Light on United Islands

Dytolie 7-8-9 | Olgarie 14
Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Light on United Islands
Lumière sur les Îles-Unies
Image




ImageVarnand

ImageHiglands
  • GEOGRAPHIE
    • Villes
    • Organisations territoriales


ImageCymrales
  • GEOGRAPHIE
    • Villes
    • Organisations territoriales


ImageEìres
  • GEOGRAPHIE
    • Villes
    • Organisations territoriales


ImageKergonan Islands
  • GEOGRAPHIE
    • Villes : Fort Mary
    • Organisations territoriales
  • CULTURE
    • Moeurs
    • Religion

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Paysage politique et idéologique des Îles-Unies au niveau de l'Union
2041
Image

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Frise chronologique de l'histoire économique sociale, religieuse et politiques des Îles-Unies
2041
Image

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Image
Conservative Party

Les adherents
  • Le Parti conservateur ne peut pas être considéré comme un parti de classe ; en fonction de l’époque le parti a visé différents types d’électorats. Il touche toutes les couches de la société Cambries ; à l’exception de la classe ouvrière du nord Varnand. Il existe cependant une grande différence dès lors que l’on regarde les adhérents officiels du parti. On y trouve beaucoup plus de classes moyennes et de membre du « only system » (riche bourgeois, descendant de la noblesse, sorti des grandes écoles de l’Union. Il est bien implanté dans le sud du Varnand, en Eìres mais quasiment plus aux Higlands du tout où le parti peine à se maintenir au parlement local.
L’organisation
  • L’organisation du parti est souple, il y a une conférence annuelle qui ne joue qu’un rôle limité (seulement consultatif). Durant l'année les organisations locales se contentent de diffuser les informations et de préparer les élections. L'organe essentiel du parti est le national commitee; crée en 1907, tout les députés y siègent à l'exception des membres du gouvernement si le parti est au pouvoir.
    Depuis 1964, ces sont les députés du parti à la House of Insulars Territory qui élisent les candidats à la tête du parti. Dans un second temps, lorsque deux candidats sont dégagés, ce sont les adhérents qui votent pour leur leader. Dès lors que le leader est élu; en principe; il règne sur sont parti. Par nature, le parti conservateur est un parti loyal et il existe une forte discipline parlementaire. Cela change depuis peu.
La doctrine
  • Le parti Conservateur n'a pas véritablement d'idéologie, il est cependant attaché à certains principes. Pragmatiste, ils ont un important sens du devoir et il a une vision asse hiérarchisé et élitiste de la société. Hostile à l'état providence, il souhaiterai volontiers voir l'Etat dans un rôle de maintien de l'ordre et est opposé à la multiplication de ses interventions dans la vie économique et sociale. Cependant depuis le new conservative, un clivage important semble se dessiner au sein du parti. En effet une partie de la droite souhaite renouer avec une politique nationaliste et interventionniste moins soucieuse du déficit public et de la dette. En politique étrangère, les conservateurs sont nationalistes. Dans leur majorité ils sont sceptiques quant aux grands accords multilatéraux et souhaite garder une autonomie diplomatique. Cela se traduit par une volonté de non-adhésion aux grands accords politico-économique qui transférait une partie de leurs souveraineté diplomatique. Ils tendent même vers une forme d'isolationnisme.

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Image
Fritory Party

Les adhérents
  • Le Fritory Party se veut être un parti de masse. Il revendique plus de 3 millions d'adhérents. L'adhésion au parti se fait de deux façons.
    • Les syndicats; fondé par un bloc syndical, il faut savoir que tous les syndicats ne sont pas affiliés au Fritory. À peu près 60% des syndicats sont adhérents au parti. (Les syndicats d'employés sont beaucoup moins proches du FP). L'adhésion au parti se fait par une cotisation mensuelle; somme toute assez basse; elle est distincte de la cotisation syndicale. Par routine, de nombreux adhérents le sont plus par conventions que par convictions.
    • Adhésions directes; a peu près 208 000, celles ci viennent de milieux intellectuels proche de la capitale, des minorités en générales et de la classe ouvrière base de son électorat. Depuis quelques années le parti conservateur semble vouloir toucher cette frange de la population en marchant sur les plates bandes du parti. Les fritory peinent à toucher les classes moyennes..
L’organisation
  • Il existe une forte concurrence entre le parti parlementaire et le parti national. En effet le Parliamentary Fritory Party est composé de tout les membres du parti, ainsi que les membres du gouvernement dans son ensemble si celui ci est au pouvoir. Lorsqu'il est dans l'opposition, il élit en son sein le Anti-Parliamentary Committee "Cabinet Fantôme". La procédure de désignation du leader est différentes de celles des conservateurs. Elle a lieu en 2 tours. Lors du premier tour les syndicats et membres du parlement désignent 2 candidats. Ensuite l'un d'eux est élu au suffrage universel direct par un collège électoral où 33% des voix viennent des syndicats, 33% des députés du parti au parlement, 33% des adhérents cotisants au parti.
    L'autorité du First Secretary du parti est moins grande que celle des conservateurs. En effet le First Secretary doit composer avec l'appareil du parti au sein du parlement et les institutions en dehors du parlement; à savoir le Central Committee et le Annual Congress. Financé en grande majorité par les syndicats, le parti dépend fortement de l'influence de ces derniers. De plus il est très divisé par et les luttes de tendances affaiblissent le parti.
La doctrine
  • Le Fritory Party est un parti de gauche réformiste, peut être plus exactement de centre-gauche. La grande majorité des Fritory sont dans un ensemble social-démocrate. Il est autant attaché aux institutions que son adversaire; il n'existe pas de clivage sur cette question. Il souhaite un Etat fort, une économie dynamique, une société juste, solidaire, de participation et sécurité. Il cherche à améliorer les conditions de vie des citoyens les plus modestes et met l'accent sur la notion d'égalité. Cependant il existe toute une nuance de social-démocratie au sein du parti. En effet une frange des Fritory sont considérés comme des Frito Socialists et exercent une influence de plus en plus grande, ce phénomène est similaire chez les conservateurs. Sur la politique étrangère, ils défendent une vision multilatérale des institutions et sont partisans d'un rapprochement avec les Brittons. De plus ils peuvent être considérés comme des v'a t'en guerre dès lors que des démocraties vacilles dans le monde. Ils peuvent dans ce cas être associés à une forme de néo-conservatisme.

