Presse d'Anantram

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1014
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse d'Anantram

Message par Plutark »

Aṉantram kālai - அனந்த்ரம் காலை


21 mai 2041

0.40 ₹A


Le gouvernement présente son programme de coalition



Le gouvernement a publié son programme de la législature qui s'ouvre. Résolument libéral et conservateur, le programme se veut un contre-exemple de ce qui se fait au Gandhari et donne la part belle aux entreprises, aux traditions, à la démocratie représentative.
Démocratie
-Réservation du référendum aux questions constitutionnelles et régaliennes
-Immunité judiciaire des sénateurs
-Élaboration du règlement du Sénat en autonomie

Économie
-Fiscalité attractive pour les investisseurs
-Prime à l'installation d'une entreprise étrangère
-Exemption de normes pour les entreprises jeunes ou en difficulté
-Flexibilité des contrats de travail
-Contrat Jeune Travailleur
-Développement du port de Kep Janupi

Éducation
-Refondation des diplômes
-Orientation active
-Défense du niveau des établissements prestigieux
-Interdiction des syndicats étudiants
-Accompagnement des élèves en difficulté et/ou en état de handicap

Justice et Ordre public
-Création de juridictions locales pour désengorger les tribunaux
-Modernisation de l'équipement des forces de l'ordre
-Abolition du droit monarchique et réécriture du code civil
-Régulation des réseaux sociaux pour la préservation de la liberté d'expression

Environnement
-Crédit d'impôt pour les entreprises atteignant des objectifs de réduction d'émissions
-Développement des énergies renouvelables

Traditions
-Renforcement des moyens du clergé pour la rénovation des édifices religieux
-Protection de l'identité nationale hindoue

Affaires Étrangères
-Méfiance envers les régimes communistes
-Partenariats volontaristes avec les grandes firmes internationales
-Reconnaissance de l’État Chikkai

Défense
-Proclamation en faveur de la paix avec suppression de l'armée du pays

Santé et Justice Sociale
-Encadrement des prestations sociales
-Création de maisons de la santé pour garantir l'accès de proximité aux soins
-Remboursement partiel des médicaments
-Développement des complémentaires santés

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1014
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse d'Anantram

Message par Plutark »

Aṉantram kālai - அனந்த்ரம் காலை


5 juin 2041

0.40 ₹A


Les syndicats étudiants se mobilisent dans les universités pour combattre leur disparition annoncée, les meneurs arrêtés


La vidéo de l'interpellation violente du leader du principal syndicat étudiant du pays n'en finit pas de faire couler de l'encre. Alors qu'il organisait une action contre le ministre de la jeunesse qui devait visiter l'université de Taj Amar, il a été interpellé par les forces de l'ordre à son domicile pour rébellion et organisation de manifestation non autorisée.
Craignant une ambiance tendue à l'université, le président a purement et simplement décidé de fermer l'établissement pour trois jours.
Dénonçant une persécution politique et des manoeuvres de la présidence de l'université pour empêcher les jeunes de se réunir, les autres dirigeants du syndicats ont annoncé qu'ils lutteraient jusqu'au bout contre la brutalité de Zalim Achaval contre la jeunesse.

"Zalim Achaval veut briser la jeunesse et son élan de liberté alors que nous pensions avoir enfin trouvé la démocratie. Nous ne nous laisserons pas détruire sans rien faire et nous lutterons jusqu'au bout !"

Sous étroite surveillance policière, la visite du ministre de la Jeunesse et des Sports Mahadaji Kusari s'est déroulé dans une ambiance tendue mais maîtrisée. Hué sporadiquement, les forces de l'ordre ont immédiatement interpellé les protestataires qui ont été conduits en garde à vue.
Le ministre Kusari a de son côté appelé la jeunesse à se concentrer sur son avenir pour le bien du pays. Un discours mal reçu et perçu comme parternaliste.

"Cet ancien prêtre au service du Raja vient nous donner des leçons en disant "circulez ya rien à voir" alors que certains de nos camarades sont violemment réprimés pour oser s'opposer à la politique anti-jeune d'Achaval. Nous ne ploierons pas le genoux contre cet homme autoritaire".

