prévenir son allié et partenaire stratégique karsais de l’existence de ce programme militaire secret. Pourtant, le Karmalistan ne pouvait pas ignorer la répulsion initiale des autorités karsaises vis-à-vis du nucléaire militaire au regard de la position ferme défendue par Mahra lors de l’épisode des révélations sur l’existence d’un programme nucléaire militaire mené secrètement par le Commonwealth de Britonnie. Dans un contexte de regain des tensions internationales et de l’agitation des puissances proches de Cewell, la volonté de Karagol d’acquérir l’arme atomique semble bien confirmer les doutes et les craintes sur l’absence de fiabilité de la reine Mamta.

Avatar de l’utilisateur
Siman
Messages : 1040
Inscription : 05 févr. 2020 13:15

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 26 juillet 2043

Image
Le président Shihan Hosni Mubarak

Guerre au Shiha : Le roi Abdallah prend position contre le régime Shihan

La parole du Commandeur des Croyants était attendue depuis plusieurs jours par l’ensemble de l’Oumma, la communauté musulmane. C’est désormais chose faite puisque le roi Abdallah de Kars s’est exprimé ce matin à l’occasion d’un point presse dédié à la Guerre au Shiha qui occupe une grande partie de l’actualité internationale depuis quelques jours. Après avoir connu des élections présidentielles violentes au Makengo, c’est désormais le Shiha qui tient l’affiche de la scène algarbienne dans un contexte de profonde instabilité du pouvoir politique shihan. Après plusieurs renversements et basculement d’alliances à l’intérieur même du régime shihan, c’est un nouveau leader, Hosni Mubarak, qui a pris la tête du pays pour mener la lutte armée contre l’offensive terrestre, aérienne et maritime décidée par les États membres de l’OUA. Créée il y a quelques mois à peine, l’OUA se distingue déjà par sa capacité à réunir des États membres aux considérations idéologiques bien différentes mais soucieux de respecter un principe fondamental pour toute nouvelle organisation régionale : réussir l’unité politique. Il faut dire que cette unité politique n’est pas difficile à trouver dès lors que l’on évoque le cas du Shiha puisque le pays se livre depuis plusieurs semaines à des exactions à l’endroit de ressortissants étrangers, à des insultes à l’endroit de dirigeants étrangers et plus récemment à des menaces de représailles à l’endroit de ses voisins.

Interrogé par nos confrères de la presse diplomatique, le roi Abdallah s’est enfin exprimé pour qualifier l’attitude des dirigeants shihans de "honte pour l’ensemble de l’Oumma", suscitant l’étonnement chez les journalistes en raison du ton particulièrement sévère employé par le chef de l’État à l’occasion d’un point presse. Relancé par un confrère, il a souligné la nécessité pour l’OUA de "mener jusqu’à son terme l’intervention militaire en maintenant un très haut niveau d’efficacité dans les opérations et dans les choix tactiques retenus par les forces armées coalisées pour limiter au maximum les dommages collatéraux et les pertes civiles" au sein de la population shihanne qu’il qualifie désormais de "peuple martyr par la seule volonté de dirigeants frappés d’inconscience et de tyrannie". Soucieux de souligner l’ignominie de la situation selon lui, il a appelé les soldats musulmans des forces armées shihannes à "déposer les armes pour ne pas avoir à tuer des musulmans et faire cesser les flots de sang qui envahissent les villes et villages shihans par la volonté et l’obsession d’un homme indigne de l’Islam". Face à cette situation, le roi Abdallah a indiqué avoir missionné le ministre des Affaires étrangères karsais, Abdallah Al-Nahyan, pour coordonner l’aide humanitaire karsaise en faveur du peuple shihan. Il a également promis une aide financière significative pour participer à la reconstruction des infrastructures vitales du pays une fois la guerre terminée.

Répondre

Revenir à « Kars »