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Les Premiers Ministres


  • XVIII et XIX ème siècle
    • Sir Harry Austen - North's Party (1763-1772)
    • Nicolas Franklin - North's Party (1772-1779)
    • Philippe Hashley - Christian Unionist Party (1779-1784)
    • Douglas Ferry - North's Party (1784-1793)
    • Samuel Livington - Christian Unionist Party (1793-1797)
    • David Dagget - North's Party (1797-1817)
    • Léopold Smith - Christian Unionist Party (1817-1822)
    • Bill Norrington - North's Party (1822-1827)
    • Wiston Clingsman - North's Party (1827-1833)
    • Winston Borrow - Christian Unionist Party (1833-1839)
    • William Cannaghan - Christian Unionist Party (1839-1842)
    • William Borrow - Conservative Party (1842-1847)
    • Robert Langdon - North's Party (1847-1853)
    • Boris Cameron - Conservative Party (1853-1862)
    • Georges Russel - North's Party (1862-1865)
    • Edwars Cecil - Republican Party (1865-1871)
    • Arthur Perceval - Conservative Party (1871-1874)
    • Charles Cavendish - Republican Party (1874-1879)
    • Harold Law - Conservative Party (1879-1889)
    • Theodore Heath - Conservative Party (1889-1896)
    • John Thatcher - Fritory Party (1896-1900)
  • XXème siècle
    • Seamuss McGuiness - Conservative Party (1900-1904)
    • Edward Home - Conservative Party(1904-1907)
    • Stanley O'Malley - Fritory Party (1907-1915)
    • Harold Johnson - Conservative Party (1915-1922)
    • Martin Eden - Fritory Party (1922-1924)
    • Samuel Lui Nihagan - Independant Party (1924-1927)
    • Boris White - Conservative Party (1927-1932)
    • Victor Hamilton - Fritory Party (1932-1936)
    • Alec Chamberlain - National Cambries Party (1936-1949)
    • John Major - Fritory Party (1949-1952)
    • William Morow - Conservative Party (1952-1956)
    • Nicole May - Fritory Party (1956-1958)
    • David Anray - Fritory Party (1958-1965)
    • Richard Garfield - Conservative Party (1965-1969)
    • Abraham Cohen - Fritory Party (1969)
    • Stanley Bonar - Fritory Party (1969-1973)
    • Harold McMurray - Fritory Party (1973-1975)
    • Harry Washington - Fritory Party (1975-1977)
    • Hélène Darrow - Conservative Party (1977-1990)
    • Rowan Major - Conservative Party (1990-1992)
    • Tony Keane Fritory Party (1992-2000)
  • XXIème siècle
    • Jack Beckett Fritory Party (2000-2003)
    • Donald Ronny Fritory Party (2003-2008)
    • Oliver Neeson Conservative Party (2008-2015)
    • Colin McMillan Conservative Party (2015-2021)
    • Dakota Johnson Fritory Party (2021-2025)
    • Ryan Finley Fritory Party (2025-2027)
    • Winsley Moraèn Conservative Party (2027-2031)
    • Tony Clinton Conservative Party (2031-2037)
    • Harold Thompson Fritory Party (2037-2041)
    • Timothy McTavish Conservative Party (2041..)

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Les grèves du New-Yorkshire

La grève sombre est une période s’étendant de 1921 à 1922. Elle est caractérisée par une totale mobilisation des ouvriers du nord Varand qui, jusqu’à la fin de la grève ne lâcherons rien. Tout commence à la fin de 1920, le gouvernement Johnson décide de mener une vaste réforme du temps de travail. Celle ci a pour objectif de laisser le choix aux chefs d’entreprises de modifier et d’augmenter le temps de travail effectif par semaine, et cela sans limite. La loi passera au parlement le 12 mars 1921. Les réactions ne se sont pas fait attendre et dès juillet 1921 une révolte ouvrière éclate à l’usine sidérurgique de Londonian. Les ouvriers en grève dénonce une hausse du temps de travail de plus de 20% et aucune hausse de salaire. Le Premier Ministre enverra la police pour déloger cette grève. Bilan : 2 morts du côté ouvrier. S'en suit une vague d'indignation et de blocage dans toute la Union Administrative Authority de New-Yorkshire.

