Empresio Commissionaris TV

Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 421
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Empresio Commissionaris TV

Message par mark »

mark a écrit :
06 août 2019 00:12
[eth]ECTV[/eth]




[eth]Introduction de la chaine
(j'ignore pourquoi ça ne s'affiche pas mais, pour le temps que j'y ai passé, je vous garantis que ça vaut le clic)[/eth]


[eth]L'Empresio Commissionaris a conscience que l'une des méthodes de revenus les plus prolifiques du monde n'est autre que les publicités tirées des émissions de télévisions. Cependant, c'est la volonté de créer une chaine de référence à la fois pour les pays de l'Empresio, que pour ceux en dehors; que l'ECTV a vu le jour.
Dédiée à l'information objective, elle a reçue pour mission de couvrir l'actualité des pays membres en réalisant également chroniques et reportages à leur sujet pour contribuer à leur rayonnement international.

Cette chaîne est aussi l'occasion pour l'Empresio de se donner définitivement une présence mondiale pouvant être perçue tout autour du globe. Et ce en ayant à disposition un formidable moyen de diffusion.
Comme toujours, si la chaîne s'est promise de faire du journalisme, y compris politique; elle a réitéré le serment Commissionnaire de ne jamais chercher à servir des intérêts politiques quelconques et ce, de quelques pays que ce soit.

Archives :
1ère Édition, 13 Novembre 2039
[/eth]

Avatar de l’utilisateur
mark
Messages : 421
Inscription : 06 févr. 2020 17:40

Re: Empresio Commissionaris TV

Message par mark »

mark a écrit :
14 août 2019 22:23
[eth]ECTV[/eth]




[eth]1ere Édition [vidéo]
13 Novembre 2039
[/eth]


[spoiler="Texte dépannage"][eth]Mesdames et messieurs, bienvenue dans les informations emprésiales, voici les titres :
En Ennis, l'affaire O'Morain divise profondément le pays. Le président, englué dans des accusations de responsabilité concernant les deux attentats meurtriers qui ont couté la vie au précédent gouvernement et à la chambre voit tant les convaincus de sa culpabilité se déchaîner que les adeptes de son aura de sauveur de la République se presser pour lui apporter soutiens.
Si les ennissois attendent attendent les résultats des investigations, de nombreuses manifestations de Social Justice Warrior demande déjà le départ d'un président dont ils sont convaincus de la culpabilité.

Au Kaiyuan, fin de l'Idylle entre les clans Thiems et Sisowath qui ont officiellement brisé leur alliance, pourtant l'une des plus ancienne du pays. Les divergences se sont cristallisés autour de la question des centrales de charbon. Ces installations stratégiques qui alimentent une bonne partie du pays en énergie étaient jusque là partagé entre les deux clans qui s'entendaient sur prix et politiques d'entreprise. Une période désormais révolu bien qu'une guerre commerciale ne semble pas encore se profiler malgré les désaccords.

La Flavie toujours en proie aux manifestations. Les violentes critiques adressés à la ministre de l'économie Lecorbusier vont en s'intensifiant à mesure que la date de présentations de son projet au pair se rapproche. Une affaire qui selon les uns pourrait ouvrir la Flavie davantage au monde, selon les autres, la vendre au mieux à des intérêts privés, au pire, au Caskar lui-même. La Ministre Lecorbusier malgré la tempête et les vagues tiens bon, reste à savoir si elle passera celle de la chambre des pairs.

Le nombres de sans abris et de réfugiés en hausse au Nuevo-Rio. Depuis la hausse de l'influence Caeturienne dans le pays, les guérillas livrent une guerre contre le pouvoir collaborateur, mais également entre elles pour le contrôles des villages et des ressources.
Le MFC tire son épingle du jeu en cherchant à armer les populations des villages qu'il contrôle pour garantir leur sécurité.
Alors que la situation se dégrade dans le pays, les entités neutres ont de plus en plus le sentiment que le Caeturia tire partis des richesses du pays sans guère se soucier de ses problèmes internes.

Au Gandhari, le référundum pour une république des conseils est approuvé avec une très large majorité. Les grèves et les blocus cessent un peu partout dans le pays, mais les violences ne sont pas terminées loin de là. En effet, en parrallèle de la politique de dépossession des biens des grands propriétaires, des bandes d'ouvriers et paysans attaquent parfois avant l'arrivée des forces assermentées les demeures des « exploiteurs ». On notera la forte intentsité de la pratique dans les régions anciennement en grèves où des conseils d'ouvriers et de paysans échauffé par leur victoire ont prit leurs décisions manu-militari. Outre les violences diverses, on commence à faire état de mise en travail forcée dans leur propres exploitations des perdants. Les plus chanceux ont pu fuir le pays, les plus malheureux, sont jugés et éxécutés dans un simulacre de procès par une foule en colère proche des lynchages de l'ancien temps.
A peine commencée, la révolution pour un monde meilleur à déjà du sang sur les mains.

Au Lorthon, le rattachement des Elandes Orientales se passe dans un calme bien plus grand. Fort William avait en effet prit la précaution de faire protéger le scrutin et le territoire en prévisions à de potentiels débordement. De fait, si un puissant facteur de mécontentement pourrait voir le jour avec les populations Vonalyannes qui en plus de se sentir exploités, se sentent désormais trahie, les choses ont malgré tout peu de chance de dégénérer.

Au Caskar enfin, de violentes manifestations secouent le pays. En cause la gouvernance qualifiée « d'ubuesque » par les ennemis de la régente qui vient d'accoucher d'une fille issue de son Idylle avec le Westréen exilé Roy Baxter.
Sipar, Sakina, Siranis et même Setan seraient touchés par de grandes manifestations parfois contradictoire revendiquant soit le départ de Koutrhenkos, soit le retour au pouvoir des militaires ou des unionistes. On fait également état d'une hausse de popularité de la faction plébéienne qui annonce avant même la tenue des élections, qu'elle n'a pas l'intention de tenir compte des résultats et proposer de travailler sur une nouvelle constitution en vue de balayer les restes d'une époque révolu. Du côté des partis conventionnel, les craintes se tournent plus du côté de la potentialité d'un coup d'état militaire plutôt que d'une révolte populaire. Les Traditionalistes étant même aller jusqu'à suggérer l'utilisation de l'armée pour rétablir l'ordre et ainsi s'assurer de sa loyautée.
[/eth][/spoiler]

Verrouillé

Revenir à « EC »