Médias du Kishū

Ventélie 104
Avatar de l’utilisateur
Frederick St-Luys
Messages : 732
Inscription : 05 févr. 2020 18:35
NJ : Liang - Kishu
NJ V4 : Liang - Kishu
NJ V3 : Kaldia
Première date d'inscription : 15 mars 2011

Médias du Kishū

Message par Frederick St-Luys »

Image

Principaux médias du Royaume du Kishū


Médias traditionnels: Presse et TV


Azai Shimbun
L'Azai Shimbun est le plus important quotidien du pays, avec un tirage de plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires. Il s'agit d'un journal à tendance centriste-conservatrice. Il est aussi connu pour son excellente colonne de sudoku du samedi.

Atarashi/Kaze
L'Atarashi/kaze ("Nouveau/Vent", jeu de mot par rapport à l'un des anciens noms du Kishu, "Kazekoku", "pays du vent") est un grand journal de centre-gauche, édité à Shikki, la capitale économique du pays.

International Kishū News
Le principal organe de presse international du Kishū. Il fait partie du groupe de presse liangois Dayun Media, affilié au conglomérat financier Luwei.

Tsugari Shimbun
Le Tsugari Shimbun est le principal journal de l'île de Tsugari, la deuxième plus grande du pays. Il a une orientation plus régionale, et est un élément important de la culture de l'île.

KTV-1
KTV1 est la première chaîne TV du pays, connue pour ses présentateurs plutôt vieux jeu, ses reportages du dimanche sur l'artisanat du bois traditionnel à Yakagi-jima, et sa programmation d'anime de 8:00 à 10:30 le samedi.

Nechinesia News Network (NNN)
Cette chaîne d'information en continu émet pour l'instant principalement au Kishu et dans l'est du Liang, même si par son seul nom elle présente déjà des ambitions régionales.

Il est à noter qu'en raison de la proximité linguistique entre les pays, les presses du Teikoku et dans une moindre mesure du Shinkyoko sont très lues dans l'archipel.

Plates-formes sur internet


Linxiang.net
Linxiang.net (LX pour les habitués) est le principal portail internet liangois. Traduit en Teiko et en Kishien, il est largement utilisé dans le pays. Il comprend un moteur de recherche, des forums, de nombreux services et des sites d'information sur lesquels pullulent des nouvelles plus ou moins pertinentes et bien écrites, mais globalement fiables.

kami-yokai.ks
Référence du paranormal et du folklore local, le site kami-yokai.ks est entretenu par plusieurs internautes anonymes, qui "enquêtent" sur les manifestations paranormales dans l'archipel, tout en effectuant des documentaires étonnamment fouillés sur le folklore local. Le site est très suivi chez les jeunes.

Avatar de l’utilisateur
Frederick St-Luys
Messages : 732
Inscription : 05 févr. 2020 18:35
NJ : Liang - Kishu
NJ V4 : Liang - Kishu
NJ V3 : Kaldia
Première date d'inscription : 15 mars 2011

Re: Médias du Kishū

Message par Frederick St-Luys »

Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

Image
Certains tronçons de la voie rapide Shikki-Yamamachi ne sont plus adaptés à leur charge de trafic et sont en cours de modernisation

  • Modernisation de la voie rapide Shikki-Yamamachi: les associations de riverains mobilisées, les pouvoirs publics embarrassés
    Auteur: Tarayama Yukiko - Journal: Azai Shimbun
    La mobilisation ne diminue pas dans les municipalités de Yakatsu et de Kurano, dans le centre de Kiyano-jima, après l'annonce de la Commission Royale des Travaux (CRT) de la poursuite de la construction du nouveau tracé "sud" de la voie rapide Shikki-Yamamachi.

    Cette voie, qui traverse de bout en bout l'île principale du Kishū, fait depuis plusieurs années l'objet d'importants travaux de réfection, destinés à l'adapter à une charge de trafic plus importante. Cela a engendré des frictions importantes avec les riverains et les défenseurs de l'environnement dans l'est de la municipalité de Yakatsu et dans l'ouest de celle de Kurano, où le nouveau tracé d'une bretelle de la voie rapide risquerait de causer l'abattage de plusieurs dizaines d'hectares de bois, ainsi que l'expropriation de plusieurs propriétaires de petites rizières familiales. Depuis plusieurs mois, les associations de riverains et la Ligue Kishienne de Protection de la Terre et de la Mer se sont relayées pour effectuer des sit-ins et protester devant le siège de la CRT, à Azaikyo, sans succès. La Daisho-daishin (premier ministre), Takatsukasa Kanade, a affirmé que "les consultations avaient été menées dans le cadre de la loi, et les conseils municipaux s'étaient prononcés. Le temps de réaliser des travaux d'intérêt général démocratiquement approuvés est venu".

    Néanmoins, les protestataires ont reçu un soutien inattendu, lorsque plusieurs religieux du temple Kishinto voici, le Yakajinja de Kurano, ont fait défiler en silence la châsse couverte d'une pièce de tissu pourpre contenant la statue du dieu local devant les pelleteuses. Placés dans l'embarras, les autorités municipales ont reculé la date de début des travaux, et des tractations seraient en cours avec le cabinet du Dasho-Daishin. En attendant, la résolution des riverains a été renforcée par le soutien symbolique des prêtres, et ils réclament une nouvelle consultation locale.
      -- -- --

      Image
        • La Commission Apothicaire Royale se saisit de la question des médicaments de contrebande
          Auteur: Maeda Kaori - Journal: Azai Shimbun
          • La Commission Apothicaire Royale a annoncé l'ouverture d'une mission d'information sur les médicaments de contrebande en Néchiésie. Cela fait suite à une série d'incidents impliquant des réseaux mafieux, qui ont irrigué tout l'océan en produits illégaux, pour l'essentiel fabriqués sur le territoire des pays de l'OCC. Le plus récent, au Shinkyôko, a abouti à la saisine d'une cargaison clandestine de 100.000 médicaments. Dans notre pays, le démantèlement du réseau de trafic d'organes, que l'on soupçonne avoir été organisé par le Shiroyama-Gumi, l'un des principaux clans yakuzas du Kishū, en lien avec les triades liangoises.

            Inquiète de la possible présence de médicaments contrefaits sur le parti Kishien, la CRA mènera une enquête dans un certain nombre de pharmacies choisies au hasard. "Dans ce contexte, nous appliquons pleinement le principe de précaution," a déclaré le président de la commission, Ieyogu Yoshida. "Il n'y a pas de raison de s'inquiéter dans l'immédiat, mais nous devons nous assurer de la sécurité des médicaments dans les rayons des pharmacies, et dans nos hôpitaux."

            La CRA est une institution influente dans le monde de la santé du Kishū. Dans son premier rapport, présenté à la cour royale durant la 9ème année du règne du roi Yansho, le 17 juin 1859, la commission avait notamment recommandé "la consommation de thé vert, le matin à l'aurore, et le soir après le coucher du soleil", mais aussi "la vente à prix modique de savon dans tous les villages du royaume." C'est suite à ce rapport que le fameux Rescrit Royal sur le Savon et la Santé des Masses avait été promulgué.

          Avatar de l’utilisateur
          Frederick St-Luys
          Messages : 732
          Inscription : 05 févr. 2020 18:35
          NJ : Liang - Kishu
          NJ V4 : Liang - Kishu
          NJ V3 : Kaldia
          Première date d'inscription : 15 mars 2011

          Re: Médias du Kishū

          Message par Frederick St-Luys »

          Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

          Image
          La commission des affaires économiques, dans sa formation élargie, accueille chaque mois le ministre pour une séance de questions-réponses thématiques.

          • Economie: la gauche s'inquiète de voir le Kishū tomber dans l'orbite des grandes multinationales
            Auteur: Tsunoyori Aiko - Journal: Atarashi/Kaze
            Le député d'opposition (UPK, gauche radicale) Yonago Shinji a interpelé le Gouvernement à l’occasion d'une séance de questions-réponses en commission des affaires économiques de la Chambre Nationale sur la problématique du poids croissant que prenaient les grandes multinationales en Néchinésie. Pour le député de gauche, "le rachat de la mine de Shiroyama par les liangois de Xi International et l'émergence du consortium Chikkai en remplacement de Gyôkai au Teikoku font courir le risque d'une satellisation économique du Kishu".

            Il a notamment rappelé qu'avec seulement 3,2 millions d'habitants et un PIB d'environ 20 milliards, le Kishū demeurait particulièrement vulnérable aux emprises que les multinationales pouvaient venir à exercer sur son marché intérieur. Il y a plusieurs années, un projet avorté rachat de la chaîne de magasins généraux komibi "Ki-Mart" par Gyôkai avait vu son lot de réactions politiques et publiques houleuses. Le projet avait fini par se limiter à une prise de participation minoritaire.