Le premier mois de la grève c'est à dire en juillet-août 1921, le gouvernement décide de pratiquer la politique de l'autruche et de minimiser le mouvement social d'ampleur. Oxlade Johnson va; lors du congrès annuel du Parti Conservateur; prononcé un discours sur ce conflit du New-Yorkshire

Mes chers concitoyens,

Aujourd"hui, notre nation connaît une infamie sans nom. Nous sommes pourtant la fleur et le phare de la civilisation moderne, nous portons les espoirs du progrès; aussi bien économique que culturel. Et ce progrès s'accompagne de réforme, celles-ci sont importantes pour permettre à notre Union de perdurer et de ne pas sombrer dans l’apathie et dans la quête de la facilité. C'est pourquoi dans un soucis d'intérêt général, j'ai proposé à la House of Insulars Territory de mener à bien une loi permettant aux usines du secteur secondaire de négocier de façon locale et démocratique, le temps de travail. Mes adversaires m'ont qualifié de despote, que je vous ramènerai à un age archaïque où nous travaillerions 17, 18 voir 19 heure par jour.. Soyons tous sérieux et digne de l'enjeux qui se profile devant nous. Croyez vous que je souhaite que mes compatriotes travaillent autant ? Non !
Nos ouvriers du New-Yorkshire sont manipulés par la horde rouge qui est venu empoisonné le Fritory Party, ressorti du tréfonds des enfers, cette menace doit être annihilée. Je vous en conjure mes chers compatriote du nord, ne sombrez pas dans la tentation rouge...

Cependant, je dois vous rappeler que l'objectif de cette réforme; approuvée démocratiquement par le parlement et signée par notre gouverneur général; est de vous protéger et préparer à l'incroyable concurrence des nations d'Olgarie et du continent Dytoliens. N'oubliez jamais que je fais tout cela pour vous, et pour l'Union.

Liberty, Union and God
Image
Johnson prononçant son discours au congrès

Ce discours, totalement paternaliste et diabolisant pour la gauche Cambrie sera très mal reçu par les corps ouvriers du New-Yorkshire. Le 2 Septembre 1921, Viktor Nilmann, premier secrétaire du syndicat inter-acier du Varnand, prononce la grève générale et inter-professionnelle. À ce moment ci, ce n'est plus un conflit sur la loi Johnson, cela s'étend à la politique du gouvernement. L'objectif est la fin du gouvernement actuel et l'octroi de véritable droit pour les travailleurs et les travailleuses du Varnand. Dans la foulée, le Premier Ministre se rend au Higlands afin de s'assurer le soutien des nations constitutives de l'Union et éviter que ce mouvement ne progresse par le nord. En effet à cette époque du New-Yorkshire jusqu’à l'entrée de Hoxa, c'est une zone dite "socialiste". Lorsque Johnson arrive au Higlands, ce dernier est accueilli en héros par la population. En effet 3 ans auparavant il avait refusé l'entrée en guerre au côté de nations tiers dans un conflit qui en 1921. À cette époque, les Higlands constituait l'armée de l'Union depuis le Brother's act de 1895. Enorgueillit par ce plébiscite, Johnson décide d'envoyer en Octobre 1921 l'armée en New-Yorkshire pour mater la révolte. Cet acte va définitivement faire embraser la grève. La totalité des usines sidérurgiques de New-Yorkshire sont à l'arrêt, les travailleurs des usines voisines sont incités à stopper leurs activités. Et en 1 mois et demi, la grève générale arrive au porte de Saint-Luton.
Le Fritory Party directement lié aux principaux syndicats de l'Union publie une liste de doléances devant le parlement. Parmi celles-ci figurent la mise en place des 38 heures, la fin du travail ouvrier le samedi, la création d'un carnet de "free days comportant 15 jours de congés et l'inclusion des syndicats au sein des conseils d'administrations des entreprises industrielles. Rappelons qu'à cette époque les Fritory sont fortement imprégné d'une idéologie socialiste/communiste et que la frange Social-radicale est quasiment minoritaire. Pour parer à ces revendications qui " viendraient broyer le système Cambrie, Johnson demande auprès du gouverneur général, la dissolution du parlement. De là, nous entrons dans la longue période de concertation. En effet, le gouverneur général d'alors, Winston O'Malley, connaît les répercussions d'une dissolution, il sait que la situation peut s'embraser totalement. De Février 1922 à Avril 1922, le Gouverneur Général convoque les partis politiques, les syndicats, le gouvernement, le Premier Ministre et les chefs des plus grandes entreprises impactées par cette grève générale qui dure depuis plusieurs mois. Les discussions sont rudes et Johnson campe sur ses positions, il veut la dissolution et revendique que seul les urnes peuvent réglé cette crise.

Image
La(les) réunion(s) exceptionnelle pour tenter de régler la grève générale | Winston O'Malley Gouverneur Général

Une issue est finalement trouvée le 29 Avril 1922. C'est le Premier Ministre Johnson qui sort gagnant de ce bras de fer, le parlement est dissout par le gouverneur général. Les élections se déroulent en Mai 1922. Convaincu que le sud du Varnand lui resterai acquis, Johnson mène une campagne résolument plus sociale que ce qu'il est. Cela le perdra et le 16 Mai 1922 les résultats tombent. Les Fritory sont crédités de la majorité au parlement. Cette défaite fait l'effet d'un électrochoc pour Johnson, il remet donc sa démission au gouverneur général. Il prendra sa retraite politique. La grève du New-Yorkshire prend fin elle aussi...

Ce moment d'histoire a profondément marqué la droite Cambrie, celle-ci a compris que la puissance des syndicats au sein de l'Union était grande et que la caisse de résonance de Fritory; eux mêmes composé de syndicats dans l'organisation du parti; était la aussi une force qu'il ne fallait pas sous estimer. C'est à partir de ce moment qu'une autre droite plus proche des petites gens et plus "populiste" allait naître...

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Image

La culture Hilglands et Varnand : des voisins en perpétuel conflit?..