Les autorités ont interdit toute manifestation d'étudiants en centre-ville et dans les universités du pays. Les policiers patrouillent dans l'enceinte des établissements universitaires et contrôlent l'identité de étudiants. Une autre situation perçue comme une humiliation par le jeunes étudiants.

"Qu'avons-nous fait de mal pour être ainsi persécutés par le pouvoir ? Il a peur de nous ? Eh bien vu ce qu'il nous fait, il a raison. On va lui faire la misère ! S'il veut interdire les syndicats étudiants pour nos empêcher de porter notre voix qu'il le fasse. Mais nous on va prendre le maquis et lui pourrir son mandat !"

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1014
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse d'Anantram

Message par Plutark »

Aṉantram kālai - அனந்த்ரம் காலை


8 juin 2041

0.40 ₹A



Un étudiant entre la vie et la mort après une interpellation violente


Image


Le choc à l'université de Satogalore.
Alors que les étudiants se préparaient à une action contre le gouvernement dans l'enceinte de l'université, la police est intervenue sur ordre de l'administration de l'établissement qui avait désigné le meneur. Violemment molesté avec de nombreux coups de matraque, le jeune homme de 21 ans a été emmené alors qu'il avait perdu connaissance.
Choqués par une telle violence, les étudiants ont refusé de reprendre les cours, soutenu par leurs professeurs.
D'autres manifestations de soutien ont été organisées dans les universités dont les étudiant ont pour la plupart décrété une grève jusqu'au départ du gouvernement, jugé autoritaire et brutal.
Face au silence du gouvernement qui n'a pas souhaité commenter la situation, Shivanyan Benipal a accusé Zalim Achaval de "faire la guerre" à une jeunesse éveillée politiquement et dont les aspirations sont contraires au gouvernement.
L'université de Kep Janupi, ville fief des communistes, a pour sa part vu une partie de ses étudiants décréter une occupation illimitée après la proclamation de la Commune Libre de l'université de Kep Janupi. Les cours sont annulés et la vie en autonomie semble s'organiser pour tenir l'occupation.

"Achaval nous a déclaré la guerre. Il a cru qu'il pouvait nous maîtriser avec ses méthodes autoritaristes. On va lui montrer qu'il s'est trompé et le pousser dehors. Nous voulons que l'Anantram suive le chemin du Gandhari et nous allons tout faire pour y aller, de gré ou de force !"

L'aspiration communiste semble donc se mêler à ce vent de révolte contre la tentative d'écrasement de la jeunesse qui parvient à se penser comme une masse consciente.
Le président de l'université de Kep Janupi se dit toutefois inquiet de la situation du fait du nombre croissant de jeunes prêts à en découdre avec les forces de l'ordre.

"Je crains vraiment que la situation ne dégénère. Notre service d'ordre est dépassé et même s'il est parvenu à confisquer des lance-pierre ou des cocktails molotovs, nous craignons que la majorité des armes introduites soient passées au travers. La révolte est généralisée et arrive à un stade où l'intervention des forces de l'ordre mènerait à un nombre incroyable de blessés, voire peut-être de morts tant la situation est explosive. La solution doit venir du gouvernement qui doit envoyer des gestes d'apaisement."

Pour ce qui concerne l'étudiant entre la vie et la mort, actuelle hospitalisé à Satogalore, son diagnostic actuel inspire le pessimisme selon le directeur de l'unité d'urgence.

"Le patient est victime de plusieurs traumatismes crâniens et est en train de subir une hémorragie cérébrale. Nous faisons tout en notre pouvoir pour le ramener mais nous sommes assez inquiets quant à ses chances de survie."

De son côté, l'ambassadeur gandharien en Anantram dit scruter la situation de près mais prévient qu'un décès du jeune homme obligerait le géant janubien à sortir de son silence...