            Cette fois encore, le Gouvernement s'est voulu rassurant, en soulignant la solidité des lois anti-trust du Kishū, et la compétitivité des entreprises locales, et en particulier du tissu de PME dynamiques de Shikki et d'Azaikyo. Sur le rachat de la mine de Shiroyama, le ministre de l'économie Fujiki Satoru s'est borné à souligner qu'il existait un manque de capitalisation dans certains pans du secteur minier au Kishū, et qu'il demeurait toujours possible pour les entreprises locales de continuer à prospecter dans le sud-ouest de Kiyano, où les géologues pensent pouvoir trouver d'autres gisements de terres rares. Il a aussi rappelé la bonne santé économique de Keimitsu Inc., l'entreprise exploitant les mines de lithium d'Aizuga et de Yodomatsu, près de Seki.

            La crainte d'une prise d'influence trop grande d'intérêts économiques étrangers est récurrente au sein de la gauche kishienne depuis une cinquantaine d'années au Kishu, et est allé en croissant avec l’internationalisation de plusieurs des principales économies de la région, et notamment le Liang, le Teikoku et le Kaiyuan. La coalition au pouvoir, composée du Parti de l'Avenir Kishien (PAK) de centre-droit et de l'Alliance Environnementale pour le Kishu (AEK) s'est montrée jusqu'ici réticente à s'engager sur la voie du protectionnisme, de crainte de diminuer l'attractivité du pays pour le investissements étrangers, dont près de 64% proviennent des pays de l'OCC et membres associés.
              -- -- --

              Image
              Le temple d'Uchajinja est situé dans les montagnes directement au nord d'Azaikyo
                • Derniers préparatifs pour le festival des mûriers
                  Auteur: Tamazan Aoki - Journal: International Kishū News
                  • Une importante activité règne dans de nombreuses villes de Kiyano, l'île principale de notre pays, à l'approche du Festival des mûriers. Ce sont les temples provinciaux qui sont en tête des préparatifs, et décorent leurs bâtiments et parcs des drapeaux blancs et bleus. Ceux-ci sont traditionnellement associés à Shiro-no-kami, le "dieu blanc" des muriers, qui apporta durant l'antiquité l'arbre et le ver à soie depuis les lointaines terres liangoises. La fête est l'une des plus importantes du calendrier de la religion traditionnelle du Kishu, le Kishinto, étroitement lié au Shinto teiko, aux côtés de la Fête de l’Accalmie à Shimosa, et du festival des lanternes de Yamamachi, et des Fêtes Nocturnes de Hanko, sur l'île de Tsugari.

                    C'est au temple d'Uchaajinja, le plus grand et le plus important des complexes religieux Kishinto, que se tiendra la plus imposante des cérémonies. Les prêtresses et prêtres du temple joueront une série de pièces de théâtre traditionnel, représentant l'arrivée du dieu Shiro-no-kami, et son accueil par les divinités du Kishu. Conformément à l'usage, le roi du Kishu assistera au premier jour du festival, en compagnie de la cour royale, du premier ministre, et des principaux aristocrates kazoku. Les jours suivants comprendront de nouvelles représentations théatrales et musicales, et seront ouverts aux visiteurs et aux étrangers.

                    A-delà de cet aspect mythologique, le mûrier joue un rôle important dans la civilisation kishienne, comme élément essentiel de la production de soie, mais aussi comme plante médicinale utilisée contre les empoisonnements alimentaires, ou encore pour son bois dans la fabrication des instruments de musique traditionnels et des arcs longs Yumi caractéristiques du Kyūdō, l'art du tir à l'arc néchinésien, très prisé au Kishū. Le festival des mûriers a également gagné en importance au-delà de son rôle rituel et cérémoniel, pour devenir un important pôle d'attrait culturel et touristique, et bénéficie de soutien du ministère du tourisme.

                  Avatar de l’utilisateur
                  Frederick St-Luys
                  Messages : 732
                  Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                  NJ : Liang - Kishu
                  NJ V4 : Liang - Kishu
                  NJ V3 : Kaldia
                  Première date d'inscription : 15 mars 2011

                  Re: Médias du Kishū

                  Message par Frederick St-Luys »

                  Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

                  Image
                  Selon certains membres de l'opposition municipale, la controversée nouvelle mascotte serait une "abomination" et une "insulte impardonnable aux kami et aux ancêtres"

                  • La municipalité de Sanjo s'excuse publiquement après le tollé suscité par sa nouvelle mascotte
                    Auteur: Shinzan Yoko - Journal: Tsugari Shimbun
                    Le maire et le conseil municipal de Sanjo, sur l'île d'Hokushiri dans le nord-ouest du pays, se sont excusés publiquement mardi, et ont annoncé le retrait de la nouvelle mascotte de la ville, Yucha-kun. Créée avec la collaboration une agence de communication et de création de Shikki, cette mascotte s'inspirait à la fois des légendes entourant le kami de l'île, Yuhako-no-kami, protecteur des orphelins, et du personnage de manga pour enfants Kurosha!!. Dès sa présentation, elle avait suscité un tollé parmi les milieux les plus traditionalistes de l'île, où les sensibilités aux usages religieux sont généralement plus fortes que dans les grandes villes de Kiyano et de Tsugari. La prêtresse du temple Kishinto local avait notamment publié un communiqué critiquant "l'usage opportuniste et mercantile de l'image sainte des kami de la terre et de la mer". Un élu d'opposition du parti d'extrême droite MRPK a été plus offensif, et a qualifié la mascotte "d'abomination, d'insulte impardonnable aux kami et aux ancêtres".

                    L'approche du festival des mûriers avait également contribué à renforcer le mécontentement, et, durant la deuxième apparition publique de Yucha-kun, pour l'inauguration d'un nouvel hôpital à Sanjo, la mascotte a été copieusement insultée et pelletée de tomates - de même que le maire, Kunichika Hideo, qui l'accompagnait. Accroissant encore la pression sur le conseil municipal, la vidéo de l'incident est ensuite devenue virale sur les portails internet Kishiens et Teiko, devenant un meme que certains utilisateurs ont adapté pour manifester leur insatisfaction avec la politique en marge de la mort de l'ex-président Teiko, Akihiko Murai.

                    Probablement désireux de ne pas durablement associer la deuxième moitié de son mandat à ce débâcle, et peut-être même sous pression de la direction du PAK depuis la capitale, M Kunichika s'est donc publiquement excusé, et a annoncé l'ouverture d'une consultation citoyenne sur la forme qu'adoptera une nouvelle mascotte, cette fois-ci "entièrement élaborée à Sanjo, dans l'entier respect de nos traditions". Quant au destin de Yucha-kun, il n'est semble-t-il pas encore scellé: malgré sa courte carrière, il a acquis une certaine popularité auprès des jeunes, et une cagnotte en ligne a été lancée pour le "sauver".
                      -- -- --

                      Image
                      Cela fait plusieurs années que le port autonome de Shikki souffrait d'une sous-capacité
                        • Un nouveau terminal du port de Shikki lié aux investissements miniers
                          Auteur: Takamano Yuko - Journal: International Kishū News
                          La chambre de commerce et d'industrie de Shikki, capitale économique du Kishū, a annoncé officiellement le lancement d'un projet d'extension du port de la ville. Le point d'orgue de cette extension, qui passera notamment par l'édification de deux îles artificielles, sera aménagement d'un nouveau port industriel habilité à accueillir des navires vraquiers et des pétroliers de plus grande taille, ce qui libérera les quais de l'ancien port pour davantage de porte-containers.

                          Le rôle des investissements miniers dans la décision d'étendre le port, qui flottait déjà depuis de nombreuses années dans les cartons, est indéniable. Le rachat de la mine de Shiroyama par le groupe liangois Xi, et la croissante forte de l'exportateur kishien de lithium Keimitsu ont permis de justifier l'extension des infrastructures.

                          Les associations de protection de la nature se sont montrées critiques du projet, de ce qu'elles appellent une "nouvelle dénaturation de la baie de Shikki", et un "empiètement sur l'habitat de nombreuses espèces marines". Ni la chambre de commerce, ni le ministère de l'économie n'ont jusqu'ici réagi à ces critiques.

                          Avatar de l’utilisateur
                          Frederick St-Luys
                          Messages : 732
                          Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                          NJ : Liang - Kishu
                          NJ V4 : Liang - Kishu
                          NJ V3 : Kaldia
                          Première date d'inscription : 15 mars 2011

                          Re: Médias du Kishū

                          Message par Frederick St-Luys »

                          Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

                          Image
                          Des vagues spectaculaires ont accompagné le passage de l'ouragan au Teikoku.

                          • L'ouragan Daichi, après avoir dévasté le Teikoku, est désormais sur le point d'atteindre le Kishū
                            Auteur: Tarayama Yukiko - Journal: Azai Shimbun
                            Alors que le Teikoku commence tout juste à découvrir l'ampleur des dévastations causées par l'ouragan Daichi, c'est au tour du Kishū d'être touché par cette tempête. Si elle a significativement perdu en puissance durant sa traversée de l'archipel néchinésien, elle demeure une tempête de catégorie 3, voire encore 4, et pourrait causer des dommages considérables à travers le pays.