Les Îles-Unies ont toujours été la conjugaison de deux grandes cultures distinctes, l'une britonne et dû à l'occupation de ces derniers jusqu'au milieu du XVIIème siècle et l'autre gaélique. Le Varnand étant l'étendard de l'influence Brittonne les Higlands des Gaéliques. Durant la première moitié du premier millénaire; de 1000 à 1400, les deux royaumes évoluèrent de façon distinctes. Le Varnand adoptant très rapidement la religion catholique et les Higlands cumulant plusieurs croyances locales remontant aux invasions barbares des années 500 et le protestantisme par la suite. Lorsque l'influence protestante grandit en Higlands, c'est à dire vers les années 1550, un sentiment moraliste et expansionniste gagna le peuple gaël du nord. Ainsi de 1570 à 1582 une guerre éclata entre les deux royaumes. À la fin de cette guerre, aucun des deux royaumes ne parvint à y trouver une issue favorable...

La culture Gaélique des Higlands est assez hétérogène; en effet suite à l'invasion des tribus celtes au Vème siècle, celle des pictes eu IXème siècle et la grande influence du Varnand, plusieurs dialectes, croyances et cultes se sont développés. (voir sur carte)
L'un des points les plus importants de la culture Higlands est son incroyable influence dans le système politique des Îles-Unies Hamilton Balance. En effet au cours du XVIIIème siècle, Hamilton voyage en terre du nord, il va fréquenter de nombreux clubs de pensée aristocratiques et bourgeois de la ville de Hoxa, ces derniers vont lui indiquer la voie d'une démocratie libérale. En revenant de son voyage Hamilton va coucher sur le papier ce système politique empruntant grandement la vision du nord.

Sur le plan purement culturel, les différences sont nombreuses entre ces deux cultures. Tout d'abord les Varnands se sont toujours considérés comme supérieurs à leurs voisins du nord; moins et nombreux et moins riches. De plus, la vision "Britonne" de l'organisation sociétale d'une nation est beaucoup plus conservatrice que celle des Gaéliques des Higlands. Lorsque en 1971 l'avortement est légalisé au nord, le Varnand; dans un soucis de différenciation (aussi); vote une loi rendant illégale et "immoral" l'ivg (exception pour les situations de viols). Mais alors pourquoi une t'elle différence de mœurs au sein des Îles-Unies? Tout d'abord dans l'histoire du Varnand, l'influence catholique du aux "envahisseurs" a toujours imprégné la société Varnand. Ces derniers, malgré le schisme de 1752 et la création de l'église du Varnand, ont toujours gardé un certains puritanisme religieux. Ce soucis d'être "moral" les influencera grandement dans leurs volontés de diriger officieusement les Îles-Unies. Pour beaucoup de spécialiste constitutionnaliste de l'Union; la forme politique des Îles-Unies est une victoire de la pensée Varnand. En effet, le gouverneur général; quasiment intouchable; agit comme un souverain et n'intervient que lors de cas de force majeurs, tel un souverain. Ce caractère divin fut grandement critiqué par les gaéliques des Higlands qui, même si ils ont influencé directement "l'aube de l'Île" ne sont pas parvenus à tuer les vestiges du souverain, celui ci étant aujourd'hui représenté; à leurs yeux; par le Gouverneur Général. Ces derniers revendiquent un véritable parlementarisme avec un parlement puissant.

Image
La bataille de Fort Elizabeth en 1574 | Sir Edward McKinney penseur de "l'aube de l'île" des Higlands

Le point principal de la grande force du Varnand est sa plus grande homogénéité, tout d'abord la guerre d'indépendance en 1650 a permis de développer ce sentiment national plus présent qu'au Higlands. Aussi, la mainmise des Brittons durant la première moitié du millénaire avec l'imposition de la religion catholique comme religion d'Etat, l'assimilation forcée des Gaéliques du nord venant au sud permit au territoires de développer une homogénéisation importante. Dès la fin de la guerre d’indépendance, les Varnand vont développer un fort sentiment national plus fort qu'au nord encore très éclaté entre les territoires de l'extrême nord les Stone lands encore imprégné de la culture des tribus et développant un dialecte gaélique dérivé. Vers la capitale Hoxa, un dialecte Varnand-Higlands beaucoup plus proche du Brittons classiques se dessinent et à l'est proche vers la pointe d'Auskery c'est un troisième dialecte apparenté à du Landën (une combinaison d'un vieux brittons du Xème siècle et des influences gaéliques du nord. Tout cela n'a pas facilité l'union des cultures. Ce n'est qu'à partir du début du XXème siècle qu'un grand sentiment national va gagner le peuple des Higlands. Cela sera facilité par les multiples guerres du XXème siècle et les politiques Fritory œuvrant en faveur de la "reconnaissance de la culture Higlands".

Sur le plan littéraire, il existe une très grande similitude entre les deux grandes nations constitutives de l'Union. En effet avant les mouvements de reconnaissance du XXème, la littérature Varnand est grandement mêlée à celle des Higlands, les auteurs utilisant les mêmes références et style d'écriture. Cependant, le peuple Higlands a toujours revendiqué le fait d'être les précurseurs sur bon nombre de grands mouvements culturels au sein de l'Union. Que ce soit sur l'architecture et le style gothique des battisses de nombreuses villes, la vision des institutions et la Hamilton balance ou encore la littérature et les fameux "poèmes de l'île" (grands mouvements poétiques du XIXème siècle relatant la beauté et la suprématie du peuple de l'Union Cambrie, mouvements qui s'éteindra au début du XXème avec les mouvements nationalistes Higlands). Ce mouvement diminuera grandement à la fin des années 10 pour revenir à plusieurs moments au cours du XXème siècle.