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1014
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse d'Anantram

Message par Plutark »

Aṉantram kālai - அனந்த்ரம் காலை


15 juin 2041

0.40 ₹A



Décès de l'étudiant interpellé, Achaval fait occuper les campus par la police antiémeute pour prévenir toute flambée de colère


Image
Le Premier ministre assume les mesures draconiennes pour rétablir l'ordre


L'étudiant interpellé violemment le 8 juin dernier est décédé des suites de ses blessures à l'hôpital de Taj Amar. Pour prévenir toute flambée des mouvances communistes très présentes dans les universités, le Premier ministre a signé un décret autorisant le stationnement d'unités policières à l'intérieur de l'enceinte des établissements universitaires. Si la mesure a provoqué un tollé dans l'opposition communiste qui y voit une atteinte majeure au droit de réunion et au droit de manifester, la majorité a au contraire salué des mesures visant à garantir la continuité de l'ordre public.
Zalim Achaval est lui-même monté au front pour défendre ses mesures controversées.

"La République ne cédera rien contre les semeurs de désordre prompt à instrumentaliser le malheureux décès d'un étudiant. J'ai demandé au ministère de l'Intérieur de faire le nécessaire pour que le calme soit garanti dans les enceintes universitaires. Les sessions d 'examens doivent se poursuivre dans le plus grand calme. Chacun a le droit d'exiger de son établissement que les conditions de composition soient optimales. C'est la raison pour laquelle des unités de policiers antiémeutes pourront contrôler l'identité de chaque personne et intervenir immédiatement en cas de débordement pour interpeller les fauteurs de trouble. L'Anantram a connu assez de désordre, je serais implacable contre ceux qui essaient de replonger le pays dans le chaos !"

Si la mesure a été accueillie dans le calme en Cœur d'Anantram et dans le Nord, la situation s'est tendue à Kep Janupi où des étudiants, communistes pour la plupart, occupent leur université. Si la police n'est pas encore intervenue pour faire lever le blocage, elle a toutefois lancé un ultimatum de trois jours aux occupants qui deviendraient responsables de toute dommage matériel et/ou corporel résultant des suites de l'intervention policière.
Le Ministre de l'Intérieur et Vice-Premier ministre Motilal Hegadi a rappelé qu'une loi autorisait les assurances a rejeter toute couverture à des personnes blessées suite à l'intervention de policiers consécutive à des refus d'obtempérer.
Un argument "vicieux" selon Shivanyan Benipal qui accuse le gouvernement d'agiter la menace du portefeuille pour les étudiants en lutte. Le chef de l'opposition a également accusé le gouvernement de persister dans sa stratégie de répression sans même tirer les conséquences du décès enregistré.

"Zalim Achaval est un pompier pyromane doublé d'un cœur de pierre ! Non content d'avoir fait massacrer un leader syndical étudiant, il persiste en envoyant la patrouille pour pourchasser toute personne qui montrerait son mécontentement à la suite de ce décès. Le comité central du Parti Communiste d'Anantram va se réunir pour décider des suites à donner à cette affaire !"

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1014
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse d'Anantram

Message par Plutark »

Aṉantram kālai - அனந்த்ரம் காலை


17 septembre 2041

0.40 ₹A



Achaval se dit favorable à la création d'une confédération entre le Gandhari et l'Anantram


Image
Zalim Achaval et Samrath Lota auraient évoqué la création d'une Confédération de Janubie du Sud


La réconciliation entre le Gandhari et l'Anantram serait finalement plus spectaculaire que prévu puisque les deux pays semblent d'accord sur le principe de s'unir sous la bannière d'une Confédération.
Cette solution permettra aux deux États de s'unir sous une seule bannière en mutualisant quelques compétences tout en gardant leur propre souveraineté respective.
Zalim Achaval affirme qu'une Confédération de Janubie du Sud avec intégration moyenne du Gandhari et de l'Anantram est sur la table.

"Concrètement, nos deux pays vont mutualiser leurs compétences économiques et monétaires pour peser sur la scène internationale et garantir à nos deux pays l'autosuffisance la plus complète possible. Une monnaie commune est également sur la table: la Roupie sud-janubienne. Les frontières seront ouvertes et la circulation des biens et des personnes sera libre. Le droit du travail gandharien, d'inspiration socialiste cohabitera avec le droit du travail anantrami bien plus flexible. Une Confédération, deux systèmes, une monnaie, voilà ce que nous allons tenter de faire.
Les deux exécutifs continueront d'administrer leur pays en toute autonomie mais une commission supranationale coordonnera les stratégies communes tout comme une délégation diplomatique représentera la confédération. C'est quelque chose d'historique qui s'annonce."