                            Déjà, d'importants préparatifs sont en cours sur les côtes sud et est de Yakagi, Kiyano et Tsugari. La barrière du port de Yamamachi sera abaissée, isolant temporairement le bassin de la mer, afin de réduire le risque d'inondation, tandis que les experts de la sécurité civile procèdent aux ultimes vérifications des digues. A Shikki, le principal port d'exportation du pays, le trafic commercial s'est interrompu, et les avions seront cloués à terre à l'aéroport international d'Azaikyo-Shikki. Dans beaucoup de lieux, les festivités du Festival des Mûriers ont été annulées, même si le Palais Royal a confirmé que, selon la tradition, S.M. l'Ohu se rendrait avec sa cour au temple d'Uchaajinja, comme le veut la tradition associée à cette fête.

                            Pendant que le roi se prépare à cela, le premier ministre, Takatsukasa Kanade, s'est efforcée de rassurer la population. Dans une déclaration au journal TV de 19h30, elle a affirmé que "le Kishū est prêt à faire face à la tempête qui s'annonce. Les conditions atmosphériques seront difficiles, mais sans commune mesure avec celles qui ont frappé le Teikoku". Interrogée sur la situation dans ce pays, elle a ajouté que son Gouvernement "partageait la douleur des Teikos, et offrirait l'assistance du Kishū dans les travaux suivant cette calamité, dans un esprit de dignité et de solidarité".
                              -- -- --
                              Image
                              Plus de 90% de la longueur du "narco-sous-marin" était invisible, dissimulée sous l'eau.
                                • Cyclone Daichi: Un sous-marin de trafiquants de drogue en détresse "sauvé" par les gardes-côtes
                                  Auteur: Tsuyazane Michiko - Journal: International Kishū News
                                  Entre Charybe et Scylla, il faut savoir choisir. Un étonnant "nacro-sous-marin" a été capturé par les gardes-côtes Kishiens à 20 kilomètres au sud-ouest de Kashiro, à l'extrême sud du Kishū, après que son équipage ait été forcé de se diriger vers l'abri de la côte.

                                  Alors même que l'approche de la tempête Daichi a considérablement dégradé les conditions de navigation, avec des vagues de plus de six mètres de haut. L'administration générale des capitaineries a interdit toute sortie en mer, et exigé le retour des navires déjà partis. Les trafiquants, embarqués dans une construction largement immergée, mais nécessitant tout de même que sa tourelle émerge à la surface et donc parfaitement inadaptée à la navigation par gros temps, se seraient trouvés dans un danger mortel. Leur embarcation commençant à prendre l'eau, et le moteur subissant des ratés, ils ont choisi de s'approcher de la côte, où ils ont été repérés par l'aviso Sanrin des gardes-côtes. "Au début, je pensais que c'était une bouée. Puis je me suis rendu compte qu'il y avait des gus dessus, en train de nous faire des grands signes. Alors on est allé vérifier qui ces clowns étaient," nous raconte le capitaine de ce dernier, Tsumaru Yusuke.

                                  Et ils découvrent, stupéfaits, un semi-submersible long de plus de 20 mètres, ballotté par une mer de plus en plus agitée. Les quatre membres de l'équipage de l'étrange véhicule portaient des gilets de sauvetage au-dessus de combinaisons de plongée, et ont été appréhendés. Une fois remorqué dans le port le plus proche, le sous-marin a révélé sa cargaison: plus de trois tonnes de cocaïne, une caisse contenant des restes d'animaux, probablement des espèces interdites à l'exportation, à destination de praticiens de la médecine traditionnelle ventélienne. L'origine de la cargaison est probablement à situer en Oroverdie, d'où elle fut transportée ainsi à travers l'océan néchinésien, en s'arrêtant dans des bases illicites sur différentes îles. "Nous connaissions l'existence de ces réseaux," affirme l'inspecteur Teihachi Shinjiro, qui enquête sur le crime trans-néchinésien depuis dix ans, "mais c'est la première fois que nous saisissons une telle quantité, transportée ainsi. Généralement, les trafiquants font usages de navires légaux, en installant des faux fonds de cale, ou encore en attachant les ballots de drogue sur l'extérieur de la coque, en dessous de la ligne de flottaison".

                                  Le destin des quatre "marins" - trois hommes et une femme demeure incertain. Selon les premières données de la police, ils appartiendraient sans doute au crime organisé Liangois, et, comme le veut l'omerta caractéristique de ces milieux, n'ont rien révélé de leurs employeurs, fournisseurs ou destination. "Ils n'opèrent pas exactement de la même manière que les yakuzas, selon l'inspecteur Teihachi, leurs codes d'honneur, leurs signes, leurs priorités sont différentes. Nous devons tout réapprendre pour les coincer. Une requête d'assistance policière aurait été notifiée à l'ambassade du Liang. En attendant, les quatre dormiront bien à l'abri de la tempête, derrière les murs de la prison de haute sécurité de Kurasoe.

                                  Avatar de l’utilisateur
                                  Frederick St-Luys
                                  Messages : 732
                                  Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                                  NJ : Liang - Kishu
                                  NJ V4 : Liang - Kishu
                                  NJ V3 : Kaldia
                                  Première date d'inscription : 15 mars 2011

                                  Re: Médias du Kishū

                                  Message par Frederick St-Luys »

                                  Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

                                  Image
                                  Des districts de Yamamachi ont été inondés.

                                  • Cyclone Daichi: importants dégâts et inondations à Yakagi et Yamamachi, Shikki et Tsugari épargnées
                                    Auteur: Homura Tsuginosuke - Journal: Atarashi/Kaze
                                    Alors que le cyclone Dachi a fini de traverser le Kishu, l'heure est aux premiers bilans. Les dégâts sont importants, même s'ils ne représentent qu'une fraction de la dévastation subie par notre voisin du sud (voir article suivant).

                                    C'est la côte sud-est, située face à la tempête, qui a souffert le plus. Une digue a cédé sur l'le de Yakagi, inondant plusieurs kilomètres carrés de champ, tandis que coupant l'électricité a été coupée sur toute l'île pendant plusieurs heures durant la nuit de jeudi à vendredi. Sur l'île principale de Kiyano, c'est Yamamachi qui a été la plus touchée. Les dégâts dans la troisième agglomération du pays étaient sévères dans le quartier du port, où la criée a éventrée par un chalutier catapulté par les vagues. Des coupures d’électricité ponctuelles étaient à déplorer dans les municipalités de Yamamachi, Tzunozen et Chizaki.

                                    La côte ouest de l'île a été comparativement épargnée, avec des dégâts principalement matériels sur le front de mer de Shikki. Les experts estiment aussi que travaux de construction du nouveau terminal portuaire prendront du retard. Dans l'île de Tsugari, a nord-est du pays, les faibles densité de population et la concentration des habitants le long de la côte nord-ouest ont minimisé les dommages, même si le ministère de l'environnement signalait qu'un survol en hélicoptère de la forêt de Hanko avait révélé que de nombreux arbres avaient souffert des rafales à plus de 150 km/h de la tempête.

                                    Les services de l'Etat travaillent d'ores et déjà à plein régime pour nettoyer et réparer les fronts de mer. La daisho-daishin (premier ministre), Takatsukasa Kanade, s'est rendue dès le lendemain de la tempête à Yamamachi, et a déclaré qu'un fonds de soutien d'urgence serait mis en place. Elle a aussi annoncé une proposition de loi sur la sécurité civile côtière, qui contiendrait un paquet de mesures destinées à renforcer les dispositifs d'alerte, et à consolider les installations côtières. Certains commentateurs politiques estiment que le soudain activisme du Gouvernement Kishien interviendrait en réaction à l'extrême contestation et insatisfaction dont fait l'objet son homologue défaillant du Teikoku, qui serait sur le point de s’écrouler entièrement.
                                      -- -- --
                                      Image
                                      Plusieurs associations ont annoncé préparer l'envoi d'aide au Teikoku/Chikkai
                                        • Catastrophe naturelle au Teikoku/Chikkai: la solidarité kishienne s'organise
                                          Auteur: Tsuyazane Michiko - Journal: KTV-1
                                          Alors que notre pays se remet tout juste du passage du cyclone Daichi, de nombreuse Kishiens regardent vers le sud, où le Teikoku (qui, selon les premières informations dont dispose notre chaine, serait renommé "Chikkai") a subi de plein fouet la tempête à son moment le plus intense. Les envoyés spéciaux de KTV-1 sur place font état de scènes de désolation, de fronts de mer ravagés, et d'une activité de sauvetage confinée aux grandes entreprises et organisations mafieuses. Nos sources feraient même état de contacts directs entre l'aide humanitaire étrangère et l'ACAC, le plus grand trust d'entreprises du pays, aurait en ce moment même entamé des démarches pour proclamer la déchéance du Gouvernement. Nous reviendrons là-dessus dans notre émission spéciale de 20:30.

                                          Pendant ce temps, un important élan de solidarité s'est organisé parmi les Kishiens devant la détresse de leurs cousins Teiko. Alors même que la tempête frappait Kiyano, les Kishiens échangeaient sur les réseaux sociaux, et mettaient en place des cagnottes. Certaines associations et entreprises ont aussi affrété des navires, et rassemblés des produits de première nécessité susceptibles d'être utiles dans l'après-catastrophe: nourriture, purificateurs d'eau, motopompes, etc.