Aujourd'hui, l'opposition se fait de plus en plus forte, que ce soit sur le plan politique (volonté autonomiste, absence des conservateurs aux parlement Higlands), sur le plan culturel (un certain rejet de la culture Varnand-Brittonne) ou encore sur la religion (le nombre de citoyens appartenant à l'Eglise du Varnand ne cesse de diminuer)...

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Langues aux Îles-Unies

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Image

L'Eìres et la naissance de la "culture de l'Eire"

L'Eìres est une nation jeune, elle n'a obtenue son indépendance qu'en 1971. Auparavant elle était rattachée aux Higlands. Du milieu du XVIIème siècle à la fin du XXème, elle a toujours été sous contrôle Higlands. Cela a grandement façonné la culture de l'Eìres qui est mélange de Gaélique des Higlands et du Varnand qui a tout de même grandement peuplé l'île.
L'île a commencée à devenir réellement peuplée qu'au cours du XVIIème siècle. En effet des marchands, croyants et bourgeois des Higlands sont venus en masse s'installer sur l'île. Ils y on vues la promesse d'une société nouvelle et d'un idéal chrétien composé de citoyens moraux et débarrassés des tentations sataniques (en tout premier lieux l'alcool). Il faut noter que cette "colonisation" ne sait pas fait sur un sentiment de tolérance, bien au contraire. Les nouveaux Higlands ont été peuplés par des radicaux religieux protestants pour la plupart. Cela a donné à l'île le surnom de "territoire des moralisateurs", jusqu'à aujourd'hui l'Eìres a toujours été la nation constitutive la plus conservatrice et la moins tolérante. En témoigne les nombreux lois; déclarées inconstitutionnelle par la suite; restreignant l'accès des étrangers à différentes aides et services...
Ainsi au XVIIème siècle, l'île commença a être grandement peuplée. Tout d'abord à l'est où il y a l'actuelle capitale de la nation. L'Eìres deviendra peu à peu incroyablement populaire et de plus en plus de citoyens des Higlands iront peuplés cette terre. L'église protestante aura toujours une incroyable force au sein du territoire et particulièrement à l'est.

Vers le début du XIXème siècle et suite à l'Union des deux royaumes pour former les Îles-Unies, une plus grande installation du peuple Varnand viendra se faire sur l'île. Ce mouvement s’accélérera au détriment des Higlands. Ce melting pot entre les familles descendante des Higlands et des nouveaux venus de Varnand commencera à façonner ce que Roy Laghen théorisera comme "la naissance du peuple d'Eìres". En effet, plus les années passent et plus l'île se forge sa propre culture, la religion y est beaucoup présente et influente que dans les autres territoires et même l'architecture parvient à se différencier des autres. Ainsi vers la fin du XIXème siècle on ne parle plus de culture Higlands mais de coutume et mœurs de l'Eire. L'un des actes les plus forts et significatifs de l'île est le refus de l'adhésion des catholiques à l'église du Varnand. Cette communauté religieuse; bien que très très minoritaire sur l'île; n'a jamais acceptée de se séparer de la voix du pape...

Dans l'histoire de l'Eìres il n'y a jamais eu de tensions vis à vis du Varnand, mais plutôt vis à vis des Higlands. Ces derniers étant tout d'abord les colons, puis les tyrans. Cette tension sera aussi exacerbé par les mouvements nationalistes du début du XXème siècle initié par les Higlands. Cette pensée traversera la mer pour atteindre l'île. Mener par le Christian Party ils vont pendant plus de 50 ans revendiquer une autonomie et une scission vis à vis des Higlands en qui il ne se reconnaisse pas. Cette volonté de scission est aussi influencé par la culture Varnand qui au début du XXème siècle est très présente à l'est de l'île, zone la plus dynamique de l'Eìres. Cette tension sera excacerbé sur l'île d'Ulster où une forte communauté de l'Eìres vivait depuis le début du XVIIIème siècle. Cette tension, poussé par le Christian party et l'église catholique de l'Eìres vont amener à la guerre civile de 1968. Celles-ci va durer 3 ans et aboutir à la signature des accords de Luton : "Luton rule's".

Image
Signature des accords de Luton mettant fin à la guerre civile d'Ulster

Depuis cette date est né la Unionist Republic of Eìres. Dans un soucis de stablité, l'Eìres est resté affilié au parlement de l'Union. En 1984, suite au Liberty scots act, les Higlands se sont dôtés d'un parlement dévolu, l'Eìres y a été rattaché jusqu'en 2009 date de la naissance du parlement de l'Île et de son exécutif.