Avec un PIB total de 314 milliard de dollars, la Confédération de Janubie du Sud serait la 3ème économie mondiale juste derrière le Karmalistan et le Kaiyuan.
La mise en place d'une stratégie commune et la définition de secteurs clés permettra de renforcer l'attraction de l'économie de Janubie du Sud.
Une telle confédération représente néanmoins un immense défi pour les deux pays qui n'ont pas la même vision des choses. Mais Zalim Achaval l'assure, la mise en place de cette organisation supranationale permettra de garantir l'indépendance des deux pays et leurs choix politiques tout en se donnant la possibilité d'adopter une stratégie commune.
Marqué par un début de mandat houleux avec une grogne des étudiants, Zalim Achaval tente de rattraper les choses en se montrant plus ouvert avec le Gandhari et son nouveau dirigeant. Un nouveau dirigeant bien plus communiste dans l'âme certes, mais qui ne s'appuie pas sur ses convictions à tout prix lorsqu'il s'agit de diplomatie et plaide pour l'intérêt commun, ce qui change tout...

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1014
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse d'Anantram

Message par Plutark »

Aṉantram kālai - அனந்த்ரம் காலை


30 octobre 2041

0.40 ₹A


Le Sénat renverse Achaval et adoube un gouvernement communiste


Image
Grâce à une défection de sénateurs de la majorité, Shivanyan Benipal devient Premier ministre


Rien ne laissait présager à Zalim Achaval que la journée se terminerait par un cauchemar et sa chute. Alors que le Parti Communiste d'Anantram venait de déposer une énième motion de censure à son encontre, le Premier ministre était serein et n'accordait aucune importance à cet épisode qu'il jugeait anecdotique.
Mal lui en a pris.
Alors que les communistes ont déroulé l'habituel discours l'accusant de répression contre la jeunesse, d'austérité économique et de politique conservatrice pour convenir à son allié Hindou-Démocrate, les choses ont commencé à se corser quand une vingtaine de sénateurs de la majorité ont marqué la défiance vis-à-vis du gouvernement.
Déplorant l'absence de toute considération sociale dans la politique gouvernementale, les sénateurs frondeurs de la majorité ont pilonné le Premier ministre en l'accusant de ne pas être à la hauteur de la tâche et des enjeux. Remettant en cause sa politique néolibérale et conservatrice, les vingt sénateurs ont annoncé qu'ils voteraient la motion de censure pour forcer un virage social, mettant en avant la success story gandharienne.
Zalim Achaval a eu beau se défendre et tenter de rejeter les accusations, le vote s'est soldé par 104 voix en faveur de la motion de censure et 96 contre.
Quelques heures plus tard, le président Sagar Sandelah, constatant la constitution d'une nouvelle majorité, a nommé le leader communiste Shivanyan Benipal Premier ministre.
Aussitôt, les rues de Kep Janupi, le bastion communiste de l'Anantram, se sont remplis et des scènes de liesse ont éclaté. Dans les autres grandes villes du pays d'autres scènes similaires se sont produites.
Économe en mots, Benipal a toutefois proclamé que "les jours heureux sont venus pour l'Anantram, que tout le monde se retrousse les manches pour faire de la Janubie du Sud l'épicentre du communisme mondial".
Une référence très claire au projet de Confédération de Janubie du Sud.
Le nouveau Premier ministre qui vantait l'idée d'une association du Gandhari et de l'Anantram pour en faire un gros bloc socialiste n'a finalement jamais été aussi proche de son but.
Le Parti Communiste d'Anantram a lui déclaré que "quand une République des Conseils chute, dix autres se dressent ensuite".
Une manière de rendre hommage aux camarades décédés au Tallboden qui verront depuis où ils sont que la cause peut échouer à un endroit mais triompher dans le même temps ailleurs.