                                          Dans le sud-est du Kishu, la minorité Teiko est également mobilisée. Issue des populations installées depuis le XVème siècle à la suite de leurs chefs féodaux dans la région, cette communauté a gardé certains liens avec sa terre d'origine. C'est le chef du clan Tsunematsu de Nobeoshi, le daimyo Tsunematsu Hiromori, qui a pris ici la tête des efforts. Après avoir reçu congé temporaire de sa position au sein des Cent Hatamotos de la garde royale, il aurait rassemblé près d'une centaine de volontaires de son clan et de ses voisins, prêts à s'embarquer pour Subarashi avec un important chargement d'aide.

                                          Le pouvoir politique Kishien se met également en route, quoique plus lentement. En revenant de Yamamachi, où elle avait examiné les dégâts, Takatsukasa Kanade a annoncé que le Gouvernement débloquerait un fond de solidarité pour le Teikoku, et mettrait à disposition des moyens de transport et de sécurité civile. Ce matin même, le ministre des Terres Étrangères, Tanaka Yuna, a cependant fait remarquer durant une conférence de presse qu'à cet instant, elle n'avait pas d'interlocuteur à Subarashi qui soit en mesure de répondre à ces offres. Elle semble en aller de même pour la proposition du Roi, qui avait, à la sortie du Festival des Mûriers, offert l'assistance de la maison royale du Kishu. Les récents évènements de Subarashi semblent toutefois voir l'émergence d'un nouveau pouvoir, que le Gouvernement Kishien devra décider de reconnaître, ou pas, avant de pouvoir poursuivre ses démarches.

                                          Pour l'instant, il semblerait donc que ça soit la solidarité et la générosité spontanées qui seront les premières aides Kishiennes à arriver chez nos voisins.

                                          Avatar de l’utilisateur
                                          Frederick St-Luys
                                          Messages : 732
                                          Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                                          NJ : Liang - Kishu
                                          NJ V4 : Liang - Kishu
                                          NJ V3 : Kaldia
                                          Première date d'inscription : 15 mars 2011

                                          Re: Médias du Kishū

                                          Message par Frederick St-Luys »

                                          Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

                                          Image
                                          La police de Shikki lors d'une perquisition au siège du Shiroyama-Gumi, l'un des principaux clans Yakuza du Kishū

                                          • Crime organisé: le gouvernement s'inquiète de l'essor des yakuza
                                            Auteur: Maeda Kaori - Journal: Azai Shimbun
                                            Au cours d'une conférence de presse, la daisho-daishin (premier ministre) Takatsukasa Kanade a annoncé la mise en place d'un plan de lutte renforcée contre le crime organisé au Kishū. D'après les annonces gouvernementales, ce plan comprendra par une hausse des capacités de la police et des gardes-côtes kishiens, la création d'une unité spécialisée de la police, et d'un parquet spécial anti-mafia.

                                            Selon des sources proches du gouvernement, ce dernier s'inquiéterait tout particulièrement du rôle que les clans yakuzas ont joué lors de l’écroulement de l'Etat Teiko au début de l'année. Le poids des réseaux criminels dans le voisin du nord et la circonspection des politiciens Kishiens à l'égard des grandes corporations expliquent en partie le délai dans la reconnaissance du nouveau pouvoir Chikkai, qui n'a été effectuée que le mois dernier, lorsque Mme Takatsukasa a confirmé l'ambassadeur Kishien au Teikoku, Norimoto Higashi, dans son rôle auprès du nouvel Etat Chikkai.

                                            La volonté d'Azaikyo de procéder à une réactivation du projet d'organisation néchinésienne de police criminelle (qui avait circulé sur les réseaux sociaux sous le nom provisoire de "Néchipol", tout de suite largement caricaturé), qui permettrait d'assurer une meilleure coordination des forces de l'ordre partout dans et autour de l'océan néchinésien, n'est sans doute pas étrangère à cette décision. Le Liang et le Shinkyoko compteraient également parmi les Etats intéressés.
                                              -- -- --
                                              Image
                                              Dans toute l'île, des panneaux avertissent les automobilistes de la présence des félins
                                                • Tsugari: plusieurs chats Yamamaaya découverts morts
                                                  Auteur: Tsukino Naomi - Journal: Tsugari Shimbin
                                                  Le service des parcs nationaux du Kishū a entamé une enquête après la découverte de plusieurs cadavres de chats sauvages Yamamaaya près de sentiers de randonnée dans la bordure ouest de la forêt de Hanko.

                                                  Cette forêt subtropicale primaire couvre plus d'un quart de l'île de Tsugari, la deuxième plus étendue du Kishu, et abrite de nombreuses espèces endémiques, dont le chat sauvage Yamamayaa [littéralement "Chat des Montagnes", en Kishien, aussi appelé "Yamaneko" en Teiko]. Ces carnivores solitaires et nocturnes sont parmi les plus rares du monde, leur habitat se limitant à une partie de l'île de Tsugari: autrefois communs dans l'ensemble de celle-ci, ils sont de plus en plus confinés à sa moitié est, et ont été déclarés "menacés" par l'agence nationale de protection de la nature. Le Kishū est en outre un sanctuaire pour de nombreuses espèces disparues ou en danger critique dans le reste de l'archipel nord-ouest néchinésien, comme le loup néchinésien, la loutre de rivière néchinésienne, ou encore le macaque des neiges.

                                                  Devenu l'animal emblématique de Tsugari en 1998, le chat Yamamaaya est très présent dans l'imagerie populaire Kishienne, où il est considéré comme un messager du dieu de l'île, la divinité des forêts et de la nature Yuzuga-no-Kami, tout comme les renards sont associés à la déesse protectrice de Kiyano, la déesse du vent Kayo-no-kami, soeur d'Inari. L'annonce de la mort de plusieurs des animaux a provoqué l'indignation des associations de riverains, ainsi que du temple Kishinto de Nobeoku, qui ont formé des patrouilles civiques, et distribué des fliers aux abords des sites touristiques.

                                                  Selon les autorités, la série de morts suspectes des félins ces dernières semaines serait le fait d'un ou plusieurs déséquilibré(s), même s'ils n'écartent pas encore la piste crapuleuse - le poil du chat Yamamaaya est effectivement considéré comme un aphrodisiaque de choix dans la médecine traditionnelle liangoise.

                                                  Avatar de l’utilisateur
                                                  Frederick St-Luys
                                                  Messages : 732
                                                  Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                                                  NJ : Liang - Kishu
                                                  NJ V4 : Liang - Kishu
                                                  NJ V3 : Kaldia
                                                  Première date d'inscription : 15 mars 2011

                                                  Re: Médias du Kishū

                                                  Message par Frederick St-Luys »

                                                  Sur le portail d'actualités de Linxiang.net


                                                  Image
                                                  Les empennages de plusieurs avions de Kishu Oceanic, avec leurs fleurs de mûrier caractéristiques, à l'aéroport international de Shikki (SHI/VKSH).
                                                    • Kishu Oceanic se porte acquéreur de 5 moyen-courriers Linyu - Zaran
                                                      Auteur: Achijo Tanaka - Journal: Azai Shimbun
                                                      La compagnie aérienne portant le pavillon Kishien, Kishu Oceanic (KI), a annoncé l'acquisition de 5 moyen-courriers L-Z R200 auprès du constructeur liangois de Karashand, Linyu - Zaran. Les appareils seront destinés à la desserte des marchés ventéliens et coralésiens, et notamment à la desserte de JIzhou (Liang), Shulan (Liang), Fuxianji (Kaiyuan), Surin (Kaiyuan), Kinto (Chikkai), Ostlandgar, ou encore Balthazard (Aiglantine). Ils remplaceront sur ces trajets les AR-17 caetériens vieillissants. Selon les informations révélées par L-Z, les premiers appareils devraient être livrés à la compagnie début 2041.

                                                      Principale compagnie aérienne du pays, Kishu Oceanic possède 30 avions, et dessert une grosse vingtaine de destinations à l'international, pour la plupart sur les abords de l'océan néchinésien. Elle détient pour moitié aux côtés du liangois Bei Air une filiale spécialisée dans le frec, Oceanic Cargo.
                                                      -- -- --
                                                      Image
                                                      Le château (gusuku) de Yoja, dans le nord ouest de Kiyano, est l'un des plus menacés du Kishū

                                                      • Les associations de protection du patrimoine dénoncent l'insuffisance des moyens affectés à la protection du patrimoine historique
                                                        Auteur: Maeda Kaori - Journal: Azai Shimbun
                                                        Plusieurs importantes associations de protection du patrimoine, dont la Société de Conservation des Immenses Trésors de la Patrie et YAMAMACHI NOW! ont lancé un appel commun au ministère de la culture et aux fondations privés à renforcer leurs efforts de financement de la préservation du patrimoine de l'île, après que le passage du typhon Daichi ait causé d'important dégâts dans plusieurs châteaux et temples. Si le célèbre château en style Teiko de Chizaki a déjà été réparé, les associations, listent près de soixante autres sites n'ayant reçu que peu ou pas de secours, tandis que d'autres, comme le Yojagusuku, ont été écartés des programmes de restauration au prétexte qu'ils n'étaient pas situés sur les côtes affectées par la tempête.