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Image
People's Alliance
Parti politique de l'Eìres

Les adherents
  • L'alliance populaire ne peut pas être considéré comme un parti de classe. Il a, au cours de son histoire, touché différentes tranches de la société. En effet à sa naissance en 2021, il était principalement défendu par les élites ultra-conservatrice du pays. Depuis quelques cela change et le partit touché une grande partie de la société, à l'exception du milieu financier et minorités culturelles du pays (les Länden par exemples). Les adhérents du parti sont principalement issus de milieu très populaire du sud est de l'île. L'alliance populaire est très bien implanté au sud est de l'île, il parvient à atteindre la capitale depuis seulement 5 ans.
L’organisation
  • L'organisation du parti est extrêmement verticale; le programme annuel du parti est décidé au sein du comité central du parti. Il est composé de la famille fondatrice du parti et des lieutenants de celles-ci. Pour entrer au sein du conseil il faut être un membre éminent du parti, les relations faisant le reste. Le chef du parti est désigné par le comité central, les adhérents ne participe en rien, ni au programme ni à la désignation du chef de parti. L'adhésion au parti est gratuite. Les représentations locales du parti en Eìres sont de plus en plus nombreuses.
La doctrine
  • L'alliance populaire est un parti populiste, il est cependant rattaché à certains principes comme le développement des politiques sociales en direction des "méritants". Il n'existe pas beaucoup de courants d'idée au sein du parti, une nuance peut exister sur les questions sociales et plus particulièrement d'immigration. D'ailleurs une petite frange du parti est caché, ces derniers ayant souvent des déclarations ouvertement racistes et xénophobes. Sur les questions économiques ils défendent une nationalisme d'Eìres, ayant une vision constitutive et non unioniste. Ils sont cependant rattaché au parti défendant l'Union (avec quelques nuances). Ils sont en faveur d'une baisse des impôts sur les plus pauvres et d'une hausse sur les plus riches. L'alliance populaire est cependant difficle à cerner d'un point de vue idéologique. Ce qui est assimilé à du pragmatisme pour le parti conservateur est ici une pratique populiste. En effet, en 2025 l'alliance populaire n'était pas favorable à une fusion de certaines aides sociales pour permettre de mieux toucher le public visée. Aujourd'hui ils sont totalement pour et sont les étendards de cela. Sur les questions internationales, de part l'aspect local du parti (n'étant implanté qu'en Eìres) ils n'y a pas de ligne claire sur ces questions.

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Nom complet : Euston Motor Company
Nom courant : Euston
Création : 24 Mai 1924
Slogan : Freedom and greatness

Secteur : Automobile
Siège social : 3 Guiness street, Londonian
Direction : Bill Norrington

Forme juridique : Société anonyme
Propriété :
  • Actionnaires Cambries : 92%
  • Actionnaires Valdaques : 4.7%
  • Actionnaires Shnieretz : 3.3%
Présences des automobiles Euston Motor Company :
  • Valdaquie
  • Shnieretz
  • Lantanie
  • Jernland

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Architecture politique des Îles-Unies

Image

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Villes, villages et bourgs des Îles-Unies

- Saint-Luton -

Saint-Luton est une ville des Îles-Unies. Elle est sa capitale depuis 1701, ainsi que le siège du parlement Cambrie depuis l'acte d'union depuis 1733. Sa population était de 5 112 798 en 2041 (c'est la plus grande ville des Îles-Unies).
Ses habitants s'appellent les Lutoner's. Elle obtient le statut de cité en 869 sous le règne de Alexandre Ier. Depuis 1982, elle a obtenu le statut Special Union Authority. Ainsi le Maire de la ville compose un gouvernement de cité et dispose de certaines prérogatives plus importantes que les autres cités Cambries.

Fondée en 824 ap.JC par sir Douglas Luton, ce dernier va donner son propre nom à la cité Luton. Située au plus près du fleuve Eden, cela permettra à la jeune cité de rapidement développer l'économie maritime. La pêche importante permettra à Luton de voir naître d'important forum commerciaux, de marchés où transite le poisson, la laine, et le bois; pour ensuite être acheminé plus au nord de l'île et à l'est vers la Dytolie et plus particulièrement la Lantanie et l'Ennis. En 975, Luton devient la capitale du Royaume Varnand. Cela dotera la ville d'un statut politique et augmentera l'afflux migratoire et économique vers elle. De nos jours, Saint-Luton est le point névralgique de l'économie Cambrie. Elle dispose aussi du quartier de Old Street abritant les plus grands entreprises financières des Îles-Unies, la bourse Cambrie (BC) est aussi située la bas.

SItuée au bord de l'Eden, la capitale de l'Union fait partie d'un ensemble appelée l'Eden belt, cet ensemble de ville part de l'ouest de l'embouchure Downing pour aller jusqu'a l'est de ce cercle. Cela a la forme d'une ceinture et constitue la zone la plus dynamique peuplée et riche des Îles-Unies. 24% de la population y habite. Historiquement Fritory, Saint-Luton a; dans toute son histoire; connue seulement 4 Maires Conservateurs. Cela est principalement au très grand melting pot de la cité et de la proche banlieue. Aujourd'hui la capitale connaît une très grande prospérité; elle a bénéficie des grands effets de la révolution industrielle de la fin du XVIII ème siècle; diversifiant aussi par la même occasion son économie.

"Subissant" de pleins fouet l'essor de la révolution industrielle et devant l'afflux constant de main d'oeuvre au début et fin du XIXème siècle, Saint-Luton va devenir une "cité bidonville", repoussant à l'extérieur de la belle cité les immigrés ne trouvant pas de logements. Cette situation durera plus de 50 ans. Ce n'est qu'au début du XXème que le Maire John Daggets mènera une politique restructuration urbaine. Il va; à coup de projet immobilier; construire de gigantesque quartier. Pour éviter un afflux trop important de nouveaux habitants vers la ville, de nouvelles villes seront construites vers les années 1930, c'est le plus vaste programme de grands travaux de l'histoire des Îles-Unies. Cela permettra aussi de réguler la population de la capitale : en 1902 elle avait 6 745 152 âmes; en 1950 elle en aura 4 102 540.
Image
- Old City -

Image

Le quartier de Old City est le plus vieux quartier la ville. Lieu où fut fondé la cité, il est le coeur historique de Saint-Luton. Hautement touristique il a très peu changé depuis le début du XXème siècle. Une loi de 1981 interdit d'ailleurs toute nouvelle construction au sein de ce quartier. Cela a permis de garder un aspect médiéval plus fort que dans les autres quartiers. Il est aussi caractérisé par la grande allée piétonne de Saint-Nicolas, elle y abrite les plus belles boutiques souvenirs de la ville. Cependant, Old CIty est aussi très jeunes, de nombreux pubs viennent peuplé le quartier et ainsi égayé ses rues médiévales hautement touristiques. L'avenue Elizabeth Gaterson traverse d'ailleurs ce quartier et longue l'Eden jusqu'a Lincoln's Seat.


