Uchaajinja - Grand Temple de Kayo-no-Kami

Ventélie 104
Avatar de l’utilisateur
Frederick St-Luys
Messages : 722
Inscription : 05 févr. 2020 18:35
NJ : Liang - Kishu
NJ V4 : Liang - Kishu
NJ V3 : Kaldia
Première date d'inscription : 15 mars 2011

Uchaajinja - Grand Temple de Kayo-no-Kami

Message par Frederick St-Luys »

Image
Le complexe sacré d'Uchaa est le lieu le plus saint de la religion Kishinto.

L'Uchaajinja

Le Temple d'Uchaa (ou Uchaajinja) est le plus ancien et le plus important des temples du Kishū, et constitue le centre du culte officiel Kishinto (littéralement, "Shinto [du] Ki[shū]"). Il est situé directement au nord d'Azaikyo, la capitale, sur les pentes du mont Warunashi. Il est principalement consacré à la déesse Kayo-no-Kami, divinité des vents, sœur d'Inari, et protectrice traditionnelle de l'île de Kiyano.
Les nombreuses bâtisses du complexe elles-mêmes reflètent cette longue histoire: les parties centrales, les plus anciennes, sont construites en style Yonkan, et remontent pour certaines au VIIIème siècle de l'ère commune. Les plus récentes, sur les bords extérieurs, sont en style plus récent, Heikoku ou Karoku des XVIIIème et XIXème siècles. Le centre d'accueil des visiteurs, placé à la bordure extérieure du périmètre sacré, date de 2011.

Le temple est géré par des religieux, prêtresses et prêtres, mais aussi novices et laïcs Kishinto. Cette communauté d'une centaine de personnes est dirigée par une Prêtresse Principale, nommée parmi ses membres le collège des prêtresses et prêtres du sanctuaire.

La religion Kishinto joue un rôle historiquement important dans la légitimation de la monarchie Kishienne, qui reçoit un mandat de la déesse Kayo-no-Kami. Les gouverneurs provinciaux doivent rendre des rites aux divinités, et de manière générale les temples et monastères divers sont omniprésents dans le paysage. Ceux du culte Kishinto implantés à Kiyano ont pratiquement tous des liens de subordination effective ou symbolique envers l'Uchaajinja.

Néanmoins, la pratique religieuse est sur le recul, et la religion Kishienne, n’ayant jamais été extrêmement prescriptive, demeure une pratique assez « molle » : beaucoup de Kishiens vont déposer une offrande au temple, autant pour invoquer la chance que par croyance en la réalité de l’existence du dieu associé au lieu. Cela a contribué au recul de la pratique religieuse, mais aussi à sa préservation - et aucun des dieux n'a jamais signifié sa colère à ce sujet jusqu'ici. Même si les campagnes et îles extérieures demeurent assez traditionnelles, la société des grandes villes est largement sécularisée, et il existe aussi une minorité ouvertement athée ancienne, datant de l’installation des légistes liangoises au XIIIème siècle. Malgré cela, l'Uchaajinja demeure une destination importante du tourisme culturel et religieux Kishien et étranger.

L'actuelle responsable du culte de Kayo-no-Kami est Tsuyama Ren, 38ème prêtresse principale du temple d’Uchaajinja.
    Image
    La Prêtresse Principale Tsuyama et les prêtresses du sanctuaire lors des rites de la Fête des Vents

    Principales divinités Kishinto

    Contrairement à beaucoup de religions polythéistes, le Kishinto ne dispose pas d'un panthéon tel quel: plutôt, les dieux (kami) peuvent exister à tous les niveaux de l'univers, et aller des simples esprits d'une pierre ou d'une plante aux grandes divinités commandant aux éléments et à des territoires entiers. Seules plus importantes de ces dernières seront listées ici.
    Cette liste s’agrandira au fur à mesure du développement du RP culturel Kishien.
    • Kayo-no-Kami: Déesse tutélaire de l'Uchaajinja et de toute l'île de Kiyano, à laquelle elle a donné son nom. Kayo est une divinité du vent, qui, selon la légende, écarte les tempêtes du Kishū. Elle est la soeur de la déesse du riz, Inari, et tout comme elle peut apparaître sous forme d'un Kitsune, ou renard mythique. Elle est la protectrice des souverains du Kishū, qui passent une nuit seuls dans le sanctuaire lors de leur accession au trône, en communion avec la déesse.
    • Yuzuga-no-Kami: Dieu des forêts et divinité tutélaire de l'île de Tsugari, il est le frère cadet de Kayo-no-Kami, et le demi-frère d'Inari. Adoptant souvent la forme d'un vieillard arborant des bois de cerf sur sa tête, il est révéré par les chefs traditionnels de Tsugari comme le protecteur de leur terre et de la forêt de Hanko.
    • Nurime-no-Kami: Divinité protectrice de l'île d'Akasu. Fille du premier roi de Kiyano, elle aurait enseigné l'art de la pêche aux hommes pour les sauver de la famine, avant d'être exilée sur Akasu, dont elle devint le kami tutélaire à sa mort.
    • Kuo: Dieu de la mer. Non-anthropomorphique, il est révéré sous forme d'inscriptions abstraites dans les temples. On le dit habitant dans les profondeurs de l'océan, à l'est du Kishū, où il a été exilé après une dispute avec Kayo. Il est honoré par les marins, et les habitants de l'île de Yakagi.
    • Chakei: Dieu du saké et des producteurs de saké, très honoré dans l'est de Kiyano. Il a très tôt fait l'objet d'un fort syncrétisme avec les divinités bouddhistes, et est généralement représenté comme un homme gras, au front dégarni, appartenant aux Huit Divinités de la Chance.
    • Tamaanten: Tamaanten (Vaisravana en sanskrit) est le nom Kishien du dieu janubo-bouddhiste Vaisravana, appelé aussi Bishamonten dans le nord de l'archipel néchinésien. Arrivé avec les prêtres bouddhistes liangois au IXème siècle, il a acquis une identité propre, à mi-chemin entre culte Kishien et bouddhiste, en devenant un dieu de justice et de guerre. Il est très révéré parmi les daimyos et bushi d'origine Teiko, dans le sud-est de Kiyano.

    Répondre

    Revenir à « Kishu »