                                                        Les Gusuku sont les châteaux traditionnels Kishiens. D'un style différent, plus archaïque que les célèbres châteaux de l'ex-Teikoku ou du Wakoku, ils se marient harmonieusement dans le relief escarpé de l'île de Kiyano. Souvent, ils sont l'objet de grande fierté et d'attrait touristique des villes où ils se situent, et beaucoup sont également associés à la vie spirituelle locale. Le plus grand, Kyogusuku, est située à 25 kilomètres au nord-est de la capitale, et était le centre du pouvoir royal avant que les réformes d'inspiration liangoise du Xème siècle voient le transfert du palais vers l'actuelle ville d'Azaikyo. Il abrite encore aujourd'hui la Nécropole Royale de Kyogusuku, où sont enterrés les souverains de l'archipel.

                                                        Malheureusement, contrairement à ces sites célèbres, beaucoup d'autres gusuku bénéficient d'une exposition médiatique moindre, et, constituant d'anciennes forteresses montagnardes, ne sont pas situés à proximité de communautés humaines assurant leur entretien régulier. Souvent, ce sont les ermites yamabushi des montagnes, ou les religieux Kishinto et Bouddhistes qui assurent la protection minimale de ces sites.

                                                        En réaction à la pression croissante des associations, le ministère de la culture a annoncé un audit général de la situation du patrimoine médiéval du Kishū.

                                                          Avatar de l’utilisateur
                                                          Frederick St-Luys
                                                          Messages : 732
                                                          Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                                                          NJ : Liang - Kishu
                                                          NJ V4 : Liang - Kishu
                                                          NJ V3 : Kaldia
                                                          Première date d'inscription : 15 mars 2011

                                                          Re: Médias du Kishū

                                                          Message par Frederick St-Luys »

                                                          Sur le portail d'actualités de Linxiang.net


                                                          Image
                                                          La Daisho-Daishin au moment de la conférence de présence d'annonce officielle du plan "Nouvelle Vision Globale"
                                                            • Takatsukasa présente un nouveau programme diplomatique Kishien
                                                              Auteur: Achijo Tanaka - Journal: Azai Shimbun
                                                              Le chef du Gouvernement Kishien, la Daisho-Daishin Takatsukasa Kanade a présenté lors d'une conférence de presse mardi le nouveau projet diplomatique du Kishū. Interrogé sur le timing de l'annonce, Mme Takatsukasa a affirmé que l'expansion de l'OCC, le changement de régime au Chikkai, et l'accélération des flux économiques trans-néchinésiens imposaient une politique étrangère plus volontariste.

                                                              La ministre des affaires étrangères, Tanaka Yuna, a ensuite présenté les principaux axes qu'exploiteront le Gouvernement et les diplomates du Kishū dans les années à venir: rapprochement, puis entrée dans l'OCC, afin de participer à l'architecture multilatérale de sécurité et de prospérité de la Ventélie, mais aussi création de liens bilatéraux forts avec les pays du continent, à commencer par le Liang et le Kaiyuan. "25% des investissements directs entrants et 15% des touristes arrivant dans notre pays proviennent du Liang. Il est plus que temps de formaliser la profondeur et la force de nos liens", a déclaré la Daisho-Daishin, qui avait il y a quelques jours encore discuté longuement avec l'ambassadeur liangois, Shu Jiaomin. En parallèle, les services diplomatiques Kishiens renforceront coopération avec les nouvelles autorités du Chikkai, afin notamment de favoriser le tourisme et la sécurité régionale. La question de l'ouverture de relations avec le Wakoku et le Furumatsu reste quant à elle ouverte, compte tenu des idiosyncrasies de ces deux Etats nippophones.

                                                              Selon les analystes du service géopolitique de notre journal, le plan Takatsukasa reposerait sur un délicat équilibre entre la nécessité pour le Kishū de maintenir des liens cordiaux avec ses voisins nippophones, au premier lieu desquels le Chikkai, qui continuent de fournir la majorité des touristes alimentant ce secteur crucial de l'économie Kishienne, et la méfiance que les milieux politiques Kishiens éprouvent vis-à-vis de voisins du nord numériquement supérieurs, qui pourraient être portés à être tentés de satelliser notre petit archipel. La recherche d'alliances sur le continent, en particulier au Liang proche, résulte tant de l'existence d'autres liens économiques, que de la tentative d'obtenir un contrepoids.

                                                              D'autres ont également relevé que le nouveau plan serait la marque de l'ascendant pris au sein du Gouvernement et de la majorité PAK-AEK par la "clique continentale", pro-liangoise, sur la "clique océanique", de tendance plus isolationniste. Cette dernière, traditionnellement plus à gauche, avait jusqu'ici pu compter sur le frein au renforcement des liens avec Jizhou que constituait parti écologiste de la coalition au pouvoir. Selon nos informations, la négociation d'un contrat de construction d'une centrale solaire à Tsugari par la société Tian Liu West (TLW) à des conditions favorables aurait permis de convaincre les plus réticents.

                                                              En attendant, Mme Takatsukasa entamera une tournée diplomatique en Ventélie dans les mois à venir. Elle a aussi confié avoir entamé des discussions préliminaires avec certains pays Dytoliens, sans plus de précisions.
                                                              -- -- --
                                                              Image
                                                              • La langue Kishienne continue de vibrer dans nos campagnes - et au-delà
                                                                Auteur: Kunigami Rin - Journal: Tsugari Shimbun
                                                                Alors que depuis plus d'un siècle la langue Teiko gagne du terrain dans les grandes villes, à Shikki, Azaikyo ou Yamamachi, la langue traditionnelle Kishienne (Kigo, 紀語) résiste dans les campagnes et îles extérieures, mais aussi dans les villes. "Étonnamment bien" même, selon le docteur Yamada Chōri, professeur en linguistique comparée à l'université de Shikki.

                                                                "Le Kishien est une langue Japonique, apparentée au Teiko et au Wa", nous rappelle-t-il, "mais il présente des divergences de prononciation et de grammaire assez significatives. On pourrait par exemple comparer cela aux différences entre le Thorvalien et le Jernlandais. D'ailleurs, les sources différentes des sinogrammes utilisés dans les kanji Teiko et les kanji kishiens aboutissent parfois même à des divergences dans la calligraphie, la communauté de bureaucrates culturellement liangois de Shikki ayant longtemps gardé des liens très étroits avec la scène culturelle du Grand Liang, puis de Jizhou.

                                                                Le Kishien n'est donc pas un dialecte du Teiko, comme on l'entend souvent? "Certainement pas. Si des similarités superficielles peuvent apparaître, les deux ne sont souvent pas mutuellement intelligibles. Par contre, on trouve des divergences dialectales au sein même du Kishien: le Kishien de Keitsu, parlé dans le nord-est de Kiyano, est marqué à la fois par l'influence du Teiko, mais aussi de la langue du peuple des montagnes locales, les Yumishi. A contrario, le Kishien de Tsugari est considéré comme plus archaïque dans ses structures et son vocabulaire, ce qui coïncide également avec l'usage.

                                                                Le secret de la résilience du Kishien, pour le professeur Yamada, c'est la vivacité de la scène culturelle. "Le Kishinto, le haut degré d'alphabétisation, la présence d'une forte littérature Kishienne, voire de nos jours l'usage du Kishien sur les réseaux sociaux. Il est la langue de tous les jours dans de nombreuses villes moyennes, même en dehors des régions périphériques où il est absolument dominant. Au final, le Teiko ne s'est imposé sans partage dans le quotidien des Kishiens que dans trois régions: la plaine de Yaena, où se trouvent Azaikyo, la capitale, et Shikki la plus grande ville; les environs de Yamamachi, troisième ville du pays, sur la côte est, et la côte du sud-est, où de nombreux clans Bushi d'origine Teiko se sont installés au XVIème siècle.

                                                                Malgré tout, le poids démographique et culturel de ces trois régions est considérable. Le Teiko reste la langue maternelle de près de 68% des habitants du Kishū. Cependant, dans un pays où 80% des habitants parlent le Kishien en langue maternelle ou en deuxième langue, cela semble être le gage de la persistance d'un bilinguisme riche et apaisé.

                                                                  Avatar de l’utilisateur
                                                                  Frederick St-Luys
                                                                  Messages : 732
                                                                  Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                                                                  NJ : Liang - Kishu
                                                                  NJ V4 : Liang - Kishu
                                                                  NJ V3 : Kaldia
                                                                  Première date d'inscription : 15 mars 2011

                                                                  Re: Médias du Kishū

                                                                  Message par Frederick St-Luys »

                                                                  Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

                                                                  Suggestion musicale

                                                                  Image
                                                                  • Apparitions d'un nue près de Seki: mythe ou réalité?
                                                                    Auteur: Anonyme - Média: kami-yokai.ks
                                                                    Le Nue est, comme vous le savez sans doute, un yokai dont le corps est composé des parties de plusieurs animaux: tête de singe, corps de tigre, jambes de tanuki et queue de serpent. S'il partage certains traits avec la chimère occidentale, il n'en demeure pas moins une créature typiquement Kishienne, dont la première mention dans les sources remonte Livre de la Cascade du moine bouddhiste Shunzen, en 1089. La créature, qui terrorisait alors la province d'Okino, lui était apparue en pleine nuit, alors qu'il voyageait entre Azai et Izu. Le moine avait alors passé une nuit entière à expliquer la signification des Trois Soutras de la Terre Pure au Nue, qui, se repentant de ses actions, entama une vie de Boddhisatvna, et évolua pour devenir jusqu'à aujourd'hui la divinité tutélaire du lieu de cette rencontre.