- Hamilton Hill -

Image

Hamilton Hill est le quartier où réside le Premier Ministre des Îles-Unies. Quasi-uniquement résidentiel, ce n'est pas le quartier le plus animé de la ville. Il abrite aussi le secrétariat d'Etat à la défense, le chancellerie suprême et la Union Bank. Situé à l'est de Old city, il fut fondé en vers le milieu du XVIIème siècle. Afin de rompre avec le style médiéval et connoté royal des quartiers proche de l'Eden, les premiers ministre successifs ont missionnés des architectes venant de l'Olgarie pour batir un quartier de style néo-classique. Rappelant les architectures par exemple du Leonora. Dans les années 75, au sortir de la guerre contre la Lantanie, le quartier sera partiellement détruit par les multiples bombardements ennemis. Tout sera reconstruit à l'identique sur ordre du Premier Ministre d'alors Charles Tominey membre du Parti Conservateur. Le quartier est surnommé l'antre politique de l'Union.



- Old Street -

Image

Old Street est le quartier des affaires de la ville, point rassemblant les plus grandes entreprises de la Union Bourse. C'est le plus grand pôle financier des Îles-Unies. La quartier entier n'est quasiment fait que de bureau. L'architecture ultra-moderne du quartier est d'ailleurs vivement critiqué par les habitants de la ville qui surnomme ce quartier la "verrue Luton". Le peu d'habitation est hors de prix et la population y est exclusivement très huppée. Autrefois quartier mal famé de la ville, Old street est devenu au court de la fin de XIXème et début du XXème une place boursière inégalable. Dès lors les bidonvilles qui jonchait ce tout petit quartier ont été renvoyée vers l'extérieur des murailles de Luton vers l'actuel quartier de North Luton.


- Royal Town -

Image

Royal Town est le quartier où il y a la plus forte emprunte du passé monarchique du Varnand et des Îles-Unies. Situé au sud de Hamilton Hill, il a été jusqu'au XIVème siècle le quartier le plus riche et dynamique de la ville. Son architecture est fortement imprégnée des différents Souverain du Varnand. Ce dernier a d'ailleurs résidé au sein de Royal Town dans le château de Filbury situé sur le point le plus de la ville. Aujourd'hui ce quartier est le deuxième plus touristique de la ville. Il fait bon vivre et le parc de Sir Edward est très prisé des habitants de la capitale. En dépit des nombreuses constructions et reconstructions de la ville, c'est le quartier le moins "retouché" de la ville. Il est d'ailleurs interdit d'y installer divers commerces recensé au sein de la loi Save act.


- Lincoln's Seat -

Image

Le Lincoln's Seat est le quartier le plus au sud de la ville. Il fut bâti assez récemment au cours du XIX et du début du XXème siècle par l'architecte Thomas Gatling. Celui-ci cherchait à donner un aspect plus vaste et moins serré que les quartiers principaux de la capitale. Cela a permis à Lincoln's Seat de demeurer l'un des quartiers les mieux agencés de Saint-Luton. Il n'y a quasiment jamais de bouchons; Cela est aussi du au fait que ce ne sont quasiment que des bâtiments résidentiels. En outre au coeur du quartier demeure une zone résidentielle, celles-ci abrite les personnalités les plus de la ville. C'est d'ailleurs un bastion conservateur d'un point de vue électoral. Le Premier Ministre McTavish avant d'être chef du gouvernement résidait la.


- Camden -

Image

Le Quariter Camden est situé à l'est de Royal Town, il est encore influencé par l'aspect de ce quartier. Cependant, il revêt un aspect beaucoup plus moderne et le trafic routier y est d'ailleurs beaucoup plus intense. Opérant la jonction entre le cœur de la ville et les résidences extérieurs il est constamment embouteillé. Pour faire face à cet afflux automobile, le quartier fut en partie rénové et de nombreuses voies sinueuse à l'image des quartiers historiques de la ville fut détruite pour faire la place à des routes rectilignes beaucoup plus large. Camden abrite la seconde plus grande église de la ville. Il y a d'ailleurs une importante communauté juive en son sein. C'est le quartier comptant le plus de lieu de culte à Saint-Luton. Le Parlement, durant la crise de 1951 fut d'ailleurs déplacé dans ce quartier au sein du Royal College of Camden.


- Covington -

Image

Situé au centre la ville, Covington est le quartier le plus peuplé de la capitale, il regroupe aussi bien de nombreux commerces, des centres commerciaux, des églises, des bureaux et des résidences typiques du styles architectural du Varnand. Ses battisses toutes de briques orange rappellent les villes du nord Varnand. Très animé aussi bien en journée qu'en soirée, il y règne certaine insécurité et la politique du bâtiment est beaucoup moins strictes que dans le coeur historique de la ville. On peut y apercevoir des construction de style gothique ou néo-classique. Ce n'est pas un quartier touristique bien que l'opéra de Luton s'y situe.