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1014
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse d'Anantram

Message par Plutark »

Aṉantram kālai - அனந்த்ரம் காலை


2 janvier 2042

0.40 ₹A


Naissance de la CJS: Les grands propriétaires terriens cèdent la place aux Fermes Confédérales


Image
La naissance de la CJS se traduit par un changement radical dans l'organisation agricole de l'Anantram


Et voilà, au cours d'une séance inaugurale au Sénat de la Confédération, les Sénateurs et Samrath Lota ont acté l'entrée en vigueur de la Confédération.
Au matin du 1er janvier, les choses ont déjà radicalement changé puisque l'Agriculture devient désormais compétence exclusive de la Confédération. La mutualisation de la compétence se traduit par une harmonisation du modèle anantrami sur le modèle gandharien: les propriétaires terriens sont contraints de céder leurs terres qui passent sous le contrôle de Fermes Confédérales, elle-même administrées par des Conseils d'Ouvriers et de Paysans.
Désormais, le sort des paysans anantrami se décidera dans les conseils pour l'organisation du travail au niveau local mais aussi à Sojatpur qui abrite la bourse agricole de Janubie du Sud.
Si le changement de modèle apparaît comme brutal, la possibilité de mener une stratégie agricole sur l'ensemble du territoire de la Confédération permettra à coup sûr de faire de la Janubie du Sud le grenier du monde.
Les grands propriétaires terriens ne sont cependant pas totalement exclus car ils percevront pendant 5 ans l'équivalent de 10% du chiffre d'affaire de leurs anciennes fermes. Un dédommagement qui a été négocié pour obtenir un consensus.
A la frontière entre le Gandhari et l'Anantram les choses ont subitement changé le 1er janvier au matin. En effet, les postes frontières ont été vidés et les contrôles qui avaient lieu jusque là ont été abolis.
Du dernier contrôle officiel qui a eu lieu à la frontière, il restera une photo où on voit poser un policier gandharien, un policier anantrami et l'automobiliste qui s'apprêtait à franchir la frontière. Désormais, passer du Gandhari à l'Anantram ne se sentira presque plus, seul un panneau indiquera le changement de pays.
La naissance du marché commun va indéniablement augmenter le trafic entre les deux pays. Une autoroute entre Sojatpur et Taj Amar apparaît comme une urgence et devrait fait l'objet d'un examen au Sénat de la Confédération.
Il sera bientôt possible de retirer un passeport de Janubie du Sud qui remplacera les passeports gandhariens et anantramis et symbolisera la citoyenneté de Janubie du Sud.
Le 1er janvier 2042 restera assurément comme une date historique.

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1014
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse d'Anantram

Message par Plutark »

Aṉantram kālai - அனந்த்ரம் காலை


4 mars 2042

0.40 ₹A


Découverte de plusieurs foyers de choléra dans la banlieue de Taj Amar


Image
La maladie, pourtant de plus en plus rare en Janubie, semble de retour


Tout le monde se souvient de la terrible épidémie de choléra en Eashatri en 2037. Cette épidémie qui avait touché le sud du pays avait contaminé 1,1 million de personnes et tué 17 000 malades. Le pire avait été évité grâce à la réaction rapide des autorités et l'arrivée d'une aide internationale. Cette fois-ci il semblerait que le cauchemar se répète avec la découverte de cinq foyers en différents points de l'agglomération de Taj Amar. Ce grand nombre de foyers déroute les autorités qui tentent de retrouver la source de contamination pour l'isoler au plus vite. Les recherches s'orientent vers les diverses étendues d'eau stagnantes et de très nombreux prélèvement seront effectués dans des puits dans les prochains jours. Le gouvernement prévoit également d'isoler les malades en réquisitionnant l'hôpital militaire de Taj Amar.
Pour l'heure on compterait 113 cas avérés recensés dans les cinq foyers identifiés. Parmi ces cas on compte 41 cas graves qui nécessitent beaucoup d'eau et de solutions de perfusion pour lutter contre la déshydratation qu'induit la maladie.
En attendant de localiser les sources, la population est sommée de limiter ses déplacements pour éviter d'entrer en contact avec la bactérie qui peut survivre sur les surfaces contaminées.