                                                                    Par la suite, les mentions de Nues furent régulières, aussi bien dans les chroniques que dans le folklore Kishien. Il est même dit que le célèbre samurai d'origine Teiko, Murakami Jinzo, aurait combattu pendant trois jours et trois nuits contre un tel yokai sur le mont Otsu, avant de l'enchainer sous l'endroit où le clan Murakami installerait plus tard son château, au lieu désormais connu sous le nom de Nueyama.

                                                                    De nos jours, comme nous nous en lamentons souvent, beaucoup de Kishiens ont cessé de croire aux Yokai. Ces êtres continuent cependant de marquer notre culture populaire, qui en raffole, apparaissant dans des titres de mangas tels que Onegai, Yokai-Sama!!! ou encore le très salué par la critique anime Les Montagnes du Silence, de Za Media.

                                                                    Cependant, parfois les êtres du royaume des ombres peuvent s'inviter dans le monde des mortels. Depuis un mois, les apparitions d'un Nue dans la région de Seki, au bord du lac Yaguma, se sont multipliées. Nous avons interrogé plus de six personnes affirmant avoir vu la créature galopant sur les bords du plus grand lac du Kishū. Pour M Watanabe*, "il s'agissait définitivement d'un Yokai: il bondissait par-dessus les arbres, et était entouré d'une aura violette". Mme Yamanaka, qui passe tous les jours par les berges du lac, nous confirme aussi "qu'il s'agissait d'un nue, avec des rayures de tigre caractéristiques, et qu'elle courait en hurlant". Hallucination collective? Trolling? Impossible à dire avec certitude, mais nous, chez kami-yokai.ks, aimons à croire en l'honnêteté des témoins...

                                                                    * Les noms ont été changés.
                                                                      -- -- --
                                                                      Image
                                                                      Certains processus de raffinage des terres rares au Kishū demeure trop rudimentaires, et nuisent à la production globale.
                                                                        • Le ministère de l'économie vise à consolider les exportations de terres rares du Kishū
                                                                          Auteur: Achijo Tanaka - Journal: Azai Shimbun
                                                                          Depuis le rachat de la mine de Shiroyama par le consortium minier liangois Xi International Mining, le Gouvernement Kishien a gardé un oeil sur la question des terres rares. Ces ressources multiples, très coûteuses, et utiles dans l'industrie, sont l'un des exports les plus stratégiques du Kishū. Leur passage sous contrôle étranger avait causé quelques froncement de sourcils, et encouragé la prospection à la recherche de nouveaux filons.

                                                                          C'est dans la même ligne de réflexion que le ministère de l'économie a annoncé vouloir développer les filières locales de traitement des terres rares, afin d'augmenter la plus-value réalisée avant l'exportation vers les consommateurs de ces minerais stratégiques. Pour cela, un fond stratégique de 15 millions de Yana a été mis en place, et servira à financer les entreprises minières détenues majoritairement par des Kishiens, ainsi que les PME du secteur des terres rares.

                                                                          Avatar de l’utilisateur
                                                                          Frederick St-Luys
                                                                          Messages : 732
                                                                          Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                                                                          NJ : Liang - Kishu
                                                                          NJ V4 : Liang - Kishu
                                                                          NJ V3 : Kaldia
                                                                          Première date d'inscription : 15 mars 2011

                                                                          Re: Médias du Kishū

                                                                          Message par Frederick St-Luys »

                                                                          Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

                                                                          Image
                                                                          La gendarmerie a stationné des unités à proximité du siège du Syndicat National de la Pêche à la Baleine et du domicile de M Hiiyama
                                                                          • Kidnapping : la fille du président du Syndicat National de la Pêche à la Baleine enlevée par des terroristes écologistes
                                                                            Auteur: Anonyme - Média: Nechinesia News Network (NNN)
                                                                            Une prise d'otage choquante est en cours quelque part dans Shikki, la capitale économique du pays. Après des fuites dans la presse, la Gendarmerie du Kishū a officiellement reconnu que la fille du président de l'influence Syndicat National de la Pêche à la Baleine (SNPB), Hiiyama Ando, avait été capturée par un groupe d'éco-terroristes se réclamant de l'écologie profonde et de l'anarcho-primitivisme.

                                                                            Nommée l'Alliance pour des Lendemains Purs, cette organisation a très publiquement enlevé en pleine rue Hiiyama Junko, 19 ans, à la sortie de l'université technologique de Shikki-Sud. Selon les informations fournies par la Gendarmerie, les terroristes, portant des masques, ont menacé dans une webvidéo de tuer la jeune femme si le Kishū n'interdisait pas sous 48 heures la chasse à la baleine, libérait un certain nombre d'activistes emprisonnés, reconnaissait des droits à tous les animaux, et n'engage un "processus structuré et profond de dédomestication", détaillé dans un document qui n'a pas été communiqué par les forces de l'ordre.

                                                                            Durant la conférence de presse, le major Ueyata Ren a déclaré que ses services ne "disposaient pas à ce stade d'un moyen de contacter les ravisseurs", et que "leurs demandes [étaient] fantaisistes et ne pouvaient pas être concrétisées en moins de 48 heures, peu importe quelle décision les autorités prenaient". Il a refusé de fournir des commentaires supplémentaires à la presse. Cependant, le père de la victime, Hiiyama Junko, s'est montré extrêmement virulent durant une brève interview avec nos confrères de KTV1, insultant les kidnappeurs, et les défiant de venir le combattre personnellement, avant de les insulter longuement. Très agité, l'homme a été escorté à son domicile par les forces de l'ordre.

                                                                            Le Tandai de la capitale, Kaigo Yuichi, ne s'est pas encore exprimé sur le sujet, étant en visite officielle au centre pénitencier d'Iseno sur l'île de Tsugari, mais selon Satanusho Watanabe, spécialiste en criminologie à l'université de Shikki, que nous avons contacté, "la mouvance écologique traditionnelle du Kishū est ancienne, et le radicalisme en est pour ainsi dire totalement absent. Cette prise d'otage est inexplicable, et il n'est pas impossible qu'elle ait des implications au-delà de l'écologie politique, voire que cette dernière ne serve que de paravent à une attaque contre M. Hiiyama, le SNPB, ou le Gouvernement".

                                                                            En effet, le porte-parole de l'Alliance Environnementale pour le Kishu, parti écologiste et membre de la coalition gouvernementale a immédiatement catégoriquement condamné l'enlèvement, affirmant que "ces criminels qui salissent le nom de l'écologie Kishienne risquent de semer le trouble et la confusion dans l'esprit des citoyens, et de nuire durablement à la prise de conscience des enjeux environnementaux dans notre société". Plus ferme, le député ueekata Matsunoe Anrai, de l'aile droite du Parti de l'Avenir Kishien au pouvoir et chef de l'une des plus vieilles familles de l’aristocratie Kuge, a assuré que "les responsables de cet acte impardonnable devraient se rendre immédiatement, afin de se préparer à subir le châtiment exemplaire qui est la seule conséquence possible de leur actions".

                                                                            Nous n'en savons pas plus dans l'immédiat sur les indices dont la Gendarmerie du Kishū pourrait disposer pour remonter jusqu'aux ravisseurs, cependant, dans le scénario les négociations échoueraient, il est probable que ce sera l'Unité Antiterroriste de la Gendarmerie Royale du Kishū (UAGRK) qui sera déployée pour tenter de libérer Mme Hiiyama.

                                                                            Avatar de l’utilisateur
                                                                            Frederick St-Luys
                                                                            Messages : 732
                                                                            Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                                                                            NJ : Liang - Kishu
                                                                            NJ V4 : Liang - Kishu
                                                                            NJ V3 : Kaldia
                                                                            Première date d'inscription : 15 mars 2011

                                                                            Re: Médias du Kishū

                                                                            Message par Frederick St-Luys »

                                                                            Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

                                                                            Image
                                                                            • Le gouvernement sous le feu de la critique après l'échec de la police à capturer les ravisseurs de Hiiyama Junko
                                                                              Auteur: Tanaka Yusuke - Média: Azai Shimbun
                                                                              Après le choc, la crise polémique enfle à Azaikyo. Alors que cela fait trois jours que la jeune Hiiyama Junko a été kidnappée par les terroristes écologistes de l'Alliance des Lendemains Purs, le gouvernement de Takatsukasa Kanade est sous le feu de la critique en raison de l'échec de la Gendarmerie à libérer la victime et à appréhender les criminels.

                                                                              L'Unité Antiterroriste de la Gendarmerie Royale du Kishū a pris d'assaut dans la nuit de lundi à mardi un hangar dans la banlieue nord de Shikki, à 20 kilomètres du lieu de l'enlèvement, où des traces du passage des ravisseurs ont depuis lors été identifiées. Cependant, depuis lors, l'enquête patauge. Les terroristes n'ont pas recontacté la police ou la famille, et les enquêteurs ont refusé de fournir des éléments supplémentaires à la presse. Certains commentateurs ont observé qu'avec le passage du temps et l'absence de toutes négociations connues, les chances de retrouver Hiiyama Junko vivante s'amenuisaient d'heure en heure.