- North Luton -

Image

Situé au nord est de la ville, ce quartier est le plus pauvre de la capitale. À l'ouest de ce quartier figure les grandes barres hlm de Devers. Initialement lors de sa construction dans les 60, ce quartier était un modèle de construction moderne, il y avait beaucoup de familles de la classe populaire et moyenne du Varnand. North Luton est fortement marqué par cette influence. Ce n'est qu'à partir des années 2000 que le quartier a commencé à se vider de ses premiers habitants. Ceux ci s'en allant vers Nothing Hill et East Luton, des quartiers beaucoup plus pavillonnaires. Enorme vivier électoral, c'est le quartier qui participe le moins aux élections locales avec un taux de participation de moins de 36% !



- Nothing Hill -

Image

C'est l'un des deux grands quartiers pavillonnaires/résidentiels/mitoyens de la capitale. Situé en bordure est de la ville, il n'est composé que de maison en style brique marron clair rappelant les résidences dans le pur style Varnand.

Avatar de l’utilisateur
Eorlingas
Messages : 425
Inscription : 16 févr. 2020 13:41

Re: Light on United Islands

Message par Eorlingas »

Image

Le nationalisme aux Îles-Unies

Le nationalisme au sein l'Union est représenté par différentes influences. Né aux début du XXème siècle au sein des Higlands. Ce mouvement nationaliste s'est construit grâce à l'essor des grands mouvements ouvriers des années 10 et les grèves du New Yorkshire. Ces grèves vont initier à leurs conclusion d'importants mouvement. En effet, suite à la crise, à la fin du mandat du premier ministre Johnson. Le petit parti nationaliste des Higlands "National Party of Higlands" mènera comme cheval de bataille, la fin du Brother's Act. Cette loi, en vigueur depuis 1841, avait pour effet de n'engage que des citoyens des Higlands pour constituer l'armée Cambrie. À cette époque, il existe d'important organisations ouvrières au sud des Higlands. Le NPH va peu à peu infiltrer ces organisations se reposant sur ce combat du Brother Act. De là naît les premiers mouvements indépendantistes/nationalistes des nations constitutives des Îles-Unies.


Il faut noter que le nationalisme et l'indépendantismes sont; dans la culture de l'Union; des termes similaires. On parle plutôt d'autonomisme si l'on souhaite uniquement élargir les prérogatives des nations constitutives. Il convient de définir les différents "nationalismes" au sein des nations constitutives.

Varnand : Le Varnand est la nation la plus représentative de la "culture Cambrie". Elle a toujours été l'étendard des Îles-Unies. En effet depuis 1714, les institutions du Varnand sont les mêmes que celles des Îles-Unies. De plus, la très grande domination de territoire sur les autres nations constitutives ont toujours permis à celui-ci d'imposer ses visions et d'écraser économiquement les autres.

Higlands : Constitué d'une importante communauté gaéliques, mais grandement influencé par la culture Varnand, le nationalisme Higlands s'est constitué sur des revendications politiques et libertaire. En effet, l’addition des cultures; quelles soient Gaéliques, Varnand ou encore des minorités Länden n'ont pas permis d'uniformiser tout cela pour permettre des revendications culturelles. C'est bel et bien sur le terrain politique que les revendications se sont faites. On peut remonter au début de la Hamilton Balance pour trouver trace de revendication politique. Les Higlands ont obtenu de grandes avancé indépendantiste grâce à la politique autonomiste des Fritory à la fin du XXème siècle.

Cymrales : Cette petite nation constitutive n'est pas traversée pas d'importants courant nationalistes. Pourtant de toutes les nations constitutives, le Cymrales est celle qui est le mieux parvenue à affirmer une réelle culture Cymraìl. Très rapidement, avant même la naissance de l'Union au milieu du XII ème siècle, différents royaumes se sont unis pour former l'Union des Cyìm. Cela permettra de créer ce qui constitue aujourd’hui le Cymrales. Ici s'il existe un nationalisme, c'est un nationalisme culturel; fier d'affirmer la langue Cymraìl et les coutumes propres à ce territoire. Pourtant de par la petite superficie du pays et la grande dépendance des subventions du Varnand, il n'y a quasiment aucune velléités d’indépendance.

Eìres : Né suite à la signature des Luton's rules, cette île a depuis le milieu/fin XIXème siècle développé une culture et mœurs propre à l'Eìres. Imprégné par l'influence religieuse, celle ci va grandement jouée dans la revendication nationaliste du territoire. Cela aboutira à la victoire des indépendantiste. Ici, c'est un nationalisme d'opposition. Depuis leur "libération" du "joug des Higlands", l'Eìres a une importante communauté nationaliste. Pourtant celles-ci souhaite affirmer la culture et effectuer une préférence nationale, mais ne souhaite pas se séparer des Îles-Unies.

Kergonan Islands : 3ème nations constitutives à être entrée au sein de l'Union, l'île Kergonan a vécu une incroyable indépendance. Suite à a longue guerre contre la Lantanie au début du XIXème siècle, cette petite île va revendiquer l’indépendance et "la libre gestion du territoire opprimé". Dans un but uniquement politique, le roi d'alors des Îles-Unies va accepter la demande sous condition de rejoindre immédiatement l'Union. Chose fait et les Îles Kergonan rejoignent l'Union. Ici de par l'extrême proximité culturelle entre le Varnand et cette île, c'est un nationalisme politique se reposant sur des valeurs morales et politiques; à l'image des Higlands.

Répondre

Revenir à « Îles-Unies »