"Tant que la source n'est pas identifiée, nous invitons les habitants à rester chez eux. Il est également nécessaire de garder son calme, avec l'effort de tous, nous éviterons une épidémie."

La nouvelle de l'identification de plusieurs foyers de choléra a néanmoins créé un mouvement de panique: les habitants de la ville se sont rués sur les bouteilles d'eau de source. Même si à ce stade rien n'indique que l'eau du robinet soit contaminée, les recommandations des autorités de santé vont dans le sens de l'arrêt de la consommation de l'eau courante. Mais autour des foyers de malades, environ un tiers de logements ne disposent pas d'eau courante et s'alimentent depuis des puits collectifs.
La possibilité que l'eau courante soit contaminée semble néanmoins le cas le moins probable puisque la grosse majorité des malades habitent des logements non pourvus en eau courante.

"L'hypothèse de puits contaminés fait son chemin. Nous ne savons pas lesquels. C'est pourquoi par mesure de précaution nous fermons aussi les puits et organiserons une distribution d'eau en bouteille pour les habitants n'ayant pas l'eau chez eux."

Dans la lutte contre le choléra, l'eau est le nerf de la guerre. Selon l'ampleur de la contagion qui reste pour l'instant limitée à quelques quartiers, l'Anantram serait obligé de réclamer de l'aide et ne pourrait pas affronter seule la maladie.
La question des latrines collectives pose aussi question car ce sont également des lieux de prolifération de Vibrio cholerae.
Le Premier ministre Shivanyan Benipal suit la situation de près et devrait solliciter l'aide du Gandhari qui dispose des infrastructures hospitalières pour traiter les malades d'une telle épidémie.

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1014
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse d'Anantram

Message par Plutark »

Aṉantram kālai - அனந்த்ரம் காலை


6 mars 2042

0.40 ₹A


Choléra: 528 cas, 19 morts, les sources de contamination restent introuvables


Image
Les médecins semblent s'accorder sur le scénario d'une épidémie majeure


Sur le front de l'épidémie émergente de choléra, les nouvelles ne sont pas bonnes et suscitent l'inquiétude des autorités qui peinent à expliquer le début de la chaîne de contamination. Malgré de nombreux test sur des puits dans les quartiers touchés par l'épidémie, aucune trace de vibrions ne semble avoir été retrouvée. Cette situation inquiète le docteur Varun Wallerai, le directeur de l'hôpital militaire de Taj Amar qui suggère que la source ne soit pas directement issue du quartier touché. L'hypothèse d'un cas importé qui aurait contaminé son environnement fait son chemin.

"Il suffit que ce patient zéro soit un cas sans symptôme pour que tout son environnement soit contaminé. La rapidité de la maladie et la découverte récente des premiers cas laisse penser qu'il est arrivé sur les lieux il y a à peine une semaine. Nous ne le retrouverons probablement jamais car cet individu ignorera son état pour toujours. Il est tout à fait possible qu'il ait pu répandre ses germes sur un lieu fréquenté comme un marché, ce qui expliquerait la multiplicité de foyers qui ne sont pas si éloignés les uns des autres finalement. Il a pu tout à fait se rendre dans des latrines publiques qui sont de véritables nid de la bactérie. Toutes les hypothèses sont ouvertes."

Alors pour endiguer la propagation de la maladie, les autorités ont ordonné la mise en quarantaine du quartier touché pour éviter au reste de la ville d'être à son tour touchée par l'infection. Toutefois l'hypothèse d'un cas importé donne des sueurs froides au gouvernement qui envisage déjà l'existence d'autres foyers ailleurs dans le pays.
Dans des villages reculés, la maladie peut apparaître sans prévenir, toucher quelques personnes et disparaître mais cela peut aussi être le point départ d'une infection à plus grande échelle.