                                                                              Des voix se sont élevées dans l'opposition mais aussi dans la majorité pour critiquer la gestion du ministre de l'intérieur, Tandai de la capitale, Kaigo Yuichi, qui n'est revenu de son déplacement à Tsugari que 24 heures après le début de la prise d'otage. Dans une interview donnée à nos confrères de l' Atarashi/Kaze, le député (PDP, centre-gauche) Yajiro Kogorō a condamné "la complaisance et l'impréparation du Gouvernement sur les questions de sécurité, dont le parti de Mme Takatsukasa se faisait pourtant le chantre avant les élections", tandis que le membre de la chambre de la noblesse, le kuge-ueekata Naegusuku Ryōtei a déclaré que "le Gouvernement ne pouvait en aucune circonstance ignorer la remise en cause des fondements mêmes de l'ordre et de la société Kishienne par les barbares avançant sous le masque infantile de l'écologie". Une forte critique, inhabituelle de la part d'un membre de la chambre haute, généralement acquise au PAK (majorité, centre-droit).

                                                                              Le junior partner de la coalition, l'Alliance Environnementale pour le Kishū (AEK) est également en difficultés. Il a immédiatement condamné l'attaque, mais les actions récentes de partisans de l'aile activiste du parti contre le syndicat national du pêche à la baleine, dont le fameux sit-in de Yorizaki, ont fait dire à certains que les écologistes auraient contribué par leurs discours à encourager des éléments plus radicaux de leur mouvance. "Ces jeunes gens de Shikki et d'Azai[kyo] sont sans doute très gentils, mais n'ont pas d'idée très claire de la vraie vie. Et leurs discours peuvent servir de justification à des personnes mal intentionnées," selon le député PTT (Parti des Territoires et des Traditions) Arakoji Seiki.

                                                                              En attendant, le président du syndicat national de la pêche à la baleine, Hiiyama Ando, a annoncé sa démission. Son successeur, Ishida Yuiji, a réaffirmé l'engagement des pêcheurs aux baleines traditionnels du Kishū en faveur de la perpétuation de leur mode de vie.
                                                                                -- -- --
                                                                                Image
                                                                                La daisho-daishin, Takatsukasa Kanade, revenant de Jizhou.
                                                                                  • Conclusion sans remous d'une alliance Kishū - Liang
                                                                                    Auteur: Achijo Tanaka - Journal: Azai Shimbun
                                                                                    Le Kishū et le Liang ont finalisé la mise en place d'une alliance stratégique à l'occasion d'une cérémonie de signature à Wulian, le 2 janvier 2042. A cette occasion, la chef du Gouvernement Kishien, Takatsukasa Kanade a fait le déplacement, et a été reçue par plusieurs des membres du Situ liangois.

                                                                                    Cette alliance prend acte du rétablissement des liens historiques forts entre les deux pays, qui remontent historiquement au Xème siècle et à l'introduction du bouddhisme et du légisme au Kishū par des missionnaires et lettrés Liangois. Par la suite, l'organisation de la monarchie de Kiyano s'est calquée sur celle de la cour impériale du Daliang. Plus tard, au XIXème siècle, le Kishū signa le Traité de Shikki en 1829, afin de garantir son indépendance face à la menace Teiko potentielle.

                                                                                    Le nouveau Traité de Wulian prévoit une clause d'assistance militaire mutuelle en sus de l'engagement des deux pays dans l'OCC, mais aussi de nombreuses mesures destinées à augmenter la coordination diplomatique, économique et policière entre les deux pays dans l'océan néchinésien. L'un des objectifs affichés est notamment de lutter contre les trafics criminels qui impliquent les triades et les yakuzas dans la région, et dont la présence a été renforcée par le changement de régime au Chikkai.

                                                                                    Le traité ne contient aucunes stipulations sur l'installation de moyens militaires Liangois au Kishū, que beaucoup de membres de la gauche Kishienne, mais aussi d'ultranationalistes craignaient. Une vingtaine de manifestants étaient cependant réunis devant le Parlement, portant des pancartes représentant une grue barrée.

                                                                                    Avatar de l’utilisateur
                                                                                    Frederick St-Luys
                                                                                    Messages : 732
                                                                                    Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                                                                                    NJ : Liang - Kishu
                                                                                    NJ V4 : Liang - Kishu
                                                                                    NJ V3 : Kaldia
                                                                                    Première date d'inscription : 15 mars 2011

                                                                                    Re: Médias du Kishū

                                                                                    Message par Frederick St-Luys »

                                                                                    Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

                                                                                    Azaikyo, 14/02/42

                                                                                    Brèves

                                                                                    • Patrimoine: La mairie de Shikki a annoncé le lancement d'une vaste campagne de rénovation du quartier Liangois historique de Shikki, Ryomachi. Les racines de ce dernier remontent à l'installation dans le pays des premiers mandarins liangois, au XIIème siècle, ce qui a contribué à lui donner au fil de son histoire un aspect très spécifique et distinct architecturalement du reste de la ville de Shikki, dont il forme pourtant le noyau originel. Depuis plusieurs années, une vaste restauration des édifices historiques était prévue, mais les fonds n'ont pu être rassemblés que relativement récemment, grâce au soutien du ministère liangois des rites.
                                                                                    • Sports - apnée: La compétition annuelle Kishienne d'apnée dynamique se tiendra mi-février dans les eaux du détroit de Yoshu, entre les îles d'Akasu et de Tashiro, au sud de l'archipel. Connue dans le monde des apnéistes, cette compétition a des racines remontant à la pratique multiséculaire de la pêche en apnée par les femmes du sud du Kishū, et a déjà vu plusieurs records mondicaux.
                                                                                    -- -- --

                                                                                    Image
                                                                                    Le site de Kamiyama (district de Sanzan) est l'un des plus populaires parmi les touristes "new age"
                                                                                      • Essor du tourisme new age dytolien au Kishū
                                                                                        Auteur: Myojima Yuki - Média: Atarashi/Kaze
                                                                                        Ces dernières années, une étrange forme de tourisme a connu un essor au Kishū: un nombre croissant de Dytoliens et dans une moindre mesure de Ventéliens arrive dans notre pays dans le cadre de voyages "d'éveil spirituel", tout particulièrement prisés par les personnes proches de la mouvance new age. Selon Kazumori Reiko, de l'Association Kishienne du secteur Touristique, plus de 10.000 des visiteurs arrivant dans l'archipel en 2041 invoquaient des raisons principalement spirituelles.

                                                                                        L'endroit où ce phénomène est le plus visible est à Kamiyama (la "montagne du dieu"), dans le district de Sanzan, au nord de l'île de Kiyano. Nommée "Midoriyama" (la "montagne verte") par les locaux, l'éminence serait le lieu de confluence de nombreuses lignes vibratoires géomagnétiques. Plusieurs fois par mois, d'importants rassemblement s'organisent sur la lande au sommet de l'éminence, organisés par des néo-païens occidentaux, des wiccans, des spiritualistes, de naturopathes, et des médiums. Accompagnés de chants, de cérémonies complexes ou d'expériences pseudo-scientifiques, ils ont même conduit à l’aménagement d'un parking au pied de la colline par l'office du tourisme local. Mais pourquoi cet engouement?

                                                                                        "Nous sommes en présence d'une concentration de forces vibratoires tout à fait exceptionnelle, liée à la rencontre entre l'énergie cosmique descendante et les forces telluriques montantes, dépassant souvent les 15 millions d'unités bovis par centimètre cube. Kamiyama est l'un des dix-sept lieux de référence de l'équateur penché des êtres de lumière, qui a été créé pour servir de guide à l'éveil spirituel de l'humanité dans la nouveau millénaire," nous a affirmé Simon Bugarec, auteur de livres spiritualistes d'origine Vasconienne, qui vit dans le village de Midoriyama depuis plus de dix ans. "Depuis mon arrivée ici, j'ai pu observer un mouvement formidable de rassemblement des personnes les plus spirituellement réceptives. C'est extraordinaire, réellement - et certainement pas une coïncidence."

                                                                                        Mais tout n'est pas rose à Kamiyama. L'opposition locale à l'afflux de visiteurs étrangers peu respectueux des traditions locales grandit, menée à la fois par les dirigeants de la mine de lithium de Midoriyama, premier employeur de la région, et la prêtresse principale du temple Kishinto provincial de Sanzan, également proche. La croissance de l'affluence des touristes "new age" se fait en effet sur un terrain qui était destiné à servir de zone d'expansion future de la mine, et déjà nombre de voix dans la communauté spiritualiste se sont élevées contre "un saccage d'un environnement bioénergétique unique, qui dévitalisera spirituellement toute la région en faisant s'effondrer le taux vibratoire jusqu'à des niveaux morbides." L'amicale des Wiccans du Kishū a également défendu le maintien de l'affectation actuelle du site de Kamiyama, au nom de la préservation d'une tradition spirituelle locale.

                                                                                        Cependant, cette interprétation est contestée par le temple provincial, avec le soutien de l'Uchaajinja - le temple central du culte Kishinto. Selon les religieux, le rassemblement d'un grand nombre de spiritualistes étrangers "perturbe les Kami de la terre et de l'air, et attire les esprits néfastes", en empêchant le maintien de la pureté rituelle de certains lieux sacrés (Utaki), comme les sommets des montagnes. Et si Midoriyama n'a pas de signification religieuse particulière dans la mythologie locale, les actions des spiritualistes contribueraient malgré tout à déranger le kami provincial, Nobe-no-Kami et, bien entendu, la déesse protectrice du Kishū, Kayo-no-Kami.

                                                                                        Si l'avenir du site de Kamiyama reste incertain, le Kishu semble gagner en réputation à l'international, comme un lieu faste, tant pour le confort matériel que spirituel. Les plages et la nature intactes de l'archipel, sa culture moderne mais authentique et les bénéfices liés au régime alimentaire Kishien - qui assure aux Kishiens l'une des plus longues espérance de vie au monde - ont tous contribué à faire du pays une destination encore assez confidentielle mais indéniablement populaire. Et, selon Kazumori Reiko, les touristes spirituels pourront continuer à y trouver leur bonheur. Ou l'éveil.

                                                                                        Avatar de l’utilisateur
                                                                                        Frederick St-Luys
                                                                                        Messages : 732
                                                                                        Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                                                                                        NJ : Liang - Kishu
                                                                                        NJ V4 : Liang - Kishu
                                                                                        NJ V3 : Kaldia
                                                                                        Première date d'inscription : 15 mars 2011

                                                                                        Re: Médias du Kishū

                                                                                        Message par Frederick St-Luys »

                                                                                        Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

                                                                                        Azaikyo, 27/10/42

                                                                                        Image
                                                                                        La côte sud de Kiyano, entre Katahara et Yaeno, pourrait accueillir un centre spatial liango-kishien
                                                                                          • Bientôt un centre spatial à Katahara?
                                                                                            Auteur: Achijo Tanaka - Média: Azai Shimbun
                                                                                            Jusqu'ici, la côte sud-ouest de Kiyano était surtout connue pour ses magnifiques plages et ses forêts luxuriantes, à quelques dizaines de kilomètres de l'activité perpétuelle de Shikki et d'Azaikyo. Mais, si les discussions actuellement en cours entre les autorités Kishiennes et Jizhou aboutissent, un site de la municipalité de Katahara pourrait abriter un jour un spatioport ventélien de premier plan.

                                                                                            Selon les informations dont nous disposons, le ministère des terres extérieures du Kishū aurait été approché par les autorités liangoises en marge d'un sommet de l'OCC consacré aux nouvelles technologies. Le Liang, qui a récemment affiché ses ambitions spatiales (Satellite ▮), dispose de l'appui technologie de plusieurs autres membres de l'organisation, dont l'Uhmali et le Chikkai, et souhaite développer une filière spatiale ventélienne autonome.

                                                                                            Cependant, malgré toute la capacité industrielle et technologique du géant des steppes, la position relativement septentrionale du Liang constitue un handicap pour l'envoi en orbite de fusées. Et c'est là que le Kishū entre en jeu: en cherchant à ouvrir un spatioport commun à Kiyano, à près de 2000 kilomètres au sud de Jizhou, les liangois facilitent grandement la tâche de leurs ingénieurs.

                                                                                            Jusqu'ici, le gouvernement de la Daisho-Daishin Takatsukasa Kanade semble favorable à l'initiative liangoise, et aurait même obtenu des avantages économiques en l'échange de termes favorables d'installation d'un tel pas de tir. Des sources proches du ministère de l'économie parleraient d'investissements futurs du Liang dans l'industrie du lithium Kishien, qui demeurent encore trop peu compétitive de l'avis de nombreux experts. Certaines rumeurs évoquent un accord avec l'Aiglantine sur le sujet, obtenu par les bons offices de Jizhou.

                                                                                            Si pour l'instant aucune annonce officielle n'a été effectuée, il semblerait qu'une mission d'experts ait d'ores et déjà été dépêchée dans les municipalités de Katahara et d'Akiogu, qui offriraient des meilleures conditions d'installation. Sur place, les rumeurs vont bon train, même si l'accueil réservé à l'initiative est globalement favorable. "Cela créera beaucoup d'emplois", nous a affirmé M Uchima Kenjiro, qui possède une entreprise à Katahara N"otre coin est proche de la capitale, mais, à cause de ça, beaucoup de nos jeunes y travaillent, et finissent par s'y installer. Pour une fois, ça n'est pas justement pas que pour les habitants de [la plaine de] Yaena!" . Certains militants environnementalistes s'inquiètent cependant des conséquences que pourrait avoir l'installation sur l'écosystème. Pour Katsuren Sayako, de l'association "Kishū Terre et Mer", proche de l'Alliance Environnementale pour le Kishū, "il y a un risque réel de définitivement ruiner l'intégrité d'un espace côtier préservé abritant plus de 100 espèces uniques de poissons, crapauds et arthropodes. Nous surveillerons de très près ce projet: il est hors de question que les liangois transforment le coin en mine d'uranium!"

                                                                                            En attendant, le monde universitaire et scientifique Kishien semble enthousiaste à l'idée de disposer d'installations modernes et de fonds abondants. Beaucoup d'experts sont même familiers du Liang, où près de 10% des physiciens et 17% des ingénieurs Kishiens ont étudié. Dans la Gazette des Universités du Kishū, le professeur Yuntanji Taro a résumé l'attitude des siens: "enfin, le Kishū obtiendra une visibilité bien méritée dans le paysage scientifique ventélien et mondial".

                                                                                            Avatar de l’utilisateur
                                                                                            Frederick St-Luys
                                                                                            Messages : 732
                                                                                            Inscription : 05 févr. 2020 18:35
                                                                                            NJ : Liang - Kishu
                                                                                            NJ V4 : Liang - Kishu
                                                                                            NJ V3 : Kaldia
                                                                                            Première date d'inscription : 15 mars 2011

                                                                                            Re: Médias du Kishū

                                                                                            Message par Frederick St-Luys »

                                                                                            Sur le portail d'actualités de Linxiang.net

                                                                                            Azaikyo, 25/12/42

                                                                                            Image
                                                                                            Plusieurs marques d'awamori kishien
                                                                                              • Eau-de-vie Awamori: Une distillerie kishienne à l'assaut des marchés ventéliens
                                                                                                Auteur: Maeda Kaori - Média: Azai Shimbun
                                                                                                Demandez à un Chikkai ou à un Liangois de citer un produit d'origine Kishien, et vous risquez bien de recevoir des regards vides et embarrassés. L'archipel est plus connu pour ses plages de sable fin, son patrimoine historique, et son haut niveau de vie que pour ses exports caractéristiques. Pourtant, le Kishū ne manque pas de produit caractéristiques, étonnants et remarquables, dont la connaissance était jusqu'ici trop souvent limitée à quelques spécialistes. C'est par exemple le cas de l'awamori, la liqueur traditionnelle de riz long du Kishū, que la distillerie Kuzake de Shikki a bien l'intention de faire connaître à l'international.

                                                                                                L'awamori (泡盛) est par bien des aspects l'alcool national du Kishū. Généralement servi avec de la glace, il est un rafraichissement de choix après les chaudes journées de l'été kishien. Ses racines remontent aux dernières années de la période Tsuwachi, quand la technique de distillation du riz long fut importée de l'actuel Kaiyuan. Depuis l'archipel, elle se répandra vers le nord, vers les actuels Teikoku et Wakoku. Rapidement, ces pays choisirent de distiller leurs propres liqueurs à partir des variétés de riz court local, là où les kishiens ont conservé l'usage des variétés longues sud-ventéliennes: il partage d'ailleurs de nombreuses similarités avec les eaux-de-vie kaiyuanaises et liangoises, et a longtemps été vers le continent entre les XVIIème et XIXème siècles.

                                                                                                Pour Mogami Jintaro, propriétaire de la distillerie Kuzake, il était d'autant plus naturel de relancer cette tradition: "Le Kishū est plus ouverts qu'il y a dix ans, et souvent les touristes Chikkai apprécient nos alcools. Il y a un véritable marché à conquérir. Et puis, c'est une question de fierté nationale: les Liang ont leur airag*, les chikkai leur whisky et leur saké, les dytoliens leur vin... et les kishiens, l'awamori.

                                                                                                L'initiative de Kuzake a été soutenue par le Gouvernement kishien, qui a lancé un programme d'aide à l'internationalisation des PME. Déjà, plusieurs des concurrents de la distillerie ont lancé leurs propres plans d'expansion à l'internationale, d'abord en Ventélie, puis éventuellement, dans le monde. "Et peut-être qu'un jour il sera possible de goûter à un bon awamori partout sur la planète," soupire M Mogami, "comme ça, un kishien pourra toujours trouver un petit peu de chez lui, où qu'il aille!"

                                                                                                *Airag: Alcool à base de lait de jument fermenté, très apprécié par les tribus de la steppe liangoise.

                                                                                                Répondre

                                                                                                Revenir à « Kishu »