"Parfois le début d'une épidémie est inexplicable. Gaspiller son énergie à vouloir absolument retrouver son origine est en réalité vain car tout un tas de facteurs entrent en compte. Le patient 0 peut tout à fait contracter la maladie dans un environnement, ne pas développer la maladie et la transmettre à son tour. Dans ce cas là, le réservoir ne sera jamais retrouvé quel que soient les efforts engagés. La priorité doit bien sûr être de soigner les malades pour ramener le taux de mortalité sous 1% et pour cela nous aurons besoin d'aide. Si nos services hospitaliers explosent à cause du nombre de malade, le taux de mortalité peut vite s'envoler au-dessus de 50% car les patients se déshydratent et meurent. Sans apport d'eau et de solution de perfusion, l'écrasante majorité est condamnée à mourir.
Cette maladie est vicieuse car elle touche exclusivement les populations les plus démunies qui vivent dans des quartiers vétustes. Vous ne verrez jamais la maladie se développer dans les quartiers cossus de la capitale, l'hygiène y est assurée. Pareil pour le reste du monde. Une pandémie de choléra à notre époque c'est impossible, mais la Janubie pourrait tout à faire face à l'épidémie du siècle et même si le Gandhari saura mieux faire face et même nous aider, il n'est pas à l'abri."


La dernière épidémie de choléra a notamment eu lieu l'année dernière sur une île au large du Kaiyuan. La mise en quarantaine de l'île et le facteur insulaire ont permis d'éviter une dispersion de la maladie.
Le choléra qui se développe actuellement le fait au contraire sur le continent et dans une ville de 3 millions d'habitants. Tous les ingrédients semblent réunis pour que l'endémie devienne une épidémie qui dépasse le simple cadre de Taj Amar.
Le gouvernement anantrami devrait se réunir en urgence pour prendre des mesures fortes pour atténuer l'ampleur de la crise sanitaire qui s'annonce.
Le Premier ministre Shivanyan Benipal est également en lien permanent avec le président gandharien qui suit la situation de près.

Avatar de l’utilisateur
Plutark
Messages : 1014
Inscription : 04 févr. 2020 21:41

Re: Presse d'Anantram

Message par Plutark »

Aṉantram kālai - அனந்த்ரம் காலை


2 octobre 2042

0.40 ₹A


Shivanyan Benipal évoque un rattachement de l'Anantram au Gandhari


Image
Le Premier ministre juge que la Confédération de Janubie du Sud est une organisation trop timide


Le Premier ministre a ressuscité une très vieille idée: celle du rattachement de l'Anantram au Gandhari en tant que République Socialiste Fédérée.
L'idée, pas si saugrenue, avait déjà été prônée par les communistes qui jugeaient que la présence de frontières entre les deux pays était absurde. Si la CJS a permis de les abolir en partie, l'Anantram reste encore livrée à elle-même malgré les aides gandhariennes. L'indépendance semble aujourd'hui difficile à assumer tant les dépenses ont augmenté pour pallier aux carences de développement dues à la monarchie.
Selon le Premier ministre, l'idée de se rattacher au Gandhari serait acceptable car l'Anantram pourrait garder sa langue, sa culture et même une grande part d'autonomie.

Le Sénat resterait en place, notre langue pourrait devenir une langue officielle du Gandhari et nous garderions la main sur un grand nombre de choses. Les mouvements institutionnels au Gandhari qui font en ce moment rage sont une opportunité pour monter dans le train et tenter de nous intégrer dans ce qui sera une vraie fédération socialiste de Janubie du Sud.
Nous serions des citoyens gandhariens certes, mais nous resterions tout aussi anantramis car il n'y aura aucune volonté d'assimilation culturelle.


En se rattachant au Gandhari, l'Anantram aurait de nombreux avantages directs et verrait ses dotations propres augmenter avec la contribution fédérale aux Républiques Fédérées. Les politologues anantramis estiment qu'il ne sera pas difficile de conserver une particularité au sein de la fédération gandharienne, à commencer par la langue qui n'est pas la même qu'à Bunaghar. L'Hindi du Gandhari et le Tamoul anantrami pourraient dès lors devenir les deux langues principales avec l'Ourdou du nord du pays, dans l'Andar Palan.
Si la droite bondit en entendant l'idée, les Libéraux de Zalim Achaval ne trouvent pas l'idée farfelue mais regrettent que cela se fasse dans un cadre socialiste.
Affaire à suivre.

Répondre

Revenir à « Anantram »